PERTINENCE DU PROBLÈME

Département de chirurgie hospitalière

Avec un cours de chirurgie cardiovasculaire

Didacticiel

UDC 616.379-008.64-06 (075.8)

Le but de la publication de ce manuel est d'aider les étudiants à comprendre l'importance du problème du diabète sucré compliqué, d'étudier les méthodes de thérapie conservatrice et de traitement chirurgical, et de prévenir les lésions des membres inférieurs chez les patients atteints de diabète sucré. Le support pédagogique a été préparé sur la base d'informations littéraires scientifiques et de l'expérience personnelle du traitement de patients dans l'établissement de santé public "RKDC MH UR".

Le manuel a été préparé sur le cours de la chirurgie cardiovasculaire du Département de chirurgie hospitalière de l'ISMA sur la base de l'institution d'État "Centre républicain de clinique et de diagnostic du ministère de la Santé de l'UR".

Auteurs:

Assistant au cours de chirurgie cardiovasculaire, Ph.D., médecin en chef adjoint pour la chirurgie, établissement de santé d'État "RKDC MZ UR" Bendersky Yu.D..

Responsable du cours de chirurgie cardiovasculaire, Ph.D., professeur agrégé A.A. Kirshin.

Chef du service de diagnostic par rayons X de l'institution de santé publique "RKDTs MZ UR", radiologue indépendant en chef du MH UR Benderskaya N.A..

Assistant du Département de Thérapie Hospitalière, Candidat en Sciences Médicales, Professeur Associé Valeeva P.M.

Chef de la Polyclinique Consultative Chirurgicale de l'Institution de Santé d'Etat "RKDC MZ UR", Ph.D. Morozov A.A..

Assistant du département de thérapie hospitalière S.A. Pomosov.

Médecin thérapeute MUZ GKB n ° 8 Izhevsk Benderskaya E.Yu.

R e c e n z ents:

Professeur, docteur en sciences médicales Malchikov A.Ya.

Professeur, docteur en sciences médicales Gorbunov Yu.V..

PERTINENCE DU PROBLÈME

Le diabète sucré et les complications associées sont l'un des problèmes les plus urgents de la médecine moderne. L'importance du problème du diagnostic et du traitement du diabète sucré et de ses complications est déterminée par la survenue généralisée de cette maladie. Actuellement, le diabète sucré occupe la troisième place parmi les causes d'incapacité et de mortalité élevées chez les patients après des maladies cardiovasculaires et oncologiques..

Selon l'OMS, il y a actuellement environ 175 millions de patients atteints de diabète sucré sur notre planète. Tous les 12 à 15 ans, le nombre de patients atteints de diabète sucré double. Le plus grand nombre de décès (plus de 85%) survient dans le groupe d'âge de 60 ans et plus.

Les principales tâches pour résoudre le problème de la prévention et du traitement du diabète sucré sont: la réduction de la mortalité par pathologie cardiovasculaire chez les patients atteints de diabète sucré; réduire le nombre de complications précoces et tardives du diabète sucré; améliorer la qualité de vie et réduire les incapacités liées au diabète et à ses complications.

Le diabète sucré est le problème médical et social le plus aigu et constitue à juste titre l'une des premières priorités des systèmes nationaux de santé dans presque tous les pays du monde..

Le diabète sucré est un syndrome d'hyperglycémie chronique et de glucosurie causé par une carence absolue ou relative en insuline, entraînant une perturbation de tous les types de métabolisme, des lésions vasculaires (diverses angiopathies), une neuropathie et des modifications pathologiques de divers organes et tissus (OMS, 2001).

Classification étiologique des troubles glycémiques (OMS, 1999, 2000):

1. Diabète sucré de type 1 (destruction (3 cellules, conduisant généralement à une carence absolue en insuline):

2. Diabète sucré de type 2 (de la résistance à l'insuline prédominante avec une carence relative en insuline à un défaut de sécrétion prédominant ou sans résistance à l'insuline).

3. Autres types spécifiques de diabète:

a) des défauts génétiques de la fonction des cellules β du pancréas;

b) des défauts génétiques dans l'action de l'insuline;

c) les maladies du pancréas exocrine;

e) diabète induit par des médicaments ou des produits chimiques;

g) formes inhabituelles de diabète à médiation immunitaire;

h) d'autres syndromes génétiques, parfois associés au diabète.

4. Diabète sucré gestationnel.

Les complications tardives du diabète sucré (DM), telles que les microangiopathies (rétinopathie, néphropathie), les macroangiopathies (cardiopathie coronarienne, y compris les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux, le syndrome du pied diabétique et surtout la gangrène des membres inférieurs), diverses formes de neuropathie sont la principale cause d'invalidité et mortalité des patients diabétiques. Parmi eux, le syndrome du pied diabétique (DFS) occupe une place particulière dans la prédiction de la survie et la détermination de la qualité de vie. Le diabète sucré réduit l'espérance de vie (avec des fluctuations dans différents pays) de 2 à 12%. Le développement de lésions vasculaires dans le diabète sucré de type 2 (le type le plus courant de diabète sucré) est si caractéristique qu'il a servi de base pour le définir comme une maladie du système cardiovasculaire. Il faut considérer l'angiopathie diabétique et le «pied diabétique» non comme la fin du diabète, mais comme ses composants. Les changements dans le système cardiovasculaire sont différents pour différents types de diabète. Par exemple, dans le diabète de type 1, la dystrophie myocardique et la cardiopathie diabétique sont plus fréquentes. Avec le 2ème type de diabète sucré, on observe généralement une cardiopathie ischémique. Il existe des preuves que le diabète de type 2 et l'athérosclérose sont génétiquement liés. Dans le diabète sucré, le processus athéroscléreux est caractérisé par le développement de la sclérose calcifiante de Menckeberg et une fibrose intimale diffuse avec une progression rapide, une évolution maligne et des troubles trophiques des membres inférieurs difficiles à traiter. Le processus athérosclérotique dans le diabète est caractérisé par une peroxydation lipidique et une diminution de la protection antioxydante. Dans des conditions d'hyperglycémie et d'hyperinsulinémie, le foie utilise les acides gras comme substrat énergétique alternatif et commence à synthétiser une grande quantité de triglycérides à partir du glucose. Cela conduit à une augmentation de la concentration de lipoprotéines de très basse densité dans le sang et à une diminution du L-cholestérol anti-athérogène. L'hyperinsulinémie conduit à l'obésité abdominale, qui joue le rôle d'acides dé-gras. La combinaison de la glycolyse et de la peroxydation entraîne des changements profonds et irréversibles des lipoprotéines.
En conséquence, en réponse à l'apparition de lipoprotéines glyquées dans le sang, des processus auto-immuns se développent avec la formation d'anticorps dirigés contre elles. Ces complexes immuns pénètrent dans la paroi artérielle, favorisant le développement de l'athérosclérose. Les produits finaux de la glycolisation des lipoprotéines perturbent la fonction de l'endothélium, ce qui conduit à l'adhésion des cellules sanguines à celui-ci et à la pénétration de monocytes-macrophages dans la paroi vasculaire. Chez 50% des patients diabétiques, des interventions chirurgicales planifiées ou d'urgence sont nécessaires. Chaque année, 2,8 à 4,5 millions d'amputations élevées pour le diabète sont effectuées dans le monde, dont 12 000 amputations élevées dues à la gangrène diabétique sont pratiquées en Russie. Le nombre d'amputations répétées est également élevé, la mortalité atteignant 15 à 28%. Selon M.E. Levin et al. chez les personnes diabétiques de plus de 20 ans, l'incidence des lésions des membres inférieurs dépasse 80%.

Lors du I Symposium international sur le pied diabétique (Pays-Bas, 1991), une classification du SDS a été proposée:

1. Forme neuropathique:

a) 1a - sans arthrose;

b) 16 - arthrose diabétique - "Pied de Charcot".

2. Forme neuroischémique.

3. Pied gangréneux ischémique.

Les changements diabétiques des membres inférieurs sont le plus souvent le résultat d'une combinaison de deux ou plusieurs facteurs de risque. La neuropathie diabétique périphérique joue un rôle déterminant dans le développement du SDS, qui entraîne une diminution ou une perte de sensibilité des membres inférieurs, une déformation des pieds et un changement de démarche. Chez ces patients, même un petit traumatisme peut provoquer le développement d'un ulcère chronique. Diminution ou perte de sensibilité, déformation des pieds, restriction de la mobilité articulaire conduisent à une redistribution de la charge biomécanique sur le pied. La conséquence en est la formation de cors. Aux endroits de leur apparition, lorsque la peau est endommagée, des ulcères apparaissent, dont les précurseurs sont des hémorragies. Malgré cela, le patient continue de marcher, ce qui perturbe la guérison du processus de l'ulcère et, dans certains cas, aggrave la maladie.

Classification des lésions du pied en fonction de la profondeur de la destruction tissulaire (selon Wagner):

Grade 0 - l'état des pieds chez les patients diabétiques à risque de développer un diabète;

Grade 1 - ulcère superficiel;

Grade 2 - un ulcère qui pénètre dans toutes les couches de la peau jusqu'au tendon;

Grade 3 - ulcère profond, pénétrant dans les muscles, avec contamination bactérienne massive, développement d'un abcès et ajout possible d'ostéomyélite;

Grade 4 - gangrène du pied ou de l'orteil individuel.

Les paramètres glycémiques cibles à atteindre chez les patients atteints de diabète de type 2 sont présentés dans le tableau 1..

Cibles glycémiques,

introduction

Le diabète sucré (DM) est l'un des principaux problèmes médicaux et sociaux de la médecine moderne. La large prévalence, l'invalidité précoce des patients, la mortalité élevée ont permis aux experts de l'OMS de considérer le diabète sucré comme une épidémie d'une maladie non transmissible spéciale et de considérer la lutte contre elle comme une priorité des systèmes de santé nationaux..

Ces dernières années, dans tous les pays hautement développés, il y a eu une augmentation marquée de l'incidence du diabète sucré. Les coûts financiers du traitement des patients atteints de diabète sucré et de ses complications atteignent des chiffres astronomiques.

Le diabète sucré de type I (insulino-dépendant) est l'une des maladies endocriniennes les plus courantes chez l'enfant. Parmi les patients, les enfants représentent 4 à 5%.

Presque tous les pays ont un programme national de lutte contre le diabète. En 1996, conformément au décret du Président de la Fédération de Russie sur les mesures de soutien de l'État aux personnes atteintes de diabète sucré, le programme fédéral << Diabète sucré >> a été adopté, qui comprend notamment l'organisation d'un service pour le diabète, la fourniture de médicaments aux patients et la prévention du diabète. En 2002, le programme fédéral d’objectifs «Diabète sucré» a de nouveau été adopté.

Pertinence: le problème du diabète sucré est prédéterminé par la prévalence importante de la maladie, ainsi que par le fait qu'il est à la base du développement de maladies et de complications concomitantes complexes, d'une invalidité précoce et de la mortalité.

Objectif: étudier les caractéristiques des soins infirmiers pour les patients atteints de diabète sucré.

1. Étudier les sources d'informations sur l'étiologie, la pathogenèse, les formes cliniques, les méthodes de traitement, la rééducation préventive, les complications et les conditions d'urgence des patients atteints de diabète sucré.

2. Identifier les principaux problèmes chez les patients atteints de diabète sucré.

3. Montrer la nécessité de sensibiliser les patients atteints de diabète sucré à l'école du diabète.

4. Développer des conversations préventives sur les principales méthodes de diététique, de maîtrise de soi, d'adaptation psychologique et d'activité physique.

5. Tester les données des entretiens avec les patients.

6. Développer des rappels pour approfondir les connaissances sur les soins de la peau, les bienfaits de l'activité physique.

7. Se familiariser avec l'expérience de l'école du diabète sucré GBU RME DRKB.

Revue de la littérature de recherche

Diabète sucré de type I

Le diabète sucré de type I (IDDM) est une maladie auto-immune caractérisée par une carence absolue ou relative en insuline due à des lésions des cellules B pancréatiques. Dans le développement de ce processus, la prédisposition génétique est importante, ainsi que les facteurs environnementaux..

Les principaux facteurs contribuant au développement de l'IDDM chez les enfants sont:

infections virales (entérovirus, virus de la rubéole, oreillons, virus coxsackie B, virus de la grippe);

infections intra-utérines (cytomégalovirus);

absence ou réduction du moment de l'allaitement;

différents types de stress;

la présence d'agents toxiques dans les aliments.

Dans le diabète de type I (insulino-dépendant), le seul traitement consiste à administrer régulièrement de l'insuline de l'extérieur en association avec un régime et un régime strict..

Le diabète de type I survient avant l'âge de 25 à 30 ans, mais peut se manifester à tout âge: dans la petite enfance, à 40 ans et à 70 ans.

Le diagnostic de «diabète sucré» est posé selon deux indicateurs principaux: le taux de sucre dans le sang et dans les urines.

Normalement, le glucose est retenu pendant la filtration dans les reins et le sucre dans l'urine n'est pas détecté, car le filtre rénal retient tout le glucose. Et lorsque le taux de sucre dans le sang est supérieur à 8,8-9,9 mmol / L, le filtre rénal commence à faire passer le sucre dans l'urine. Sa présence dans l'urine peut être déterminée à l'aide de bandelettes de test spéciales. Le niveau minimum de sucre dans le sang auquel le sucre commence à apparaître dans l'urine s'appelle le seuil rénal..

Une augmentation de la glycémie (hyperglycémie) à 9-10 mmol / L entraîne son excrétion dans les urines (glucosurie). Excrété dans l'urine, le glucose emporte avec lui une grande quantité d'eau et de sels minéraux. En raison d'un manque d'insuline dans le corps et de l'impossibilité de faire pénétrer le glucose dans les cellules, ces dernières, en état de manque d'énergie, commencent à utiliser les graisses corporelles comme source d'énergie. Produits de dégradation des graisses - les corps cétoniques, et en particulier l'acétone, qui s'accumulent dans le sang et l'urine, conduisent au développement d'une acidocétose.

Le diabète sucré est une maladie chronique et il est impossible de se sentir malade toute sa vie. Par conséquent, lors de l'enseignement, il est nécessaire d'abandonner des mots tels que «maladie», «malade». Au lieu de cela, il convient de souligner que le diabète n'est pas une maladie, mais un mode de vie..

La particularité de la prise en charge des patients atteints de diabète sucré est que le rôle principal dans l'obtention des résultats du traitement est attribué au patient lui-même. Par conséquent, il doit être bien conscient de tous les aspects de sa propre maladie afin d'ajuster le schéma thérapeutique en fonction de la situation spécifique. Les patients doivent à bien des égards assumer la responsabilité de leur santé, et cela n'est possible que s'ils sont correctement formés.

Les parents portent une énorme responsabilité pour la santé d'un enfant malade, car non seulement l'état de santé et de bien-être à l'heure actuelle, mais aussi tout le pronostic de la vie dépendent de leur alphabétisation en matière de diabète, de la bonne gestion de l'enfant..

Actuellement, le diabète n'est plus une maladie qui priverait les patients de la possibilité de vivre, de travailler et de faire du sport normalement. Sous réserve du régime alimentaire et du régime correct, avec des options de traitement modernes, la vie du patient n'est pas très différente de la vie de personnes en bonne santé. L'éducation des patients au stade actuel de développement de la diabétologie est une composante nécessaire et une garantie du succès du traitement des patients atteints de diabète sucré, parallèlement à la pharmacothérapie..

Le concept moderne de gestion du diabète traite cette maladie comme un certain mode de vie. Selon les tâches actuellement définies, l'existence d'un système efficace de prise en charge du diabète permet d'atteindre des objectifs tels que:

normalisation complète ou presque complète des processus métaboliques pour éliminer les complications aiguës et chroniques du diabète sucré;

améliorer la qualité de vie du patient.

Relever ces défis exige beaucoup d'efforts de la part des agents de soins de santé primaires. L'attention portée à l'éducation en tant que moyen efficace d'améliorer la qualité des soins infirmiers pour les patients se développe dans toutes les régions de Russie.

Pertinence du problème du diabète sucré.

La Journée mondiale du diabète est célébrée le 14 novembre. Cette journée est une raison de penser à votre santé, aux problèmes de diabète. Le thème de la Journée mondiale du diabète 2018 est la famille et le diabète. La Russie fait partie des cinq pays où l'incidence du diabète est la plus élevée.

Le diabète sucré est une maladie métabolique dans laquelle le corps manque d'insuline et la glycémie augmente. Normes de sucre dans le sang de 3,3 mmol / l - 5,5 mmol / l. La glycémie est essentielle car elle transporte l'énergie vers les cellules, qui est produite lorsqu'elle est décomposée. Pour que le glucose pénètre dans les cellules, l'hormone insuline est nécessaire, qui est produite par le pancréas, il y a parfois des dysfonctionnements dans la production d'insuline, en conséquence, le sucre s'accumule dans le sang et les cellules ne reçoivent pas de nutrition.

À la fin de 2017, le nombre de patients diabétiques dans la ville était de 7082 personnes, dont le diabète de type 2 - 6788, le diabète de type 1 - 294. En 2017, 543 personnes sont de nouveau tombées malades. Le diabète est de 2 types: le diabète de type 1 est insulino-dépendant, c'est-à-dire que le patient s'injecte de l'insuline toute sa vie, le diabète de type 2 est insulino-indépendant, se déroule plus facilement que le diabète de type 1.
Le risque de développer un diabète sucré est hérité, la possibilité de tomber malade peut être obtenue non même de parents proches, mais des générations précédentes.
Le diabète peut être causé par une maladie virale, une intervention chirurgicale ou une peur grave. Les signes d'une maladie latente sont la furonculose, les plaies à long terme non cicatrisantes, les démangeaisons du périnée, diverses éruptions cutanées, la maladie parodontale. Des symptômes tels que la forte consommation d'alcool et la miction, la perte de poids, la fatigue, la faiblesse devraient vous alerter. Si l'un de ces symptômes apparaît, il est préférable de consulter immédiatement un médecin.

Une raison obligatoire pour l'enquête est:

- diabète de tout type chez les proches;

- en surpoids;

- augmentation de la pression artérielle de plus de 140/90;

- des taux élevés de cholestérol, de triglycérides;

- symptômes de fatigue chronique, bouche sèche, soif incontrôlable;

- plus de 45 ans chez des personnes en parfaite santé.

Le diabète sucré est une maladie incurable, il est donc important de faire de la prévention et, lorsque les premiers symptômes apparaissent, contactez un endocrinologue. La maladie nécessite une surveillance et une attention tout au long de la vie. Pour le patient, l'essentiel est d'apprendre à gérer le diabète avec l'aide d'un médecin afin que la maladie n'interfère pas avec la vie normale. Plus une personne connaît la maladie, mieux elle maîtrise les méthodes élémentaires de contrôle de son état et corrige correctement, à l'aide d'un régime, la glycémie. Par exemple, le «City Hospital» a créé et exploite une école du diabète, dans laquelle les patients apprennent à gérer le diabète. Les cours à l'école donnent des résultats positifs.

Les endocrinologues du monde entier estiment que la meilleure prévention du diabète est un mode de vie sain, qui contribue au maintien de la santé et à une vie épanouie..

Santé, vous habitants de Kamensk-Uralsky!

Chef du service d'endocrinologie "City Hospital": Klinova O.N..

Pertinence du diabète sucré

Les stratégies de prise en charge des maladies endocrinologiques généralisées sont à l'ordre du jour de nombreuses conférences médicales régulières à tous les niveaux. Les problèmes réels du diabète sucré ne diminuent pas.

L'un des principaux est que les exigences médicales clairement prescrites sont satisfaites par quelques patients. Les experts disent que dans la plupart des cas, vous pouvez obtenir une compensation stable de la glycémie (taux de sucre dans le sang). L'essence de la maladie ancienne a-t-elle changé ou l'approche de son traitement a-t-elle changé??

Les enfants constituent une catégorie particulière de patients diabétiques

Le nombre de diabétiques insulino-dépendants augmente chaque année. Le groupe des patients de type 2 qui ne sont pas sous insulinothérapie comprend le plus souvent les personnes de plus de 45 ans. Leur problème est qu'il peut être difficile pour les patients adultes de changer leurs habitudes alimentaires et leur mode de vie en raison de la maladie. Les statistiques médicales sont telles que le ratio des groupes 1 et 2 ressemble à 10 et 90%.

D'autres troubles de l'organisme rejoignent le diagnostic principal d'un patient âgé: dysfonctionnements du tractus gastro-intestinal, obésité, hypertension. Les pathologies obligent le patient à avoir des restrictions sur les composants alimentaires (glucides «rapides», graisses animales). Mais dans l'arsenal des diabétiques de type II, il y a une expérience de vie, des compétences et des connaissances qui doivent être utilisées correctement.

Chez ces patients, la période de procréation responsable est en retard, ce qui, au contraire, est en avance sur les jeunes. Un enfant avec un diagnostic doit apprendre à calculer avec précision les "unités de pain" conventionnelles indiquant le rapport: 12 g de pain à la nourriture consommée et une dose d'insuline à action brève. Être capable de comprendre l'hormonothérapie substitutive, l'étiquetage, les types et les conditions de stockage des médicaments hypoglycémiants utilisés.

Jusque-là, les parents ou les personnes qui les remplacent devraient le faire à sa place. La nutrition d'un bébé malade ne diffère pas de la normale. Son corps grandit et se développe, il a donc besoin d'un ensemble complet de nutriments. En même temps, le jeune homme bouge beaucoup..

Souvent, la stratégie de traitement dépend étroitement de la cause du diabète. L'hyperglycémie à long terme (taux élevé de sucre dans le sang) est causée par un manque d'hormone pancréatique. Ou il existe des facteurs dans le corps qui neutralisent l'activité de l'insuline. Une caractéristique de la maladie endocrinienne est une évolution chronique et une violation de tous les types de métabolisme (glucides, protéines, graisses, sel d'eau, minéraux).

Les enfants de 10 à 12 ans qui sont au début de la puberté, à l'origine de la révolution hormonale, se trouvent dans une zone de risque particulière pour l'apparition de la maladie. Le diabète de type 1 insulino-dépendant est souvent provoqué par des flambées virales saisonnières. Les cellules spécialisées du pancréas appelées «îlots de Langerhans» refusent de synthétiser (produire) de l'insuline.

La recherche moderne montre que le système immunitaire est généralement responsable de la production de cellules bêta. Lorsque ses fonctions sont violées, des anticorps commencent à être produits dans le sang. Ils sont dirigés contre les propres tissus du corps. Tout ce qui affecte négativement le système immunitaire conduit indirectement à une maladie diabétique.

«Groupes à risque» pour le diabète de type 1

La génétique est reconnue comme un facteur de risque commun, en particulier dans l'hérédité du diabète de type non insulino-dépendant. Des recherches scientifiques récentes ont montré que les tests génétiques sont une prédisposition potentielle au diabète après la naissance. Cela signifie qu'une personne est avertie de la possibilité de son développement..

Les principales tentatives pour minimiser le développement du diabète chez les jeunes du «groupe à risque»:

  • Profitez du détournement de la vaccination secondaire. La question autrefois controversée reçoit de plus en plus de confirmation sous la forme d'une augmentation enregistrée des cas de manifestation de diabète sucré de type 1 peu après une vaccination préventive..
  • À la maternelle et à l'école, l'infection par des maladies herpétiques virales (stomatite, varicelle, rubéole) doit être particulièrement évitée. L'infection peut souvent être asymptomatique, latente (secrète) et avec des symptômes atypiques pendant une longue période.
  • Effectuer régulièrement la prévention de la dysbiose intestinale, identifier les violations des enzymes.
  • Protégez-vous du stress en utilisant des moyens abordables (blocages psychologiques, exercices de respiration, plantes médicinales).

Pour les personnes prédisposées au diabète, il est important de surveiller le poids corporel à tout âge. Formellement, la valeur normale est la valeur obtenue du fait de la différence de hauteur, mesurée en cm, et d'un facteur 100. Le chiffre est analysé avec le poids réel, en kg. Chez un enfant en bas âge (jusqu'à 1 an), le poids normal est calculé selon des tableaux spéciaux.

Alternative à l'insulinothérapie?!

Synthétisée, obtenue artificiellement, similaire à l'hormone pancréatique humaine, est le leader incontesté parmi les antihyperglycémiants. Les injections d'insuline réduisent la glycémie rapidement et efficacement. Mais il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles son utilisation est inacceptable pour un patient particulier (intolérance individuelle au médicament, incapacité à contrôler la glycémie).

En plus des problèmes de diabète sucré chez les enfants, dans le traitement de la maladie, ils sont confrontés à la question de savoir comment l'insulinothérapie peut être remplacée ou quels moyens l'utiliser en parallèle. Par exemple, l'acupuncture est réputée très efficace. Mais comme toute autre méthode, elle présente des problèmes pratiquement insolubles..

Les patients qui décident de l'utiliser doivent en être conscients:

  1. La procédure doit être effectuée par un spécialiste expérimenté strictement selon un calendrier.
  2. Une vraie séance d'acupuncture est indolore. La douleur n'est pas une soi-disant «sensation anticipée».
  3. Il est psychologiquement difficile de supporter la vue des aiguilles et toute la procédure.

L'utilisation de techniques de phytothérapie est plus recommandée pour les patients âgés. L'action des plantes médicinales est douce et prolongée dans son action. Dans tous les cas, les patients doivent être prudents et attentifs lorsqu'ils sont initiés à de nouvelles techniques qui promettent une guérison à 100% de la maladie..

Aujourd'hui, la médecine n'a pas de moyen de restaurer complètement la fonction altérée du pancréas - pour produire de l'insuline. Mais plusieurs méthodes et moyens corrects pour corriger une glycémie élevée ont été testés. Ils aident à augmenter les performances du corps et à améliorer le bien-être humain..

Ceux-ci inclus:

  • remèdes homéopathiques;
  • minéraux et vitamines (groupe B, acide ascorbique, A, PP);
  • solutions aqueuses électro-activées (dispositif "Expero");
  • acupression et acupuncture (acupuncture);
  • exercices physiques et respiratoires (simulateur de Florov);
  • aromathérapie et réflexologie utilisant du miel, des sangsues, des produits métalliques, etc..

Les éléments chimiques (chrome, vanadium, magnésium) augmentent la tolérance au glucose. Les complexes végétaux contenant des parties d'herbes hypoglycémiques (galegi, chicorée, haricots) sont recommandés. Certains exercices physiques et respiratoires pour les diabétiques sont tirés de l'ancien système de guérison des yogis (le complexe Salutation au Soleil), la gymnastique de Strelnikova..

Avant de vous installer sur une méthode ou un remède spécifique, vous devez consulter un endocrinologue. Seul un spécialiste certifié et expérimenté peut modifier le schéma thérapeutique établi dans le contexte de l'utilisation de méthodes thérapeutiques non traditionnelles avec des signes évidents d'amélioration.

Le plus grand effet est au début de la maladie, avec une forme bénigne de son évolution, utilisée pour la prévention par les personnes du «groupe à risque». Le résultat obtenu ne peut pas être mis en pause. Il est préservé avec une adhésion constante à une alimentation rationnelle, en maintenant un poids normal, une activité physique.

Les méthodes dites non traditionnelles de traitement du diabète, en collaboration avec les méthodes officielles, contribuent à améliorer les indicateurs de l'état du patient de 25 à 30%. Mais ils ne remplacent pas complètement l'insuline et les autres médicaments hypoglycémiants..

Les enfants et les jeunes nécessitent une attention particulière: avec une maladie de moins d'un an, le traitement dispensé apporte souvent une amélioration temporaire de la santé. Il peut être perçu à tort par ceux qui l'entourent et par le patient lui-même comme un remède absolu. L'annulation de la prise d'antihyperglycémiants ou l'auto-réduction de leur dose entraîne le développement de complications. Une aggravation sévère de l'évolution de la maladie se produit.

Améliorer l'insulinothérapie

Souvent, une maladie diabétique à long terme chez les personnes du second type pose la question du passage à l'insulinothérapie avant le médecin et le patient. Cela se produit lorsque les formulations de pilules d'antihyperglycémiants ne fonctionnent pas correctement. Dans le même temps, le niveau glycémique reste constamment élevé (plus de 7-8 mmol / L à jeun et 10-12 mmol / L 2 heures après avoir mangé).

Alors que la catégorie «audition optimiste» comprend des informations sur la création d'insuline orale. La difficulté de créer un tel médicament réside dans le fait que l'hormone est de nature protéique. Sa structure est détruite lors du passage dans le tractus gastro-intestinal. Nécessite une capsule d'insuline pour la maintenir en attente.

Un appareil portable appelé pompe à insuline est utilisé. Il remplace simultanément les seringues et un glucomètre (glycémie). Le capteur est attaché au corps d'une personne par une ceinture. Dans l'abdomen, la paroi abdominale externe est la plus fine et les injections sont les moins douloureuses. En pratiquant une ponction, l'appareil prend actuellement des numérations globulaires. Le «remplissage» électronique permet le traitement des informations et une injection adéquate d'insuline est effectuée.

Les inconvénients sont associés au port prudent de la pompe, au remplacement rapide des consommables (piles, manchons à insuline, aiguilles). L'appareil est retiré la nuit ou pendant les procédures d'eau. Son principal avantage est qu'il évite les surtensions du fond glycémique..

Cela signifie que le patient a plus de possibilités d'éviter les complications diabétiques tardives dangereuses:

  • perte de vision;
  • gangrène des jambes;
  • maladies vasculaires du cœur, des reins.

La pompe à insuline est un bond en avant révolutionnaire en diabétologie. L'appareil évite l'hypoglycémie. Les signes classiques d'un état mortel (transpiration, tremblements des mains, faiblesse, étourdissements) peuvent être mal interprétés par le patient et son environnement ou manqués pour diverses raisons.

L'importance principale d'une pompe à insuline est la capacité à préserver une vie de qualité pour les personnes actives qui mènent des activités intenses, pour les femmes enceintes qui souhaitent donner naissance à un bébé en bonne santé..

Le début de l'utilisation des technologies cellulaires dans le traitement du travail perturbé de la glande endocrine a été posé. Des tests systématiques sont en cours pour créer:

  • variante physiologique du remplacement tissulaire par des cellules bêta «non actives»;
  • pancréas artificiel;
  • un lecteur de glycémie non invasif qui analyse le sang sans perforer la peau ou le capillaire.

La pertinence du diabète sucré parmi les maladies de notre temps ne se limite pas aux réalisations des spécialistes. Un pourcentage énorme de succès dans la lutte contre la maladie appartient au comportement du patient lui-même, à son rejet des mauvaises habitudes, en particulier le tabagisme. Les vaisseaux du fumeur sont exposés au «triple impact» des substances nocives, des cigarettes, du sucre et du cholestérol. Cela signifie que les complications tardives se développent à un rythme accéléré..

Il est impossible de bien adhérer à un régime spécial développé pour les diabétiques sans en comprendre les bases. Le patient ou son environnement doit être conscient de:

  • Glucides «rapides» et «lents»;
  • unités de grains (XE);
  • index glycémique des aliments (IG).

La nourriture est préparée de manière spéciale, en évitant la friture, l'ébullition et le broyage intenses (jus de fruits, purée de pommes de terre, semoule). L'alphabétisation diabétique permet l'utilisation d'une variété d'aliments dans l'alimentation. En mangeant comme les gens ordinaires, les diabétiques ont moins de raisons de regretter leur santé perdue, de maintenir leur état émotionnel à un niveau positif.

Traitement du diabète

Aujourd'hui, l'urgence du problème du diabète sucré et de ses complications est à égalité avec le cancer et les maladies cardiovasculaires. Selon l'OMS, le nombre de patients diabétiques dans le monde est d'environ 180 millions de personnes. L'espérance de vie des patients diabétiques est inférieure de 30% à la moyenne de la population mondiale, mais les indicateurs les plus alarmants sont les taux de croissance sans précédent de la morbidité et de la mortalité. Selon les prévisions de l'OMS, dans l'état actuel des choses, la mortalité due au diabète et à ses complications au cours des 10 prochaines années augmentera de plus de 50%. Quelle est l'essence de cette maladie? Comment l'identifier à un stade précoce et réduire le risque de complications? Nous en parlerons dans notre article.

Le concept de «diabète sucré» réunit un groupe de maladies chroniques qui surviennent soit avec une production insuffisante d'insuline par le pancréas, soit avec l'incapacité des cellules du corps à répondre de manière adéquate à l'insuline. Quelle que soit la cause, le principal symptôme du diabète sucré est l'hyperglycémie ou une glycémie élevée. L'hyperglycémie dans le diabète sucré s'accompagne d'un apport insuffisant de glucose dans les cellules, ce qui entraîne une perturbation de tous les types de métabolisme et l'accumulation de produits toxiques dans le corps. Avant la découverte de l'insuline, l'intoxication était la principale cause de décès précoce chez les patients atteints de diabète sucré..

Les premières descriptions relativement précises du diabète sucré datent du IIe siècle avant JC et appartiennent au médecin grec Démétrios d'Apamanie. Vraisemblablement, c'est lui qui a utilisé pour la première fois le terme «diabète», qui signifie «passer». Ce nom reflétait l'incapacité du corps à «retenir l'eau», que l'on croyait être la cause de la maladie. Beaucoup plus tard, le nom de diabète «sucré» est apparu, à cause du goût de l'urine - la seule analyse disponible à l'époque. Les anciens peuples de l'Inde, de la Chine et du Japon dans ce domaine faisaient confiance aux fourmis, qui n'étaient pas indifférentes à l'urine des patients diabétiques. Par conséquent, dans les langues de ces peuples, le diabète sucré sonne à peu près de la même manière et signifie «maladie des urines sucrées».

Actuellement, il existe deux principaux types de maladies: le diabète insulino-dépendant, ou diabète de type 1, et le diabète non insulino-dépendant - alias diabète de type 2.

L'insuline est l'une des hormones du pancréas. Il est produit par des cellules bêta (cellules hormono-actives dans le pancréas) situées dans les îlots de Langerhans en réponse à une glycémie élevée. C'est lorsque les cellules bêta sont endommagées que survient une carence en insuline et que le diabète sucré se développe..

Le diabète sucré de type 1 se développe avec une diminution critique de la synthèse de l'insuline, due à la destruction des cellules pancréatiques. En règle générale, ce type de diabète se manifeste à un âge relativement jeune (jusqu'à 40 ans) et représente 5 à 10% de tous les types de diabète. Dans le développement du diabète de type 1, les mécanismes auto-immuns jouent un rôle majeur, grâce auquel le système immunitaire perçoit son propre pancréas comme un agent étranger et commence à le combattre à l'aide de cellules et d'anticorps spéciaux. Les facteurs contribuant à l'apparition de la maladie sont l'hérédité, le stress, les maladies virales.

Le diabète sucré de type II (non insulino-dépendant) diffère en ce que le taux d'insuline dans le sang reste normal et même élevé pendant longtemps. Le point de départ du développement de la maladie est l'incapacité des cellules du corps à répondre de manière adéquate à l'insuline et au glucose, dont le taux augmente dans le sang. Au fil du temps, la sensibilité des cellules pancréatiques à l'hyperglycémie diminue, tout comme la capacité à synthétiser l'insuline, ce qui entraîne une diminution des taux d'insuline dans le sang dans un contexte d'hyperglycémie persistante. Le diabète sucré non insulino-dépendant représente jusqu'à 95% de tous les cas de cette maladie. Les principaux facteurs de risque de cette maladie sont la prédisposition héréditaire et l'obésité..

Les endocrinologues modernes sont alarmés par le fait que le diabète non insulino-dépendant, qui a toujours été considéré comme un diabète plus âgé, est maintenant observé même chez les jeunes enfants, et que la prévalence de cette forme de diabète est de plus en plus répandue. Dans certains pays, l'incidence du diabète de type 2 chez les enfants est plus élevée que celle du diabète de type 1, qui est traditionnellement considéré comme «infantile». Compte tenu de ces facteurs, revenons plus en détail sur certaines des caractéristiques du diabète non insulino-dépendant..

"La faim parmi l'abondance"

C'est ainsi que le diabète sucré de type 2 a été récemment caractérisé. Comme déjà mentionné, avec le diabète de type 2, il y a une augmentation du taux de glucose dans le sang et, en même temps, un manque prononcé de celui-ci à l'intérieur des cellules. C'est-à-dire que dans le même organisme, il y a une «faim» de cellules dans le contexte d'une «abondance» de glucose dans le lit vasculaire. La cause principale de cette condition est un défaut des récepteurs cellulaires qui interagissent avec l'insuline. Ces récepteurs sont situés à la surface de la membrane cellulaire et seulement après le contact du récepteur avec l'insuline, la cellule «s'ouvre» au glucose. Ainsi, un défaut de récepteur conduit à une pénétration altérée du glucose dans la cellule et, par conséquent, à une hyperglycémie et à une carence en glucose dans la cellule. Pour compenser l'hyperglycémie (à laquelle il est très sensible), le pancréas synthétise activement de l'insuline dont la quantité devient rapidement excessive. Ceci est suivi d'une déplétion du pancréas, entraînant une carence en insuline dans le sang..

Facteurs de risque de développer un diabète

On a toujours cru que l'hérédité joue un rôle important dans le développement du diabète de type 2. Il a été prouvé que le risque de développer la maladie augmente 5 à 6 fois en présence de diabète sucré chez les parents ou les proches. Mais même les études génétiques modernes n'ont pas réussi à identifier le gène pathologique responsable du développement du diabète. Ce fait conduit de nombreux médecins à l'idée que le développement du diabète de type 2 dépend davantage de l'action de facteurs externes. Et les cas de morbidité chez les proches parents s'expliquent par des erreurs similaires en nutrition..

Par conséquent, le principal facteur de risque (susceptible d'être corrigé) est actuellement considéré comme une mauvaise alimentation et l'obésité associée. À notre avis, le mot «obésité» est assez catégorique et ne s'applique qu'aux manifestations extrêmes de surpoids. En fait, il existe trois degrés d'obésité, avec un lien direct entre le degré d'obésité et le risque de développer un diabète de type 2, qui double pour chaque excès de poids de 20%. Le plus souvent, le développement de l'obésité, et du diabète sucré associé, est facilité par 2 facteurs: une mauvaise alimentation et la sédentarité (mode de vie sédentaire). Une alimentation malsaine qui contribue au développement du diabète signifie la consommation d'aliments riches en calories, riches en glucides, en sucreries, en alcool et un apport insuffisant en fibres végétales. Ce type de régime assure une glycémie élevée. L'inactivité physique, en revanche, maintient l'hyperglycémie, réduisant les besoins de l'organisme en glucose en raison des faibles coûts énergétiques.

Comment reconnaître les premiers signes du diabète?

Le diabète de type 2 se développe généralement lentement. Parfois, le diagnostic n'est posé que quelques années après l'apparition des premiers symptômes de la maladie. Pendant ce temps, de graves changements se produisent dans le corps, qui entraînent souvent le handicap du patient et constituent même une menace pour sa vie..

Le tout premier symptôme de la maladie est le plus souvent une polyurie (augmentation de la fréquence des mictions avec une augmentation de la quantité d'écoulement urinaire). Le patient urine fréquemment et abondamment, jour et nuit. La polyurie est causée par une concentration élevée de sucre dans l'urine, qui s'accompagne de l'élimination de grands volumes d'eau. Ainsi, le corps essaie de se débarrasser de l'excès de glucose. De grandes pertes d'eau entraînent une déshydratation du corps (qui se manifeste par la soif) avec des perturbations ultérieures du métabolisme eau-sel. La violation du métabolisme eau-sel affecte le travail de tous les organes et systèmes, et en particulier l'activité cardiaque. Ce sont les troubles du travail du cœur qui sont la raison d'aller chez le médecin, ici le diabète sucré devient une découverte accidentelle.

La déshydratation du corps se manifeste également par une peau sèche et des muqueuses, ce qui entraîne une diminution de leurs capacités de protection et le développement de processus infectieux. Les processus de régénération tissulaire et de cicatrisation des plaies ralentissent, de nombreux patients notent une fatigue constante, une perte de poids rapide. Dans certains cas, la perte de poids stimule les patients à manger plus activement, ce qui ne fait qu'aggraver l'évolution de la maladie.

Tous ces symptômes peuvent être corrigés et disparaissent complètement après le début du traitement en temps opportun. Cependant, avec une évolution prolongée de la maladie, un certain nombre de complications surviennent - des troubles organiques persistants difficiles à traiter. Les vaisseaux sanguins, les reins, les yeux et les fibres nerveuses sont les plus touchés dans le diabète non compensé. La lésion vasculaire (angiopathie), tout d'abord, se manifeste dans les parties du corps où le flux sanguin est physiologiquement réduit - dans les membres inférieurs. L'angiopathie entraîne une altération de la circulation sanguine dans les vaisseaux des jambes, ce qui, associé à une absorption insuffisante du glucose par les tissus, entraîne la survenue d'ulcères trophiques à long terme non cicatrisants et, dans les cas graves, à une nécrose tissulaire (gangrène). Les conséquences de l'angiopathie des membres inférieurs sont l'une des principales causes d'invalidité chez les patients atteints de diabète sucré..

Les lésions rénales (néphropathie) sont une conséquence des lésions des vaisseaux rénaux. La néphropathie se manifeste par une perte croissante de protéines dans l'urine, l'apparition d'un œdème et une pression artérielle élevée. Au fil du temps, une insuffisance rénale se développe, qui devient la cause du décès chez environ 20% des patients atteints de diabète sucré.

Les lésions oculaires liées au diabète sont appelées rétinopathie. L'essence de la rétinopathie est que les petits vaisseaux sont endommagés dans la rétine, dont le nombre augmente avec le temps. Les dommages aux vaisseaux entraînent un décollement de la rétine et la mort des bâtonnets et des cônes, les cellules de la rétine responsables de la perception de l'image. La principale manifestation de la rétinopathie est une diminution progressive de l'acuité visuelle, conduisant progressivement au développement de la cécité (chez environ 2% des patients).

La défaite des fibres nerveuses se déroule selon le type de polyneuropathie (lésions multiples des nerfs périphériques), qui se développe chez près de la moitié des patients atteints de diabète sucré. En règle générale, la polyneuropathie se manifeste par une altération de la sensibilité cutanée et une faiblesse des membres..

Diagnostics simples et vitaux

Actuellement, le coût du diagnostic d'une maladie dépasse souvent le coût du traitement ultérieur. Le coût de montants énormes, malheureusement, ne garantit pas une précision à cent pour cent de la méthode de diagnostic et les avantages pratiques des résultats pour un traitement ultérieur. Cependant, ce problème ne s'applique pas au diagnostic du diabète sucré. Désormais, presque tous les cabinets de généralistes ou de médecins de famille disposent d'un glucomètre - un appareil qui vous permettra de déterminer le taux de sucre dans le sang en une minute. Et si le fait même de l'hyperglycémie ne permet pas au médecin de poser un diagnostic immédiatement, il donne lieu à de nouvelles recherches. Les tests ultérieurs (glycémie à jeun, glycémie urinaire et test de tolérance au glucose) ne sont pas non plus des méthodes de recherche coûteuses. Ils sont généralement suffisants pour exclure ou confirmer un diagnostic de diabète..

Vous devriez consulter un médecin si vous avez:

  1. Polyurie et soif
  2. Augmentation de l'appétit avec un poids réduit
  3. en surpoids
  4. Sécheresse de la peau et des muqueuses pendant une longue période
  5. Tendance aux lésions infectieuses de la peau et des muqueuses (furonculose, mycoses, cystite, vaginite, etc.)
  6. Nausées ou vomissements récurrents
  7. Déficience visuelle sous forme de brouillard
  8. Il y a des parents atteints de diabète

Mais même en l'absence de symptômes, il vaut la peine de subir périodiquement des examens médicaux préventifs, car environ 50% des cas de diabète sucré de type II se déroulent sous une forme asymptomatique pendant une longue période..

Tout est dans tes mains

Lors de la confirmation du diagnostic de diabète sucré de type 2, beaucoup poussent un soupir de soulagement: "Dieu merci, ce n'est pas le premier...". Mais, en fait, il n'y a pas de différence significative entre ces maladies. En fait, la seule différence réside dans les injections d'insuline, qui commencent le traitement du diabète de type 1. Cependant, avec une évolution longue et compliquée du diabète de type II, le patient passe tôt ou tard également à un traitement à l'insuline..

Sinon, les deux types de diabète sont remarquablement similaires. Dans les deux cas, le patient doit être très discipliné, avoir une organisation rationnelle de la nutrition et du régime quotidien, et avoir une prise de médicaments claire tout au long de sa vie. Aujourd'hui, les médecins ont à leur disposition un énorme arsenal de médicaments réducteurs de sucre de haute qualité capables de maintenir la glycémie à un niveau normal, ce qui peut réduire considérablement le risque de complications, augmenter l'espérance de vie du patient et améliorer sa qualité..

Une condition préalable à un traitement efficace et à une longue vie à part entière est une coopération étroite du patient diabétique avec le médecin traitant, qui surveillera l'état de santé et ajustera le traitement tout au long de la vie du patient..

Auteur: docteur en médecine familiale, Ph.D., Maslyanik Yulia Nikolaevna

Projet sur le thème: «Diabetes mellitus. Maladie ou mode de vie "

sur le sujet: «Diabetes mellitus. Maladie ou mode de vie "

type de projet: axé sur la pratique

Élève de 10e année

Yakhontova Alexandra Evgenievna

Kharkharova Svetlana Vladimirovna

CHAPITRE 1 ASPECTS THÉORIQUES DE L'ÉTUDE DU DIABÈTE MELLITUS

1.1. Antécédents de diabète sucré 5

1.2. L'essence du concept d '«insuline» et les découvertes qui lui sont associées 6

1.3. Types de diabète sucré: signes distinctifs de la maladie 7

1.4. Contrôle de la glycémie 8

1.5. Nutrition pour le diabète 9

1.6. École du diabète 13

1.7 Diabète et activité physique 13

CHAPITRE 2. ASPECTS PRATIQUES DE L'ÉTUDE DU DIABÈTE MELLITUS

2.1. Enquête sociologique, analyse des résultats 14

2.3. Recommandations diététiques 14

RÉFÉRENCES 17

Épidémie du XXIe siècle - c'est ce que l'on appelle maintenant le diabète.

Diabète. Maladie ou mode de vie? Il est impossible de répondre sans équivoque à cette question. Ce problème est l'un des plus urgents pour plusieurs raisons..

Premièrement, le diabète est l'un des «trois leaders» - des maladies qui causent la mort humaine, après des maladies comme le cancer et l'athérosclérose. Les soins de santé tirent la sonnette d'alarme et vous incitent à être plus attentifs à votre état de santé afin de prévenir la maladie, ou de la diagnostiquer à un stade précoce. Selon l'OMS, le diabète sucré augmente la mortalité de 2 à 3 fois et réduit l'espérance de vie.

Deuxièmement, l'ampleur de la propagation de la maladie. Le nombre de cas augmente chaque année de 5 à 7%. Dans le monde, il y en a environ 200 millions. cas, mais si nous prenons en compte les personnes qui ont une forme légère de diabète qui ne nécessite pas de médicaments, alors ce chiffre peut doubler.

Chaque année, cette maladie augmente régulièrement, malgré le fait que les scientifiques tentent de trouver un remède contre le diabète..

Cela signifie que le diabète devient un mode de vie pour de nombreuses personnes..
De nombreuses personnes dès la naissance ont une prédisposition à telle ou telle maladie. Leur apparition ou non dépend de leur mode de vie, ainsi que des conditions environnementales. Le diabète sucré est une maladie multifactérienne

La pertinence du projet est déterminée par le caractère incurable du diabète sucré et la capacité à prévenir cette maladie.

explorer les possibilités de prévention du diabète sucré;

Pour atteindre cet objectif, les tâches suivantes ont été définies et résolues:

étudier la littérature scientifique sur le problème de la recherche;

faire des recommandations (menu) pour les patients atteints de diabète sucré;

3. élargir les connaissances des étudiants sur le diabète;

4. Mener une étude sociologique pour déterminer le niveau de sensibilisation à ce sujet parmi les élèves de 10e année et transmettre les résultats à tous les participants.

Pour résoudre les tâches, les méthodes suivantes ont été choisies:

1. sociologique (réalisation d'une enquête sociologique auprès des participants à l'expérience);

2. analytique (conclusions, comparaisons, hypothèses obtenues lors de l'expérience).

CHAPITRE 1 ASPECTS THÉORIQUES DE L'ÉTUDE DU DIABÈTE MELLITUS

1.1 Histoire du diabète sucré

Les anciens manuscrits japonais, chinois et arabes parlent du fait que dans les temps anciens, la soi-disant urine douce était considérée comme l'un des principaux symptômes du diabète..

En fait, «diabète» est un mot grec qui signifie «expiration», c'est-à-dire que nous pouvons conclure que l'expression «diabète» se traduit littéralement par «perdre du sucre». Cette définition reflète le principal symptôme de la maladie - la perte de sucre, qui est excrété dans l'urine..

L'histoire du diabète sucré réside dans le nom. La définition du «diabète sucré» a été introduite par Aretheus de Cappadoce, un guérisseur grec qui a vécu en 200 avant JC. Il a écrit que le diabète est une maladie mystérieuse. Il convient de noter que, malgré le fait que beaucoup de temps se soit écoulé, ce dicton reste pertinent aujourd'hui, car la cause de l'apparition de cette maladie en général et de ses complications ultérieures en particulier reste largement non élucidée..

Aretheus a remarqué que chez les personnes souffrant de cette maladie, la miction est trop fréquente, tandis que le liquide est excrété du corps inchangé. Pour cette raison, le médecin a appelé la maladie diabète, ce qui signifiait à l'origine «passe». Plus tard, le médecin a ajouté le mot mellitus - "sucre, miel". Aretheus a également noté que les patients souffrent constamment de soif: ils ont la bouche sèche, voire boivent constamment. [1]

Comment la maladie a-t-elle été reconnue dans les temps anciens? Les manuscrits survivants de cette époque indiquent que l'urine sucrée était l'un des principaux symptômes de cette maladie. «Diabète» est un mot grec qui signifie «expiration», c'est-à-dire que «diabète» au sens littéral du mot peut être traduit par «perdre du sucre». La définition du «diabète sucré» a été inventée par Aretheus de Cappadoce, un guérisseur grec qui a écrit dans ses manuscrits que le diabète est une maladie mystérieuse. Beaucoup de temps s'est écoulé depuis, mais ce dicton est toujours d'actualité, puisque la cause de cette maladie, les complications restent inconnues. Un ancien médecin grec a remarqué que les personnes souffrant de cette maladie avaient des mictions fréquentes, que les gens avaient constamment la bouche sèche et qu'ils avaient souvent soif.

En 1776, le médecin anglais Dobson a mené une étude, à la suite de laquelle il a prouvé que l'urine des patients diabétiques contient du sucre et a un goût sucré. Un peu plus tard, la maladie a été appelée diabète. C'est à partir de cette époque que commence l'ère moderne du diabète sucré..

En 1889, lors de l'étude du pancréas, certains amas cellulaires y ont été trouvés, on leur a donné le nom d'îlots de Langerhans - en l'honneur du chercheur qui les a découverts. Dans le même temps, la signification de ces «îlots» et leur rôle dans le fonctionnement de l’organisme n’ont pu être expliqués

L'essence du concept d '«insuline» et les découvertes qui y sont associées

Les biologistes Mehring et Minkowski ont prélevé le pancréas des animaux, les incitant ainsi à développer un diabète. En 1921, Bunting et Best ont reçu l'hormone insuline des tissus de la glande, ce qui a éliminé tous les signes de la maladie chez les animaux de laboratoire. Et un an plus tard, l'insuline a d'abord été utilisée avec succès pour traiter les personnes souffrant de cette maladie..

En 1960, les scientifiques ont établi la composition chimique de l'hormone humaine insuline, et en 1976, l'insuline humaine a été synthétisée à partir de cette hormone, extraite uniquement d'un porc..

En 1978, un médecin portugais a noté que le diabète n'est pas tant une maladie qu'un mode de vie particulier. Et pour cette raison, une école spéciale a été ouverte pour eux, qui a expliqué aux patients comment vivre avec cette maladie, sans perdre la qualité de vie. Il est à noter que le médecin a attiré l'attention de ses patients sur le fait que le diabète sucré ne raccourcit pas la vie, mais oblige le patient à respecter les règles appropriées. [1]

L'insuline est une hormone. Il est produit par les cellules b du pancréas. La principale propriété de l'insuline est d'abaisser la glycémie. Il est important de noter que seule l'insuline est capable de réduire la glycémie, le reste des hormones produites dans le corps (hormone surrénalienne, hormone thyroïdienne, hormone de croissance) augmente le glucose dans le corps.

L'insulinothérapie dans le traitement du diabète sucré est substitutive. Si l'insuline n'est plus produite dans l'organisme, elle est remplacée par de l'insuline sous forme de médicament.

Les insulines se distinguent par leur durée d'action:

-des insulines à action brève ou à action brève sont administrées avant les repas ou pour corriger une glycémie élevée;

-les insulines de durée moyenne ou à action prolongée sont injectées 1 à 2 fois par jour. L'administration de ces insulines est indépendante de l'apport alimentaire..

L'insuline a les capacités suivantes:

Régule la quantité de sucre dans le sang

Favorise le processus de conversion de l'excès de sucre dans le corps en glycogène

Normalise l'état du patient

Empêche le développement de maladies et de complications

Vous permet de mener une vie épanouissante. [2]

1.3 Types de diabète sucré: caractéristiques de la maladie

La maladie «diabète sucré» implique la présence de deux types principaux de la maladie, qui sont très différents l'un de l'autre..

Le diabète de type 1 comprend 10 à 15% de la population totale. Il s'agit principalement de l'état du corps humain, lorsque l'insuline ne pénètre pas dans la circulation sanguine, ce qui entraîne une perturbation du travail de tout le système interne, c'est-à-dire une carence complète en insuline. Dans ce cas, il est nécessaire de faire une injection d'insuline pour ramener le sucre à la normale. Lorsqu'elle est diagnostiquée avec un diabète de type 1, une personne doit injecter la bonne quantité d'insuline dans le sang tout au long de sa vie..

Il faut également ajouter qu'en plus d'administrer des doses d'insuline, un diabétique atteint du premier type de maladie doit suivre un régime strict, puisque seuls certains ingrédients alimentaires doivent être présents dans son alimentation..

Le diabète du deuxième type a des conséquences moins dangereuses, il est noté chez 85% de tous ceux qui souffrent de la maladie en général. Il s'agit d'une forme plus courante de la maladie, caractérisée par une quantité insuffisante de production d'insuline. Cela peut être reconstitué grâce à des préparations de comprimés, qui sont prescrites par des spécialistes des cliniques..
Il convient de noter que dans la plupart des cas, le développement du diabète sucré de type 2 est associé au résultat final de la transition vers le premier type. Pendant un certain temps, le patient peut prendre des pilules, travailler sur son alimentation et sa santé, cependant, s'il ne suit pas un mode de vie sain, et s'il a également une prédisposition extrêmement forte à la maladie, la phase de la maladie passera finalement au premier type, nécessitant de l'insuline et une seringue. [3]

1.4 Contrôle de la glycémie

Une personne peut-elle ressentir sa glycémie? Probablement pas. Le corps est conçu pour que nous éprouvions des taux de sucre dans le sang très bas ou élevés. Il y a des gens (généralement de jeunes enfants) qui ne ressentent même pas une glycémie très basse. Si une glycémie élevée persiste pendant une longue période, le corps peut prendre l'habitude de ce niveau élevé, et une glycémie proche de la valeur normale sera alors perçue comme faible. Le glucomètre dans la vie d'un patient diabétique joue l'un des rôles principaux, car une personne est simplement obligée de surveiller en permanence son taux de sucre dans le sang et de ne pas se fier à des sensations subjectives.
Faible glycémie - hypoglycémie. Les symptômes d'hypoglycémie apparaissent le plus souvent lorsque la glycémie est inférieure à 3,9 mmol / L. Les symptômes peuvent inclure la faim, des palpitations cardiaques, des mains tremblantes, de la transpiration, des jambes faibles, des nausées, de l'anxiété, une vision trouble, de la confusion. Il faut se rappeler que la gravité de l'hypoglycémie n'est pas déterminée par le taux de sucre dans le sang, mais par le bien-être de l'enfant..

Que faire en cas d'hypoglycémie?

-mesurez votre glycémie avec un glucomètre;

-prenez des glucides «rapides». Par exemple, du glucose en comprimés ou sous forme de gel, ou 2 à 5 morceaux de sucre;

-mesurer la glycémie après 15 minutes pour s'assurer que l'hypoglycémie a disparu.

Glycémie élevée - hyperglycémie. La cause de l'hyperglycémie est une carence en insuline. Sauter l'injection d'insuline n'est pas autorisé! Les symptômes d'une glycémie élevée comprennent: soif, mictions fréquentes et abondantes, fatigue, maux de tête et moins souvent irritabilité. [4]

1.5 Nutrition pour le diabète

Aujourd'hui, les questions de nutrition et d'alimentation dans le diabète sucré de tout type sont un sujet très sérieux qui est soulevé par chaque patient après avoir reçu un diagnostic de la maladie. Les personnes atteintes de diabète devraient suivre un régime tout au long de leur vie, car sans un diène, la santé de cette catégorie de personnes se détériorera.

Avec cette maladie, il faut à tout prix observer un certain nombre de restrictions.

Quelles sont les règles d'une bonne nutrition? Tout d'abord, le traitement du diabète sous toutes ses formes est basé sur une thérapie diététique, qui vise à réduire le poids du patient et à réduire la charge sur le pancréas..

Équilibre des nutriments. 16% de protéines, 24% de matières grasses et 60% de glucides;

La teneur en calories de l'alimentation quotidienne est fixée en tenant compte de la consommation énergétique du patient, tout en tenant compte des indicateurs physiques du diabétique;

Les glucides raffinés sont remplacés par des édulcorants;

Le régime est basé sur les vitamines, les fibres alimentaires, les oligo-éléments;

La consommation de graisses animales est réduite de 2 fois;

Apport alimentaire fractionné (5 à 6 fois / jour). Au jour le jour, les repas sont pris à la même heure, en équilibre avec les médicaments et l'exercice. [5]

Selon les médecins, le traitement médicamenteux peut être évité si une personne se protège elle-même d'une éventuelle suralimentation, minimise la consommation de graisses et de glucides facilement digestibles. Une alimentation équilibrée permet de consommer une grande quantité de nourriture, mais avec modération et avec une bonne préparation. Ainsi, le poisson et la viande maigre peuvent consommer 100 à 200 grammes par jour s'ils sont cuits à la vapeur. Il est recommandé d'utiliser du sarrasin ou du gruau comme plat d'accompagnement pour ces composants. Le riz bouilli, le millet et l'orge perlé conviennent également comme plat d'accompagnement dans des portions un peu plus petites.

Les contre-indications pour le diabète sucré comprennent les produits à base de farine, les pâtes, les légumineuses et la semoule. Les diabétiques devraient consommer ces aliments en quantités minimales. Vous ne devriez pas non plus vous appuyer sur des produits riches / panifiés. Il est permis de manger environ 200 g de pain noir ou diabétique par jour. Il est recommandé de préparer les soupes, y compris les soupes en purée, avec des légumes autorisés. Les bouillons de viande et de poisson ne peuvent être inclus dans le régime alimentaire que deux fois par semaine. Il est très utile de prendre une collation avec des herbes / légumes, et ils peuvent être cuits sous n'importe quelle forme sauf frits. Évitez de manger des légumes tels que:

La norme des légumes énumérés consommés par jour ne doit pas dépasser 200 g. Environ 200 à 300 g sont autorisés à manger des baies et des fruits aigres-douces, tandis que les bananes, les raisins et les fruits secs correspondants sont interdits à la consommation..

Important: du fromage cottage quotidien (200 g), du kéfir / yogourt (200-300 g), des tisanes, du thé vert, une infusion d'églantier doivent être présents sur la table.

Interdit d'utiliser

Évitez de manger des aliments contenant du sucre «instantané», ce qui augmente rapidement le taux de glucose

Outre les produits autorisés et recommandés, il existe un certain nombre de produits interdits. Les contre-indications au diabète de type 2 comprennent les aliments contenant à la fois une grande quantité de graisses et de glucides. Parmi eux, la margarine, les graisses de cuisson, la graisse de porc, le bacon, la graisse d'agneau. De plus, il est très important de prêter attention à la composition des produits finis achetés. Il ne doit contenir aucun des ingrédients interdits énumérés ci-dessus. Il est également inacceptable de faire cuire de la nourriture dessus..

Entre autres choses, il ne vaut absolument pas la peine de manger des viandes grasses comme le porc, le canard, l'oie. Dans la zone interdite, il existe également des produits semi-finis nocifs - saucisses, conserves, conserves, viandes fumées. Divers cornichons et marinades auront un effet extrêmement négatif sur la santé d'un diabétique, même s'ils sont préparés à base de légumes et de variétés de poissons faibles en gras. Les aliments épicés, aigres et salés sont interdits, y compris divers arômes et additifs, sauces et marinades, mayonnaise.

Bien sûr, il est totalement inacceptable d'inclure divers desserts, bonbons, confiseries et pâtisseries dans le régime alimentaire. Les gâteaux, la crème, le chocolat, la crème, les bonbons, les glaces grasses sont strictement interdits. Les produits laitiers sont également très discutables pour un diabétique, y compris toutes sortes de soupes au lait.

Ce qu'il est important de savoir sur la nutrition:

1. Les besoins en insuline dépendent de l'indice glycémique des aliments contenant des glucides. Cet indicateur reflète le taux de leur dégradation dans le corps et l'effet sur la glycémie. Il est inapproprié de réduire le contenu calorique de l'alimentation en limitant l'apport en graisses. Il a été prouvé qu'ils n'ont pas d'effet d'augmentation du sucre. Tout d'abord, il est important de minimiser la proportion d'aliments à indice glycémique élevé contenant des glucides rapides (muffins, bonbons, pain blanc, fruits secs, boissons gazeuses et alcoolisées).

2.GI - valeur relative, distribution conditionnelle des produits sur une échelle de 1 à 100, où l'indice glycémique du glucose a été pris comme 100. Lorsque le glucose est pris en interne, il est complètement absorbé et, par conséquent, le taux de sucre dans le sang augmente de 100% par rapport au niveau initial. Les aliments qui ont des index glycémiques différents provoquent une augmentation de la glycémie à des rythmes différents, bien qu'ils puissent contenir la même quantité de glucides. Il faut garder à l'esprit que le traitement thermique et le broyage augmentent l'IG. Par exemple, l'IG des pommes de terre frites - 95, de la purée de pommes de terre - 90, des pommes de terre bouillies - 75, bouillies dans leur peau - 65.

3. En réduisant la proportion d'aliments à indice glycémique élevé (glucides rapides), il est beaucoup plus facile de contrôler les besoins en insuline. Dans la plupart des cas, pour déterminer la dose adéquate, il suffit d'évaluer visuellement la teneur en glucides du produit selon le système d'unités de pain (XE). 1 XE est la quantité d'un produit contenant 12 g de glucides. Pour traiter 1 XE, environ 2 unités d'insuline sont nécessaires. Un repas ne doit pas contenir plus de 6 à 8 XE et la ration quotidienne doit être d'environ 18 à 25 XE. [6]

1.6 École du diabète

Pourquoi des «écoles du diabète» sont-elles créées? L'école du diabète a été créée pour aider les personnes confrontées à cette maladie, c'est-à-dire aider les gens à faire face aux difficultés qui peuvent survenir dans leur vie, à obtenir des résultats dans la lutte contre le diabète. De telles «écoles» sont également créées pour que le plus grand nombre de personnes possible apprenne cette maladie (si, par exemple, le diagnostic a été posé à des proches ou si la personne elle-même souffre de cette maladie). Qu'est-ce que les patients apprennent exactement en fréquentant cette école? Ce sont: le mode de vie recommandé, un régime de repos, le calcul de la dose d'insuline, etc. Il est impossible de guérir cette maladie, il est important de prendre la maladie sous contrôle et de réduire le risque de complications. La fréquentation de cette «école» mènera à une meilleure maîtrise de soi dans le diabète. Une personne apprend à vivre une vie bien remplie, tout en restant dans une forme physique active. [7]

1.7 Diabète et activité physique

Le diabète n'est pas une contre-indication au sport. Vous pouvez participer à des sports et à d'autres activités où il y a une activité physique, mais il est important de garder une trace de votre glycémie.

Il ne faut pas oublier que pendant les matchs de sport, beaucoup d'énergie est dépensée, le besoin d'insuline diminue et une hypoglycémie peut survenir. Par conséquent, avant diverses activités associées à l'activité physique, il est impératif de vérifier la glycémie et, si nécessaire, de prendre des glucides supplémentaires..

Il est impératif de déterminer le taux de glucose dans le sang pendant l'activité physique (surtout si elle se prolonge) et après sa fin. Si le taux de glucose avant l'exercice est supérieur à 14 mmol / L, l'entraînement doit être reporté. Après l'effort, le risque d'hypoglycémie nocturne est élevé. Faites attention si votre glycémie avant le coucher

CHAPITRE 2. ASPECTS PRATIQUES DE L'ÉTUDE DU DIABÈTE MELLITUS

2.1 Enquête sociologique, analyse des résultats

À l'aide d'une enquête sociologique, nous avons appris la sensibilisation des étudiants à la problématique du diabète. L'enquête a impliqué 30 répondants parmi les élèves de la 10e année. Les résultats de l'enquête sociologique sont les suivants: