Anticorps contre les cellules bêta

Les anticorps dirigés contre les cellules bêta provoquent la destruction des cellules qui produisent de l'insuline, réduisant ainsi la quantité d'insuline.
Une analyse pour la détermination des anticorps contre les cellules bêta peut montrer une prédisposition au diabète sucré et déterminer le développement du diabète sucré à son stade très initial..

Les anticorps contre les cellules bêta peuvent être détectés plusieurs mois, voire plusieurs années avant le début de la maladie..
Les anticorps contre les cellules bêta se trouvent non seulement chez le patient lui-même, mais aussi chez ses proches - cela indique un risque élevé de développer un diabète sucré.

Normal - il ne devrait y avoir aucun anticorps contre les cellules bêta.

Si le résultat est positif, ils parlent de diabète sucré, ou d'une prédisposition au diabète sucré.

19 commentaires

Bonjour…. Je vous demande de l'aide pour décoder et comprendre la situation, j'ai étudié de nombreux cas, comme je ne l'ai rencontré nulle part ailleurs, et je suis confus par tous les indicateurs... c'est difficile de voir un médecin pour tout maintenant... nous avons consulté un médecin en ligne, mais je pense que nous avons autre chose pas SD... s'il vous plaît, aidez-moi à comprendre...
En général, c'est: l'hérédité sans diabète, le sucre était normal, l'opération du foie (le kyste a été coupé), 1,5 an passé, ils ont passé des tests pour le bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire - sucre 11 et il y avait du sucre dans l'urine, il n'y avait pas de sucre dans l'urine, sucre 7, 7, repris 7,2 à nouveau.. acheté un glucomètre de 6,5 (tout cela en un mois) consulté un médecin - pilules immédiatement prescrites pour les diabétiques sucre égalisé - maintenant il ne dépasse pas 5,9.... mais même avant cela, il allait tranquillement…. peut-être qu'il n'était pas nécessaire de le niveler.... passé l'analyse GG 6.7 (norme 6.5) - d'accord pour dire que l'augmentation n'est pas globale. Avec tout ça, l'état de santé est normal, on ne boit pas beaucoup d'eau, on ne court pas aux toilettes, il n'y a aucun signe... passé AT à GAD - ici le choc - 1474 (norme ↓

Elena
La présence d'anticorps anti-GAD montre la vraie image de ce qui se passe dans le corps - le processus de destruction des cellules bêta. Leur présence indique simplement un diabète de type 1. La maladie peut déjà affecter le corps ou se manifester après un certain temps. Dans votre cas, l'analyse pour GG est augmentée, mais pas tellement. Mais cela indique une augmentation des niveaux de sucre tout au long de la journée. Par conséquent, vous devez continuer le traitement et passer périodiquement des tests - mesure à domicile avec un glucomètre et en laboratoire - GG.
Si les cellules bêta commencent à se décomposer, rien ne peut arrêter ce processus. Des injections d'insuline seront nécessaires à l'avenir. T1DM - une maladie auto-immune qui ne peut être guérie ou prévenue.

Bonjour, aidez-moi à déchiffrer les tests de glycémie de mon fils (8 ans) à partir d'une veine à jeun Peptide 4,1 s à jeun Peptide 116 (260-1730) une heure après avoir mangé 330 (260-1730) insuline à jeun 1,7 (2,7 - 10,4) insuline 1 heure après avoir mangé 7,6 (2,7 - 10,4) pourquoi le test de jeûne est inférieur à la normale, qu'est-ce que cela signifie diabète? Merci beaucoup!

ELENA
L'analyse du peptide c et de l'insuline est nettement inférieure à la normale, ce qui peut indiquer le développement d'un diabète de type 1. Mais il est trop tôt pour agir, car le sucre est tout à fait normal. Un test d'effort peut être effectué (le sucre à jeun est mesuré, le glucose est bu et le sucre est mesuré à nouveau), et une analyse de l'hémoglobine glyquée ou de la fructosamine aidera à clarifier la situation. Avec ces analyses, une image plus complète sera vue.

avec le peptide 1.33
reptile 0.99
aux cellules bêta 1: 3
qu'Est-ce que c'est?

Edward
Les résultats des analyses de la teneur en peptide c et des anticorps anti-GAD se situent dans la plage normale. Les anticorps dirigés contre les cellules bêta sont élevés. De tels résultats indiquent une prédisposition au diabète sucré, le risque de développer un processus auto-immun dans les cellules bêta..

salut! J'ai acheté un glucomètre Kontur. Honnêtement, je ne comprends pas comment cela fonctionne - par le sang ou le plasma? Désolé si la question est un peu difficile. remercier

salut! Mon fils a 9,5 ans. taille 147, poids 62 kg, diagnostiqué avec une obésité de grade 3, a fait une échographie de la glande thyroïde - normal, échographie de la cavité abdominale, modifications du pancréas, tests réussis, glucose-4.29, n'a pas eu le temps de passer pour l'hémoglobine glyquée et le speptide, ces analyses sont-elles importantes? Nous vivons à la campagne, il n'y a aucune opportunité ici. remercier!

selon l'analyse de la glycémie est normal, il n'y a pas de suspicion de diabète, cela n'a aucun sens de prendre un glycosylé. Ou avez-vous passé d'autres tests pour lesquels vous pouvez suspecter un diabète?

Svetlana
c'est mon plaisir.
Contactez si vous avez des questions.
Bonne chance avec compensation!

Oui, le fait est que les médecins disent que héréditaire et c'est tout. Et j'aimerais savoir si c'est le cas ou non. Nous n'avons personne avec le diabète... Je comprends que peut-être quelqu'un était malade et il y a cent ans... l'enfant n'a toléré aucune opération, a reçu la meilleure nutrition, plus du lait maternel pendant jusqu'à un an... mais au détriment de l'infection, j'ai commencé à le découvrir et à étudier analyses de l'enfant dès la naissance (j'ai 2 entités juridiques supérieures et eq)... les médecins n'ont rien dit, ont prescrit différents médicaments à boire... Je devais étudier de manière indépendante toutes les analyses moi-même maintenant... et je n'ai rien trouvé de bon... tout allait mal... mais j'ai seulement entendu mes questions Tout va bien, cela arrive à tout le monde... Et quand l'enfant a commencé à montrer des signes de diabète (voir ci-dessus), je suis moi-même venu le dire aux médecins... En réponse, on m'a dit: buvez un verre de normabact et vous reviendrez dans trois mois. Je voudrais donc parler de cette image. Je ne veux pas simplement tout laisser aller... Et je ne fais qu’une compensation. Seulement maintenant, je ne comprends pas quand cela viendra, les médecins ne se soucient pas du tout de nous (((

Pour la plupart, les médecins s'en moquent. vous devez vous y habituer, d'autant plus que tout le monde a son propre diabète, il n'est donc qu'en votre pouvoir d'atteindre la normoglycémie. Les médecins ne pourront donner que des recommandations générales, elles peuvent également être lues sur Internet, mais le calcul des coefficients, la sélection des doses, l'étude du profil d'insuline et l'assimilation de différents produits, l'influence de la météo, des émotions et de l'activité physique différentes, l'influence des maladies n'est que votre travail..

Mais à propos de l'hérédité - je ne sais pas ce que cela vous donnera. Quelle que soit la cause du diabète, vous n'êtes pas personnellement responsable de cela (de nombreux parents se blâment).
Je pense que la question de l'apparition du diabète pendant de nombreuses années sera l'un des scientifiques et des médecins les plus passionnants. Personne ne peut vous le dire avec certitude pour le moment. Il ne pourra pas non plus guérir (ne perdez pas de temps sur des «traitements» alternatifs).

Mais qu'en est-il des analyses. Pourquoi les remettons-nous s'ils n'ont toujours rien à dire. Comment savoir d'où vient le sucre...... ce qui l'a provoqué. Quels tests peuvent être effectués pour savoir si le diabète héréditaire ?

Mais qu'en est-il des analyses. Pourquoi les louons-nous s'ils n'ont toujours rien à dire.

Des analyses sont nécessaires, mais il existe des exceptions à chaque règle, et les erreurs de laboratoire sont également courantes, beaucoup plus souvent qu'il n'y paraît au départ.

Comment savoir d'où vient le sucre...... ce qui l'a provoqué. Quels tests peuvent être effectués pour savoir si le diabète héréditaire ?

Les scientifiques ne sont pas encore parvenus à un consensus sur l'apparition du diabète.
Certains pensent que les patients ont une prédisposition au diabète, puis, avec une combinaison de certains facteurs, la maladie elle-même se manifeste. Une telle «start-up» peut être du stress, une maladie grave, des opérations, etc..

Quoi qu'il en soit, quel est l'intérêt de savoir pourquoi il est tombé malade. Qu'est-ce qui changera si vous découvrez que le caractère héréditaire ou acquis a une maladie dans votre cas?
Maintenant, vous devez gérer la compensation pour qu'il n'y ait pas de complications.

En janvier 2011, mon enfant est tombé malade: il a commencé à uriner beaucoup, à boire de l'eau, à refuser de manger, à perdre du poids... a été testé pour le sucre. Du sucre a été trouvé dans le sang - 13 mmol. Lorsque le sucre a été amené à l'hôpital, il est passé à 29... l'analyse de l'hémoglobine glyquée n'a pas encore été effectuée, car seulement 2 mois s'étaient écoulés. C-peptide - 3,53 aujourd'hui. Le test d'insuline n'a pas été effectué (pas envoyé). Le sucre varie maintenant de 3 à 10-12.

Svetlana
Vous avez eu le début classique du diabète sucré de type 1 - sucre élevé, perte de poids, soif et mictions fréquentes. Tous ces signes ne laissent aucun doute sur le fait que l'enfant est réellement diabétique..

Maintenant, vous devez commencer à comprendre comment obtenir une compensation le plus tôt possible, alors l'enfant ne se sentira pas différent de ses pairs..

Mon fils a 1,5 ans. Diagnostic du diabète sucré de type 1. Ont passé l'analyse des anticorps contre les cellules bêta et le résultat... négatif. (Je pique de l'insuline depuis déjà deux mois)

Svetlana
Et sur quelle base avez-vous obtenu le SD? Quelles étaient les manifestations cliniques pour aller chez le médecin?
Quel sucre était au diagnostic?
Vous avez été testé pour l'hémoglobine glyquée?
A réussi l'analyse du peptide C?
Test d'insuline?
Comment les sucres se comportent maintenant en insulinothérapie?

Peut-être que votre résultat est faux, c'est souvent le cas. Si possible, recommencez l'analyse.

Anticorps contre les cellules bêta du pancréas: tout ce que vous devez savoir sur le test

Les anticorps (am) dirigés contre les cellules bêta du pancréas sont un marqueur qui démontre la pathologie auto-immune des cellules bêta responsables de la synthèse de l'insuline. L'analyse vise à déterminer le diabète sucré (type I), ainsi que le rapport de la probabilité de son développement chez les personnes ayant une prédisposition héréditaire à cette maladie. Il peut également être attribué à un donneur potentiel de pancréas.

Autoanticorps: leur présence indique-t-elle toujours la présence d'une maladie?

D'une autre manière, les cellules bêta sont appelées cellules d'îlots de Langerance ou ICA, dont la défaite peut être établie au cours de l'étude. Les autoanticorps (un sous-groupe d'anticorps qui se forment contre les anticorps, les protéines et d'autres substances dans le corps) diffèrent en ce qu'ils apparaissent dans le sérum sanguin bien avant le développement du diabète sucré. Grâce à cette fonctionnalité, il est possible de déterminer le risque et la prédisposition de la maladie insulino-dépendante..

Les raisons possibles de l'apparition d'anticorps sont:

Maladies infectieuses reportées, y compris le virus Coxsackie B4;

Autres maladies virales, etc..

Les données médicales statistiques confirment qu'un résultat de test positif ne signifie pas toujours la présence d'une maladie:

Dans 0,5% des cas, les anticorps sont enregistrés dans le sérum sanguin chez les personnes en bonne santé.

De 2 à 6% - le nombre de personnes qui ne sont pas atteintes de la maladie, mais qui sont des proches parents d'un patient diabétique (1er degré de relation).

70-80% - ceux qui ont vraiment cette maladie.

Étonnamment, l'absence d'anticorps ne signifie pas que vous ne développerez jamais la maladie. De plus, passer des tests au stade du diabète visible est moins efficace. Par exemple, si dans un premier temps une étude est menée dans 8 cas sur 10, le marqueur vous informera de l'apparition du diabète. Mais après quelques années - seulement 2 sur 10, puis encore moins.

Si le pancréas présente d'autres pathologies (processus inflammatoire - pancréatite ou cancer), les anticorps n'apparaîtront pas dans l'analyse.

Le processus de réussite d'une analyse de la présence d'anticorps dirigés contre les cellules bêta du pancréas

Afin de savoir s'il y a AN aux cellules bêta de la glande, vous devez contacter un laboratoire pour faire un don de sang d'une veine. L'étude n'a pas besoin de préparation préalable. Vous n'êtes pas obligé de vous affamer, d'abandonner votre alimentation habituelle, etc..

Après le prélèvement, le sang est envoyé dans un tube vide. Certains centres médicaux y pré-placent un gel spécial avec des propriétés antiadhésives. Sur le site de ponction, une boule de coton est appliquée, imbibée d'un liquide qui aide à désinfecter la peau et à arrêter le sang. Si un hématome se forme au site de ponction, le médecin vous recommandera de recourir à des compresses chauffantes pour dissoudre la stagnation du sang.

L'indice de positivité est déchiffré comme suit:

0,95-1,05 est un résultat douteux. La recherche doit être répétée.

1,05 - et plus - positif.

Les médecins ont remarqué que plus la personne capable de déterminer la présence d'anticorps était jeune et plus le titre était élevé, plus le risque de développer un diabète était élevé..

En moyenne, le coût de l'analyse est d'environ 1500 roubles.

Les anticorps dans le diagnostic du diabète sucré de type 1

Le diabète de type 1 se développe parce que le système immunitaire du corps détruit, pour diverses raisons, les cellules bêta du pancréas qui sécrètent de l'insuline. Ce processus est appelé auto-immun. En conséquence, le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Lorsque plus de 80 à 90% des cellules bêta sont mortes ou ne fonctionnent pas, les premiers symptômes cliniques du diabète apparaissent (grandes quantités d'urine, soif, faiblesse, perte de poids, etc.) et le patient (généralement un enfant ou un adolescent) doit consulter un médecin. Étant donné que la majeure partie des cellules bêta meurent avant l'apparition des signes de diabète, il est possible de calculer le risque de diabète de type 1, de prédire une probabilité élevée de maladie à l'avance et de commencer le traitement en temps opportun..

L'administration précoce d'insuline dans le diabète de type 1 est extrêmement importante, car elle réduit la gravité de l'inflammation auto-immune et préserve les cellules bêta restantes, ce qui finalement préserve la sécrétion d'insuline résiduelle plus longtemps et rend l'évolution du diabète plus fluide (protège contre le coma hypoglycémique et l'hyperglycémie). Aujourd'hui, je vais parler des types d'anticorps spécifiques et de leur importance dans le diagnostic du diabète.

La gravité de l'inflammation auto-immune peut être déterminée par le nombre et la concentration de divers anticorps spécifiques de quatre types:

  • aux cellules des îlots du pancréas (ICA),
  • à la tyrosine phosphatase (anti-IA-2),
  • à la glutamate décarboxylase (anti-GAD),
  • à l'insuline (IAA).

Ces types d'anticorps sont principalement classés dans les immunoglobulines de classe G (IgG). Ils sont généralement déterminés à l'aide de systèmes de test basés sur ELISA (dosage immuno-enzymatique).

Les premières manifestations cliniques du diabète de type I coïncident généralement avec la période d'un processus auto-immun très actif.Par conséquent, au début du diabète de type 1, divers anticorps spécifiques peuvent être détectés (plus précisément, les autoanticorps sont des anticorps qui peuvent interagir avec les antigènes de leur propre corps). Au fil du temps, lorsqu'il n'y a pratiquement plus de cellules bêta vivantes, le nombre d'anticorps diminue généralement et ils peuvent ne pas être détectés du tout dans le sang..

Anticorps des cellules des îlots pancréatiques (ICA)

Le nom ICA vient de l'anglais. anticorps des cellules des îlots - anticorps contre les cellules des îlots Le nom ICAab est également trouvé - à partir d'anticorps antigènes de cellules d'îlots.

Ici, vous avez besoin d'une explication de ce que sont les îlots dans le pancréas..

  • ses nombreux acini (voir ci-dessous) produisent du suc pancréatique, qui est sécrété par le système de canaux dans le duodénum en réponse à la prise alimentaire (fonction exocrine de la glande pancréatique),
  • les îlots de Langerhans sécrètent un certain nombre d'hormones dans le sang (fonction endocrinienne).

L'emplacement et la structure du pancréas.
Source: http://www.uralargo.ru/article/2041

Les îlots de Langerhans sont des amas de cellules endocrines situées principalement dans la queue du pancréas. Les îlots ont été découverts en 1869 par le pathologiste allemand Paul Langerhans. Le nombre d'îlots atteint 1 million, mais ils n'occupent que 1 à 2% de la masse du pancréas.

L'îlot de Langerhans (en bas à droite) est entouré d'acini.
Chaque acinus se compose de 8 à 12 cellules sécrétoires et d'un épithélium canalaire.
Source: http://www.rusmedserv.com/pancreaticcancer/

Les îlots de Langerhans contiennent plusieurs types de cellules:

  • les cellules alpha (15-20% du nombre total de cellules) sécrètent du glucagon (cette hormone augmente la glycémie),
  • les cellules bêta (65-80%) sécrètent de l'insuline (diminue la glycémie),
  • les cellules delta (3-10%) sécrètent de la somatostatine (inhibe la sécrétion de nombreuses glandes. La somatostatine sous forme de médicament Octréotide est utilisée pour traiter la pancréatite et les saignements dans le tractus gastro-intestinal),
  • Les cellules PP (3-5%) sécrètent le polypeptide pancréatique (inhibe la formation du suc pancréatique et améliore la sécrétion du suc gastrique),
  • les cellules epsilon (jusqu'à 1%) sécrètent de la ghréline (hormone de la faim qui augmente l'appétit).

Au cours du développement du diabète de type I, des auto-anticorps anti-antigènes des cellules des îlots (ICA) apparaissent dans le sang en raison de lésions auto-immunes du pancréas. Les anticorps apparaissent 1 à 8 ans avant l'apparition des premiers symptômes du diabète. L'ICA est définie dans 70 à 95% des cas de diabète de type I contre 0,1 à 0,5% des cas chez les personnes en bonne santé. Les îlots de Langerhans ont de nombreux types de cellules et de nombreuses protéines différentes, donc les anticorps dirigés contre les cellules des îlots du pancréas sont très diversifiés.

On pense que dans les premiers stades du diabète, ce sont les anticorps dirigés contre les cellules des îlots qui déclenchent un processus de destruction auto-immune, indiquant les «cibles» de destruction du système immunitaire. Par rapport à l'ICA, d'autres types d'anticorps apparaissent beaucoup plus tard (le processus auto-immun lent initial se termine par une destruction rapide et massive des cellules bêta). Les patients atteints d'ICA sans signes de diabète développent finalement un diabète de type 1.

Anticorps contre la tyrosine phosphatase (anti-IA-2)

L'enzyme tyrosine phosphatase (IA-2, de Insulinoma Associated ou Islet Antigen 2) est un auto-antigène des cellules des îlots pancréatiques et se trouve dans des granules denses de cellules bêta. Les anticorps dirigés contre la tyrosine phosphatase (anti-IA-2) indiquent une destruction massive des cellules bêta et sont détectés chez 50 à 75% des patients atteints de diabète de type I. Chez les enfants, l'IA-2 est détecté beaucoup plus souvent que chez les adultes atteints de diabète dit LADA (je discuterai de ce sous-type intéressant de diabète de type I dans un article séparé). Au fur et à mesure que la maladie progresse, le taux d'auto-anticorps dans le sang diminue progressivement. Selon certains rapports, chez les enfants en bonne santé avec des anticorps contre la tyrosine phosphatase, le risque de développer un diabète sucré de type I dans les 5 ans est de 65%.

Anticorps contre la glutamate décarboxylase (anti-GAD, GADab)

L'enzyme glutamate décarboxylase (GAD, de l'anglais glutamic acid decarboxylase) convertit le glutamate (sel d'acide glutamique) en acide gamma-aminobutyrique (GABA). Le GABA est un médiateur inhibiteur (ralentissant) du système nerveux (c'est-à-dire qu'il sert à transmettre l'influx nerveux). La glutamate décarboxylase est située sur la membrane cellulaire et ne se trouve que dans les cellules nerveuses et les cellules bêta du pancréas.

En médecine, un médicament nootropique (améliorant le métabolisme et la fonction cérébrale) Aminalon est utilisé, qui est l'acide gamma-aminobutyrique..

En endocrinologie, la glutamate décarboxylase (GAD) est un autoantigène, et dans le diabète de type I, des anticorps anti-glutamate décarboxylase (anti-GAD) sont détectés chez 95% des patients. On pense que les anti-GAD reflètent la destruction continue des cellules bêta. Les anti-TAG sont courants chez les adultes atteints de diabète de type 1 et moins fréquents chez les enfants. Les anticorps anti-glutamate décarboxylase peuvent être détectés chez un patient 7 ans avant l'apparition des signes cliniques du diabète.

Si vous lisez attentivement, vous vous souviendrez que l'enzyme glutamate décarboxylase (GAD) se trouve non seulement dans les cellules bêta du pancréas, mais également dans les cellules nerveuses. Bien sûr, il y a beaucoup plus de cellules nerveuses dans le corps que de cellules bêta. Pour cette raison, un niveau élevé d'anti-TAG (? 100 fois plus élevé que le niveau du diabète de type 1!) Se produit dans certaines maladies du système nerveux:

  • Syndrome de Mersh-Woltmann (syndrome de la «personne rigide». Rigidité - raideur, tension musculaire constante),
  • ataxie cérébelleuse (violation de la stabilité et de la démarche due à des dommages au cervelet, des taxis grecs - ordre, a - négation),
  • épilepsie (un trouble qui provoque la récidive des crises),
  • myasthénie grave (une maladie auto-immune dans laquelle la transmission de l'influx nerveux aux muscles striés est altérée, ce qui se manifeste par une fatigue rapide de ces muscles),
  • encéphalite paranéoplasique (inflammation du cerveau causée par une tumeur).

L'anti-GAD est présent chez 8% des personnes en bonne santé. Chez ces personnes, les anti-GAD sont considérés comme des marqueurs de prédisposition aux maladies de la glande thyroïde (thyroïdite auto-immune de Hashimoto, thyrotoxicose) et de l'estomac (anémie par carence en folate B12).

Anticorps anti-insuline (IAA)

Le nom IAA vient de l'anglais. Autoanticorps de l'insuline - autoanticorps de l'insuline.

L'insuline est une hormone pancréatique à cellules bêta qui abaisse la glycémie. Avec le développement du diabète de type 1, l'insuline devient l'un des auto-antigènes. Les IAA sont des anticorps que le système immunitaire produit pour sa propre insuline (endogène) et injectée (exogène). Si le diabète de type 1 survient chez un enfant de moins de 5 ans, 100% des cas ont des anticorps contre l'insuline (avant le début du traitement par insuline). Si le diabète de type 1 survient chez un adulte, l'AIA n'est détectée que chez 20% des patients.

La valeur des anticorps dans le diabète sucré

Chez les patients atteints de diabète de type 1 typique, l'incidence des anticorps est la suivante:

  • ICA (aux cellules des îlots) - 60-90%,
  • anti-GAD (à la glutamate décarboxylase) - 22-81%,
  • IAA (à l'insuline) - 16-69%.

Comme vous pouvez le voir, aucun type d'anticorps n'est trouvé chez 100% des patients, par conséquent, pour un diagnostic fiable, les 4 types d'anticorps doivent être déterminés (ICA, anti-GAD, anti-IA-2, IAA).

Il a été établi que chez les enfants de moins de 15 ans, 2 types d'anticorps sont les plus indicatifs:

  • ICA (aux cellules des îlots du pancréas),
  • IAA (à l'insuline).

Chez l'adulte, pour faire la distinction entre le diabète de type I et de type II, il est impératif de déterminer:

  • anti-GAD (à la glutamate décarboxylase),
  • ICA (aux cellules des îlots du pancréas).

Il existe une forme relativement rare de diabète de type I appelée LADA (diabète auto-immun latent chez l'adulte, diabète auto-immun latent chez l'adulte), dont les symptômes cliniques sont similaires au diabète de type II, mais en termes de mécanisme de développement et de présence d'anticorps, il s'agit du diabète de type I. Si, dans le diabète LADA, le traitement standard du diabète de type II est prescrit par erreur (préparations orales de sulfonylurée), cela se termine rapidement par une déplétion complète des cellules bêta et oblige à une insulinothérapie intensive. Je parlerai de LADA-diabète dans un article séparé.

Actuellement, la présence d'anticorps dans le sang (ICA, anti-GAD, anti-IA-2, IAA) est considérée comme un signe avant-coureur du futur diabète sucré de type I. Plus il y a d'anticorps de différents types détectés chez un sujet particulier, plus le risque de développer un diabète de type I est élevé.

La présence d'auto-anticorps contre l'ICA (pour les cellules des îlots), l'IAA (pour l'insuline) et le GAD (pour la glutamate décarboxylase) est associée à un risque d'environ 50% de développer un diabète de type I dans les 5 ans et un risque de 80% de développer un diabète de type 1 dans les 10 ans.

Selon d'autres études, au cours des 5 prochaines années, la probabilité de développer un diabète de type I est la suivante:

  • avec seulement ICA, le risque est de 4%,
  • en présence d'ICA + un autre type d'anticorps (l'un des trois: anti-GAD, anti-IA-2, IAA) le risque est de 20%,
  • en présence d'ICA + 2 autres types d'anticorps, le risque est de 35%,
  • avec les quatre types d'anticorps, le risque est de 60%.

A titre de comparaison: parmi l'ensemble de la population, seulement 0,4% développent un diabète sucré de type I. Je vais vous en dire plus sur le diagnostic précoce du diabète de type I séparément.

conclusions

Donc, à partir de l'article, il est utile de se rappeler:

  • le diabète de type I est toujours causé par une réaction auto-immune contre les cellules de votre pancréas,
  • l'activité du processus auto-immun est directement proportionnelle à la quantité et à la concentration d'anticorps spécifiques,
  • ces anticorps sont détectés bien avant les premiers symptômes du diabète de type 1,
  • la détermination des anticorps permet de faire la distinction entre le diabète de type I et de type II (diagnostiquer le diabète LADA en temps opportun), faire un diagnostic à un stade précoce et prescrire une insulinothérapie à temps,
  • chez l'adulte et l'enfant, différents types d'anticorps sont plus souvent détectés,
  • pour une évaluation plus complète du risque de diabète, il est recommandé de déterminer les 4 types d'anticorps (ICA, anti-GAD, anti-IA-2, IAA).

Une addition

Ces dernières années, le 5e autoantigène a été découvert, contre lequel des anticorps se forment dans le diabète sucré de type I. Il s'agit du transporteur de zinc ZnT8 (facile à retenir: transporteur de zinc (Zn) (T) 8), qui est codé par le gène SLC30A8. Le transporteur de zinc ZnT8 transporte les atomes de zinc vers les cellules bêta du pancréas, où ils sont utilisés pour stocker la forme inactive de l'insuline.

Les anticorps dirigés contre ZnT8 sont généralement associés à d'autres types d'anticorps (ICA, anti-GAD, IAA, IA-2). Avec le diabète de type I nouvellement diagnostiqué, des anticorps anti-ZnT8 sont retrouvés dans 60 à 80% des cas. Environ 30% des patients atteints de diabète de type I et l'absence de 4 autres types d'autoanticorps ont des anticorps anti-ZnT8. La présence de ces anticorps est le signe d'une apparition précoce du diabète de type I et d'une carence en insuline plus prononcée..

À partir de 2014, il était problématique de déterminer la teneur en anticorps anti-ZnT8 même à Moscou.

Anticorps contre les cellules bêta du pancréas

Analyse des anticorps contre les antigènes des cellules bêta du pancréas

Les cellules bêta du pancréas sont son appareil d'îlots et sont responsables de la fonction endocrinienne. L'insuline produite par les cellules favorise l'absorption du glucose sanguin par les tissus du corps. Avec son manque, le diabète insulino-dépendant se développe. Le manque d'insuline est souvent dû à un processus auto-immun. Le corps produit des anticorps qui conduisent à la destruction des cellules bêta du pancréas. Le plus souvent, la maladie survient en raison d'une prédisposition héréditaire, mais elle peut également être causée par des facteurs externes.

Les anticorps dans le sang peuvent être détectés plusieurs années avant les premiers symptômes du diabète. Il existe des anticorps contre de nombreux antigènes des cellules des îlots (AOC) et des anticorps spécifiques contre l'insuline, la glutamate décarboxylase et autres.

L'analyse peut déterminer la prédisposition au diabète et confirmer le diagnostic avec la manifestation du diabète de type 1.

Indications d'analyse

Méthode d'analyse

La veille de l'analyse, il est recommandé de respecter la routine quotidienne et le régime alimentaire habituels, de ne pas boire d'alcool, d'éviter les efforts excessifs, de ne pas fumer 2 heures avant la procédure.

Les anticorps contre les antigènes des cellules bêta (AOK, terme anglais ICA) sont déterminés en utilisant la méthode d'immunofluorescence indirecte.

Interprétation des résultats d'analyse

Évaluer les résultats de l'analyse par les titres d'anticorps dans le sérum sanguin.

Les valeurs de référence varient d'un laboratoire à l'autre en raison de l'équipement:

  • titre inférieur à 4 - résultat négatif;
  • le titre est égal ou supérieur à 4 - résultat positif.

Des anticorps contre les cellules bêta sont détectés chez 70% des patients atteints de diabète de type 1 nouvellement diagnostiqué. Un résultat positif est également observé chez les personnes prédisposées au diabète insulino-dépendant. Plus l'indicateur est élevé, plus le risque de développer la maladie est élevé. Un test positif avec une fréquence de 0,1-0,5% est observé chez les personnes en bonne santé.

Pour clarifier le diagnostic, des études complémentaires sont recommandées pour la teneur en anticorps dirigés contre des antigènes spécifiques des cellules de Langerhans. Après un certain temps après le début de la maladie, le taux d'anticorps AOK détectés commence à diminuer et après un certain temps, le résultat du test peut devenir négatif.

Le test d'anticorps aux antigènes des cellules bêta aide au diagnostic du diabète de type 1, ainsi qu'à l'identification d'une prédisposition à cette maladie. Cela permet de choisir un traitement adéquat ou de prendre des mesures préventives en temps opportun, y compris un régime alimentaire et une thérapie immunotrope. Un titre d'anticorps positif devrait vous alerter sur le risque de développer d'autres maladies auto-immunes.

Anticorps contre les antigènes des cellules pancréatiques (GAD / IA-2)

Auto-anticorps contre la glutamate décarboxylase et la tyrosine phosphatase des cellules bêta du pancréas, qui jouent un rôle important dans la pathogenèse du diabète sucré insulino-dépendant et sont des marqueurs prédictifs du développement du diabète sucré de type 1 et de la nécessité de l'administration d'insuline.

Anticorps contre les îlots de la classe des IgG du pancréas (anti-GAD / IA2), auto-anticorps contre les cellules bêta pancréatiques, anticorps contre la glutamate décarboxylase (HDC) et la tyrosine phosphatase (TF).

Synonymes anglais

Pool d'anticorps anti-GAD / IA2, auto-anticorps de l'acide glutamique décarboxylase-65 (GAD) et de l'antigène d'insulinome 2 (tyrosine phosphatase, IA2, ICA-512).

Immunoessai (ELISA).

UI / ml (unité internationale par millilitre).

Quel biomatériau peut être utilisé pour la recherche?

Comment bien se préparer à l'étude?

Ne fumez pas pendant 30 minutes avant de donner du sang.

Informations générales sur l'étude

Le diabète sucré de type 1 (DM-1, insulino-dépendant) est une maladie endocrinienne chronique causée par la destruction auto-immune des cellules bêta du tissu des îlots du pancréas, ce qui entraîne une carence absolue en insuline et une augmentation de la glycémie. Les troubles du métabolisme des glucides et les manifestations cliniques du diabète sucré surviennent lorsque plus de 80% des cellules bêta sont détruites. La maladie est généralement diagnostiquée dans l'enfance et l'adolescence.

Le diabète sucré de type 1 est caractérisé par la présence d'auto-anticorps, qui ont une signification pathogénique directe dans la destruction des cellules productrices d'insuline et le développement de la maladie. Un mécanisme de développement et un spectre d'anticorps similaires sont détectés dans le diabète auto-immun de l'adulte (LADA), qui a récemment été considéré comme une variante du diabète sucré de type 1 d'apparition tardive, mais est souvent diagnostiqué comme diabète sucré de type 2 en raison de l'âge.

Les manifestations du diabète sont précédées d'une augmentation du taux d'auto-anticorps dans le sang pendant plusieurs années, ce qui est un signe précoce de l'activité auto-immune de la maladie. Ces anticorps comprennent des auto-anticorps contre la glutamate décarboxylase (GAD), la protéine tyrosine phosphatase (IA2), l'insuline, les composants cytoplasmiques des cellules des îlots..

La glutamate décarboxylase (HDA, GAD) est une protéine d'un poids moléculaire de 65 kDa, impliquée dans la synthèse du neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central, l'acide gamma-aminobutyrique (GABA). GAD est exprimé dans les systèmes nerveux central et périphérique, dans les îlots du pancréas, des testicules, des ovaires, du thymus et de l'estomac. Les sérums de 70 à 80% des personnes atteintes de prédiabète et de diabète sucré de type 1 nouvellement diagnostiqué réagissent avec cet antigène..

La tyrosine phosphatase (IA-2) est un auto-antigène d'îlots localisé dans des granules denses de cellules bêta pancréatiques. Les anticorps dirigés contre lui sont détectés chez 50 à 75% des patients atteints de diabète sucré de type 1, ainsi qu'avant les premières manifestations cliniques. Selon certains rapports, l'IA-2, associé aux anticorps anti-insuline, est plus fréquent chez les enfants que chez les patients adultes et indique une destruction agressive des cellules bêta.

Avec l'évolution de la maladie, le taux d'auto-anticorps dans le sang diminue progressivement, ce qui est associé à la destruction du substrat antigénique. À cet égard, chez les patients atteints de diabète sucré de type 1 à long terme, la détermination des auto-anticorps peut avoir une faible valeur diagnostique..

Le niveau d'anticorps anti-GAD, IA-2, insuline (IAA) et antigènes des composants cytoplasmiques des cellules des îlots (ICA) est d'une grande importance pour le diagnostic et le pronostic du diabète de type 1 dans la famille immédiate des patients diabétiques. Un signe avant-coureur de CD-1 peut être considéré plutôt comme le fait même de détecter des anticorps, plutôt que d'identifier un type particulier d'entre eux. Certaines études ont montré que c'est la présence d'auto-anticorps anti-GAD et IA-2, plutôt que des caractéristiques phénotypiques, qui déterminent dans une plus large mesure la probabilité d'une insulinothérapie. La présence de plusieurs auto-anticorps augmente considérablement le risque de développer la maladie à l'avenir par rapport à une augmentation isolée d'un type d'anticorps.

Des systèmes de test ont été développés à la fois pour la détermination complète des auto-anticorps et pour l'identification de leurs types individuels. La sensibilité de la mesure conjointe des taux d'anti-GAD / IA-2 pour le diagnostic du diabète sucré de type 1 est de 96%, la spécificité est de 98%. Les anticorps sont détectés en moyenne chez 73% des patients atteints de diabète de type 1 récemment diagnostiqué, chez 95% des patients diabétiques de moins de 5 ans et chez 84% des diabétiques depuis plus de 5 ans.

L'identification d'une prédisposition au développement du diabète sucré et le diagnostic précoce de la maladie permettent une application rapide de mesures préventives, prescrivent un traitement adéquat et préviennent la progression de la maladie et le développement de complications.

À quoi sert la recherche?

  • Pour le diagnostic précoce du diabète sucré auto-immun (diabète de type 1),
  • pour le diagnostic différentiel du diabète auto-immun de l'adulte (LADA) et du diabète sucré de type 2,
  • pour diagnostiquer le prédiabète,
  • pour identifier la prédisposition et évaluer le risque de développer un diabète sucré de type 1,
  • pour prédire la nécessité d'une insulinothérapie chez les patients atteints de diabète sucré.

Quand l'étude est prévue?

  • Lors de l'examen d'enfants et d'adultes présentant un risque élevé de développer un diabète sucré (dont les proches parents sont atteints de DM-1),
  • lors de l'examen de personnes présentant une hyperglycémie ou une tolérance au glucose altérée.

Que signifient les résultats?

Valeurs de référence: 0-4 UI / ml.

Les raisons de l'augmentation du taux d'anticorps GAD / IA2:

  • prédiabète,
  • diabète sucré de type 1 (diabète sucré insulino-dépendant) aux premiers stades de développement,
  • diabète auto-immun de l'adulte (LADA),
  • diabète gestationnel (diabète de grossesse).

Qu'est-ce qui peut influencer le résultat?

Dans certains troubles systémiques du tissu conjonctif (par exemple, le lupus érythémateux disséminé) et les troubles thyroïdiens, le taux d'anticorps GAD / IA2 peut être augmenté.

  • Des anticorps anti-glutamate décarboxylase sont détectés chez 8% des personnes en bonne santé.
  • Il faut se rappeler que le niveau d'auto-anticorps diminue considérablement dans les derniers stades de la maladie en raison de la destruction des cellules bêta.

Qui commande l'étude?

Endocrinologue, thérapeute, pédiatre, médecin généraliste.

Littérature

  • Shapovalyants O.S., Nikonova T.V. Signification diagnostique et pronostique des autoanticorps dans le diabète sucré. Un nouveau marqueur du processus auto-immun - anticorps anti-ZnT8 // Diabète sucré - 2011. - N ° 2. - P. 18-21.
  • Pozzilli P. et Mario U. Diabète auto-immun ne nécessitant pas d'insuline au moment du diagnostic (diabète auto-immun latent de l'adulte). Définition, caractérisation et prévention potentielle.// Diabetes Sage. - 2001. - Vol. 24, n ° 8. - P. 1460-1467.
  • Verge C. F., Stenger D., et al. Utilisation combinée d'auto-anticorps (auto-anticorps IA-2, auto-anticorps GAD, auto-anticorps anti-insuline, anticorps anti-cellules cytoplasmiques des îlots) dans le diabète de type 1: Atelier sur les auto-anticorps combinatoires des îlots // Diabète - décembre 1998 -vol. 47, non. 12. - P. 1857-1866.
Abonnez-vous aux actualités

Laissez votre E-mail et recevez les actualités et offres exclusives du laboratoire KDLmed

Les anticorps dans le diagnostic du diabète sucré de type 1

Un médecin blogueur biélorusse partagera avec nous ses connaissances de manière compréhensible et informative.

Le diabète de type I est une maladie auto-immune. Lorsque plus de 80 à 90% des cellules bêta sont mortes ou ne fonctionnent pas, les premiers symptômes cliniques du diabète apparaissent (grandes quantités d'urine, soif, faiblesse, perte de poids, etc.) et le patient est obligé de consulter un médecin. Étant donné que la majeure partie des cellules bêta meurent avant l'apparition des signes de diabète, il est possible de calculer le risque de diabète de type 1, de prédire une probabilité élevée de maladie à l'avance et de commencer le traitement à temps..

L'administration précoce d'insuline est extrêmement importante car elle réduit la gravité de l'inflammation auto-immune et préserve les cellules bêta restantes, ce qui en fin de compte préserve la sécrétion d'insuline résiduelle plus longtemps et rend l'évolution du diabète plus fluide (protège contre le coma hypoglycémique et l'hyperglycémie). Aujourd'hui, je vais parler des types d'anticorps spécifiques et de leur importance dans le diagnostic diabète sucré.

La gravité de l'inflammation auto-immune peut être déterminée par le nombre et la concentration de divers anticorps spécifiques de quatre types:

- aux cellules des îlots du pancréas (ICA),

- à la tyrosine phosphatase (anti-IA-2),

- à la glutamate décarboxylase (anti-GAD),

Ces types d'anticorps sont principalement classés dans les immunoglobulines de classe G (IgG). Ils sont généralement déterminés à l'aide de systèmes de test basés sur ELISA (dosage immuno-enzymatique).

Les premières manifestations cliniques du diabète de type I coïncident généralement avec une période de processus auto-immun très actif.Par conséquent, au début du diabète de type I, divers anticorps spécifiques peuvent être détectés (plus précisément, les autoanticorps sont des anticorps qui peuvent interagir avec les antigènes de leur propre corps). Au fil du temps, lorsqu'il n'y a pratiquement plus de cellules bêta vivantes, le nombre d'anticorps peut diminuer et même disparaître du sang..

Anticorps des cellules des îlots pancréatiques (ICA)

Le nom ICA vient de l'anglais. anticorps des cellules des îlots - anticorps contre les cellules des îlots Le nom ICAab est également trouvé - à partir d'anticorps antigènes de cellules d'îlots.

Ici, vous avez besoin d'une explication de ce que sont les îlots dans le pancréas..

Le pancréas a 2 fonctions les plus importantes:

- ses nombreux acini (voir ci-dessous) produisent du suc pancréatique, qui est sécrété par le système de canaux dans le duodénum en réponse à la prise alimentaire (fonction exocrine de la glande pancréatique),

- les îlots de Langerhans sécrètent un certain nombre d'hormones dans le sang (fonction endocrinienne).

Les îlots de Langerhans sont des amas de cellules endocrines situées principalement dans la queue du pancréas. Les îlots ont été découverts en 1869 par le pathologiste allemand Paul Langerhans. Le nombre d'îlots atteint 1 million, mais ils n'occupent que 1 à 2% de la masse du pancréas.

L'îlot de Langerhans (en bas à droite) est entouré d'acini.

Chaque acinus se compose de 8 à 12 cellules sécrétoires et d'un épithélium canalaire.

Les îlots de Langerhans contiennent plusieurs types de cellules:

- les cellules alpha (15-20% du nombre total de cellules) sécrètent du glucagon (cette hormone augmente la glycémie),

- les cellules bêta (65-80%) sécrètent de l'insuline (diminue la glycémie),

- les cellules delta (3-10%) sécrètent de la somatostatine (inhibe la sécrétion de nombreuses glandes. La somatostatine sous forme de médicament Octréotide est utilisée pour traiter la pancréatite et les saignements dans le tractus gastro-intestinal),

- Les cellules PP (3-5%) sécrètent le polypeptide pancréatique (inhibe la formation du suc pancréatique et améliore la sécrétion du suc gastrique),

- les cellules epsilon (jusqu'à 1%) sécrètent de la ghréline (hormone de la faim qui augmente l'appétit).

Au cours du développement du diabète de type I en raison de lésions auto-immunes du pancréas, des auto-anticorps contre les antigènes des cellules des îlots (ICA) apparaissent dans le sang. Les anticorps apparaissent 1 à 8 ans avant l'apparition des premiers symptômes du diabète. L'ICA est définie dans 70 à 95% des cas de diabète de type I contre 0,1 à 0,5% des cas chez les personnes en bonne santé. Les îlots de Langerhans ont de nombreux types de cellules et de nombreuses protéines différentes, donc les anticorps dirigés contre les cellules des îlots du pancréas sont très diversifiés.

On pense que dans les premiers stades du diabète, ce sont les anticorps dirigés contre les cellules des îlots qui déclenchent un processus de destruction auto-immune, indiquant les «cibles» de destruction du système immunitaire. Par rapport à l'ICA, d'autres types d'anticorps apparaissent beaucoup plus tard (le processus auto-immun lent initial se termine par une destruction rapide et massive des cellules bêta). Les patients atteints d'ICA sans signes de diabète développent finalement un diabète de type 1.

Anticorps contre la tyrosine phosphatase (anti-IA-2)

L'enzyme tyrosine phosphatase (IA-2, de Insulinoma Associated ou Islet Antigen 2) est un auto-antigène des cellules des îlots pancréatiques et se trouve dans des granules denses de cellules bêta. Les anticorps dirigés contre la tyrosine phosphatase (anti-IA-2) indiquent une destruction massive des cellules bêta et sont détectés chez 50 à 75% des patients atteints de diabète de type I. Chez les enfants, l'IA-2 est détecté beaucoup plus souvent que chez les adultes atteints de diabète dit LADA (je discuterai de ce sous-type intéressant de diabète de type I dans un article séparé). Au fur et à mesure que la maladie progresse, le taux d'auto-anticorps dans le sang diminue progressivement. Selon certains rapports, chez les enfants en bonne santé avec des anticorps contre la tyrosine phosphatase, le risque de développer un diabète sucré de type I dans les 5 ans est de 65%.

Anticorps contre la glutamate décarboxylase (anti-GAD, GADab)

L'enzyme glutamate décarboxylase (GAD, de l'anglais glutamic acid decarboxylase) convertit le glutamate (sel d'acide glutamique) en acide gamma-aminobutyrique (GABA). Le GABA est un médiateur inhibiteur (ralentissant) du système nerveux (c'est-à-dire qu'il sert à transmettre l'influx nerveux). La glutamate décarboxylase est située sur la membrane cellulaire et ne se trouve que dans les cellules nerveuses et les cellules bêta du pancréas.

En médecine un médicament nootropique (améliorant le métabolisme et la fonction cérébrale) Aminalon est utilisé, qui est l'acide gamma-aminobutyrique.

En endocrinologie, la glutamate décarboxylase (GAD) est un autoantigène, et dans le diabète de type I, des anticorps anti-glutamate décarboxylase (anti-GAD) sont détectés chez 95% des patients. On pense que les anti-GAD reflètent la destruction continue des cellules bêta. Les anti-TAG sont courants chez les adultes atteints de diabète de type 1 et moins fréquents chez les enfants. Les anticorps anti-glutamate décarboxylase peuvent être détectés chez un patient 7 ans avant l'apparition des signes cliniques du diabète.

Si vous lisez attentivement, vous vous souvenez que l'enzyme glutamate décarboxylase (GAD) se trouve non seulement dans les cellules bêta du pancréas, mais également dans les cellules nerveuses. Bien sûr, il y a beaucoup plus de cellules nerveuses dans le corps que de cellules bêta. Pour cette raison, un niveau élevé d'anti-GAD (≥ 100 fois le niveau du diabète de type 1!) Se produit dans certaines maladies du système nerveux:

- Syndrome de Mersh-Woltmann (syndrome de la «personne rigide». Rigidité - raideur, tension musculaire constante),

- ataxie cérébelleuse (violation de la stabilité et de la démarche due à des dommages au cervelet, des taxis grecs - ordre, a - négation),

- épilepsie (un trouble qui provoque la récidive des crises),

- myasthénie grave (une maladie auto-immune dans laquelle la transmission de l'influx nerveux aux muscles striés est altérée, ce qui se manifeste par une fatigue rapide de ces muscles),

- encéphalite paranéoplasique (inflammation du cerveau causée par une tumeur).

L'anti-GAD est présent chez 8% des personnes en bonne santé. Chez ces personnes, les anti-GAD sont considérés comme des marqueurs de prédisposition aux maladies de la glande thyroïde (thyroïdite auto-immune de Hashimoto, thyrotoxicose) et de l'estomac (anémie par carence en folate B12).

Anticorps anti-insuline (IAA)

Le nom IAA vient de l'anglais. Autoanticorps de l'insuline - autoanticorps de l'insuline.

L'insuline est une hormone pancréatique à cellules bêta qui abaisse la glycémie. Avec le développement du diabète de type 1, l'insuline devient l'un des auto-antigènes. Les IAA sont des anticorps que le système immunitaire produit pour sa propre insuline (endogène) et injectée (exogène). Si le diabète de type 1 survient chez un enfant de moins de 5 ans, 100% des cas ont des anticorps contre l'insuline (avant le début du traitement par insuline). Si le diabète de type 1 survient chez un adulte, l'AIA n'est détectée que chez 20% des patients.

La valeur des anticorps dans le diabète sucré

Chez les patients atteints de diabète de type 1 typique, l'incidence des anticorps est la suivante:

- ICA (aux cellules des îlots) - 60-90%,

- anti-GAD (à la glutamate décarboxylase) - 22-81%,

- IAA (à l'insuline) - 16-69%.

Comme vous pouvez le voir, aucun type d'anticorps n'est trouvé chez 100% des patients, par conséquent, pour un diagnostic fiable, les 4 types d'anticorps doivent être déterminés (ICA, anti-GAD, anti-IA-2, IAA).

Il a été établi que chez les enfants de moins de 15 ans, 2 types d'anticorps sont les plus indicatifs:

- ICA (aux cellules des îlots du pancréas),

Chez l'adulte, pour faire la distinction entre le diabète de type I et de type II, il est impératif de déterminer:

- anti-GAD (à la glutamate décarboxylase),

- ICA (aux cellules des îlots du pancréas).

Il existe une forme relativement rare de diabète de type I appelée LADA (diabète auto-immun latent chez l'adulte, diabète auto-immun latent chez l'adulte), dont les symptômes cliniques sont similaires au diabète de type II, mais en termes de mécanisme de développement et de présence d'anticorps, il s'agit du diabète de type I. Si, dans le diabète LADA, le traitement standard du diabète de type II est prescrit par erreur (préparations orales de sulfonylurée), cela se termine rapidement par une déplétion complète des cellules bêta et oblige à une insulinothérapie intensive. Je parlerai de LADA-diabète dans un article séparé.

Actuellement, la présence d'anticorps dans le sang (ICA, anti-GAD, anti-IA-2, IAA) est considérée comme un signe avant-coureur du futur diabète sucré de type I. Plus il y a d'anticorps de différents types détectés chez un sujet particulier, plus le risque de développer un diabète de type I est élevé.

La présence d'auto-anticorps contre l'ICA (pour les cellules des îlots), l'IAA (pour l'insuline) et le GAD (pour la glutamate décarboxylase) est associée à un risque d'environ 50% de développer un diabète de type I dans les 5 ans et un risque de 80% de développer un diabète de type 1 dans les 10 ans.

Selon d'autres études, au cours des 5 prochaines années, la probabilité de développer un diabète de type I est la suivante:

- avec seulement ICA, le risque est de 4%,

- en présence d'ICA + un autre type d'anticorps (l'un des trois: anti-GAD, anti-IA-2, IAA) le risque est de 20%,

- en présence d'ICA + 2 autres types d'anticorps, le risque est de 35%,

- avec les quatre types d'anticorps, le risque est de 60%.

A titre de comparaison: parmi l'ensemble de la population, seulement 0,4% développent un diabète sucré de type I. Je vais vous en dire plus sur le diagnostic précoce du diabète de type I séparément.

conclusions

le diabète de type I est toujours causé par une réaction auto-immune contre les cellules de votre pancréas,

l'activité du processus auto-immun est directement proportionnelle à la quantité et à la concentration d'anticorps spécifiques,

ces anticorps sont détectés bien avant les premiers symptômes du diabète de type 1,

la détermination des anticorps permet de faire la distinction entre le diabète de type I et de type II (diagnostiquer le diabète LADA en temps opportun), faire un diagnostic à un stade précoce et prescrire une insulinothérapie à temps,

chez l'adulte et l'enfant, différents types d'anticorps sont plus souvent détectés,

pour une évaluation plus complète du risque de diabète, il est recommandé de déterminer les 4 types d'anticorps (ICA, anti-GAD, anti-IA-2, IAA).

Une addition

Ces dernières années, le 5e autoantigène a été découvert, contre lequel des anticorps se forment dans le diabète sucré de type I. Il s'agit du transporteur de zinc ZnT8 (facile à retenir: transporteur de zinc (Zn) (T) 8), qui est codé par le gène SLC30A8. Le transporteur de zinc ZnT8 transporte les atomes de zinc vers les cellules bêta du pancréas, où ils sont utilisés pour stocker la forme inactive de l'insuline.

Les anticorps dirigés contre ZnT8 sont généralement associés à d'autres types d'anticorps (ICA, anti-GAD, IAA, IA-2). Avec le diabète de type I nouvellement diagnostiqué, des anticorps anti-ZnT8 sont retrouvés dans 60 à 80% des cas. Environ 30% des patients atteints de diabète de type I et l'absence de 4 autres types d'autoanticorps ont des anticorps anti-ZnT8. La présence de ces anticorps est le signe d'une apparition précoce du diabète de type I et d'une carence en insuline plus prononcée..

J'espère que tout ce qui précède vous a été utile. Plus d'informations - sur mon site Blog médical d'un médecin ambulancier

АТ aux cellules bêta du pancréas, IgG (anticorps anti-cellules des îlots)

Marqueur de risque de destruction auto-immune des cellules pancréatiques productrices d'insuline.

Des anticorps contre les cellules des îlots (cellules bêta) du pancréas, qui produisent de l'insuline, sont trouvés chez 70% des patients atteints de diabète insulino-dépendant lorsque les symptômes cliniques de la maladie apparaissent (contre 0,1-0,5% dans le groupe témoin de patients sans diabète).

Le diabète insulino-dépendant (diabète de type I) est dans la plupart des cas associé à des lésions auto-immunes des cellules bêta du pancréas, ce qui entraîne une altération de la synthèse de l'insuline et des modifications ultérieures du métabolisme des glucides. Les anticorps contre les cellules bêta et / ou d'autres marqueurs auto-immuns (voir aussi tests: anticorps contre l'insuline # 200, anticorps contre la glutamate décarboxylase - test # 202) peuvent être détectés des mois et des années avant l'apparition des manifestations cliniques du diabète insulino-dépendant. Ils peuvent également être présents chez les proches parents de patients atteints de diabète de type I, ce qui est un indicateur de leur risque élevé de développer cette maladie. Il a également été montré que l'apparition d'auto-anticorps des cellules des îlots chez les patients atteints de diabète de type 2 non insulino-dépendant peut prédire le développement d'un diabète de type 1 insulino-dépendant chez eux..

Détermination des anticorps contre les cellules bêta du pancréas: qu'est-ce que c'est?

Aux cellules bêta du pancréas

Prix ​​950 RUB.

+ Prélèvement de sang dans une veine: 170 roubles

Ajouter au chariot

  • la description
  • formation
  • témoignage
  • Interprétation des résultats

Marqueur de risque de destruction auto-immune des cellules pancréatiques productrices d'insuline.

Des anticorps contre les cellules des îlots (cellules bêta) du pancréas, qui produisent de l'insuline, sont trouvés chez 70% des patients atteints de diabète insulino-dépendant lorsque les symptômes cliniques de la maladie apparaissent (contre 0,1-0,5% dans le groupe témoin de patients sans diabète).

Le diabète insulino-dépendant (diabète de type I) est dans la plupart des cas associé à des lésions auto-immunes des cellules bêta du pancréas, ce qui entraîne une altération de la synthèse de l'insuline et des modifications ultérieures du métabolisme des glucides..

Les anticorps contre les cellules bêta et / ou d'autres marqueurs auto-immuns (voir aussi tests: anticorps contre l'insuline, anticorps contre la glutamate décarboxylase - test # 202) peuvent être détectés des mois et des années avant l'apparition des manifestations cliniques du diabète insulino-dépendant.

Ils peuvent également être présents chez les proches parents de patients atteints de diabète de type I, ce qui est un indicateur d'un risque élevé de développer cette maladie..

Il a également été montré que l'apparition d'auto-anticorps des cellules des îlots chez les patients atteints de diabète de type 2 non insulino-dépendant peut prédire le développement d'un diabète de type 1 insulino-dépendant chez eux..

Aucune formation spéciale requise. Il est recommandé de prendre du sang au plus tôt 4 heures après le dernier repas.

Évaluer le risque de développer une pathologie auto-immune des cellules bêta dans le pancréas.

  • Évaluation élargie des personnes ayant une prédisposition possible au diabète de type 1.
  • Dans les cas difficiles, au moment de décider de la nomination d'une insulinothérapie pour le diabète de type I (en particulier chez les jeunes patients).
  • Examen de dépistage des donneurs potentiels d'un fragment pancréatique - membres de la famille d'un patient atteint de diabète de stade terminal IA.

Unités de mesure: titre.

  1. diabète sucré de type 1 (insulino-dépendant);
  2. prédisposition au développement du diabète insulino-dépendant;
  3. personnes en bonne santé (0,1 - 0,5%).

Anticorps contre les cellules bêta du pancréas

Dans le diabète sucré auto-immun de type 1, les cellules bêta des îlots de Langerhans du pancréas meurent du fait que le système immunitaire produit des anticorps qui les affectent.

Ces anticorps sont testés pour déterminer si le diabète de type 1 est présent ou pour le différencier des autres types de diabète..

De plus, les anticorps peuvent être détectés avant l'apparition des symptômes cliniques de la maladie, ce qui permettra de démarrer le traitement sans entraîner de complications.

Test des anticorps contre les cellules bêta

L'analyse n'a pas besoin de préparation: elle, comme l'analyse de l'hémoglobine glyquée, peut être prise à tout moment de la journée, sans avoir d'abord faim. La seule chose à exclure est la consommation d'alcool et d'aliments gras la veille de l'analyse.

Un test sanguin pour les anticorps contre les cellules bêta dans le pancréas est prélevé dans une veine. La main est pincée avec un garrot ou une ceinture spéciale, le site d'injection est désinfecté.

Le sang est prélevé avec une seringue et versé dans un tube à essai, où se trouve une substance spéciale qui sépare le sang. Un morceau de coton imbibé d'une solution désinfectante est appliqué sur le site de ponction.

Pour éviter la formation d'un hématome, il doit être appuyé fermement et rester dans cette position pendant environ 5 minutes jusqu'à ce que le sang s'arrête.

Le taux d'anticorps dans le sang

Le résultat du test indique la présence ou l'absence d'anticorps responsables du diabète sucré de type 1:

  • Une valeur jusqu'à 0,95 est considérée comme négative - pas d'anticorps
  • De 0,95 à 1,05, une situation controversée. Cela peut indiquer un stade précoce du diabète, un prédiabète ou une infection virale récente. Habituellement, dans ce cas, une nouvelle analyse est prescrite..
  • Un résultat supérieur à 1,05 indique la présence de diabète.

Il faut ajouter que même avec un résultat négatif, un diabète sucré peut survenir. Le diabète de type 1 peut être idiopathique et non dépendant des anticorps. Le type 2 ne dépend pas non plus de la présence d'anticorps dirigés contre les cellules bêta du pancréas, il se produit à la suite d'une violation de la sensibilité des cellules du corps à l'insuline.

Partagez sur les réseaux sociaux:

Tests> Examen immunologique des endocrinopathies auto-immunes

Examen immunologique des endocrinopathies auto-immunes "width =" 300 "height =" 225 "size-medium" />

Ces informations ne peuvent pas être utilisées pour l'automédication!
La consultation d'un spécialiste est impérative!

Que sont les endocrinopathies auto-immunes Le terme endocrinopathie auto-immune doit être compris comme une maladie qui se développe lorsque des anticorps se forment contre les cellules de leurs glandes endocrines ou contre les hormones qu'elles synthétisent. Les organes cibles sont la thyroïde, le pancréas et les gonades (testicules et ovaires), les glandes surrénales. Des autoanticorps peuvent se former contre les antigènes (structures cellulaires) d'une glande. Des exemples de telles maladies sont le diabète sucré de type I, la thyroïdite de Hashimoto, la maladie d'Addison. Dans certains cas, des auto-anticorps se forment contre plusieurs glandes à la fois, puis le syndrome polyglandulaire auto-immun (APS) se développe. Ce syndrome est de deux types: APS-1 survient chez les nouveau-nés et APS-2 chez les adultes..

Quels tests comprennent un examen immunologique pour les endocrinopathies auto-immunes?

La recherche sur les endocrinopathies auto-immunes est tout un complexe d'analyses. Classiquement, tous peuvent être divisés en plusieurs groupes selon le principe à quelle glande chacun d'eux est lié.

Pour diagnostiquer les lésions pancréatiques, la détermination des anticorps contre l'insuline, les cellules bêta de la glande et la glutamate décarboxylase (AT-GAD) est utilisée.

L'étude des anticorps dirigés contre la thyroglobuline, la peroxydase thyroïdienne, les récepteurs des hormones stimulant la thyroïde et la fraction microsomale des thyrocytes est utilisée pour diagnostiquer les lésions thyroïdiennes.

Pour évaluer si les glandes surrénales sont impliquées dans le processus auto-immun, la détermination de la teneur en anticorps dirigés contre les tissus surrénaliens producteurs de stéroïdes aidera. Chez les hommes, en même temps, il est nécessaire de déterminer les anticorps dirigés contre les cellules testiculaires productrices de stéroïdes. Chez les femmes, la teneur en anticorps anti-ovariens est déterminée - auto-anticorps contre les tissus ovariens.

Qui prescrit ces études?

Ces tests peuvent être prescrits par un endocrinologue pour une pathologie thyroïdienne ou pancréatique ou pour le diagnostic de l'APS. Lors de la détermination des causes de l'infertilité, des tests de détection d'auto-anticorps dirigés contre les gonades et les glandes surrénales sont prescrits par des obstétriciens-gynécologues, des spécialistes de la reproduction et des andrologues..

Vous pouvez donner du sang pour des tests dans un laboratoire d'immunologie spécialisé. Les cliniques privées offrent des services de prélèvement sanguin à domicile. Aucune préparation particulière n'est requise, il est seulement recommandé de ne pas fumer 30 minutes avant le prélèvement sanguin.

Indications de cette étude immunologique

Ces tests sont prescrits pour confirmer la nature auto-immune des maladies endocriniennes - diabète sucré, hypothyroïdie (se développe avec la thyroïdite de Hashimoto). La raison de la nomination d'un examen complet est la suspicion de l'un des syndromes polyglandulaires auto-immunes (APS).

Avec l'APS-1, qui est plus souvent détecté chez les nouveau-nés, les symptômes suivants peuvent être observés: sous-développement des gonades, syndrome de malabsorption (troubles de l'absorption intestinale), infection fongique de la muqueuse buccale et des organes génitaux, insuffisance surrénalienne.

Les plaintes suggérant l'APS-2 sont une bouche sèche, une soif constante (signes de diabète), une faiblesse musculaire croissante, un assombrissement de la peau, une diminution de l'appétit (symptômes d'insuffisance surrénalienne).

Lors du diagnostic des causes de l'infertilité (masculine et féminine), il est recommandé de subir un examen pour les endocrinopathies auto-immunes.

Pourquoi le dépistage des endocrinopathies auto-immunes est-il important??

La signification clinique de cet examen est que le médecin détermine la véritable cause de la maladie - un trouble du système immunitaire humain. Dans certains cas, cela peut affecter radicalement les tactiques de traitement, car le médecin prescrit non seulement des médicaments symptomatiques, mais également des médicaments qui réduisent la concentration d'anticorps dans le sang..

Types de cellules pancréatiques

Le corps humain est une création parfaite. Il a des organes internes avec des complexes uniques de fonctions. Le pancréas - un générateur d'hormones et de suc pancréatique est l'un de ces fonctionnements délicats et précis et les plus importants pour maintenir une longévité saine des organes. Il est important d'avoir une compréhension de l'appareil afin de restaurer ses fonctions.

Structures pancréatiques (îlots de Langerhans)

Un organe avec une structure alvéolaire-tubulaire variée et distribuée possède des éléments glandulaires qui remplissent des fonctions sécrétoires intra et vésicales uniques. Il est situé derrière l'estomac dans la cavité abdominale, sa masse peut atteindre 80 g. Le tissu conjonctif divise la glande en lobes par des septa.

Ils abritent les vaisseaux du système circulatoire et les canaux sortants. À l'intérieur des lobes se trouvent les départements de sécrétion exocrine (comprennent jusqu'à 97% du nombre total de structures cellulaires) et les formations endocrines (îlots de Langerhans). Une partie exocrine importante de l'organe sécrète périodiquement dans le suc pancréatique duodénum contenant des enzymes digestives.

Les fonctions intrasécrétoires et exocrines sont responsables d'amas de cellules (de 1 à 2 millions) d'une taille de 0,1 à 0,3 mm. Chacun d'eux se compose de 20 à 40 pièces.

Chaque cellule produit des hormones insuline, glucagon, etc. dans la circulation sanguine, qui contrôlent le métabolisme des lipides et des glucides.

Cette caractéristique est fournie par un système ramifié de capillaires et de petits vaisseaux qui imprègnent leurs associations.

Le plus souvent, ce sont des îlots de forme sphérique, il y a des amas diffus sous forme de brins, tous n'ont pas de conduits de sortie. Les hormones sécrétées par le pancréas contrôlent le processus de digestion et régulent la composition et le niveau des nutriments entrant dans le sang.

Ainsi, en se combinant au sein d'un même organe, les composants cellulaires intrasécrétoires et exocrines fonctionnent dans leur ensemble..

Dans le cadre de grappes d'îles isolées, des structures de cellules endocrines de cinq types sont localisées, fournissant la production d'hormones uniques.

Cellules alpha

Ils sont situés dans les clusters périphériques. Ils constituent environ 1/4 de toutes les cellules d'organes et contiennent du glucagon dans leurs granules.

Leur fonction est de générer l'hormone glucagon, qui, contrairement à l'insuline formée par la glande, est utilisée pour se déclencher sur les récepteurs internes des structures cellulaires (200000 unités.

récepteurs par structure cellulaire) du foie convertissant les molécules de sucre glycogène-polymère en glucose. Ce dernier, étant un vecteur d'énergie, est libéré dans la circulation sanguine. Cette fonction est mise en œuvre en continu pour fournir de l'énergie au corps.

Cellules bêta

Ce sont des grappes centrales. Les cellules bêta du pancréas représentent environ 3/4 de toutes les structures cellulaires de l'organe et contiennent de l'insuline.

Leur fonction est de générer l'hormone insuline qui, contrairement au glucagon formé par la glande, sert à se déclencher sur les récepteurs internes des structures cellulaires (150 000 unités.

récepteurs par un) foie convertissant le glucose en molécules polymères de glycogène. Cette substance, étant de l'énergie stockée, est retirée de la circulation sanguine..

Ainsi, la quantité de sucre dans le sang est normalisée par l'insuline. Une production insuffisante d'insuline entraîne une glycémie élevée et le diabète.

Elle est caractérisée par des anticorps dirigés contre les cellules bêta du pancréas (diabète de type 1) trouvés dans les tests sanguins. Ils diminuent la production d'insuline, perturbant son équilibre avec le glycogène dans le sang..

Une personne en bonne santé n'a pas ces anticorps dans le sang..

Cellules Delta

Ils constituent jusqu'à 1/10 de toutes les structures cellulaires de l'organe. Les cellules produisent l'hormone somatostatine, qui supprime l'activité de sécrétion de la génération d'hormones. En particulier, il réduit la sécrétion de glucagon et d'insuline, ainsi que la sécrétion exocrine de sucs pour la digestion et la motilité du système digestif..

Cellules VIP

Ils ont une présence réduite dans l'organe. Un peptide vaso-intestinal se forme dans les cellules, ce qui améliore indirectement la circulation sanguine et la sécrétion d'organes. Il dilate les lumières des vaisseaux sanguins, diminue la pression dans les artères, inhibe la formation de la muqueuse gastrique d'acide chlorhydrique, active la génération d'hormones-antagonistes par la glande - insuline et glucagon.

Présenté dans des îlots jusqu'à 1/20 du nombre total de structures cellulaires dans la glande. Leur fonction est de générer un polypeptide pancréatique, qui mobilise et régule l'activité sécrétoire des formations glandulaires du pancréas, de l'estomac et du foie..

Régénération cellulaire

Diagrammes de diffraction électronique des cellules α du pancréas.

Contrairement à la structure du foie, les cellules de l'organe ne sont pas caractérisées par une capacité de régénération prononcée..

Leur récupération se produit si un traitement complexe est effectué à temps dans le contexte d'une alimentation spécialisée.

Il faut se rappeler que les foyers d'inflammation et de mort recouvrent rapidement le pancréas en raison du faible volume de tissu conjonctif. Dans le même temps, il a été constaté que:

  • les formations d'îlots améliorent considérablement leurs fonctions si le tissu glandulaire de l'organe est partiellement retiré;
  • la régénération des structures insulaires est possible grâce à l'utilisation d'éléments souches (ils démontrent des taux de survie élevés), qui sont implantés dans l'organe et commencent après un certain temps à fonctionner comme des structures cellulaires de type bêta, générant les hormones nécessaires.

En conséquence, le patient peut ne plus prendre de médicaments, se passer d'un menu diététique et rétablir une activité normale de la vie.

Greffe de cellules

Les manipulations avec des cellules du donneur de pancréas, qui sont attachées aux cellules des îlots du patient, ont montré une efficacité élevée. Ils s'enracinent, produisent pleinement de l'insuline et assurent la restauration des fonctions. Une telle greffe:

  • les risques d'aggravation de la maladie sont supprimés;
  • le besoin d'insuline diminue;
  • la quantité de glucose dans le sang est optimisée;
  • sensibilité réduite à l'hypoglycémie.

Anticorps des îlots pancréatiques

Le test permet la détection d'autoanticorps spécifiques contre les antigènes des cellules des îlots dans le sérum sanguin, ce qui peut provoquer un diabète insulino-dépendant de nature auto-immune.

Anticorps contre les cellules bêta du pancréas, auto-anticorps contre les antigènes des cellules des îlots dans le sérum.

Anticorps anti-cellules d'îlots, auto-anticorps cytoplasmiques de cellules d'îlots.

Immunoessai (ELISA).

Ne fumez pas pendant 30 minutes avant de donner du sang.

Le diabète sucré de type 1 insulino-dépendant est caractérisé par une production insuffisante d'insuline par les cellules bêta (îlots de Langerhans) dans le pancréas en raison de leur destruction auto-immune.

Les autoanticorps spécifiques aux antigènes des cellules des îlots dans le sérum sanguin sont l'un des indicateurs du diabète sucré de type 1 insulino-dépendant, qui a un caractère auto-immun. Leur apparition reflète la destruction des cellules bêta du pancréas et, par conséquent, une synthèse insuffisante de l'insuline, caractéristique du diabète sucré de type 1..

Le diabète sucré de type 2 se développe de manière opposée, ce qui est principalement une conséquence de la formation de la résistance à l'insuline des cellules et n'est pas associé à des processus auto-immuns.

Environ 10% de tous les diabètes sucrés sont le diabète de type 1 (auto-immun), qui est plus fréquent chez les patients de moins de 20 ans.

Les principaux symptômes du diabète, tels que l'augmentation de la miction, la soif, la perte de poids et une mauvaise cicatrisation des plaies, surviennent lorsqu'environ 80 à 90% des cellules bêta du pancréas sont détruites chez une personne atteinte de diabète de type 1 et ne peuvent plus produire des quantités suffisantes d'insuline.... Le corps a besoin d'une production quotidienne d'insuline, car ce n'est qu'avec son aide que le glucose peut pénétrer dans les cellules et être utilisé pour la production d'énergie. Sans suffisamment d'insuline, les cellules meurent de faim et la glycémie augmente (hyperglycémie). L'hyperglycémie aiguë peut entraîner le développement d'un coma diabétique, tandis que l'hyperglycémie chronique peut endommager les vaisseaux sanguins et les organes tels que les reins.

Dans le diabète sucré auto-immun de type 1, des anticorps spécifiques aux antigènes des cellules des îlots sont détectés dans 95% des cas, tandis que les autoanticorps sont généralement absents chez les patients atteints de diabète sucré de type 2.

La recherche d'anticorps contre les cellules bêta du pancréas dans le sang est la méthode la plus courante pour diagnostiquer la nature auto-immune du diabète sucré..

  • Principalement pour différencier le diabète sucré insulino-dépendant auto-immun de type 1 des autres types de diabète. La détermination correcte et opportune du type de diabète élargit les possibilités de traitement précoce avec la sélection du traitement le plus approprié et évite les complications de la maladie.
  • Pour prédire un éventuel diabète sucré de type 1, car les anticorps dirigés contre les cellules des îlots peuvent être détectés dans le sang bien avant les premiers symptômes du diabète. Leur identification permet de diagnostiquer un prédiabète, de prescrire un régime et une thérapie immunocorrective..
  • Dans le diagnostic différentiel du diabète de type 1 et de type 2 chez les patients atteints de diabète sucré nouvellement diagnostiqué.
  • Lors du diagnostic de formes obscures de diabète sucré, lorsque le patient a reçu un diagnostic de diabète de type 2, mais a de grandes difficultés à contrôler sa glycémie à l'aide d'un traitement standard.

Diabète sucré auto-immun de type 1.

Prédisposition au diabète sucré auto-immun de type 1 chez les personnes ayant une hérédité accablée.

Un résultat négatif chez les patients présentant des symptômes de diabète

Diabète sucré de type 2.

Les troubles endocriniens auto-immunes, tels que la thyroïdite de Hashimoto ou la maladie d'Addison, contribuent aux faux positifs.

  • Dans certains cas, des anticorps contre les antigènes des cellules des îlots peuvent être détectés chez des individus en bonne santé..
  • Cette analyse est d'une grande importance pour décider de la nomination d'une insulinothérapie, en particulier chez les enfants..
  • Anticorps anti-insuline
  • Insuline
Un typeÀ la maisonDans le centreMe débrouiller tout seul
Sang désoxygénéOuiOui

À domicile: il est possible de prendre du biomatériau par un travailleur mobile.

Au Centre de Diagnostic: le prélèvement ou l'autocueillette de biomatériaux est réalisé au Centre de Diagnostic.

Indépendamment: la collecte du biomatériau est réalisée par le patient lui-même (urine, selles, crachats, etc.). Une autre option est que des échantillons de biomatériaux sont fournis au patient par le médecin (par exemple, matériel chirurgical, liquide céphalo-rachidien, biopsies, etc.) Après réception des échantillons, le patient peut soit les livrer indépendamment au centre de diagnostic, soit appeler un service mobile à domicile pour les transférer au laboratoire..

Anticorps contre les cellules bêta du pancréas

Analyses et prix »Immunologie / Les prix des tests peuvent être modifiés à l'initiative du laboratoire. Nous vous demandons de clarifier les prix actuels en appelant le bureau d'enregistrement "AUTOIMMUNE PATHOLOGY" Anticorps contre les cellules bêta du pancréas

Le coût est de 900 roubles. Conditions d'exécution: 10 travaux. journées

Matériel de recherche: sérum sanguin

Préparation à la recherche: Aucune préparation particulière n'est requise. Il est conseillé de faire un don de sang le matin, à jeun..

Indications pour la recherche: Dans les premiers stades du diabète sucré, les anticorps dirigés contre les cellules β agissent comme des déclencheurs de processus autodestructeurs, en émettant un ordre de destruction de leurs propres cellules β par des macrophages non spécifiques à l'antigène et des cellules NK.

Ce processus peut se poursuivre pendant des années et rester longtemps indemnisé..

À des stades ultérieurs, les lymphocytes T spécifiques de l'antigène sont impliqués dans le processus d'autodestruction, en conséquence, le processus lent est complété par la destruction rapide des cellules β, qui traduit la maladie en stade de manifestation clinique. Cela se produit lorsque 80 à 85% des cellules β meurent..

Des titres d'anticorps élevés sont détectés chez 70 à 80% des patients atteints de diabète sucré de type I nouvellement diagnostiqué. La détection des anticorps dirigés contre les cellules β a la plus grande valeur pronostique dans le développement du diabète sucré de type I. Ils sont détectés 1 à 8 ans avant la manifestation clinique de la maladie.

Caractéristiques de l'étude: La détermination des anticorps contre l'insuline est réalisée par le test immunoenzymatique (ELISA), test - kits de "Biomerica", le résultat est qualitatif ("positif" ou "négatif").

Les anticorps dirigés contre les cellules β sont détectés:

  1. Diabète sucré de type I
  2. Diabète latent
  3. Prédiabète
  4. Les proches parents de patients diabétiques

Cellules bêta pancréatiques et anticorps dirigés contre eux - restauration, régénération et transplantation

Publié: 04 nov.2015, 16:32

L'insuline agit comme une hormone peptidique, qui contient 51 acides aminés. Cette substance est synthétisée et sécrétée dans les cellules bêta pancréatiques du pancréas. Les mécanismes de sécrétion d'insuline et la mesure de la fonction bêta cellulaire chez les individus sains et les patients atteints de diverses maladies pancréatiques se produisent de différentes manières..

Anatomie des cellules bêta

Les cellules bêta du pancréas se trouvent dans les îlots de Langerhans, qui sont de différentes tailles et contiennent de plusieurs centaines à plusieurs milliers de cellules endocrines. Les îlots sont séparés anatomiquement et fonctionnellement du tissu exocrine pancréatique.

Ils sécrètent indépendamment des enzymes pour le pancréas directement dans les canaux qui s'écoulent dans le duodénum.

Les sujets sains ont environ un million d'îlots, qui, au total, pèsent entre 1 et 2 grammes et représentent 1 à 2% du poids du pancréas.

La taille des îlots varie de 50 à 300 µm de diamètre. Ils sont constitués de plusieurs types de cellules. Au moins 70% de ces cellules sont situées dans le noyau de l'îlot. Ces cellules sont entourées de cellules alpha qui sécrètent du glucagon.

Il y a encore moins de cellules delta qui sécrètent de la somatostatine et des cellules PP responsables du polypeptide pancréatique. Toutes les cellules communiquent entre elles via des espaces extracellulaires et via des jonctions espacées, une disposition cellulaire qui permet aux cellules de communiquer.

Par exemple, l'insuline, qui est sécrétée par les cellules bêta, inhibe le glucagon produit dans les cellules alpha..

Ces cellules peuvent se régénérer et se multiplier jusqu'à environ trente ans. Les cellules au-delà de cette ligne ne peuvent pas être réactivées. Si certains d'entre eux meurent, cela conduit au développement de nombreuses maladies, dont le diabète sucré..

Après une diminution du nombre de ces cellules dans le corps, une carence dans la production d'insuline se produit. Le diabète de type 1, ou diabète juvénile, est caractérisé par la perte de cellules bêta pancréatiques, qui produisent de l'insuline par des réponses auto-immunes.

Une fois que cela se produit, les diabétiques de type 1 ont besoin de sources exogènes d'insuline par des injections quotidiennes.

Anticorps contre les cellules bêta

Les porteurs de diabète sucré connaissent l'effet destructeur des anticorps dirigés contre les cellules bêta, qui doivent produire de l'insuline dans l'organisme en quantité requise..

Par leur présence et leur activité, ces petites particules nocives tuent les cellules bénéfiques, ce qui provoque une accélération du développement de la maladie ou entraîne des complications. Chez les personnes en bonne santé, ces cellules sont complètement absentes du corps..

Près de 70% des personnes qui ont reçu un diagnostic décevant de diabète sucré ont des anticorps contre les cellules bêta du pancréas. Ils peuvent apparaître dès l'adolescence dans le sérum sanguin. Le plus souvent, ils sont retrouvés après des infections sévères, accompagnées de complications.

Cependant, cela ne signifie pas que la maladie commencera immédiatement à se développer. Cela indique seulement la prédisposition de cet organisme au développement du diabète à l'avenir. Cependant, cette maladie peut également être chez ceux qui n'ont pas du tout d'anticorps contre les cellules bêta..

Récupération et régénération des cellules des îlots chez l'homme

Un diagnostic précoce vous permet de déterminer avec précision la présence dans le corps de ces composants destructeurs, qui ont un si grand pouvoir destructeur pour prendre en charge la régénération et la restauration des cellules bêta dans le temps. Il est impératif de procéder à un examen à l'avance pour ceux qui ont des parents proches porteurs d'anticorps.

Les scientifiques se demandent depuis longtemps comment restaurer les cellules bêta. Il s'avère que la médecine traditionnelle a ses propres moyens d'aider les patients diabétiques. L'utilisation d'ortie favorise la restauration partielle des cellules bêta.

Cette plante améliore le métabolisme naturel et normalise le fonctionnement du pancréas. Chez les patients, la dépendance à l'insuline diminue et une restauration des cellules des îlots est observée.

Dans toutes les collections de plantes utilisées par les diabétiques, assurez-vous d'inclure l'ortie..

Pendant longtemps, on a cru que la régénération des cellules bêta endommagées était pratiquement impossible. Cependant, les nouvelles technologies de traitement, les expériences et diverses découvertes des médecins prouvent que cette maladie peut être rapidement guérie..

De nombreuses expériences ont déjà été menées sur des souris, où les premiers résultats encourageants sont visibles.

Cependant, ce processus n'est pas aussi simple que cela puisse paraître à certains, de sorte que la restauration et la régénération des cellules des îlots du pancréas sont une perspective bienvenue et prometteuse pour ceux qui en ont assez des injections quotidiennes..

Greffe de cellules bêta - Une nouvelle vie pour les diabétiques

De nos jours, de nombreuses personnes veulent savoir si une greffe de cellules bêta aide à se débarrasser du diabète. Les médecins ont déjà appris à faire de telles opérations. Ils effectuent non seulement une greffe de cellules d'îlots, mais également une transplantation réussie d'un pancréas à un patient diabétique..

Cette étape est assez sérieuse et n'est utilisée plus souvent qu'en chirurgie expérimentale ou dans les cas où aucune autre décision ne peut être prise. Les médecins ont toujours la quantité requise de cellules de donneur. Une banque de données spéciale a également été créée, où toute personne souhaitant réaliser une greffe de cellules pancréatiques est prise en compte.

La transplantation cellulaire n'est plus un rêve inaccessible, mais une réalité. Cependant, si l'opération de transplantation n'est pas difficile pour des chirurgiens expérimentés disposant d'un équipement technique moderne de cliniques, il est beaucoup plus difficile pour ces cellules de se greffer dans un nouvel organisme..

Comme pour toute opération de ce type, lors de la transplantation de cellules bêta du pancréas, dans la plupart des cas, elles sont rejetées.

Pour la transplantation de cellules bêta, des analogues obtenus à partir des mêmes cellules de porc ont été utilisés. Ils sont placés dans la cavité abdominale humaine. De plus, ils sont dans une capsule spéciale, obtenue à partir de varech d'algues. Après la transplantation, les cellules vivaient bien dans le corps, mais ce sont encore des cas isolés d'utilisation d'une méthode de traitement inattendue.

Le succès positif de telles opérations n'est prédit que si le patient prend les médicaments nécessaires à vie, qui bloquent le processus de rejet de l'organe ou de la cellule implantés..

Cependant, ce n'est pas mieux que de recevoir de l'insuline quotidiennement, car les cellules bêta transplantées affaiblissent le système immunitaire. Cela peut par la suite provoquer le développement d'autres maladies dans le corps, qui a perdu toute résistance aux infections..

Il n'est pas rare que des patients développent un cancer du pancréas après une greffe de cellules d'îlots.

Il y a une autre raison qui empêche le développement de cette direction en chirurgie. Cette opération est très coûteuse. Selon les estimations des médecins américains qui utilisent des cellules humaines comme cellules de donneur, environ 150 000 dollars sont dépensés pour un traitement complet..

Aujourd'hui, tout le monde ne peut pas se permettre une telle intervention, même lorsque le diabète sucré se fatigue avec des injections. En Russie, des cages à lapins sont utilisées pour de telles opérations. Environ 80 animaux donnent leurs cellules à une personne malade. Et cette procédure ne coûte que 500 $.

Les diabétiques auront peut-être bientôt la possibilité de retrouver la santé grâce aux nouvelles découvertes médicales..

Anticorps contre les cellules bêta pancréatiques, anticorps contre les cellules des îlots de Langerhans

Le coût du prélèvement de sang dans une veine est de 120 roubles
Une fois, quel que soit le nombre d'études requises

Les anticorps dirigés contre les cellules bêta du pancréas (cellules des îlots de Langerhans) - un marqueur d'auto-immun (violation du système immunitaire, dans lequel ses propres cellules sont perçues comme étrangères et commencent à être détruites par leur propre corps) endommagent les cellules bêta du pancréas qui produisent de l'insuline.

Indication

L'indication principale aux fins de cette étude est le diagnostic du diabète sucré insulino-dépendant (diabète sucré de type I), typique des jeunes.

Formation

Le matin à jeun, pas moins de 8 heures après le dernier repas. Il est recommandé d'arrêter de fumer 30 minutes avant l'étude.

Lors de la consultation d'un spécialiste, vous pouvez effectuer une analyse

Le résultat de l'analyse peut être reçu par e-mail

Vous pouvez connaître l'horaire d'accueil du spécialiste qui vous intéresse et prendre rendez-vous avec lui via le formulaire de contact "S'inscrire pour une consultation" ou via le bureau d'inscription par téléphone: 8 (4852) 20-70-60

Nous distingue avantageusement des concurrents

Système de double contrôle de haute qualité

Correctement L'échantillonnage du matériel est effectué en stricte conformité avec les règles et règlements

Nous travaillons 6 jours par semaine + une équipe de spécialistes se rendra chez vous pour des tests

Examen médical rapide en 1 jour. Les résultats de la recherche sont prêts en 1 heure, 2 heures, 1 jour ouvrable

Plus de 1000 patients par mois sont testés à la clinique ADN

Conditions confortables pour la livraison du matériel à analyser

Système de double contrôle de haute qualité

Correctement L'échantillonnage du matériel est effectué en stricte conformité avec les règles et règlements

Nous travaillons 6 jours par semaine + une équipe de spécialistes se rendra chez vous pour des tests

Examen médical rapide en 1 jour. Les résultats de la recherche sont prêts en 1 heure, 2 heures, 1 jour ouvrable

Plus de 1000 patients par mois sont testés à la clinique ADN

Conditions confortables pour la livraison du matériel à analyser

A et dans les cellules du pancréas (alpha, bêta), anticorps - leur régénération et transplantation

Publié le 15 octobre 2014 à 10h28

Le corps humain est unique en ce qui concerne l'ensemble des organes, tout comme les organes sont complètement uniques en termes de l'ensemble de leurs fonctions. Le pancréas est très intéressant en termes fonctionnels, il est impliqué dans la digestion et sécrète des hormones importantes pour la vie humaine dans le sang. L'hormone la plus connue est l'insuline.

Les fonctions endocrines et exocrines sont assurées par des structures spéciales du pancréas appelées "îlots de Langerhans". Les traits caractéristiques des îlots:

  • avoir des dimensions de 0,1 à 0,3 mm;
  • dans le pancréas représentent 3% de son volume total;
  • sont imprégnés des plus petits vaisseaux, grâce auxquels ils ont un apport sanguin intensif.

Les îlots comprennent des cellules exocrines et endocrines de diverses variétés. Chaque type produit son propre type d'hormones qui sont impliquées dans le processus de digestion et maintiennent l'équilibre des nutriments importants dans le sang. Par conséquent, toutes les îles forment un seul ensemble fonctionnel..

Cellules alpha pancréatiques

Un type important d'îlots sont les cellules alpha, qui sont d'une importance particulière dans les fonctions du pancréas, leur tâche est de produire l'hormone glucagon. La particularité du glucagon est qu'il est un antagoniste naturel de l'insuline et qu'il a des fonctions complètement opposées..

Une cellule décompose les molécules de sucre polymère et libère le glucose résultant dans la circulation sanguine, fournissant au corps l'énergie nécessaire. Pour que l'approvisionnement énergétique du corps soit complet, ils doivent continuellement remplir leurs fonctions.

La teneur en espèces alpha dans le nombre total de cellules d'îlots est assez élevée - plus de 20%.

Les cellules B ont le plus grand nombre d'îlots, elles représentent plus de 70%, le maximum du nombre total d'éléments d'îlots. Ils remplissent une fonction importante - ils produisent de l'insuline, la principale hormone du travail des îlots..

Les cellules bêta de la structure du pancréas sont grossières et sont situées dans la partie centrale des îlots. Leur tâche principale est de produire suffisamment d'insuline pour que la glycémie soit à un niveau normal. L'insuline aide le sucre à former du glycogène, ce qu'aucune autre hormone ne fait dans le travail des glandes endocrines..

C'est une hormone unique et elle remplit une fonction très importante qui protège une personne du diabète sucré..

Anticorps contre les cellules pancréatiques

L'un des signes importants du diabète sucré, qui se trouve dans les tests sanguins, est la présence d'anticorps dirigés contre les cellules du pancréas. Ils ne sont pas dans le sang d'une personne en bonne santé, mais leur moindre présence indique une prédisposition au diabète sucré.

Les anticorps dans le pancréas jouent un rôle négatif - ils dégénèrent les cellules bêta, perturbent l'équilibre de l'insuline et du glycogène dans le sang. Cela provoque la formation de diabète auto-immun de type 1.

Il est considéré comme une maladie des jeunes, alors que le diabète de type 2 ne se forme le plus souvent qu'avec l'âge..

Le diagnostic moderne permet, au moyen d'analyses:

  • déterminer la prédisposition au diabète sucré;
  • faire un diagnostic en temps opportun;
  • recommander une alimentation appropriée et des mesures préventives.

Pour les analyses, du sang prélevé dans une veine est utilisé. Par la suite, le sérum est libéré du sang, ce qui montre la présence d'anticorps.

Régénération des cellules pancréatiques

Il est désormais proposé de restaurer les foyers de nécrose apparaissant après la mort des cellules bêta en utilisant les dernières méthodes de traitement. Il est possible de restaurer les fonctions du pancréas grâce à la régénération des cellules B perdues, ce qui est réalisé par une thérapie spéciale.

Il consiste en l'utilisation de cellules souches qui ont montré un taux de survie élevé dans le pancréas. Après leur régénération dans un nouvel endroit, ils présentent les fonctions des cellules B, ils commencent à produire les mêmes hormones.

Pour cette raison, peu de temps après la transplantation, une personne souffrant de pancréatite ou de diabète sucré commence à se passer non seulement de médicaments, mais même sans aliments diététiques..

Des expériences montrent la possibilité de transplanter des cellules d'îlots prélevées sur le pancréas d'un donneur d'organes.

Avant la transplantation, ils sont nettoyés, traités et ensuite insérés dans la glande de la personne malade affectée par la nécrose.

L'implantation de cellules bêta par perfusion est très réussie, elles prennent activement racine dans un nouvel endroit, commencent à produire de l'insuline et remplissent pleinement leurs fonctions prévues..

Avantages de la nouvelle méthode de traitement:

  • la nécessité d'une administration constante d'insuline diminue;
  • améliore les niveaux de glucose dans les tests sanguins;
  • le risque de développer une hypoglycémie sévère diminue;
  • élimine l'insensibilité à l'hypoglycémie.

La perspective des développements scientifiques montre la possibilité pour les personnes malades de se libérer de la maladie et de mener une vie active épanouie.

Cellules et anticorps bêta pancréatiques

La fonction exocrine s'entend de la sécrétion d'enzymes digestives par la glande, qui, entrant dans le duodénum, ​​participent à la dégradation des composants alimentaires.

Quant à la fonction endocrinienne, il s'agit de la production d'hormones par un certain nombre de cellules, qui d'une manière ou d'une autre affectent le métabolisme dans le corps..

Ci-dessous, nous parlerons de l'un des composants d'un tel travail: les cellules bêta du pancréas.

La structure et la fonction

La glande pancréatique a des formations spéciales: les îlots de Langerhans. Ils se composent de plusieurs types de cellules, dont chacune est responsable de la production d'une hormone spécifique..

Par exemple, l'alpha sécrète le glucagon, la bêta-insuline, la delta somatostatine, les cellules PP sont nécessaires à la formation du peptide pancréatique et l'epsilon est responsable de la libération de l'hormone de la faim - la préline..

Ces îlots sont concentrés principalement dans la queue de la glande et représentent environ 2% de la masse totale. Et déjà dans leur composition, le sujet de l'article prend jusqu'à 80%.

De plus, les cellules bêta peuvent être situées à l'extérieur de ces structures, dispersées dans tout le tissu glandulaire. Ils peuvent être trouvés dans les canaux exocriniens. Ils ont une forme arrondie, parfois il y a des processus.

Le noyau est également rond, plutôt gros. Il existe de nombreux granules dans le cytoplasme, dans lesquels se trouve la sécrétion produite. Leur taille peut atteindre 300 nm.

Ils ne se dissolvent pas dans l'eau, mais dans les solvants organiques, par exemple dans l'alcool, cette propriété a.

Les cellules bêta du pancréas contrôlent la glycémie en produisant suffisamment d'insuline à cette fin..

Ils éjectent l'hormone prête à l'emploi des granulés ou activent sa synthèse. Tout cela se produit assez rapidement, et après quelques minutes, le glucose commence à être utilisé..

La production d'insuline par les cellules bêta est renforcée par un certain nombre de substances: acides aminés (en particulier leucine et arginine), préparations de sulfonylurée, hormone antagoniste du glucagon, un certain nombre d'autres hormones du système digestif (par exemple, la cholécystokinine).

La fonction cellulaire est régulée par le système nerveux autonome. Sa partie parasympathique, exerçant un effet stimulant sur tout le tube digestif, transfère un effet similaire aux cellules bêta. En conséquence, la composante sympathique a l'effet inverse.

Anticorps contre le pancréas

Le corps d'une personne en bonne santé ne doit pas constituer une «arme» contre ses propres composants. Par conséquent, lorsque des anticorps dirigés contre les cellules bêta sont trouvés dans le sang, cela indique la présence de violations. Cela peut se produire non seulement avec le diabète, mais aussi avec une prédisposition à celui-ci..

Ces anticorps se lient à la cellule cible et provoquent sa destruction. En conséquence, sa fonction est également perdue, perturbant l'équilibre des hormones dans le corps qui affectent le métabolisme du glucose..

C'est ce mécanisme qui sous-tend le développement du diabète de type 1, ou diabète insulino-dépendant, qui est le plus souvent observé chez les jeunes..

Récupération cellulaire

Les cellules bêta, comme toutes les autres dans notre corps, sont capables de se régénérer. Mais cela ne s'applique qu'aux blessures mineures, par exemple, des violations mineures dans le mur. En cas de destruction complète des structures, la cellule ne pourra plus se remettre dans sa forme d'origine et subira une apoptose. C'est pourquoi les maladies sont si dangereuses, ce qui fait que leur nombre diminue..

Mais la science ne reste pas immobile. La médecine moderne considère qu'il est possible de restaurer les tissus perdus. Les méthodes sont expérimentales et n'ont pas encore trouvé une large application, mais elles sont néanmoins prometteuses. Par exemple, une technique a été développée pour reprogrammer les cellules alpha qui produisent du glucagon en bêta.

Des substances sont identifiées qui peuvent stimuler la différenciation des cellules souches le long de la ligne requise. Et si toutes ces expériences ne sont pas encore allées au-delà des laboratoires, leur application ne tardera pas à venir en raison de leur besoin urgent aujourd'hui..

Transfert

La solution la plus réaliste et la plus réalisable aux problèmes de pancréas est la transplantation de cellules bêta. Ils proviennent du fer d'un donneur approprié.

Après la collecte, ils sont soigneusement nettoyés de tous les composants d'accompagnement afin de minimiser le rejet du patient. Après cela, ils sont implantés dans la glande du receveur, répartis dans tout le tissu et commencent à produire de l'insuline..

Cette méthode a déjà été utilisée avec succès par les gens, son utilisation généralisée est donc une question de proche avenir..

Ainsi, le pancréas est un organe multifonctionnel important qui est responsable non seulement des processus digestifs, mais également du métabolisme dans tout le corps, dont la régulation est effectuée, entre autres, grâce à un composant aussi important de son appareil d'îlots que les cellules bêta..