Traitement de la polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs

La polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs est l'une des complications les plus courantes d'un complexe d'affections somatiques, mentales et neurologiques se manifestant par l'abus de boissons alcoolisées. Selon les statistiques, la maladie est détectée plus souvent que la cirrhose du foie, l'encéphalopathie et les troubles gastro-intestinaux résultant d'une intoxication prolongée à l'éthanol. Un diagnostic opportun de la polyneuropathie et un traitement adéquat peuvent minimiser les risques de développer des conditions pathologiques entraînant une invalidité et la mort..

Formes de la maladie

Les experts classent la polyneuropathie alcoolique en plusieurs groupes. Les motifs de la systématisation sont le tableau clinique de la maladie et la vitesse de sa progression..

De par la nature du cours, la polyneuropathie est divisée en trois types:

  • chronique, se développant sur 12 mois ou plus;
  • aiguë, caractérisée par une vitesse de formation rapide (jusqu'à 30 jours);
  • subaigu.

Le plus souvent, les experts identifient le premier de ces types de maladies..

En outre, la polyneuropathie alcoolique, conformément à ses manifestations cliniques, est généralement différenciée en 4 groupes.

  1. Mixte, l'un des plus courants. La maladie affecte les membres supérieurs et inférieurs. Les symptômes comprennent une paralysie des mains (pieds), une hypotension, une diminution des réflexes profonds, une atrophie des muscles des avant-bras, une altération (minimisation ou augmentation) du niveau de sensibilité dans les zones touchées.
  2. Sensoriel, caractérisé par l'apparition de douleurs dans les emplacements des gros nerfs, une sensation de brûlure, des frissons, un engourdissement des pieds. Avec ce type de polyneuropathie, des convulsions et des pathologies végétatives-vasculaires (marbrure de la peau, acrocyanose, hyperhidrose) sont également observées.
  3. Moteur, caractérisé par un dysfonctionnement des extenseurs des doigts et des parties distales des jambes en raison du développement de modifications des nerfs péroniers et tibiaux communs. Difficulté à flexion plantaire, marche sur les orteils, rotation antihoraire du pied.
  4. Atactique (le deuxième nom de la forme considérée de polyneuropathie alcoolique est pseudotabes périphériques). Ses symptômes sont: engourdissement des jambes, douleur à la palpation des zones touchées, troubles de la coordination des mouvements, démarche.

Un certain nombre de chercheurs distinguent les types de neuropathie végétative et subclinique..

Dans l'alcoolisme chronique, la maladie peut être asymptomatique.

Causes de la polyneuropathie alcoolique

De nombreuses études indiquent que plus de 75% du nombre total de cas détectés de neuropathie sont causés par la réponse de l'organisme à la consommation à long terme (à partir de 5 ans) de boissons contenant de l'alcool éthylique. La gravité de la maladie est directement liée à la quantité d'éthanol qu'une personne prend régulièrement.

Parmi les raisons provoquant le développement de la neuropathie, citons:

  • les effets toxiques de l'alcool sur les fibres nerveuses;
  • hypoxie;
  • perturbation du tube digestif (foie, intestins), du système immunitaire;
  • une mauvaise nutrition;
  • diminution des taux sanguins de magnésium et de potassium;
  • carence en thiamine (vitamine B1).

Les conditions supplémentaires qui causent diverses formes de la maladie sont la prédisposition génétique (y compris la vulnérabilité accrue des tissus du système nerveux), les processus auto-immuns.

Les alcooliques se caractérisent par un séjour prolongé dans une position monotone (pendant le sommeil) tout en perdant simultanément leur sensibilité à la douleur. Cette affection se caractérise par l'apparition d'engourdissements et le développement d'un syndrome de compression prolongée, conduisant à une neuropathie ischémique par compression..

Pathogénèse

Le mécanisme d'apparition de la maladie n'a pas été entièrement compris à ce jour. Un certain nombre de scientifiques pensent que les processus auto-immunes sont au cœur de la polyneuropathie alcoolique. La pathologie est déclenchée par des agents provocateurs (parmi eux - virus d'Epstein-Barr, campylobacter, cytomégalovirus).

Les maladies infectieuses et autres facteurs qui augmentent la consommation d'énergie, exacerbent le manque d'acides nicotiniques et ascorbiques, d'oligo-éléments, de vitamines B dans les fluides corporels.

La principale cible de la maladie sous sa forme aiguë est les axones - processus allongés des neurones.

Différents types de polyneuropathie alcoolique ont la capacité de détruire la gaine de myéline des unités structurelles et fonctionnelles du système nerveux, ce qui ralentit la vitesse de passage des impulsions et les fonctions nécessaires commencent à être remplies sous une forme modifiée.

Symptômes et diagnostic

Le stade initial de la polyneuropathie est caractérisé par l'absence de signes significatifs. Le développement ultérieur du processus se caractérise par une perte progressive des capacités compensatoires, la survenue de douleurs musculaires, une faiblesse. Jusqu'à 50% des maladies (du nombre total de maux) affectent d'abord les jambes, puis se propagent aux mains.

Parmi les symptômes de la maladie, on note:

  • violation de la sensibilité (affaiblissement ou renforcement);
  • changements de la pression artérielle, de la démarche, de la couleur de la peau (marbrure, décoloration bleue);
  • sécheresse, desquamation des téguments;
  • épaississement, délaminage des plaques à ongles;
  • détérioration de la circulation sanguine;
  • inconfort dans les pieds, les jambes, se transformant en douleurs brûlantes;
  • perte d'équilibre;
  • sensation de frissons, d'engourdissement, de "chair de poule" dans les jambes;
  • une diminution du niveau de cheveux (dans les zones du genou aux articulations de la cheville);
  • l'apparition d'ulcères trophiques;
  • amyotrophie;
  • torsion vers l'intérieur, affaissement du pied (avec un type moteur de la maladie).

Une hyperhidrose, une tachycardie, un essoufflement peuvent également survenir..

La forme sévère de polyneuropathie est caractérisée par la présence de parésie, de paralysie, de confusion et d'affaiblissement des muscles respiratoires (ce dernier symptôme nécessite une ventilation mécanique immédiate). Des troubles mentaux peuvent également survenir.

Périodiquement, il y a des violations des expressions faciales, des dysfonctionnements du système urinaire (retard dans le processus d'excrétion de l'urine). Ces 2 symptômes disparaissent quelques jours après le début.

La polyneuropathie peut se manifester assez brutalement ou augmenter progressivement en intensité. Le soulagement temporaire de la maladie après 4 semaines après le début de la maladie n'est pas un signe de guérison, mais un signal de transition des pathologies vers une forme chronique.

La réponse à la question de savoir si le traitement de la polyneuropathie alcoolique des membres inférieurs est autorisé à domicile est sans ambiguïté: il est impossible d'arrêter le développement de changements sans se rendre à la clinique.

En bref sur le processus de reconnaissance de la maladie

Le diagnostic de la polyneuropathie est effectué par un médecin en interrogeant et en examinant le patient, en tenant compte des résultats de l'analyse du sang veineux (des tests de laboratoire peuvent révéler le degré de lésion hépatique en déterminant le taux de transaminases). La carence en vitamines est clarifiée en examinant le sérum sanguin.

La dynamique de la maladie est contrôlée par la méthode ENMG. L'électroneuromyographie révèle la présence d'un processus dégénératif dans les nerfs périphériques et le degré d'endommagement des tissus de ces derniers.

Les signes les plus importants sur la base desquels un diagnostic est posé comprennent:

  • faiblesse musculaire de nature progressive;
  • aréflexie tendineuse;
  • symétrie des violations.

Une méthode de diagnostic supplémentaire consiste à interroger les membres de la famille du patient (si possible). Parfois, les patients nient qu'ils sont dépendants de l'alcool; c'est une conversation avec des proches qui permet de tirer la bonne conclusion et de clarifier la cause des changements pathologiques.

Traitement

La suppression du développement de la neuropathie alcoolique se produit grâce à l'utilisation de schémas thérapeutiques complexes, y compris l'utilisation de produits médicaux en combinaison avec la physiothérapie, la thérapie par l'exercice, le massage et un certain nombre d'autres méthodes.

Médicament

Les symptômes de la maladie sont éliminés à l'aide de divers groupes de médicaments. Les médicaments essentiels sont énumérés dans le tableau ci-dessous..

Liste des fondsLe but de la prescription d'un médicament
Vitamines (C, B1, B6, etc.), acide folique - injections et pilulesReconstitution du déficit qui se développe dans l'alcoolisme chronique; assurer le fonctionnement normal des structures du système nerveux.
Antihypoxants (Actovegin)Augmentation de la résistance des tissus au déficit en oxygène.
Médicaments anticholinestérasesÉlimination des troubles sensoriels et du mouvement.
Diclofénac, nimésulide, amitriptyline et carbamazépineRéduire l'intensité de la douleur.
AnticonvulsivantsÉlimination des crampes douloureuses.
Les antidépresseursAméliorer l'état émotionnel.
NeuromidineAccélération de la transmission neuromusculaire.
CytoflavineAméliorer la microcirculation, restaurer le métabolisme.
Vinpocétine, CurantilFacilitation de l'écoulement veineux, renforcement des vaisseaux sanguins.
HépaprotecteursNormalisation de la fonction hépatique.

Les troubles de l'autonomie sont corrigés grâce à l'utilisation d'une thérapie symptomatique.

Il est interdit d'utiliser des médicaments sans prescription médicale: l'utilisation de médicaments non contrôlés par un spécialiste peut entraîner le développement de complications, une aggravation de l'état du patient et la mort.

Traitement sans drogue

En tant que mesures supplémentaires de rééducation, d'acupuncture et de magnétothérapie, des procédures de physiothérapie (pour stimuler la moelle épinière, les fibres nerveuses) sont prescrites. Le massage est utilisé pour restaurer le tonus musculaire.

Une autre méthode non médicamenteuse - les exercices de physiothérapie - vous permet de prévenir le développement de contractures, de renforcer le corps.

Le soutien d'un psychologue joue également un rôle important. La consultation d'un spécialiste permet de surmonter l'état dépressif qui survient chez la majorité des patients de cette catégorie lorsqu'ils refusent de boire de l'alcool.

ethnoscience

La médecine alternative recommande d'utiliser les remèdes suivants pour lutter contre la polyneuropathie alcoolique:

  1. Une décoction de matières premières d'herbes médicinales (fraise, paille, ficelle, cocklebur) pour stimuler le métabolisme. Les composants ci-dessus doivent être mélangés dans des proportions égales, ajouter la même quantité de feuilles de bouleau, de cônes de houblon, de bardane écrasée et de racines de réglisse, de fleurs de sureau. Préparez 1 cuillère à soupe de la collection dans 2 tasses d'eau bouillante, laissez infuser (au moins 3 heures). A consommer en 6 heures.
  2. Formulé avec du persil et des graines de tournesol pour détoxifier. 2 cuillères à soupe graines, un demi-verre d'herbes fraîches hachées et 300 ml de kéfir se combinent, bien mélanger. Boire à jeun, 40 minutes avant le repas du matin.
  3. Un cocktail de miel, de jus de carotte et d'huile d'olive pour soulager l'état de polyneuropathie alcoolique. Méthode de préparation: mélanger un demi-verre de jus fraîchement pressé avec du beurre, ajouter 1 jaune, battre avec un fouet. Sucrez avec 2 c. mon chéri. Pris 2 heures avant les repas.
  4. Un remède populaire à base d'herbes médicinales et d'huile d'olive pour restaurer le foie. Graines de chardon-Marie à raison de 4 c. l. écraser. Ajoutez 150 ml d'huile légèrement réchauffée. Ajouter doucement la poudre de feuilles de menthe poivrée séchée (2 cuillères à soupe) au mélange. A consommer une demi-heure avant les repas, 3 roubles / jour, 6 c. La durée du traitement est de 3 semaines.
  5. Bains d'agripaume et de sauge pour réduire la sensation de brûlure dans les jambes. L'outil se caractérise par des effets anti-inflammatoires, désinfectants et cicatrisants. 100 g d'herbes médicinales dans un rapport 1: 1, versez 2,5 litres d'eau bouillante, laissez infuser pendant environ 2 heures. Diluer avec de l'eau chaude avant de continuer.

Les méthodes de traitement envisagées ne peuvent être utilisées qu'après consultation du médecin traitant.

Régime

Pendant la période de rééducation, le patient doit adhérer à un régime spécial qui favorise une récupération rapide. La nutrition doit fournir la bonne quantité de vitamines, minéraux, oligo-éléments et être basée sur les glucides.

Pour la polyneuropathie, il est recommandé d'utiliser:

  • produits laitiers fermentés;
  • foie;
  • légumes, fruits.

Les aliments épicés et salés doivent être exclus du menu du jour..

Période de récupération et prévision

Il est impossible de se remettre d'une neuropathie alcoolique en peu de temps. La période de récupération complète dure de 3-4 mois à six mois.

La principale condition pour obtenir le maximum d'effet thérapeutique possible est le rejet complet des boissons contenant de l'alcool éthylique..

Les petits changements survenus dans le corps sont complètement éliminés. Au cours de l'évolution chronique de la polyneuropathie, la restauration des fibres nerveuses détruites ne se produit pas; les méthodes modernes de thérapie ne peuvent que stabiliser le processus et réduire la gravité des symptômes.

Le refus de visiter la clinique et de recevoir des soins médicaux, l'aggravation de la pathologie par un nouvel abus d'alcool entraînera un handicap. Ce dernier peut entraîner des complications telles que:

  • paralysie des jambes;
  • perte totale de mobilité;
  • dommages au cervelet;
  • dysfonctionnement du système nerveux central;
  • la survenue de troubles mentaux.

La mort est également possible (y compris à la suite d'un arrêt cardiaque).

La prévention

Prévenir la récidive de la neuropathie alcoolique est assez simple. Pour ce faire, il est nécessaire de mener une vie saine, d'arrêter les symptômes de maladies infectieuses en temps opportun, d'être surveillé par un narcologue (si nécessaire, par un psychologue).

Après la récupération, il est recommandé de visiter régulièrement les sanatoriums, de faire du sport, de surveiller la nutrition..

La maladie décrite est une maladie grave qui entraîne de graves changements dans le corps. Après avoir récupéré une fois, il faut tout mettre en œuvre pour abandonner complètement l'alcool - seule cette méthode vous permettra d'éviter une rechute de polyneuropathie alcoolique.

Polyneuropathie des membres inférieurs et supérieurs - symptômes et méthodes de traitement des terminaisons nerveuses détruites

Classification des polyneuropathies

Selon les manifestations cliniques prédominantes, la polyneuropathie est divisée en les types suivants:

  • sensible (les symptômes d'implication des nerfs sensoriels dans le processus prévalent);
  • moteur (prédominance des symptômes de dommages aux fibres motrices);
  • autonome (les symptômes d'implication des nerfs autonomes dans le processus, qui assurent le fonctionnement normal des organes internes, sont prononcés dans la symptomatologie);
  • mixte (symptômes de lésions de tous les nerfs).

En fonction de la distribution de la lésion, on distingue les lésions des membres distaux et la mononeuropathie multiple. De par la nature de l'évolution, la polyneuropathie peut être aiguë (les symptômes apparaissent en quelques jours), subaiguë (le tableau clinique se forme pendant quelques semaines), chronique (les symptômes de la maladie dérangent de quelques mois à plusieurs années).

Selon la caractéristique pathogénique de la maladie, ils sont divisés en démyélinisants (pathologie de la myéline) et axonaux (lésion primaire du cylindre axial). Les types de maladie suivants sont distingués, en fonction de son étiologie:

  • héréditaire (maladie de Refsum, syndrome de Dejerine-Sott, syndrome de Rusi-Levy);
  • auto-immun (type axonal de SGB, syndrome de Miller-Flescher, neuropathies paranéoplasiques, polyneuropathies paraprotéinémiques);
  • métabolique (polyneuropathie urémique, polyneuropathie diabétique, polyneuropathie hépatique);
  • alimentaire;
  • infectieux toxique;
  • toxique.

Polyneuropathie des membres inférieurs

La polyneuropathie des extrémités considérée comme une maladie est une destruction dystrophique des cellules nerveuses qui provoque un dysfonctionnement du fonctionnement du système nerveux périphérique. Cette maladie se manifeste par une diminution de la capacité motrice, une diminution de la sensibilité, en fonction de l'emplacement du foyer pathologique, de toute partie des membres, de la douleur dans les muscles. Avec la maladie considérée, les fibres nerveuses du patient qui nourrissent les pieds sont endommagées. En raison de dommages structurels aux fibres nerveuses, la sensibilité des jambes est perdue, ce qui affecte la capacité de l'individu à se déplacer de manière autonome.

Le traitement de la polyneuropathie des membres inférieurs, en règle générale, est assez laborieux et à long terme, car le plus souvent cette maladie est progressive et évolue vers une évolution chronique.

Pour déterminer les raisons provoquant le développement de la maladie décrite, dans le premier tour, il faut comprendre la structure du système nerveux, en particulier sa zone distincte - le système périphérique. Il repose sur de longs processus de fibres nerveuses dont la tâche est de transmettre des signaux, ce qui assure la reproduction des fonctions motrices et sensorielles. Les corps de ces neurones vivent dans les noyaux du cerveau et de la moelle épinière, formant ainsi une connexion étroite. D'un point de vue pratique, le segment périphérique du système nerveux combine les soi-disant «conducteurs» qui relient les centres nerveux aux récepteurs et aux organes fonctionnels.

En cas de polyneuropathie, une partie distincte des fibres nerveuses périphériques est affectée. Par conséquent, les manifestations de la maladie sont observées dans certaines zones. La pathologie en question sur les membres se manifeste symétriquement.

Il convient de noter que la pathologie analysée comporte plusieurs variétés, classées en fonction des fonctions des nerfs endommagés. Ainsi, par exemple, si les neurones responsables du mouvement sont affectés, la capacité de mouvement peut être perdue ou difficile. Cette polyneuropathie est appelée polyneuropathie motrice..

Dans la forme sensorielle du trouble en question, les fibres nerveuses sont affectées, provoquant une sensibilité, qui souffre grandement lorsque cette catégorie de neurones est endommagée..

Le manque de fonctions de régulation autonomes survient lorsque les fibres nerveuses autonomes sont endommagées (hypothermie, atonie).

Ainsi, on distingue les facteurs significatifs suivants provoquant le développement de cette affection: métaboliques (associés à des troubles métaboliques), auto-immuns, héréditaires, alimentaires (causés par un trouble de l'alimentation), toxiques et infectieux toxiques.

Il existe deux formes de la pathologie décrite, en fonction de la localisation du site de la lésion: démyélinisante et axonale. Au premier - la myéline est affectée - la substance qui forme la gaine des nerfs, avec la forme axonale, le cylindre axial est endommagé.

La forme axonale de la polyneuropathie de la jambe est observée dans tous les types de maladie. La différence réside dans la prévalence du type de trouble, par exemple, il peut y avoir un trouble de la fonction motrice ou une diminution de la sensibilité. Cette forme apparaît en raison de troubles métaboliques graves, d'une intoxication par divers composés organophosphorés, de plomb, de sels de mercure, d'arsenic, ainsi que d'alcoolisme.

Il existe quatre formes, en fonction de la tendance du cours: forme chronique et récurrente du cours, aiguë et subaiguë.

La forme aiguë de polyneuropathie axonale se développe souvent en 2 à 4 jours. Le plus souvent, elle est provoquée par l'intoxication la plus forte de nature suicidaire ou criminelle, une intoxication générale due à une exposition à l'arsenic, au monoxyde de carbone, au plomb, aux sels de mercure, à l'alcool méthylique. La forme aiguë peut durer plus de dix jours.

Les symptômes de la forme subaiguë de polyneuropathie augmentent en quelques semaines. Cette forme survient souvent avec des troubles métaboliques ou en raison d'une toxicose. En général, la récupération est lente et peut prendre des mois..

La forme chronique évolue souvent sur une longue période de six mois ou plus. La maladie apparaît généralement dans le contexte de l'alcoolisme, du diabète sucré, du lymphome, des maladies du sang, d'une carence en vitamines thiamine (B1) ou cyanocobalamine (B12).

Parmi les polyneuropathies axonales, la polyneuropathie alcoolique est plus souvent diagnostiquée, causée par un abus prolongé et excessif de liquides contenant de l'alcool. Un rôle essentiel pour l'apparition de la pathologie considérée est joué non seulement par le nombre de "litres consommés" d'alcool, mais aussi par la qualité du produit lui-même, car de nombreuses boissons alcoolisées contiennent de nombreuses substances toxiques pour l'organisme..

Le principal facteur provoquant la polyneuropathie alcoolique est l'effet négatif des toxines, dont l'alcool est riche, sur les processus nerveux, ce qui conduit à des troubles métaboliques. Dans la plupart des cas, la pathologie considérée est caractérisée par un cours subaigu. Au départ, un engourdissement se produit dans les segments distaux des membres inférieurs et une douleur intense dans les muscles du mollet. Avec l'augmentation de la pression, l'algie dans les muscles augmente considérablement.

Au stade suivant du développement de la maladie, un dysfonctionnement est observé principalement des membres inférieurs, ce qui se traduit par une faiblesse, souvent même une paralysie. Les nerfs qui provoquent la flexion-extension du pied sont les plus endommagés. De plus, la sensibilité des couches superficielles du derme au niveau des mains de type «gants» et des pieds de type «orteil» est perturbée.

Dans certains cas, cette maladie peut avoir une évolution aiguë. Ceci est principalement dû à une hypothermie excessive..

En plus des symptômes cliniques ci-dessus, d'autres manifestations pathologiques peuvent également être présentes, telles qu'un changement significatif de l'échelle de couleur de la peau des jambes et de la température des extrémités, un œdème des parties distales des jambes (moins souvent des bras), une augmentation de la transpiration. La maladie en question peut parfois également toucher les nerfs crâniens, à savoir les nerfs oculomoteur et optique..

Les violations décrites sont généralement détectées et s'accumulent sur plusieurs semaines / mois. Cette maladie peut durer plusieurs années. Lorsque vous arrêtez de boire de l'alcool, vous pouvez vaincre la maladie.

La forme démyélinisante de la polyneuropathie est considérée comme une maladie grave accompagnée d'une inflammation des racines nerveuses et de lésions progressives de leur gaine de myéline.

La forme considérée de la maladie est relativement rare. Le plus souvent, la population masculine adulte souffre de cette maladie, bien qu'elle puisse également survenir dans la moitié la plus faible et les enfants. La polyneuropathie démyélinisante se manifeste généralement par une faiblesse des muscles des zones distale et proximale des membres, due à des lésions des racines nerveuses.

Le mécanisme de développement et le facteur étiologique de la forme considérée de la maladie aujourd'hui, malheureusement, ne sont pas connus avec certitude, mais de nombreuses études ont montré la nature auto-immune de la polyneuropathie démyélinisante. Pour un certain nombre de raisons, le système immunitaire commence à considérer ses propres cellules comme étrangères, ce qui lui permet de produire des anticorps spécifiques. Avec cette forme de pathologie, les antigènes attaquent les cellules des racines nerveuses, provoquant la destruction de leur membrane (myéline), provoquant ainsi un processus inflammatoire. À la suite de telles attaques, les terminaisons nerveuses perdent leurs fonctions fondamentales, ce qui provoque un trouble de l'innervation des organes et des muscles..

Puisqu'il est généralement admis que l'origine de toute maladie auto-immune a un lien avec l'hérédité, un facteur génétique dans la survenue d'une polyneuropathie démyélinisante ne peut être exclu. De plus, certaines conditions peuvent altérer le fonctionnement du système immunitaire. Ces conditions ou facteurs comprennent les troubles métaboliques et hormonaux, les efforts physiques intenses, l'infection du corps, le stress émotionnel, les vaccinations, les traumatismes, l'exposition au stress, les maladies graves et la chirurgie..

Ainsi, le traitement de la polyneuropathie des membres inférieurs est représenté par un certain nombre de caractéristiques qui doivent être prises en compte, car le trouble en question ne survient pas indépendamment. Par conséquent, lorsque les premières manifestations et signes d'une maladie sont détectés, il est nécessaire d'établir immédiatement le facteur étiologique, car le traitement, par exemple, de la polyneuropathie diabétique diffère du traitement de la pathologie causée par l'abus d'alcool..

Étiologie et pathogenèse des polyneuropathies

Au cœur de la polyneuropathie se trouvent des facteurs métaboliques (dysmétaboliques), mécaniques, toxiques et ischémiques qui provoquent le même type de modifications morphologiques de la gaine de myéline, de l'interstitium du tissu conjonctif et du cylindre axial. Si, en plus des nerfs périphériques, les racines de la moelle épinière sont également incluses dans le processus pathologique, dans ce cas, la maladie est appelée polyradiculoneuropathie..

Une intoxication polyneuropathique peut être provoquée: plomb, thallium, mercure, arsenic et alcool. Les polyneuropathies médicamenteuses surviennent en cas de traitement avec des antibiotiques, du bismuth, de l'émétine, des sels d'or, de l'isoniazide, des sulfamides, du méprobamate. Les causes des polyneuropathies peuvent être différentes:

  • pathologies diffuses du tissu conjonctif;
  • cryoglobulinémie;
  • l'avitaminose;
  • vascularite;
  • infections virales et bactériennes;
  • néoplasmes malins (lymphogranulomatose, cancer, leucémie);
  • maladies des organes internes (reins, foie, pancréas);
  • maladies des glandes endocrines (hyper- et hypothyroïdie, diabète, hypercortisolisme);
  • défauts génétiques des enzymes (porphyrie).

La polyneuropathie est caractérisée par deux processus pathologiques: la démyélinisation de la fibre nerveuse et les lésions de l'axone. Les polyneuropathies axonales résultent de problèmes avec la fonction de transport du cylindre axial, ce qui conduit à un trouble du fonctionnement normal des cellules musculaires et nerveuses. En raison de violations de la fonction trophique de l'axone, des changements de dénervation se produisent dans les muscles.

Le processus de démyélinisation est caractérisé par une violation de la conduction saltatoire de l'influx nerveux. Cette pathologie se manifeste par une faiblesse musculaire et une diminution des réflexes tendineux. La démyélinisation des nerfs peut être provoquée par une agression auto-immune, qui s'accompagne de la formation d'anticorps contre les composants de la protéine de myéline périphérique, d'une exposition à des exotoxines et de troubles génétiques.

Description du concept

Le système nerveux se différencie en autonome, central et périphérique. Chacun des systèmes a ses propres départements, plexus nerveux, terminaisons. Les maladies du cerveau et de la moelle épinière sont les plus difficiles à traiter. Les troubles des nerfs périphériques sont particulièrement dangereux, car ils innervent les tissus, les organes et les membres. Lorsque plusieurs fibres nerveuses symétriques sont touchées simultanément, une polyneuropathie est diagnostiquée.

L'état pathologique a plusieurs noms: neuropathie, polyradiculoneuropathie, polynévrite. Ce dernier terme désigne la présence d'un foyer d'inflammation. Ceci est inhabituel pour les terminaisons nerveuses périphériques, il est donc plus correct d'utiliser d'autres noms pour la maladie..

Polynévrite traduite du grec signifie «dommages à de nombreux nerfs».

La fibre nerveuse est représentée par la gaine de myéline et l'axone. La neuropathie peut affecter une zone spécifique de la structure du tissu nerveux. Lorsque l'axone est détruit, la maladie se développe lentement, se manifestant par une atrophie des jambes et des bras. Cela est dû à un dysfonctionnement du système autonome. La destruction de la gaine de myéline se déroule à un rythme rapide. En conséquence, les fonctions motrices et sensorielles sont altérées..

Le tableau clinique de la polyneuropathie

La symptomatologie de la polyneuropathie dépend de l'étiologie de la maladie. Cependant, les symptômes communs à tous les types de maladies peuvent être distingués. Tous les facteurs étiologiques qui provoquent la maladie irritent les fibres nerveuses, après quoi il y a violation des fonctions de ces nerfs. Les symptômes les plus prononcés d'irritation des fibres nerveuses sont les crampes musculaires (crampes), les tremblements (tremblements des membres), les fasciculations (contractions involontaires des faisceaux musculaires), les douleurs musculaires, la paresthésie (sensation de rampement sur la peau), l'augmentation de la pression artérielle, la tachycardie (rythme cardiaque rapide).

Les signes de dysfonctionnement nerveux comprennent:

  • faiblesse musculaire des jambes ou des bras (d'abord, elle se développe dans les muscles les plus éloignés de la tête);
  • atrophie musculaire (amincissement);
  • diminution du tonus musculaire;
  • hypesthésie (diminution de la sensibilité cutanée);
  • instabilité de la démarche en marchant les yeux fermés;
  • hypohidrose (peau sèche);
  • étourdissements et scintillement des mouches devant les yeux en essayant de se lever d'une position couchée, un pouls fixe.

Complications

Il existe de nombreuses complications possibles de la neuropathie périphérique et elles dépendent tout d'abord des causes des lésions du nerf périphérique. Par souci de concision, il existe trois complications principales et probablement les plus courantes, à savoir:

  • Pied diabétique. C'est l'une des conséquences les plus graves du diabète. Pour en savoir plus, nous vous recommandons de lire cet article..
  • Risque de gangrène. La gangrène est la désintégration d'un ou de plusieurs tissus corporels. La raison de ce processus est l'absence totale de circulation sanguine dans les cellules ou tissus correspondants. En cas de gangrène, le tissu nécrotique doit être retiré. Dans les cas les plus graves, une partie du corps est amputée..
  • Neuropathie autonome cardiovasculaire. C'est une condition pathologique qui perturbe complètement diverses fonctions nerveuses autonomes, y compris la pression artérielle, la fréquence cardiaque, le contrôle de la vessie, la transpiration, etc...

Polyneuropathies auto-immunes

La forme inflammatoire aiguë de la maladie survient avec une fréquence de un à deux cas pour cent mille personnes. Il est diagnostiqué chez les hommes âgés de 20 à 24 ans et de 70 à 74 ans. Elle se caractérise par l'apparition d'une faiblesse symétrique au niveau des membres. L'évolution typique de la maladie est caractérisée par des sensations douloureuses dans les muscles du mollet et des paresthésies (sensations d'engourdissement et de picotements) dans les doigts des extrémités, qui sont rapidement remplacées par une parésie flasque. Dans les régions proximales, une fonte musculaire et une faiblesse sont observées, la palpation révèle des douleurs dans les troncs nerveux.

La forme chronique de pathologie s'accompagne d'une aggravation lente (environ deux mois) des troubles moteurs et sensoriels. Cette pathologie survient souvent chez les hommes (40-50 ans et plus de 70 ans). Ses symptômes caractéristiques sont une hypotonie musculaire et une hypotrophie dans les bras et les jambes, une hypo- ou une aréflexie, une paresthésie ou un engourdissement des membres. Chez un tiers des patients, la maladie se manifeste par des crampes dans les muscles du mollet..

La grande majorité des patients (environ 80%) se plaignent de troubles autonomes et polyneuritiques. Chez 20% des patients, des signes de lésion du SNC sont notés - symptômes cérébelleux, pseudobulbaires, pyramidaux. Parfois, les nerfs crâniens sont également impliqués. La forme chronique de la maladie a une évolution sévère et s'accompagne de complications graves, par conséquent, un an après son apparition, la moitié des patients ont une incapacité partielle ou complète.

Quand voir un médecin?

En général, plus l'état de neuropathie périphérique est détecté tôt, plus la probabilité de complications est faible..

Par conséquent, si vous présentez un risque de neuropathie périphérique, vous devez faire attention aux symptômes et signes suivants, le cas échéant, vous devez consulter immédiatement votre médecin:

  • picotements, engourdissements ou perte de sensation au niveau des mains et en particulier des jambes;
  • perte de coordination et d'équilibre;
  • des coupures ou des blessures qui ne guérissent pas, en particulier sur les jambes;
  • problèmes du tube digestif (diarrhée, constipation, troubles urinaires).
  • évanouissement en se levant.

Polyneuropathies inflammatoires

La forme diphtérique de la maladie se caractérise par l'apparition précoce de troubles oculomoteurs (mydriase, ptose, diplopie, mobilité limitée des globes oculaires, paralysie de l'accommodation, diminution des réactions pupillaires à la lumière) et des symptômes bulbaires (dysphonie, dysphagie, dysarthrie). Une à deux semaines après le début de la maladie, la parésie des extrémités, prédominante dans les jambes, devient prononcée dans son tableau clinique. Tous ces symptômes sont souvent accompagnés de manifestations d'intoxication corporelle..

La polyneuropathie associée au VIH s'accompagne d'une faiblesse distale symétrique dans tous les membres. Ses premiers symptômes sont une légère douleur aux jambes et un engourdissement. Dans plus de la moitié des cas, les symptômes suivants sont observés:

  • parésie distale des membres inférieurs;
  • perte ou diminution des réflexes d'Achille;
  • diminution de la sensibilité aux vibrations, à la douleur ou à la température.

Tous ces symptômes apparaissent dans le contexte d'autres signes d'infection par le VIH - fièvre, perte de poids, lymphadénopathie.

Les polyneuropathies de la borréliose de Lyme sont considérées comme une complication neurologique de la maladie. Leur tableau clinique est représenté par une douleur intense et une parasthésie des membres, qui sont ensuite remplacées par des amyotrophies. La maladie se caractérise par des lésions plus graves des mains que des jambes. Les patients peuvent avoir des réflexes profonds sur leurs mains, mais les réflexes d'Achille et du genou restent.

Causes de l'état pathologique

La polyneuropathie des membres inférieurs n'est pas une maladie distincte. Il s'agit d'un syndrome neurologique qui se manifeste à la suite du développement de certaines pathologies. Tout facteur qui endommage le système nerveux périphérique peut provoquer la maladie.

Les causes de la polyneuropathie comprennent:

  • empoisonnement du corps avec de l'éthanol, des composés chimiques, une polyneuropathie de type gaz-axonale;
  • diabète sucré - polyneuropathie diabétique;
  • maladies infectieuses - diphtérie;
  • traitement à long terme avec des produits pharmacologiques;
  • carence en vitamines B;
  • alcoolisme chronique - polyneuropathie alcoolique;
  • états d'immunodéficience;
  • prédisposition génétique - démyélinisante;
  • métabolisme altéré.

La cause de la formation de la maladie peut être une infection par le VIH, des néoplasmes tumoraux, une chimiothérapie. Des perturbations du système nerveux périphérique peuvent survenir en raison de foyers infectieux et inflammatoires dans le tissu articulaire. Chez les enfants, la pathologie est généralement de nature génétique..

La cause de la progression du trouble est parfois une hypothermie. Une exposition prolongée au froid peut provoquer une inflammation, ce qui peut perturber l'état des fibres nerveuses. Une telle neuropathie est de nature autoallergénique, lorsque les lymphocytes réagissent à des structures tissulaires exposées à des influences externes: rayonnement, pénétration d'infections de diverses natures, traumatismes, médicaments.

La polyneuropathie des femmes enceintes est distinguée séparément, qui survient à n'importe quel trimestre de la grossesse ou au stade post-partum. Chez les femmes enceintes, la maladie se développe en raison d'une carence en vitamine B, d'une forte sensibilité aux protéines étrangères (protéines de l'embryon et du placenta) et des effets toxiques des produits métaboliques. Cette forme de maladie se manifeste souvent dans un contexte de grossesse sain, mais il y a aussi une aggravation des symptômes d'intoxication: vomissements, faiblesse, fatigue.

Polyneuropathies dysmétaboliques

Diagnostiqué chez 60 à 80% des patients atteints de diabète sucré. Les premiers symptômes de cette pathologie sont le développement de paresthésies et de dysesthésies dans les extrémités distales, ainsi que la perte des réflexes d'Achille. Si la maladie progresse, les patients commencent à se plaindre d'une douleur intense dans les jambes, qui s'intensifie la nuit, ainsi que d'une violation de la température, des vibrations, du toucher et de la sensibilité à la douleur. Plus tard, une faiblesse des muscles des pieds, des ulcères trophiques et des déformations des doigts s'ajoutent aux symptômes de la maladie. Cette maladie est caractérisée par des troubles autonomes: arythmies cardiaques, hypotension orthostatique, impuissance, gastroparésie, troubles de la transpiration, réactions pupillaires altérées, diarrhée.

Épidémiologie

La neuropathie périphérique est une pathologie assez courante.

Selon les statistiques, elle touche 1 personne sur 50 de la population totale, à partir de 55 ans elle touche tous les 10.

Ainsi, la maladie est plus fréquente chez les sujets d'âge moyen et plus âgés..

L'aspect épidémiologique du diabète sucré et de la neuropathie périphérique est particulièrement intéressant. En effet, selon le Center for Peripheral Neuropathy de l'Université de Chicago (UCCPN), environ 60% des diabétiques souffrent de lésions nerveuses périphériques plus ou moins sévères..

Polyneuropathie alimentaire

La polyneuropathie alimentaire est provoquée par un manque de vitamines A, E, B. Elle se caractérise par des manifestations telles que paresthésie, sensation de brûlure, dysesthésie dans les membres inférieurs. Chez les patients, les réflexes d'Achille et du genou diminuent ou disparaissent complètement, et des amyotrophies apparaissent dans les parties distales des bras et des jambes. Le tableau clinique de la pathologie comprend également la pathologie cardiaque, l'œdème des jambes, la perte de poids, l'hypotension orthostatique, l'anémie, la stomatite, les foins, la diarrhée, la dermatite, l'atrophie cornéenne.

Trouble de l'alimentation

En cas de malnutrition, le corps ne reçoit pas suffisamment de vitamines et de micro-éléments. La polyneuropathie peut se développer avec un manque de vitamines B1, B6, E, niacine.

Les carences en vitamines et oligo-éléments sont courantes dans les pays à faible niveau de vie.

Fait intéressant, les pays développés produisent parfois des aliments qui manquent de vitamines essentielles. Il existe des cas connus de maladies graves chez les jeunes enfants qui n'ont mangé que des préparations artificielles. Il s'est avéré que les fabricants du mélange n'incluaient pas l'une des vitamines importantes dans sa composition..

Il arrive souvent que les aliments modernes contiennent une quantité accrue de vitamines. Ce sont les aliments dits enrichis (enrichis). Il y a peu de chances que ces produits soient nocifs pour certaines catégories d'utilisateurs. Par exemple, les personnes atteintes de neuropathie alcoolique peuvent bénéficier de la vitamine B1, mais un excès de certaines autres vitamines B est nocif..

Diagnostic des polyneuropathies

Le diagnostic de la polyneuropathie commence par un historique de la maladie et des plaintes du patient. À savoir, le médecin doit demander au patient depuis combien de temps les premiers symptômes de la maladie sont apparus, en particulier une faiblesse musculaire, un engourdissement de la peau et autres, à quelle fréquence il consomme de l'alcool, si ses proches ont eu cette maladie, s'il est diabétique. Le médecin demande également au patient si ses activités sont liées à l'utilisation de produits chimiques, en particulier des sels de métaux lourds et de l'essence..

Au stade suivant du diagnostic, un examen neurologique approfondi est effectué pour détecter les signes de pathologie neurologique: faiblesse musculaire, zones d'engourdissement cutané, violation du trophisme cutané. Des tests sanguins sont nécessaires pour identifier toutes sortes de toxines, de produits protéiques et de taux de glucose.

Pour un diagnostic précis, un neurologue peut en outre prescrire une électroneuromyographie. Cette technique est nécessaire pour identifier les signes de lésions nerveuses et évaluer la vitesse de l'impulsion le long des fibres nerveuses. Une biopsie nerveuse est effectuée, ce qui implique l'examen d'un morceau de nerf, qui est prélevé sur le patient à l'aide d'une aiguille spéciale. De plus, vous devrez peut-être également consulter un endocrinologue et un thérapeute.

Polyneuropathie des membres supérieurs

Les membres supérieurs peuvent également devenir une zone touchée. Les symptômes de la polyneuropathie se manifestent par une diminution de la sensibilité à la douleur, une augmentation de la transpiration, une nutrition cutanée, une thermorégulation, des modifications de la sensibilité tactile, une paresthésie sous forme de «chair de poule».

La personne ressent une faiblesse dans ses mains. Il y a des algues brûlantes, éclatantes, œdémateuses. Des picotements dans les mains apparaissent. En outre, une personne perd la capacité d'effectuer des manipulations élémentaires..

Pour chaque patient, les symptômes évoluent selon leur propre scénario. Il est difficile d'isoler les formes claires de la maladie, car elles sont souvent mixtes.

Traitement des polyneuropathies

La tactique de traitement de la polyneuropathie est choisie en fonction de son étiologie. Pour le traitement d'une maladie héréditaire, une thérapie symptomatique est choisie, visant à éliminer les signes de pathologie les plus prononcés, qui aggravent la qualité de vie du patient. Le but de la forme auto-immune de polyneuropathie est d'obtenir une rémission. Le traitement des polyneuropathies alcooliques, diabétiques et urémiques est réduit à ralentir l'évolution de la maladie et à éliminer ses symptômes.

La physiothérapie joue un rôle important dans le traitement de tous les types de polyneuropathie, ce qui aide à prévenir les contractures et à maintenir un tonus musculaire normal. Si le patient a des problèmes respiratoires, il est indiqué pour une ventilation mécanique. Il n'existe aucun traitement médicamenteux efficace contre la polyneuropathie qui permettrait de s'en débarrasser pour toujours. Par conséquent, les médecins prescrivent un traitement de soutien visant à réduire la gravité des symptômes de la maladie..

  1. Le traitement de la polyneuropathie porphyrique consiste à prescrire du glucose, des médicaments symptomatiques et analgésiques au patient.
  2. Pour le traitement de la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique, la plasmaphérèse membranaire est utilisée (une méthode de purification du sang du patient en dehors de son corps). Si cette technique est inefficace, le médecin vous prescrit des glucocorticostéroïdes. Après le début du traitement, l'état du patient s'améliore après 25-30 jours. Après deux mois de traitement, vous pouvez commencer à réduire la dose du médicament..
  3. Dans le traitement de la polyneuropathie diabétique, en plus du neurologue, un endocrinologue est également important. Le but du traitement est d'abaisser progressivement la glycémie. Pour éliminer la douleur intense dont souffre le patient, des médicaments tels que la gabapentine, la prégabaline, la carbamazépine, la lamotrigine sont prescrits.
  4. Le traitement de la polyneuropathie urémique prévoit la correction du taux de toxines urémiques dans le sang par transplantation rénale ou hémodialyse programmée.
  5. Le succès du traitement de la polyneuropathie toxique dépend de la rapidité avec laquelle le contact du patient avec la substance toxique est interrompu. Si la maladie est devenue une conséquence de la prise de médicaments, son traitement doit commencer par une réduction de leur posologie. L'administration opportune de sérum antitoxique aidera à prévenir l'aggravation de la polyneuropathie diphtérique avec un diagnostic confirmé de diphtérie.

Activités thérapeutiques

Les neuropathies diabétiques et alcooliques sont difficiles à traiter. Ces formes s'accompagnent de douleurs atroces et d'une perte de sensibilité. Pour réduire l'intensité des manifestations cliniques, un traitement complexe est prescrit, dont les méthodes dépendent de la cause de la maladie..

Thérapie vitaminique

Le patient doit prendre des complexes multivitaminés, y compris des vitamines B: B1, B6, B12. Les médicaments les plus efficaces comprennent un complexe de vitamines de Thorne Research.

En plus de l'apport des vitamines décrites, des antioxydants sont souvent prescrits: vitamines E, A, C, coenzyme Q10, acide alpha lipoïque

Ces mesures affectent le métabolisme et augmentent la régénération tissulaire, y compris les cellules nerveuses.

Agents anesthésiques

Pour éliminer le syndrome douloureux, des médicaments anti-inflammatoires et des analgésiques de nature non narcotique doivent être pris. Les plus courants sont le tramal, l'aspirine.

Pour les douleurs insupportables, le médecin peut prescrire de la codéine, de la morphine. Le traitement analgésique est associé au Magne-B6, ce qui améliore l'effet thérapeutique.

Immunosuppresseurs, médicaments hormonaux

Il a été prouvé que le développement de certaines polyneuropathies est associé à une immunité tissulaire altérée. Par conséquent, une immunomodulation correctement sélectionnée est nécessaire. Les médecins prescrivent de la cyclosporine, de l'azathioprine avec du cyclophosphamide. Dans les cas graves, le traitement par immunosuppresseurs est accompagné d'un traitement hormonal (prednisolone).

Important! Le choix et la combinaison de médicaments doivent être gérés par un médecin.

Erbisol est prescrit comme médicament concomitant, qui comprend de nombreux éléments organiques naturels. Le médicament a une activité immunomodulatrice, antioxydante et anti-inflammatoire.

Autres médicaments

Pour le traitement symptomatique, les médecins prescrivent souvent Instenon. L'outil favorise la dégradation du glucose, améliore la nutrition des tissus. Le médicament a un effet vasodilatateur, diurétique et veinotonique..

Il est également nécessaire de prendre Actovegin, qui normalise les processus métaboliques, et Proserin, qui rétablit la conduction de l'influx nerveux. Une thérapie de désintoxication est souvent effectuée. Le traitement de la polyneuropathie des membres supérieurs et inférieurs nécessite l'administration de nombreux médicaments pour éliminer les symptômes.

Manipulations de physiothérapie

Lutter contre la maladie implique de prendre des médicaments avec une thérapie physique. Souvent, les procédures accompagnent le traitement principal afin d'augmenter l'efficacité du médicament. Il est recommandé au patient de faire de la physiothérapie, de recourir à la magnétothérapie. De telles manipulations maintiennent le tonus musculaire, améliorent la circulation sanguine..

Au fait! Avec la polyneuropathie alcoolique, la physiothérapie est effectuée après une thérapie de désintoxication dans un établissement médical.

La thérapie comprend le massage, la stimulation électrique. Les patients doivent adhérer à une nutrition appropriée, excluant les aliments contenant une forte concentration de graisses et de glucides de l'alimentation. Il est interdit de fumer et d'utiliser des stimulants.

Recettes de médecine traditionnelle

La polyneuropathie peut être traitée avec des méthodes non traditionnelles. Il est recommandé d'utiliser des huiles essentielles d'eucalyptus, de clou de girofle et de sapin. Il est nécessaire de se frotter les pieds avec un remède naturel. Il aide à soulager la douleur, à améliorer l'apport sanguin aux membres..

Les bains de pieds sont efficaces. Il est nécessaire de dissoudre un demi-verre d'essence de vinaigre et un verre de sel de mer dans 3 litres d'eau tiède. Vous devez abaisser vos pieds dans la solution médicinale pendant une demi-heure chaque jour pendant 30 jours.

Pronostic de polyneuropathie

Les patients diagnostiqués avec une polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique ont un pronostic de santé favorable. Le taux de mortalité des patients avec ce diagnostic est très faible. Cependant, il est impossible de guérir complètement la pathologie, par conséquent, le traitement implique l'élimination de ses symptômes. Un traitement immunosuppresseur peut permettre une rémission de la maladie dans plus de 90% des cas. Cependant, il faut se rappeler que la polyneuropathie s'accompagne de nombreuses complications..

La polyneuropathie héréditaire progresse très lentement, son traitement est donc difficile et le pronostic pour les patients est mauvais. Néanmoins, de nombreux patients parviennent à s'adapter et à apprendre à vivre avec leurs maladies. Un pronostic favorable pour la polyneuropathie diabétique n'est possible que si elle est traitée rapidement. Habituellement, les médecins parviennent à normaliser l'état du patient. Ce n'est que dans les derniers stades de la polyneuropathie que le patient peut se plaindre d'un syndrome douloureux sévère. Le pronostic pour la vie d'un patient atteint de polyneuropathie urémique dépend de la gravité de l'insuffisance rénale chronique.

Symptômes

En cas d'adénopathie cervicale, inguinale ou axillaire, une augmentation des ganglions lymphatiques est observée dans la zone correspondante, de insignifiante à perceptible à l'œil nu (d'un petit pois à un œuf d'oie). Leur palpation peut être douloureuse. Dans certains cas, une rougeur de la peau est notée sur les ganglions lymphatiques hypertrophiés..

Il est impossible de détecter une lymphadénopathie des ganglions viscéraux (mésentérique, pérébronchique, ganglions lymphatiques du hile hépatique) visuellement ou par palpation, elle n'est déterminée que lors de l'examen instrumental du patient.

En plus des ganglions lymphatiques hypertrophiés, un certain nombre d'autres signes peuvent accompagner le développement d'une lymphadénopathie:

  • perte de poids corporel inexpliquée;
  • augmentation de la température corporelle;
  • transpiration excessive, surtout la nuit;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • infections récurrentes des voies respiratoires supérieures (amygdalite, pharyngite).

Symptômes

En plus des modifications pathologiques des ganglions lymphatiques, des symptômes supplémentaires peuvent être observés. La nature de leur manifestation dépend de ce qui a provoqué le développement d'une telle pathologie. En général, les symptômes suivants peuvent être distingués:

  • éruptions cutanées sur la peau;
  • haute température;
  • augmentation de la transpiration (surtout la nuit);
  • attaques de fièvre;
  • augmentation de la splénomégalie et de l'hépatomégalie;
  • perte de poids soudaine, sans raison apparente.

Dans la plupart des cas, les ganglions lymphatiques enflés sont un marqueur d'autres maladies complexes..

Syndrome de Guillain-Barré (généralement démyélinisant)

Le syndrome de Guillain-Barré survient après le développement de certaines infections (dues à une infection par la bactérie Campylobacter Jejuni, cytomégalovirus, VIH, virus d'Epstein-Barr): l'immunité activée prend également la myéline et les axones comme "ennemis". En conséquence, une maladie grave avec polyneuropathie se développe. La forme la plus courante de syndrome de Guillain-Barré est la polyneuropathie inflammatoire démyélinisante aiguë. L'un de ses premiers signes est une faiblesse progressive, qui peut même se transformer en paralysie, touchant tous les membres, les muscles faciaux et respiratoires. Ceci dans un tiers des cas conduit à une ventilation artificielle des poumons. Environ la moitié des patients ressentent de la douleur.

Comment le syndrome de Guillain-Barré est-il traité? Fondamentalement, c'est de l'observation et du soin. Parfois, le médecin peut prescrire une plasmaphérèse (purification du plasma sanguin dans un appareil spécial) ou une administration intraveineuse d'immunoglobuline. Le traitement par glucocorticoïdes dans le syndrome de Guillain-Barré est fortement déconseillé. En cas de douleur, dans les cas graves, elle peut être traitée avec de la gabapentine ou de la carbamazépine. Si la douleur persiste pendant une longue période, votre médecin vous prescrira probablement des antidépresseurs tricycliques, de la prégabaline ou du tramadol. L'aggravation du syndrome de Guillain-Barré ne dure généralement pas plus de deux semaines, puis elle est remplacée par la stabilisation de l'état et la maladie disparaît en quelques semaines ou mois. Cependant, chez 5 à 10% des patients, la maladie dure plus longtemps et la guérison est plus difficile. Dans 2% des cas, la faiblesse se produit encore et encore. Parfois, la polyneuropathie du syndrome de Guillain-Barré reste irréversible.

Urémie (axonale)

L'urémie survient lorsque les reins ne font pas face à leur travail (cela se produit dans les maladies rénales chroniques): ce qui reste dans le sang est ce qui doit être excrété dans l'urine - les produits du métabolisme de l'azote et d'autres substances toxiques. Premièrement, la sensibilité des jambes est perdue, des picotements se produisent, une sensation de brûlure apparaît progressivement et les fonctions motrices sont perturbées: une faiblesse, des contractions musculaires et même une paralysie apparaissent. Lorsque ces symptômes apparaissent avec une maladie rénale, la personne a besoin d'une dialyse ou d'une transplantation rénale. Si le patient est déjà sous dialyse, la gabapentine et les antidépresseurs tricycliques peuvent être efficaces dans la lutte contre la polyneuropathie. La polyneuropathie disparaît généralement après une greffe de rein.

Maladie mettant la vie en danger (axonale)

Avec la polyneuropathie chez une personne gravement malade, les médecins travaillent généralement dans l'unité de soins intensifs. Avec la septicémie (empoisonnement du sang), la polyneuropathie axonale survient assez souvent. Il apparaît généralement dans une semaine ou deux après l'admission à l'unité de soins intensifs. Son symptôme le plus évident est la perte de sensibilité aux touches légères et aux injections. Si la faiblesse s'ajoute à cela, il y a probablement aussi des lésions musculaires - la myopathie. Bien sûr, dans une telle situation, l'essentiel est de faire face à la septicémie. À l'avenir, la restauration de la force musculaire et le retour de la sensibilité auront très probablement lieu dans leur intégralité, mais cela prendra des semaines, voire des mois. Certes, dans les cas graves, la sensibilité peut ne pas revenir..

Comment la musique guérira la maladie?

La musicothérapie n'appartient pas aux méthodes médicales. Il vise à maintenir l'état psychologique du patient, la relaxation. Le patient est invité à écouter des bruits blancs: sons de la nature, chant des oiseaux ou simplement bruit neutre.

À cela s'ajoute progressivement, qui se combine au rythme des sons entendus et du pouls d'une personne. Le patient peut effectuer de petits exercices pendant la musicothérapie.

La musique distrait le patient, réduit la gravité de l'attaque pendant un certain temps, aide à vivre pleinement dans les intervalles entre les médicaments.

Prévention des polyneuropathies

La prévention de la polyneuropathie implique la limitation des facteurs de risque. Une personne peut ne pas être en mesure d'éviter tous les facteurs de risque, mais certains changements de mode de vie peuvent réduire le risque. Il:

  • Évitez de boire de l'alcool;
  • Évitez l'exposition aux toxines, y compris la fumée de cigarette;
  • Limiter les facteurs contribuant aux blessures physiques;
  • Un sommeil et une activité physique adéquats soutiendront la fonction immunitaire;
  • Ayez une alimentation équilibrée riche en vitamines et minéraux;
  • Envisagez des suppléments de vitamine B12.

Pour certaines personnes, le traitement de la cause sous-jacente peut conduire à des améliorations. Pour d'autres, les dégâts seront permanents. Dans certains cas, les symptômes peuvent s'aggraver.

Code CIM-10

Selon la classification internationale des maladies de la dixième révision de la CIM-10, cette pathologie appartient à la classe "Polyneuropathies et autres troubles du système nerveux périphérique" et porte le code:

  • G60 - polyneuropathie idiopathique et pathologie génétique héréditaire;
  • G61, neuropathie inflammatoire;
  • G0 - polyneuropathie médicamenteuse;
  • G1 - type alcoolique de polyneuropathie;
  • G2 - polyneuropathie causée par d'autres éléments toxiques;
  • G8 - neuropathie radiologique;
  • G9, neuropathie non spécifiée;
  • G0 - polyneuropathie dans les maladies d'étiologie infectieuse et de cause parasitaire;
  • G1 - neuropathie dans les néoplasmes malins;
  • G2 - type de neuropathie diabétique;
  • G3 - polyneuropathie dans les pathologies des organes endocriniens;
  • G4 - neuropathie due à une mauvaise nutrition ou à une quantité insuffisante;
  • G5 - polyneuropathie avec lésions des tissus conjonctifs vasculaires;
  • G6 - pathologie des lésions osseuses et musculaires des organes;
  • G8 - autres neuropathies non incluses dans une classification distincte.
  • G64 - autres troubles du système nerveux des divisions périphériques.

Lymphadénopathie des ganglions cervicaux

La forme la plus courante d'inflammation des ganglions lymphatiques est la lymphadénopathie des ganglions lymphatiques cervicaux, qui est principalement le lot des pédiatres, car elle accompagne l'évolution des principales maladies infectieuses de l'enfance. Ces modifications inflammatoires sont généralement localisées dans la cavité buccale ou les glandes salivaires et, par conséquent, la proximité du groupe cervical de ganglions lymphatiques permet la fixation rapide d'une lymphadénopathie réactive. Ce type de lymphadénopathie nécessite rarement un traitement spécifique et les modifications des ganglions lymphatiques sont auto-nivelées après l'élimination de la cause fondamentale de la maladie..

La catégorie des patients adultes est moins touchée par cette pathologie et s'ils présentent des changements dans les groupes cervicaux des ganglions lymphatiques, il faut supposer la genèse tumorale de la lymphadénopathie. À cet égard, lors du traitement initial d'un patient atteint de lymphadénopathie cervicale, il est nécessaire de procéder à un examen instrumental complet non seulement de la zone touchée, mais également d'autres organes et systèmes afin d'exclure les néoplasmes malins..

La défaite de l'un ou l'autre groupe de ganglions lymphatiques cervicaux peut devenir un signe diagnostique et pronostique important de diverses conditions pathologiques dans le corps. Ainsi, une augmentation du groupe cervical postérieur des ganglions lymphatiques s'accompagne de foyers infectieux localisés dans le cuir chevelu, ainsi que de toxoplasmose et de rubéole. L'infection des paupières et de la conjonctive s'accompagne le plus souvent d'une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques cervicaux antérieurs. Et avec les changements existants dans tous les groupes de ganglions lymphatiques, il faut supposer que le patient a un lymphome.

L'infection tuberculeuse se caractérise par une hypertrophie progressive rapide des ganglions lymphatiques cervicaux, suivie de leur suppuration. Le groupe supraclaviculaire de ganglions lymphatiques est extrêmement rarement touché et la survenue de cette lymphadénopathie doit être considérée comme un signe pronostique défavorable (lésion métastatique lorsque le foyer tumoral primaire est situé dans les organes de la cavité thoracique). Le ganglion lymphatique épitrochléaire est affecté dans la sarcoïdose et la syphilis secondaire, tandis que l'élargissement des ganglions est bilatéralement symétrique. Sa lésion unilatérale accompagne le plus souvent une lésion infectée de la peau du membre supérieur.

Cryoglobulinémie, y compris dans le contexte d'une hépatite virale (axonale)

Les cryoglobulines sont des protéines du système immunitaire qui précipitent dans le froid (se dissolvent dans la chaleur) et s'accumulent dans les artères petites et moyennes, provoquant une variété de problèmes. La cryoglobulinémie mixte se produit souvent dans le contexte d'une hépatite chronique B ou C. Comment se manifeste-t-elle? Les symptômes sont très différents: purpura palpable (hémorragies volumétriques de la peau), douleurs articulaires, arthrite, insuffisance rénale, faiblesse, hypocomplémentémie (déficit du complément - un système de protéines impliquées dans le système immunitaire). La polyneuropathie avec cryoglobulinémie se manifeste de différentes manières: cela peut être une douleur, une perte de sensibilité et des troubles moteurs s'y ajoutent également dans certains cas. Cependant, ces symptômes ne peuvent pas être qualifiés de graves altérant la qualité de vie. Que faut-il pour la cryoglobulinémie mixte? Bien sûr, la cause de cette condition doit être traitée. Lorsqu'il s'agit, par exemple, d'hépatite, ce sont des médicaments antiviraux. Si la progression de la cryoglobulinémie mixte est très active et met la vie en danger, le médecin peut prescrire une courte cure de glucocorticoïdes avec rituximab ou cyclophosphamide. Dans certains cas, la plasmaphérèse aide.

Pathologie submandibulaire

La lymphadénopathie sous-maxillaire est le plus souvent diagnostiquée chez les enfants d'âge préscolaire et les adolescents. Comme le montre la pratique médicale, dans la plupart des cas, ces changements sont temporaires et ne constituent pas une menace pour la vie de l'enfant. Mais cela ne signifie pas que ces symptômes doivent être ignorés. La cause de l'élargissement des ganglions lymphatiques peut être une formation oncologique dangereuse. Par conséquent, une visite chez un thérapeute ne doit pas être reportée..


Ganglions lymphatiques enflés dans la région sous-maxillaire à gauche