Comment faire un test de tolérance au glucose pendant la grossesse

Le test de tolérance au glucose, ou, comme il est souvent appelé «charge de sucre», est l'une des méthodes d'examen spécifiques qui consiste à déterminer la tolérance du corps au glucose (lire - sucre). Le test de tolérance au glucose révèle même une tendance au diabète sucré, ainsi qu'un diabète sucré évoluant sous une forme latente. Et, en conséquence, il permet d'intervenir en temps opportun et de prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer la menace associée à la maladie.

Pourquoi et qui peut avoir besoin d'un test de tolérance au glucose pendant la grossesse?

Souvent, une femme reçoit une référence pour un test de tolérance au glucose pendant la gestation, dans ce cas dans le sens où il est répertorié comme GTT. La grossesse est une période très difficile pour une femme, lorsque des charges accrues sur le corps peuvent provoquer une exacerbation de maladies existantes ou le développement de nouvelles, qui ne peuvent se faire sentir que pendant la grossesse. Ces maladies comprennent le diabète gestationnel, ou le diabète de la femme enceinte: selon les statistiques, environ 14% des femmes enceintes sont exposées à cette maladie..

La raison du développement du diabète gestationnel est une violation de la production d'insuline, sa synthèse dans le corps en plus petites quantités que nécessaire. C'est l'insuline produite par le pancréas qui est responsable de la régulation des taux de sucre dans le sang et de leur conservation (si le sucre n'est pas nécessaire pour être converti en énergie). Pendant la grossesse, à mesure que le bébé grandit, le corps devrait normalement produire plus d'insuline que la normale. Si cela ne se produit pas, l'insuline n'est pas suffisante pour la régulation normale du sucre, les niveaux de glucose augmentent, ce qui marque le développement du diabète de grossesse..

Une mesure obligatoire pour un test de tolérance au glucose pendant la grossesse devrait être pour les femmes:

  • qui ont connu cette condition lors de grossesses précédentes;
  • avec un indice de masse de 30 et plus; qui a précédemment donné naissance à de grands enfants pesant plus de 4,5 kg;
  • si l'un des proches de la femme enceinte souffre de diabète.

Si un diabète gestationnel est détecté, une femme enceinte aura besoin d'une surveillance renforcée par les médecins.

Test de tolérance au glucose pendant la grossesse

Le test de tolérance au glucose (GTT) est l'une des méthodes de diagnostic du diabète sucré et fait partie du complexe d'études recommandées pendant la grossesse. À l'aide d'une simple analyse, vous pouvez identifier une augmentation de la glycémie et détecter une pathologie dangereuse avant que des complications ne se développent. Le diagnostic est effectué de 24 à 32 semaines de grossesse. Les résultats obtenus permettent d'évaluer le niveau de glycémie et de tirer des conclusions sur l'état du métabolisme des glucides dans l'organisme..

Indications d'un test de tolérance au glucose chez la femme enceinte

GTT est recommandé pour toutes les femmes enceintes à risque de développer un diabète sucré:

  • Syndrome métabolique (trouble métabolique associé à une diminution de la sensibilité des tissus à l'insuline).
  • en surpoids.
  • Diabète gestationnel lors d'une grossesse précédente.
  • Hérédité compliquée pour le diabète sucré.
  • Antécédents obstétricaux défavorables: naissance d'un enfant de 4 kg ou plus, décès inexpliqué d'un nouveau-né, mortinaissance.
  • Naissance prématurée passée.
  • Infection répétée ou persistante des voies urinaires, de la peau.
  • Âge d'une femme enceinte à partir de 35 ans.
  • Nationalité: les représentants des peuples du Grand Nord ont une tendance accrue aux troubles métaboliques.

Diabète gestationnel ou pourquoi il est important de surveiller votre glycémie

Le diabète sucré gestationnel (GDM) est un trouble du métabolisme du glucose qui survient pendant la grossesse. Il s'agit d'une condition transitoire et les taux de glucose reviennent à la normale après la naissance du bébé. Dans de rares cas, la GDM provoque le développement d'un vrai diabète sucré en dehors de la gestation.

Le diabète gestationnel n'affecte pas l'état de la femme, mais il menace le développement de troubles fœtaux graves:

  • Fausse couche spontanée (principalement à 6-12 semaines).
  • Naissance prématurée (après 22 semaines).
  • Perturbation de la microcirculation dans le placenta et développement d'une insuffisance placentaire.
  • Hypoxie fœtale chronique, retard de développement.
  • Décollement prématuré d'un placenta normalement localisé et saignement qui menace la vie de la femme et du fœtus.
  • La gestose est une complication de la grossesse, accompagnée d'hypertension et d'œdème.
  • Polyhydramnios.
  • Fétopathie diabétique: poids de l'enfant supérieur à 4 kg à la naissance, hypoklycémie, troubles neurologiques.

La meilleure prévention de ces complications est la détection rapide du diabète gestationnel à l'aide d'un test de tolérance au glucose..

Contre-indications

Le test de tolérance au glucose n'est pas effectué dans les conditions suivantes:

  • diabète sucré identifié avant la grossesse;
  • âge gestationnel supérieur à 32 semaines;
  • toxicose de la grossesse précoce avec nausées et vomissements;
  • infections virales aiguës;
  • maladies du pancréas (processus aigu ou pathologie chronique au stade aigu);
  • état après le retrait de l'estomac ou de l'intestin grêle;
  • pathologie hépatique sévère;
  • autres maladies gastro-intestinales au stade aigu.

Étapes du test de tolérance au glucose

GTT est réalisé en deux versions:

  • oral - une femme prend une solution de glucose par voie orale;
  • intraveineux - le médicament est injecté dans une veine périphérique.

Pendant la grossesse, le GTT oral est principalement utilisé.

Le diagnostic du diabète gestationnel est réalisé en deux étapes: le dépistage et le HTT lui-même. Un test de dépistage est un test de glycémie. L'analyse est prise à jeun à partir d'une veine. Toutes les femmes passent un test de glucose, quels que soient les antécédents et la présence de plaintes lors de la première visite chez le médecin. D'autres tactiques dépendront des résultats de l'analyse:

  • Si votre glycémie est égale ou supérieure à 7 mmol / L, aucun autre test n'est effectué. Une femme est envoyée pour une consultation avec un endocrinologue pour surveiller et traiter le diabète diagnostiqué.
  • Si la concentration de glucose est en dehors de la plage normale, mais n'atteint pas la limite fixée pour le diabète sucré (5,5-7 mmol / l), ils parlent d'une violation de la tolérance au glucose. Cette condition est une indication directe pour GTT..
  • Avec des niveaux glycémiques normaux, GTT est également indiqué pour les femmes à haut risque de développer un diabète sucré..

Préparation à l'examen

Pour obtenir des résultats corrects, une femme doit suivre toutes les recommandations du médecin:

  • Une prise de sang est effectuée strictement à jeun le matin de 7 h à 11 h.
  • Le matin de l'examen, vous ne pouvez pas manger. Vous pouvez boire de l'eau plate.
  • Le dernier repas doit être entre 8 et 14 heures avant le test.
  • Trois jours avant le test, vous devez suivre le régime alimentaire habituel sans limiter les glucides (jusqu'à 150 g par jour). Le dernier repas doit contenir au moins 50 g de glucides.
  • Dans les trois jours précédant l'analyse, les facteurs susceptibles d'affecter la glycémie doivent être exclus: déshydratation, stress, activité physique intense, infections intestinales aiguës avec vomissements et diarrhée.
  • Avant le test, il n'est pas recommandé de prendre des médicaments qui affectent la concentration de glucose: préparations de fer, complexes de multivitamines, corticostéroïdes, etc. Cette question doit être discutée avec votre médecin..

Technique d'essai de tolérance au glucose

L'enquête se déroule en quatre étapes:

  • Étape 1. Le sang veineux est prélevé à jeun et immédiatement évalué. Si la concentration de glucose dépasse 5,1 mmol / l, l'étude se termine, pose un diagnostic de «diabète sucré manifeste» ou de «diabète sucré gestationnel». Dans d'autres situations, la femme passe à la deuxième étape..
  • Étape 2. Une femme enceinte reçoit une solution de glucose (75 g de matière sèche pour 200 ml d'eau tiède). La solution entière doit être bu dans les 5 minutes. Vous ne pouvez pas boire toute l'eau, vous devez prendre de petites gorgées à peu près égales. Ensuite, dans l'heure, le patient doit être dans une position confortable - assis ou couché.
  • Étape 3. Une heure après que la femme a pris la solution de glucose, un échantillon de sang est prélevé dans une veine. Si la concentration en sucre dépasse 5,1 mmol / L, le test est arrêté.
  • Étape 4. Elle n'est effectuée que si au troisième stade la concentration en glucose reste inférieure à 5,1 mmol / L. Une heure plus tard, le sang est repris et le niveau de glycémie est déterminé. Toutes les données sont saisies dans le formulaire avec une indication de l'heure de leur réception.

Décoder les résultats

Les valeurs de glycémie pendant GTT sont présentées dans le tableau:

Tous les résultats sont écrits sur un formulaire et reflétés sur la courbe de sucre. Normalement, une personne en bonne santé a une augmentation de la glycémie une heure après la charge en glucides, mais pas plus de 10 mmol / l. Au cours de l'heure suivante, il y a une diminution graduelle de la glycémie. Le dépassement du seuil indique le développement d'un diabète sucré gestationnel.

Aspects importants

Nuances à connaître lors d'un test de tolérance au glucose:

  • Le délai de dépistage pour le test est de 24 à 28 semaines. Selon les indications, l'analyse peut être effectuée jusqu'à 32 semaines de grossesse. Après 32 semaines, la GTT n'est pas réalisée en raison du risque élevé de complications.
  • Seul le sang veineux est prélevé pour la recherche. Les résultats des tests sanguins capillaires peuvent ne pas être fiables.
  • Les normes établies ne changent pas en fonction de la durée de la grossesse.
  • Si les résultats sont controversés, le test doit être répété après deux semaines, en éliminant tous les facteurs pouvant affecter le taux de glucose.

Le diabète gestationnel n'est pas une condamnation à mort. Après la naissance du bébé, le test de tolérance au glucose est répété. Si le taux de sucre revient à la normale, le diagnostic est retiré. Lorsque la concentration de glucose reste élevée après l'exercice, ils parlent de la manifestation d'un vrai diabète sucré..

Test de tolérance au glucose pendant la grossesse. Comment effectuer une analyse GTT?

Dans le corps d'une femme portant un enfant sous son cœur, des changements aussi dramatiques se produisent parfois qui peuvent nuire à sa santé et à son bien-être. En plus de la toxicose, de l'œdème, de l'anémie et d'autres troubles, des troubles du métabolisme des glucides, classés comme diabète gestationnel (GDM), peuvent également survenir. Un test de tolérance au glucose pendant la grossesse permet d'identifier ou d'exclure de telles conditions..

Indications et contre-indications

Selon les protocoles du ministère de la Santé, toutes les femmes enceintes devraient subir cette étude pendant une période de 24 à 28 semaines. L'analyse de la courbe de sucre la plus importante pendant la grossesse concerne les femmes à risque. Par exemple, si la famille a documenté des cas de diabète ou si la patiente elle-même a déjà eu des problèmes de métabolisme des glucides. Il vaut la peine d'examiner les femmes enceintes, dans l'analyse d'urine desquelles du glucose a été trouvé. Les femmes en surpoids sont également à risque.

Le test de tolérance au glucose (GTT) chez la femme enceinte présentant des facteurs de risque est réalisé immédiatement après l'enregistrement, puis à nouveau de 24 à 28 semaines.

La référence pour l'examen est donnée par le médecin traitant, indiquant la posologie du monosaccharide. Il existe également un certain nombre de contre-indications à la GTT:

  • La charge en glucose est contre-indiquée chez les femmes dont la glycémie à jeun dépasse 7,0 mmol / L (dans certains laboratoires, 5,1 mmol / L).
  • Ne pas tester sur des patients de moins de 14 ans.
  • Au troisième trimestre, après une période de gestation de 28 semaines, la charge en glucides présente un danger pour le fœtus, elle est donc effectuée strictement selon les indications du médecin. Après 32 semaines jamais attribué.
  • Le test n'est pas effectué pour les processus inflammatoires, les infections, l'exacerbation de la pancréatite, le syndrome de dumping.
  • Cela n'a aucun sens de mener une étude sur l'altération de la tolérance au glucose dans le contexte de la pharmacothérapie avec des médicaments qui augmentent les niveaux glycémiques.
  • Pour les femmes enceintes atteintes de toxicose sévère, le test est dangereux dans un certain nombre de conséquences. La charge en glucides n'est pas très agréable et ne peut qu'aggraver les nausées et autres symptômes.

Préparation aux tests

Pour que les résultats du test de tolérance au glucose pendant la grossesse soient fiables, vous devez vous préparer correctement à l'étude. Il est important de ne pas changer votre régime alimentaire habituel pendant trois jours avant le GTT, pour manger suffisamment d'aliments glucidiques. Un horaire régulier d'activité physique pendant cette période est également requis. La veille du test de tolérance au glucose, seule l'eau est autorisée pendant au moins 8 heures et les aliments ne doivent pas être consommés. Il est important d'abandonner complètement l'alcool 11 à 15 heures avant l'étude. Il est également interdit de fumer à ce moment. Le dernier repas doit contenir au moins 30 g de glucides.

Si vous suivez un certain nombre de ces règles obligatoires, le GTT passera normalement et les résultats seront fiables. Il est préférable de contacter votre médecin pour vous expliquer en détail comment effectuer correctement un test de deux heures. Il vaut également la peine de le consulter sur les risques probables, les dommages causés à l'enfant à naître, la faisabilité de la recherche et la possibilité de l'abandonner..

Procédure GTT

Comment faire un test de tolérance au glucose pendant la grossesse? Tout d'abord, vous devez vous préparer correctement pour l'étude, en suivant toutes les recommandations du médecin. Le test commence par prendre du sang pour analyse dans une veine à jeun et fixer le niveau de sucre, puis effectuer une charge en glucides. Dans certains laboratoires, un doigt est pris et le glucose est mesuré avec des bandelettes de test. Si l'indicateur obtenu dépasse la valeur de 7,5 mmol / l, la charge glucidique n'est pas effectuée.

L'option la plus simple est le test oral de tolérance au glucose (OGTT), lorsque le patient boit une solution de glucose avec de l'eau en 5 minutes. Selon certaines indications, lorsqu'un tel test est impossible, par exemple en raison d'une toxicose sévère, le glucose est administré par voie intraveineuse. Le dosage du monosaccharide dans différents laboratoires est différent, il peut être de 75g ou 100g. C'est au médecin de le déterminer..

Après la charge en glucides, les indicateurs de sucre sont mesurés en deux étapes: après 1 heure, puis après 2 heures. Jusqu'à la fin du test, il est interdit de fumer et d'augmenter l'activité physique. Si les valeurs de la courbe de sucre pendant la grossesse sont en dehors de la plage normale, cela peut être un signe de diabète gestationnel. Cependant, le diagnostic final ne peut être posé qu'après consultation d'un endocrinologue. Pour clarifier la gravité du trouble métabolique des glucides, un test sanguin pour l'hémoglobine glyquée est prescrit.

Décodage et interprétation des résultats

Les critères diagnostiques des troubles glycémiques sont établis par l'OMS. Indicateurs de la norme de glucose dans le plasma sanguin d'une veine (charge de 75 g):

  • le matin à jeun - moins de 5,1 mmol / l,
  • après 1 heure - moins de 10 mmol / l,
  • après 2 heures - moins de 8,5 mmol / l.

La tolérance au glucose altérée (IGT) est déterminée par les indicateurs suivants:

  • le matin à jeun - de 5,1 à 7 mmol / l,
  • ou une heure après la charge de glucides - 10 mmol / l ou plus,
  • ou après deux heures - de 8,5 à 11,1 mmol / l.

Des taux plasmatiques de glucides supérieurs à la normale indiquent un diabète gestationnel. Cependant, une courbe de sucre anormale pendant la grossesse est parfois aussi un faux résultat positif associé à une chirurgie récente, une infection aiguë, certains médicaments et un stress sévère. Pour éviter un diagnostic erroné d'une tolérance au glucose altérée, vous devez suivre les règles de préparation au test et informer votre médecin des facteurs qui peuvent fausser les résultats..

Un indicateur clair du diabète sucré est le dépassement de la limite de 7 mmol / L dans un échantillon prélevé à jeun ou de la limite de 11,1 mmol / L dans tout autre échantillon.

Devez-vous accepter de tester du tout??

Faire un test de tolérance au glucose pendant la grossesse est une préoccupation pour de nombreuses femmes. Les femmes enceintes ont peur que cela ait un impact négatif sur le fœtus. La procédure elle-même apporte souvent des sensations désagréables sous forme de nausées, de vertiges et d'autres symptômes. Sans compter qu'il est nécessaire d'allouer au moins 3 heures au test de charge de glucose le matin, pendant lesquelles vous ne pouvez pas manger. C'est pourquoi il n'est pas rare que les femmes enceintes veuillent refuser la recherche. Cependant, vous devez comprendre qu'il est préférable de coordonner une telle décision avec votre médecin. Il évaluera la faisabilité de l'étude pour divers facteurs, y compris la durée de la patiente, le déroulement de la grossesse, etc..

Contrairement à nous, en Europe et aux États-Unis, le dépistage du glucose n'est pas effectué par des femmes à faible risque de développer des troubles glycémiques. Par conséquent, le refus de tester semble justifié pour les femmes enceintes appartenant à cette catégorie. Pour être qualifié de faible risque, toutes les affirmations suivantes doivent être vraies:

  • Vous n'avez jamais eu de situation où un test a montré que votre glycémie était supérieure à la normale.
  • Votre groupe ethnique a un faible risque de diabète.
  • Vous n'avez pas de parent au premier degré (parent, frère ou enfant) atteint de diabète de type 2.
  • Vous avez moins de 25 ans et un poids normal.
  • Vous n'avez pas eu de mauvais résultats GTT lors d'une grossesse précédente.

Considérez les implications du diabète gestationnel non diagnostiqué avant d'abandonner les tests. Elle entraîne une incidence élevée de complications pour le bébé et la mère elle-même, et augmente le risque de développer un diabète de type 2 chez une femme en travail au fil du temps..

Les statistiques indiquent qu'environ 7% des femmes occupant un poste sont confrontées à ce problème. Par conséquent, s'il y a le moindre souci, il est préférable de déterminer le profil glycémique. Ensuite, même avec des taux accrus, les efforts des médecins peuvent minimiser les dangers pour leur propre santé et le développement du bébé. Un régime spécial est généralement recommandé en cas de tolérance au glucose altérée et un certain nombre de prescriptions individuelles.

Test de tolérance au glucose (analyse GTT) pendant la grossesse - normes

Chez la femme, pendant la période de procréation, des troubles du métabolisme des glucides sont très souvent observés. Le glucose n'est pas absorbé correctement. Dans de telles situations, le diabète gestationnel est diagnostiqué. L'un des principaux moyens de le détecter est considéré comme un test de tolérance au glucose (GGT). Pendant la grossesse, il est obligatoire de le faire à toutes les femmes sans exception..

Dépistage des femmes enceintes

Dans le cadre de l'examen de dépistage (de masse, préventif) des femmes enceintes pour les troubles du métabolisme des glucides à l'aide d'un test de tolérance au glucose, l'une des deux stratégies est utilisée:

  1. Une étape. Une femme enceinte subit un test de tolérance au glucose pendant la grossesse. Elle boit une solution contenant 75 g de glucose. Les médecins utilisent ensuite des tests sanguins pour vérifier à quelle vitesse la glycémie redevient normale..
  2. Deux étapes. Le patient subit d'abord un test avec une charge de 50 g de glucose. Et seulement si des violations sont constatées, un examen supplémentaire est effectué. Le test est répété, seulement cette fois en utilisant une charge de 100 grammes de glucose. Ceci est nécessaire si des résultats de glycémie de 10 mg / dL ou plus ont été obtenus lors de la première étape du dépistage.

Le dépistage du diabète pendant la grossesse se fait également par d'autres moyens. Tous sont désignés par le ministère de la Santé de la Fédération de Russie dans les directives cliniques destinées aux gynécologues.

Première phase de dépistage

La première phase de diagnostic du diabète sucré gestationnel commence jusqu'à 24 semaines. Il est indiqué lors de toute visite d'une femme enceinte chez un médecin, quelle que soit sa spécialisation. Les tests suivants sont effectués sur une femme:

  • glycémie à jeun d'une veine (un indicateur du métabolisme des glucides à un moment donné);
  • détermination du taux d'hémoglobine glyquée (un indicateur du métabolisme des glucides au cours des 3 derniers mois).

L'analyse GGT pendant la grossesse est effectuée le matin à jeun. Si nécessaire (présence d'anomalies pathologiques dans les analyses), un test oral de tolérance au glucose est réalisé. Normes pour les femmes enceintes:

  • glycémie veineuse à jeun - 5,1 mmol / l;
  • une heure après avoir pris 75 g de glucose - pas plus de 10 mmol / l;
  • après 2 heures - pas plus de 8 mmol / l.

Le diabète sucré gestationnel peut être diagnostiqué même sans GGT. Les indicateurs suivants sont à la base du diagnostic:

  • le taux de glucose dans le sang veineux à jeun est supérieur à 7 mmol / l;
  • la concentration de sucre à tout moment de la journée (y compris après les repas) est supérieure à 11 mmol / l;
  • taux d'hémoglobine glyquée 6,5% ou plus.

Dans ce cas, le patient est immédiatement référé à un endocrinologue. Elle doit recevoir une insulinothérapie tout au long de sa grossesse. Après cela, il est soumis à une observation et, si nécessaire, à un traitement. Bien que généralement après l'accouchement, le métabolisme des glucides est normalisé. Mais ces femmes courent un risque accru de développer un diabète tout au long de leur vie..

Il se trouve que lors de la première phase de dépistage des femmes enceintes, les médecins reçoivent un traitement différent de la norme, mais toujours insuffisant pour diagnostiquer un diabète gestationnel manifeste. Par exemple. si le taux de glucose à jeun dans le sang veineux est supérieur à 5,1 mmol / L, mais n'atteint pas 7,0 mmol / L. Dans ce cas, des diagnostics supplémentaires sont nécessaires. Une femme reçoit un test de tolérance au glucose.

Pourquoi est-ce nécessaire? Le test est nécessaire principalement pour le diagnostic différentiel de l'altération du métabolisme des glucides et des caractéristiques de la préparation d'une femme à la recherche. Il est probable qu'elle se soit levée au milieu de la nuit, qu'elle ait mangé, puis quelques heures plus tard elle soit venue pour être testée formellement à jeun, mais en réalité - non. Ensuite, le niveau de sucre peut être légèrement augmenté. Mais le test de tolérance au glucose montrera des valeurs normales et la femme ne se verra pas prescrire le traitement dont elle n'a pas besoin..

Il existe également des situations inverses. La femme mourait de faim depuis trop longtemps. Par conséquent, dans le contexte de la perturbation existante du métabolisme des glucides, la glycémie a légèrement diminué - pas suffisamment pour devenir normale, mais encore suffisamment pour être en dessous du seuil au-delà duquel le diagnostic de diabète sucré serait établi. Dans ce cas, un test de tolérance au glucose montrera que le métabolisme des glucides est en fait altéré et le patient recevra les soins médicaux nécessaires..

Qui a besoin d'une deuxième phase de dépistage?

Une femme peut quitter la première phase du dépistage des femmes enceintes avec l'une des trois conclusions suivantes:

  1. Pas de troubles du métabolisme des glucides, toutes les analyses sont normales.
  2. Il y a des violations, mais elles ne sont pas encore suffisamment importantes pour nécessiter une insulinothérapie.
  3. Diabète sucré gestationnel confirmé.

De toute évidence, dans le troisième cas, aucune deuxième phase n'est nécessaire. La femme a déjà reçu un diagnostic et subit le traitement nécessaire par un endocrinologue. Cela implique généralement la prescription de médicaments à base d'insuline.

Dans le second cas, un examen complémentaire est requis. Mais même avant la deuxième phase, le patient est activement surveillé. Elle reçoit des recommandations qui permettent, sans intervention médicamenteuse, d'obtenir une certaine amélioration du métabolisme des glucides. Le patient se voit prescrire un régime pauvre en glucides. La mesure dynamique des niveaux glycémiques et la surveillance de l'état du fœtus sont également présentées.

La deuxième phase de diagnostic est réalisée pour toutes les femmes sans exception, si elles n'ont pas reçu de diagnostic de diabète sucré. Un examen est nécessaire même si les tests sanguins de la première phase du dépistage étaient parfaits. Le moment optimal pour la deuxième phase du diagnostic est de 24 à 28 semaines. Durée maximale - jusqu'à 32 semaines.

Comment se déroule la deuxième phase de l'examen?

Une femme vient à la clinique et passe un test de tolérance au glucose. Elle boit 75 grammes de glucose.

Elle a un test sanguin trois fois:

  • avec l'estomac vide;
  • une heure après avoir consommé du glucose;
  • Dans 2 heures.

Est-il possible de déterminer la glycémie non pas trois fois, mais seulement une ou deux? Oui, cela arrive parfois. Mais vous ne devriez pas vous réjouir d'une telle situation. Parce que les deuxième ou troisième tests sanguins ne sont annulés que si un ou deux suffisent à établir un diagnostic de diabète. Les femmes en bonne santé ou les patients présentant des troubles mineurs du métabolisme des glucides donnent toujours du sang trois fois.

L'interprétation des résultats n'est pas du tout difficile. Par conséquent, le diagnostic de diabète gestationnel peut être posé par un gynécologue ou un thérapeute. Les services d'un endocrinologue ne sont pas nécessaires pour cela. Mais l'endocrinologue participe en outre à la prise en charge de la femme enceinte. Après tout, c'est lui qui est chargé de normaliser le métabolisme des glucides avant la naissance du bébé..

Préparation au test de tolérance au glucose

Pour que le diagnostic soit réussi et donne des résultats précis, vous devez vous y préparer correctement. Pour cela, tous les facteurs provoquant des fluctuations de la glycémie sont exclus. Règles fondamentales:

  • dans les 3 jours précédant le test, un régime alimentaire régulier est requis, avec une teneur en glucides dans le régime alimentaire d'au moins 150 g par jour;
  • l'analyse est effectuée le matin, à jeun;
  • la période de jeûne doit être d'au moins 8 heures;
  • les tests ne sont pas effectués si la femme enceinte meurt de faim depuis plus de 14 heures, vous ne pouvez donc pas refuser le dîner (cela peut conduire à un test faux négatif - le diabète existant ne sera pas détecté);
  • le dernier repas doit contenir au moins 30 g de glucides (par exemple, vous ne pouvez pas souper avec uniquement des œufs brouillés et de la viande);
  • vous pouvez boire de l'eau en toute quantité.

Le jour du test de tolérance au glucose, la femme ne doit pas fumer. Si possible, vous devez arrêter de prendre des médicaments qui peuvent modifier votre glycémie ou prendre ces médicaments après avoir pris du sang. Ceux-ci inclus:

  • préparations de fer (prescrites pour l'anémie);
  • bêtabloquants (utilisés principalement pour l'insuffisance cardiaque ou l'hypertension artérielle);
  • multivitamines;
  • glucocorticoïdes (utilisés pour les maladies auto-immunes);
  • bêta-adrénomimétiques (utilisés dans le traitement de l'asthme bronchique).

Vous ne devez pas vous rendre à la clinique et effectuer un test de tolérance au glucose dans le contexte d'une toxicose précoce, d'une maladie inflammatoire aiguë, d'une exacerbation de pathologies chroniques (principalement la pancréatite). Vous ne pouvez pas être testé si votre activité physique est temporairement limitée. L'observance du repos au lit pendant une longue période modifie l'état du métabolisme des glucides. Par conséquent, les tests ne peuvent être effectués que 2-3 jours après l'activation d'une femme enceinte..

Analyses supplémentaires

Le diabète sucré n'est pas le même pour tout le monde. Pour certains, les troubles du métabolisme des glucides sont plus prononcés, pour d'autres, plus faibles. Certains développent de graves complications, tandis que d'autres peuvent facilement compenser les troubles.

Avec un test de tolérance au glucose positif, le médecin prescrit toujours des examens supplémentaires. Il est important d'évaluer votre glycémie au cours des derniers mois. C'est l'un des principaux facteurs pronostiques permettant de comprendre le risque de complications fœtales et le traitement nécessaire..

Le test sanguin le plus couramment utilisé pour l'hémoglobine glyquée. Une augmentation de son niveau indique un risque élevé de complications vasculaires, de pathologie de la grossesse et du fœtus. Dans la plupart des cas, cet indicateur suffit amplement pour tirer les conclusions nécessaires. Seulement dans certaines situations, la détermination de l'hémoglobine glyquée peut donner des résultats erronés:

  • anémie ferriprive (fréquente pendant la grossesse);
  • hémoglobinopathie;
  • saignement au cours des 2-3 derniers mois;
  • transfusion sanguine.

Par conséquent, il existe parfois un écart entre le taux d'hémoglobine glyquée, l'état clinique de la femme enceinte et de son enfant à naître. Il se trouve que le test de tolérance au glucose et l'hémoglobine glyquée sont normaux, et la cardiotocographie et l'échographie montrent des violations significatives résultant de la décompensation du métabolisme des glucides..

Dans de tels cas, d'autres analyses de clarification sont utilisées:

  • évaluation du taux sanguin d'albumine glyquée;
  • détermination des fructosamines (une protéine formée par la réaction du glucose avec les protéines plasmatiques) - fournit des informations sur l'état du métabolisme des glucides au cours des 3 dernières semaines.

La seconde analyse est moins préférable. Des études montrent qu'il a moins de corrélation avec les résultats des tests de tolérance au glucose en début de grossesse. Par conséquent, ce n'est pas très précis. De plus, le taux de fructosamine change en fonction du moment de la gestation, indépendamment de la présence ou de l'absence de métabolisme glucidique altéré..

Le diabète gestationnel est une condition dangereuse qui menace principalement l'état du fœtus. Il doit être diagnostiqué à temps pour que la femme enceinte puisse recevoir un traitement. Pour ce faire, assurez-vous de passer tous les tests prescrits par votre médecin et de passer le test de tolérance au glucose en temps opportun..