Polype et kyste - comment ils diffèrent

De par leur nature, ce sont deux néoplasmes complètement différents, ce qui les unit ainsi est la possibilité de transformation en tumeur maligne. Dans la plupart des cas, leur apparence n'affecte en rien le bien-être du porteur, leur présence est révélée lors des examens médicaux ou des examens tout à fait par accident.

Un polype est une prolifération anormale de tissu conjonctif situé au-dessus de la membrane muqueuse. Pas une masse creuse, mais peut avoir une masse creuse (kyste).

Le kyste est une formation creuse, composée de parois tapissées d'épithélium (vrai), ou de tout autre tissu (faux), le contenu dépend du mécanisme et de l'âge d'apparition. Peut apparaître n'importe où sur le corps.

  • Lorsqu'elles sont luxées dans l'utérus, dans la plupart des cas, elles sont causées par une perturbation hormonale grave. Ils sont également à l'origine de divers processus inflammatoires dans les organes pelviens.
  • En cas de luxation du nez, les principales raisons sont: les maladies infectieuses reportées de l'oto-rhino-laryngologie; Manque prolongé d'air frais ou inhalation fréquente de substances nocives; Avitaminose; Sinusite chronique et allergies.
  • Dans le rectum, ils surviennent en raison d'une inflammation chronique de la muqueuse intestinale, d'un microtraumatisme, d'une stagnation des matières fécales, d'une mauvaise alimentation, d'un abus d'alcool, d'une tendance des gènes à la polypose intestinale.
  • Les polypes gastriques sont dus à des facteurs héréditaires, à une gastrite chronique et à d'autres inflammations de l'estomac.
  • Les polypes de l'endomètre surviennent en raison de troubles hormonaux, d'un traumatisme de la cavité utérine, d'un contact prolongé de la membrane muqueuse avec le dispositif intra-utérin, également de fausses couches et d'avortements fréquents, d'une ablation incomplète du placenta pendant l'accouchement, de troubles endocriniens, de facteurs psychologiques, etc..

Le kyste dépend du mécanisme de formation:

  • Rétention - kyste acquis, trouvé dans les organes sécrétoires-glandulaires. Ils apparaissent en raison du colmatage difficile ou complet de l'écoulement des sécrétions de la glande par des débris microscopiques, des sécrétions épaissies. Rétrécissement du passage par une tumeur ou une cicatrice.
  • Ramolitique - apparaissent en raison d'une nécrose focale (avec inflammation, crise cardiaque, hémorragie).
  • Parasites - ne sont rien de plus que le stade vésiculaire des ténias et autres parasites (cysticercus, échinocoque).
  • Dysontogénétique - kystes congénitaux, ce sont une transformation kystique des canaux embryonnaires et des fissures, ils comprennent également: les kystes des fentes branchiales, du tractus vitellin intestinal, de la prostate et d'autres organes.
  • Tumeur - se produit lorsque le tissu en croissance, en raison d'un métabolisme altéré, forme une cavité à une ou plusieurs chambres, souvent basée dans les organes glandulaires.

Dans le cas d'un kyste, le plus souvent, il peut être trouvé dans les ovaires et sur le col de l'utérus, les reins et le foie, la moelle épinière, la thyroïde, la mammaire et le pancréas. Les polypes surviennent le plus souvent dans le nez, les organes génitaux féminins et le tractus gastro-intestinal.

Les deux cas peuvent être diagnostiqués par rayons X et ultrasons, ou visuellement et tactilement.

Les polypes doivent être éliminés dans tous les cas, car il existe une forte probabilité de dégénérescence en cancer, les méthodes et les types d'élimination dépendent du lieu de déploiement. L'élimination utilise la chirurgie au laser, l'élimination de l'azote liquide, etc..

Le kyste ne nécessite pas toujours une intervention chirurgicale et nécessite une observation; il est souvent retiré uniquement avec une croissance rapide ou une interférence avec la vie humaine. Les méthodes de suppression varient également de l'endroit où il se trouve.

  1. Un polype est un tissu conjonctif envahi, tandis qu'un kyste est une cavité remplie de masses fluides ou épaissies.
  2. Le site d'apparition d'un polype est limité aux muqueuses d'une personne, tandis qu'un kyste peut se former n'importe où.
  3. Le polype doit être retiré et envoyé pour examen pour établir la cause de son apparition, tandis que le kyste n'est enlevé que si nécessaire.
  4. Différents symptômes.
  5. Un kyste peut être causé par des parasites, tandis que les polypes sont le résultat de perturbations dans les processus corporels, de maladies et de prédispositions génétiques.

En conclusion, on peut noter que ces formations, avec leur innocuité à première vue, peuvent entraîner de graves conséquences. Par conséquent, si ces types de tumeurs sont détectés, vous devez immédiatement consulter un médecin et suivre les instructions prescrites..

Qu'est-ce qu'un polype dans le col utérin? Un polype cervical (cervical) est une croissance bénigne et anormale du tissu endocervical (la membrane muqueuse du canal cervical). Avec plusieurs nodules sur le cou, la pathologie lorsqu'elle est diagnostiquée est désignée comme polypose cervicale.

À quoi ressemble un polype cervical et quelles sont les caractéristiques de son développement?

  1. L'excroissance est une formation dense, ronde, ovale ou allongée, semblable à une verrue rose d'une longueur de 2 à 40 mm. L'épaisseur peut atteindre 4 à 5 mm de diamètre.
  2. Il est formé à la fois sur une jambe ligamentaire fine et sur une base large.
  3. Contrairement à un kyste, à l'intérieur duquel se trouve une cavité avec exsudat, un polype est considéré comme une formation tissulaire avec une structure homogène.
  4. La couche externe est constituée de cellules épithéliales de la membrane muqueuse du col utérin.
  5. L'excroissance dans le col de l'utérus peut être unique, mais le plus souvent les processus sont regroupés.
  6. Lorsque plusieurs polypes du col de l'utérus sont épissés, leur forme ressemble à un bouquet ou à une inflorescence de chou-fleur.
  7. Dans la pratique gynécologique, un polype de l'utérus et du col de l'utérus est plus souvent diagnostiqué chez la femme après 40 ans, généralement pendant la ménopause..
  8. Bien que ces excroissances ne soient pas malignes, elles peuvent être dangereuses, car sans traitement du polype cervical chez 1 à 2 patients sur cent, il existe une possibilité de développer un processus cancéreux dans les cellules..

Les formations cervicales de polypose sont classées selon les types suivants:

Ce type de formation est formé à partir des cellules de l'endocol, où se trouvent les glandes nabotovy. La taille ne dépasse généralement pas 10 à 15 mm. Dans la plupart des cas, les polypes muqueux sont observés chez les femmes en âge de procréer dont les glandes du col de l'utérus fonctionnent activement. Après le traitement, ils ne donnent presque jamais de complications, de rechutes, ne se transforment pas en tumeur cancéreuse.

Formé à partir de cellules de tissu fibreux (conjonctif), rarement diagnostiqué chez les femmes de moins de 30 ans. La probabilité de malignité (transformation maligne) de ces formes est élevée.

Ces nœuds sont constitués de cellules du tissu glandulaire et conjonctif, atteignant 20 à 25 mm. Après leur retrait, le patient reçoit généralement des médicaments hormonaux prescrits par le gynécologue et est régulièrement observé par le médecin traitant afin d'éviter les rechutes..

Un type atypique de polypose avec un risque élevé de transformations des cellules cancéreuses dans le col de l'utérus. Elle est caractérisée par des excroissances atteignant 40 mm, nécessitant une exérèse chirurgicale obligatoire. En outre, selon les données de l'examen histologique, le médecin peut prescrire un traitement chimique..

Les raisons de l'apparition de polypes sur le col de l'utérus ne sont pas entièrement comprises. De nombreuses théories expliquent pourquoi de telles excroissances apparaissent..

En gynécologie, certains facteurs et conditions causales sont considérés dans lesquels les polypes du canal cervical se produisent. Parmi eux:

  1. Pathologies infectieuses et inflammatoires à long terme dans les organes urogénitaux, affectant la propagation d'organismes pathogènes, une diminution de l'immunité locale, le fonctionnement des glandes, le taux de récupération épithéliale, y compris:
  • inflammation de la membrane muqueuse du canal cervical (endocervicite), de l'utérus (endométrite), des appendices (annexite);
  • maladies vénériennes, trichomonase, virus du papillome et cytomégalovirus, chlamydia, ureaplasmose.
  1. Trouble de la production d'hormones. Les troubles hormonaux sont en grande partie dus à un fonctionnement insuffisant des ovaires, de l'hypophyse, de l'hypothalamus et des glandes surrénales. Une synthèse excessive de l'hormone féminine œstrogène stimule la prolifération du tissu conjonctif, entraînant une fibrose, un épaississement de la couche muqueuse du col de l'utérus, créant des conditions propices à la formation de polypes.
  1. Obésité. Crée un contexte favorable au développement de croissances pathologiques dans le col de l'utérus, car l'accumulation et la sécrétion d'œstrogènes se produisent également dans le tissu adipeux.
  2. Érosion et dommages à la membrane muqueuse et aux tissus adjacents du col de l'utérus.

Les blessures fréquentes du canal cervical lors de l'accouchement, l'avortement, le curetage diagnostique, les méthodes de cautérisation obsolètes violent l'intégrité de l'épithélium, entraînent une déformation, des cicatrices, une hypertrophie tissulaire. L'attachement ultérieur des infections aggrave les processus anormaux, réduit la capacité des cellules à se réparer et conduit à la formation d'excroissances sous forme de polypes.

De plus, il existe des facteurs qui prédisposent à l'apparition de polypes:

  • la période de grossesse, la ménopause, c'est-à-dire les étapes des fluctuations hormonales;
  • Diabète;
  • hérédité.

Les signes caractéristiques observés précisément avec la croissance des polypes dans le cou ne sont pas mis en évidence comme spécifiques, car les symptômes sont souvent associés à des pathologies concomitantes dans les organes reproducteurs, en particulier avec une érosion muqueuse, une endocervicite, une endométriose ectopique.

Cependant, la gravité des signes dépend directement du type d'excroissances, de la taille et de la surface qu'elles occupent..

À un stade précoce du développement de la polypose, lorsqu'une petite formation ou un groupe de petites excroissances apparaît, les symptômes peuvent être totalement absents..

Parmi les signes extérieurs ou les sensations subjectives sont notés:

  1. Attribution avec présence de sang en cas de dommages mécaniques à l'excroissance (pendant les rapports sexuels). Ceci est particulièrement fréquent si les polypes recouvrent la partie vaginale (externe) du col de l'utérus.
  2. Saignements faibles avant ou après la menstruation avec ulcération de la surface du nœud verruqueux.
  3. Des sensations douloureuses dans le bas de l'abdomen, des douleurs de traction dans la colonne lombaire peuvent apparaître avec de gros nœuds.
  4. Ne pas concevoir si les polypes se développent à l'entrée ou à l'intérieur du canal cervical, retardant le mouvement des spermatozoïdes dans la cavité utérine.
  5. Règles douloureuses, abondantes et prolongées. Ce phénomène est dû à l'obstruction de la libre circulation du sang, qui est créée par des polypes volumineux ou multiples dans le canal cervical, une teneur accrue en œstrogènes, ce qui provoque le développement de l'endométriose dans la cavité utérine..

Important! Un écoulement sanguin peut indiquer une dégénérescence maligne de la formation..

Lorsque ces symptômes apparaissent, une femme de tout âge doit immédiatement consulter un gynécologue.

Pour exclure ou confirmer le diagnostic de polypose cervicale, effectuez:

  1. Examen traditionnel du col de l'utérus vaginal à l'aide de miroirs gynécologiques. La méthode vous permet d'examiner visuellement les excroissances cervicales si elles sont situées à l'extérieur ou près de l'entrée du canal cervical.
  2. Échographie des organes reproducteurs féminins avec Doppler vasculaire et échoscopie échographique des polypes. Détermine la localisation, la taille et la structure des formations, la présence d'inflammation et de polypes sur les parois de l'utérus lui-même;
  3. Colposcopie, qui permet d'examiner les tissus du cou et les excroissances à plusieurs grossissements à l'aide d'un colposcope. Souvent, c'est au cours de cette procédure qu'une biopsie est effectuée - un minuscule fragment est prélevé du corps du polype (biopsie) pour un examen histologique plus approfondi afin d'exclure le processus oncologique.
  4. Hystéroscopie. Cette méthode implique l'introduction dans le canal cervical d'un instrument avec une microcaméra, avec laquelle le médecin peut effectuer un examen complet de la muqueuse cervicale et examiner les formations suspectes dessus.

Les principaux tests de laboratoire comprennent:

  • analyse générale et biochimique du sang, de l'urine;
  • Frottis cervical (frottis prélevé dans le canal cervical pour l'oncocytologie);
  • détermination du niveau d'hormones sexuelles;
  • analyse de la concentration de marqueurs tumoraux (CA-15-30) - substances protéiques spéciales dont la quantité dans le sang augmente souvent pendant les processus cancéreux.

Il est important de comprendre que les marqueurs tumoraux indiquent seulement une probabilité accrue de développer des tumeurs, mais ne sont pas la preuve de la présence de processus cancéreux..

Pourquoi les polypes cervicaux semblent-ils dangereux??

Habituellement, s'il n'y a aucun signe de développement de polypes adénomateux fibro-glandulaires, des conséquences graves ne se produisent pas souvent. Mais il convient de garder à l'esprit que la polypose est considérée comme une maladie de fond, c'est-à-dire indiquant certains dysfonctionnements dans le corps, qui ont provoqué son apparition..

Parmi les conséquences les plus importantes sont:

  1. Malignité (dégénérescence cancéreuse) des excroissances, dans lesquelles il est nécessaire de retirer le polype sur le col de l'utérus avec le corps de l'utérus.
  2. Difficulté à concevoir.
  3. Anémie sévère causée par des saignements mensuels prolongés.
  4. Violation du polype par les parois du canal cervical, nécessitant une intervention chirurgicale immédiate.
  5. Progression des déséquilibres hormonaux.
  6. Risque accru d'interruption de grossesse.

Un polype du col de l'utérus peut-il provoquer le cancer? Cela se produit rarement, mais de grandes formations adénomateuses et fibreuses, laissées sans traitement, peuvent dégénérer.

Dans le même temps, il existe trois étapes dans le processus de transformation d'une excroissance normale en tumeur:

  1. Hyperplasie, caractérisée par une prolifération tissulaire.
  2. Métaplasie, au cours de laquelle un type de cellule est remplacé par un autre, qui s'accompagne d'une violation de leurs fonctions.
  3. Dysplasie. Une condition précancéreuse dans laquelle des changements pathologiques se produisent dans la structure du tissu qui peuvent rapidement se transformer en un processus malin.

Le polype du col de l'utérus pendant la grossesse, qui est formé à partir des cellules du tissu conjonctif décidual de la muqueuse utérine pendant la période de gestation, est appelé polype décidual.

Un tel nœud ressemble à un petit processus rose vif dans la lumière du canal cervical, avec de grandes tailles, il peut faire saillie du canal dans le vagin.

Les causes des polypes chez 20 à 23% des femmes enceintes sont considérées comme une prolifération excessive du tissu décidual, qui se produit dans le contexte d'un changement significatif des niveaux hormonaux.

Quel est le danger d'un polype sur le col de l'utérus pendant la grossesse? Dans la plupart des cas, cela n'affecte pas son déroulement ou le processus de l'accouchement et n'affecte en aucune façon le développement de l'embryon. Par conséquent, ces excroissances déciduales ne nécessitent généralement pas de traitement spécial et disparaissent d'elles-mêmes après la normalisation du statut hormonal..

Mais si, pendant la grossesse, le polype décidual est endommagé pendant les rapports sexuels ou commence à se développer activement, des complications peuvent survenir. Ceux-ci comprennent les éléments suivants:

  • augmentation des saignements;
  • interruption de grossesse due à une irritation cervicale, en particulier aux premiers stades;
  • le développement d'une insuffisance isthmique-cervicale, c'est-à-dire une révélation prématurée du col de l'utérus;
  • formation d'une fixation anormale du placenta.

Pendant la grossesse, essayez d'éviter l'ablation chirurgicale des polypes déciduels, en prescrivant un traitement hormonal ou antibactérien si nécessaire.

Mais le médecin doit recourir à la chirurgie lorsque les symptômes et conditions anormales suivants apparaissent:

  • suspicion de dégénérescence cancéreuse;
  • saignements intermittents ou persistants;
  • la surface d'un grand polype ulcéré (plus de 20 mm);
  • le taux de croissance de l'éducation est supérieur à 2 mm en 4 semaines;
  • le nœud est infecté par la suppuration;
  • un polype sur le col de l'utérus pendant la grossesse irrite l'organe, augmente le tonus de l'utérus, provoque des spasmes;
  • des changements dans la structure tissulaire apparaissent.

Étant donné que les interventions chirurgicales chez la femme enceinte peuvent entraîner un avortement, le médecin pèse soigneusement tous les résultats de la recherche obtenus avant de retirer le polype du col de l'utérus..

Les polypes appartiennent à des formations bénignes, mais s'ils ne sont pas traités rapidement et correctement, ils peuvent conduire à l'oncologie. Par conséquent, les médecins recommandent souvent l'ablation chirurgicale de ces néoplasmes. Si leur apparence est associée à un déséquilibre hormonal, une thérapie hormonale est également nécessaire et s'il existe un processus inflammatoire chronique, les experts prescrivent un traitement anti-inflammatoire..

Dans de rares cas, les médecins reportent l'intervention chirurgicale et prescrivent un traitement médicamenteux. Cela est dû à la réticence du patient à traiter la pathologie par chirurgie.

Les polypes cervicaux ne peuvent pas être guéris avec des médicaments. Une telle thérapie ne peut que supprimer les symptômes de la maladie et empêcher la croissance de néoplasmes..

Le traitement des polypes cervicaux implique l'utilisation de médicaments appartenant aux groupes suivants:

  • les hormones;
  • les antibiotiques;
  • médicaments anti-inflammatoires;
  • vitamines.

L'hormonothérapie est prescrite par les médecins lorsque des polypes se forment à la suite d'un déséquilibre hormonal. Selon les violations identifiées, une femme peut se voir attribuer:

  1. Gestagens.
  2. Contraceptifs oraux combinés.

Ces fonds ont les effets suivants:

  • inhibition de la croissance des polypes;
  • une réduction significative du risque de transformation des néoplasmes en tumeur cancéreuse;
  • diminution ou arrêt des pertes vaginales;
  • soulagement des saignements utérins;
  • restauration du cycle menstruel;
  • élimination de la douleur.

Les contraceptifs oraux sont souvent prescrits aux femmes qui ont reçu un diagnostic de polypes fibreux glandulaires:

Les progestatifs sont prescrits avec un manque de synthèse de progestérone. Avec les polypes du col de l'utérus, nommez:

Un traitement antibiotique est prescrit par les médecins en fonction de l'agent infectieux. Avec les polypes du canal cervical, les pathologies de fond peuvent être:

Pour le traitement des maladies ci-dessus, les éléments suivants sont prescrits:

  1. Azithromycine.
  2. Érythromycine.
  3. Tétracycline.
  4. Doxycycline.
  5. Ofloxacine.
  6. Ciprofloxacine.
  7. Métronidazole.
  8. Ornidazole.
  9. Tinidazole.
  10. Ceftriaxone.
  11. Céfotaxime.

Le traitement anti-inflammatoire, qui est prescrit pour l'annexite ou la cervicite de fond, comprend les médicaments non stéroïdiens suivants:

Avec les polypes diagnostiqués dans le col de l'utérus, les femmes doivent renforcer le système immunitaire et les fonctions de protection du corps. Pour ce faire, vous devez prendre des vitamines du groupe B, ainsi que:

  • le zinc, qui normalise les processus redox;
  • le magnésium, qui assure la biosynthèse des protéines;
  • le fer, qui participe au métabolisme intracellulaire et au processus d'hématopoïèse.

Les remèdes populaires et les méthodes de traitement ne peuvent pas débarrasser une femme des excroissances polypoïdes sur le col de l'utérus. Comme les médicaments, ils ne font que ralentir le développement du processus pathologique et arrêter les symptômes négatifs..

La médecine traditionnelle ne doit être utilisée qu'en complément de la pharmacothérapie et uniquement avec l'autorisation du médecin traitant.

Le traitement alternatif des polypes cervicaux consiste à tamponner avec des infusions des herbes médicinales suivantes:

  • l'utérus de bore;
  • ortie;
  • pinceau rouge;
  • queue de cheval;
  • écorce de viorne;
  • aloès;
  • angélique;
  • Bloodroot;
  • camomille;
  • Carvi;
  • Millepertuis;
  • feuille de cassis;
  • sauge;
  • achillée;
  • pissenlit;
  • renouée.

Un tampon est imprégné d'infusions de ces herbes et inséré dans le vagin pendant 2-3 heures.

Il existe d'autres remèdes traditionnels:

  1. Une tranche d'ail est passée dans un presse-ail et le gruau résultant est enveloppé dans une étamine. La gaze doit être attachée avec un fil solide et laissée avec une longue queue, afin que vous puissiez ensuite retirer le tampon. Le tampon est inséré dans le vagin la nuit. Un tel traitement est effectué en 1 mois..
  2. Graines de citrouille et jaune de poulet. Broyez 6 cuillères à soupe de graines de citrouille, ajoutez 7 jaunes de poulet hachés. Mélangez bien le tout, ajoutez un peu d'huile végétale, faites chauffer 20 minutes au bain-marie. Prenez une cuillère à soupe le matin pendant 5 jours. Ensuite, prenez une semaine de pause et répétez le rendez-vous.
  3. Chélidoine. Versez 5 cuillères à soupe de matières premières sèches avec 3 litres d'eau bouillante et laissez refroidir. La douche doit être pratiquée tous les deux jours. La durée du traitement est de 3 mois.
  4. Ortie. Cette plante peut être utilisée non seulement pour la tamponnage, mais aussi pour l'ingestion. Il faut verser une cuillère à dessert d'ortie avec un litre d'eau bouillante, insister et boire 2 verres par jour.

La chirurgie pour enlever les polypes cervicaux est nécessaire dans les cas suivants:

  • la fille a des saignements utérins sévères;
  • infertilité;
  • manque de menstruation;
  • menstruations trop rares, abondantes ou prolongées;
  • sensations douloureuses avec intimité;
  • processus infectieux.

Le retrait des scellés est effectué par l'une des méthodes suivantes:

  1. Polypectomie (utilisée pour les grands polypes simples).
  2. Cryodestruction - élimination d'une accumulation d'azote liquide. La congélation est utilisée pour les petits néoplasmes.
  3. La destruction par laser est une élimination moderne minimalement invasive. Cette procédure d'élimination n'est pas utilisée si un processus oncologique est suspecté..
  4. Radiochirurgie (indiquée pour les femmes qui planifient plus tard une grossesse).
  5. Traitement des néoplasmes avec Solkovagin. Il s'agit d'un retrait sûr mais ne doit être traité que par un médecin..
  6. Diathermoexcision. Pour éliminer les formations avec cette technique, un couteau électrique est utilisé. Après le retrait, les cicatrices restent, cette procédure n'est donc pas recommandée pour les patients nullipares.

Dans les 2-3 premiers jours après la chirurgie pour enlever les polypes cervicaux, le site de la chirurgie devient enflammé. Ceci est considéré comme la norme. La température corporelle globale peut également augmenter. Après trois jours, le processus de cicatrisation de la plaie commence - une croûte se forme, qui disparaît ensuite et l'épithélium est restauré. Le moment de la période de récupération dépend directement du type d'intervention:

  • après le retrait mécanique du polype, la guérison peut prendre deux semaines;
  • après électrocoagulation - 7-10 jours;
  • après avoir utilisé un couteau laser ou radio - après 5 jours.

S'il n'y a pas de complications associées, l'ablation du polype cervical est une procédure simple et relativement sûre. Pour accélérer la récupération après la chirurgie, il est recommandé:

  1. Thérapie antibiotique.
  2. Hormonothérapie (prescrite pour prévenir les rechutes si un polype est causé par un trouble hormonal).
  3. Sédatifs et analgésiques. Pour une douleur intense, le médecin peut prescrire Dexalgin, pour une douleur moins intense - Analgin, Paracetamol, Ibuprofen.
  4. Thérapie de renforcement générale (vitamines).
  5. Une bonne nutrition (en suivant le régime prescrit par votre médecin).
  6. Physiothérapie. Pour éviter la formation d'adhérences, après le retrait du polype, les patients se voient prescrire une échographie, une magnétothérapie, une électrophorèse.

La récupération après le retrait du polype cervical est rapide. Cependant, une femme devrait subir des contrôles réguliers dans les 2-3 premières semaines après la chirurgie..

Les complications suivantes peuvent survenir après la chirurgie:

  • rétrécissement de la lumière du col utérin (sténose);
  • brûlure thermique;
  • rechute de la maladie;
  • processus infectieux;
  • saignement;
  • malignité.

Les petits polypes du col de l'utérus chez les femmes sont inoffensifs. Mais la longue absence de traitement de la pathologie peut entraîner de graves conséquences. C'est pourquoi, dès les premiers signes de la maladie, il est nécessaire de contacter un spécialiste qualifié.

Nous avons appris les symptômes et le traitement des polypes auprès de l'obstétricienne-gynécologue-endocrinologue Angela Emirbekova.

Le polype du col de l'utérus ou de l'endomètre est une maladie dans laquelle le tissu glandulaire de la membrane muqueuse interne de l'utérus se développe dans le contexte d'un processus inflammatoire. Un polype est une tumeur, en moyenne d'un centimètre de diamètre, et se compose d'une jambe et d'un corps. La plupart des polypes sont des formations bénignes.

Auparavant, il était considéré comme une maladie des femmes qui accouchent, mais récemment, des polypes de l'endomètre ont été trouvés chez les jeunes filles et même les adolescents. Parmi les causes des polypes figurent les troubles hormonaux, l'inflammation, les infections. Cette maladie peut provoquer l'infertilité et des perturbations endocriniennes. De plus, dans les premiers stades de la grossesse, les polypes peuvent provoquer des saignements, menacer d'interrompre la grossesse et également être un foyer d'infection. Certaines excroissances sont considérées comme précancéreuses et doivent donc être éliminées..

Le symptôme le plus courant d'un polype utérin est une irrégularité du cycle menstruel, des saignements vaginaux assez abondants quelques jours après la menstruation, ainsi qu'un léger inconfort et une douleur pendant les rapports sexuels et des taches mineures après. Les polypes sont découverts lors d'un examen de routine par un gynécologue ou lors d'une échographie.

Est-il possible de ne pas enlever les polypes?

Le traitement des polypes utérins nécessite généralement un curetage chirurgical. Sinon, leur prolifération peut conduire à l'ablation forcée des appendices et de tout l'utérus. Dans certains cas, un traitement hormonal est également indiqué pour prévenir les rechutes, c'est-à-dire l'apparition de nouveaux polypes.

Combien de temps un kyste peut être observé et comment le traiter, conseille un gynécologue de la catégorie la plus élevée Rashid Mukhtarov.

Quels sont les symptômes d'un kyste ovarien?

Un kyste ovarien est une tumeur bénigne dont la cavité est remplie d'un liquide incolore ou jaunâtre. Un petit kyste ovarien ne cause généralement pas de douleur. Mais il peut y avoir de graves irrégularités menstruelles, une inflammation des appendices. Avec de grandes formations, des douleurs apparaissent dans le bas de l'abdomen ou sur les côtés, l'abdomen peut augmenter, parfois l'envie de vider la vessie devient plus fréquente. Les kystes sont généralement détectés à l'échographie et lorsqu'ils sont examinés par un gynécologue.

Tous les kystes deviennent-ils cancéreux??

Les kystes peuvent être simples ou multiples (polykystiques). Distinguer le kyste folliculaire, l'endométrioïde et les autres types. Folliculaire est de nature bénigne et, en règle générale, ne devient pas malin, et avec d'autres types de celui-ci, une femme court un grand risque si elle ne fait rien. Il est possible d'observer un kyste et d'effectuer un traitement anti-inflammatoire et hormonal conservateur dans les trois mois - telles sont les recommandations de l'OMS. Si après le traitement, la tumeur ne s'est pas résolue, il est inutile et dangereux d'attendre. Il doit être supprimé. Sinon, il peut rester la cause de l'infertilité (kyste endométrioïde) ou provoquer une rupture, une torsion de l'ovaire, ce qui nécessitera une opération d'urgence, au cours de laquelle l'ovaire sera très probablement retiré. Mais la chose la plus dangereuse est qu'un kyste peut donner lieu au développement d'un cancer de l'ovaire..

Les méthodes modernes de traitement des kystes et des polypes ovariens permettent de se passer de la chirurgie cavitaire. Aujourd'hui, des opérations laparoscopiques, c'est-à-dire peu traumatiques avec plusieurs ponctions dans l'abdomen, sont effectuées et, dans certains cas, le kyste est enlevé sans ponction du tout - à travers le vagin. Après une telle opération, une femme peut tomber enceinte et accoucher en toute sécurité.

La pathologie de l'endomètre et les néoplasmes kystiques dans les appendices utérins peuvent être interdépendants: le déséquilibre hormonal provoque des changements dans le système reproducteur, créant les conditions pour l'apparition de tumeurs bénignes. Polype endométrial et - il est loin d'être toujours possible de comprendre ce qui est primaire, mais quelles que soient les raisons, les deux maladies doivent être traitées.

Un polype, dans la plupart des cas, est un néoplasme bénin de la muqueuse de l'utérus, qui, comme avec un kyste ovarien, se produit le plus souvent dans un contexte de lésion endométriale, d'inflammation ou de troubles endocriniens. Les principaux facteurs de la formation simultanée d'un polype et d'un kyste ovarien comprennent:

  • toute option pour mettre fin à une grossesse non désirée;
  • processus infectieux et inflammatoire chronique dans les organes reproducteurs (utérus, appendices);
  • syndrome métabolique (obésité, hypertension artérielle, diabète sucré);
  • maladies des organes endocriniens (glande thyroïde, glandes surrénales, glande pituitaire);
  • l'infertilité avec un traitement infructueux à long terme;
  • opérations et blessures des organes génitaux féminins.

Pour chaque femme spécifique, les facteurs externes et internes peuvent être individuels: après avoir détecté des changements pathologiques, le médecin proposera des options de traitement.

Après un examen complet, le gynécologue prescrira une opération. La meilleure façon d'éliminer le polype de l'endomètre et le kyste de l'ovaire est d'utiliser les méthodes de traitement endoscopique suivantes:

  1. Polypectomie sous le contrôle de l'hystéroscopie;
  2. Élimination des kystes avec préservation maximale du tissu ovarien sain sous le contrôle de la laparoscopie.

Les deux procédures vous permettent d'éliminer les néoplasmes aussi efficacement que possible en effectuant une opération combinée sous anesthésie. Un examen histologique du polype et du kyste est obligatoire (il est important d'identifier la structure des tumeurs afin de choisir la meilleure option de traitement postopératoire). Le médecin prend toujours en compte l'importance du système reproducteur pour une femme, par conséquent, il utilisera les techniques chirurgicales endoscopiques les plus sûres. Dès réception de résultats favorables de l'examen histologique, 2-3 mois après l'opération, une femme peut commencer une préparation prégravide, en planifiant le début de la grossesse souhaitée.

Zhumanova Ekaterina Nikolaevna possède des certificats d'obstétricien-gynécologue, de médecin diagnostique fonctionnel, de médecin diagnostique par ultrasons, d'un certificat de spécialiste dans le domaine de la médecine laser et dans le domaine des plastiques de contour intime. Sous sa direction, le département de gynécologie laser effectue environ 3000 opérations par an. Auteur de plus de 50 publications, dont des lignes directrices pour les médecins.

Grossesse après le retrait du polype de l'endomètre - combien de temps pouvez-vous tomber enceinte. Afin de guérir l'infertilité, il est nécessaire d'éliminer le facteur direct qui y a conduit, à savoir le polype lui-même. Après cela, il est conseillé de prendre des mesures pour la préparation avant la conception.

On sait que la principale raison de la formation d'une tumeur dans la couche endométriale de l'utérus est un déséquilibre hormonal. La plupart des experts recommandent de suivre un régime alimentaire spécifique.

Combien de temps rester à l'hôpital après une laparoscopie d'un kyste ovarien Le traitement chirurgical des kystes ovariens implique dans tous les cas le séjour d'une femme à l'hôpital. La durée du traitement hospitalier dépend du choix de l'accès à l'organe affecté.

Kyste - traitement avec des remèdes populaires et maison avec l'aide des forces puissantes de la nature. Kyste - méthodes alternatives de traitement, en utilisant des herbes, des baies, des racines et des feuilles de plantes. Gynécologie, maladies féminines - traitement à domicile des maladies courantes
Polype endométrial - Il s'agit d'une excroissance de la paroi interne de l'utérus à un endroit quelconque à l'intérieur de l'utérus. Le polype endométrial est formé en raison de la prolifération des cellules endométriales. Le polype de l'endomètre peut être un ou plusieurs à la fois. Les tailles des polypes de l'endomètre peuvent varier de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Les polypes de l'endomètre sont toujours attachés à la paroi de l'utérus par un «pédicule» dans lequel se trouvent de nombreux vaisseaux, c'est pourquoi on l'appelle souvent «pédicule vasculaire» d'un polype. La plupart des polypes de l'endomètre sont intrinsèquement bénins. Puisqu'un polype est une excroissance de l'endomètre, il a la même structure que l'endomètre (glandes et tissu fibreux). D'où les noms de polypes endométriaux bénins: glandulaires, fibreux ou glandulo-fibreux. Mais dans le polype de l'endomètre, il peut également y avoir des cellules altérées (atypiques), ou le polype peut être adénomateux (c'est-à-dire avec un changement dans la structure des glandes), mais ce n'est pas un cancer. De plus, l'hyperplasie ou le cancer de l'endomètre ressemble parfois à un polype. Par conséquent, l'analyse histologique du polype retiré est très importante. En règle générale, les polypes de l'endomètre, même de grande taille, restent dans la cavité utérine, mais peuvent s'étendre au-delà de ses limites dans le col de l'utérus ou le vagin. Le polype endométrial peut être détecté à tout âge, mais plus souvent entre 40 et 50 ans.

L'endomètre est le tissu qui tapisse les parois de l'utérus de l'intérieur.

Les causes du polype

La cause des polypes dans l'endomètre n'est pas exactement connue..
On pense que la principale cause du développement des polypes de l'endomètre est une violation de la fonction hormonale des ovaires..

Violation de la fonction hormonale des ovaires procédant du type de formation excessive de carence en œstrogènes et en progestérone.

Troubles hormonaux dus à un dysfonctionnement ovarien (augmentation de la production d'œstrogènes, manque de progestérone)

De plus, ce n'est pas une augmentation spécifique des taux d'hormones qui compte, mais leur rapport en faveur des œstrogènes tout au long du cycle menstruel..

Cela conduit au fait que la concentration de l'endomètre se développe excessivement et ne peut pas être complètement rejetée lors de la prochaine menstruation, un polype de l'endomètre se forme au cours de plusieurs cycles menstruels.

Les femmes atteintes de maladies métaboliques endocriniennes (syndrome des ovaires polykystiques, dysfonctionnement du cortex surrénalien), de troubles du métabolisme des graisses, prédisposées à l'hypertension artérielle et au diabète sucré sont prédisposées au développement de polypes.

La manifestation des polypes de l'endomètre est diverse et dépend de l'âge de la femme, de la fonction de reproduction hormonale des ovaires, de la présence d'une pathologie concomitante (fibromes utérins, adénomyose, maladies inflammatoires des appendices utérins).

Symptômes de la manifestation de polypes dans l'utérus

Les irrégularités menstruelles sont la manifestation la plus courante et presque constante des polypes de l'endomètre..

Avec les polypes dans le contexte d'un cycle menstruel normal, il y a peu d'écoulement intermenstruel et prémenstruel, ainsi qu'une augmentation de la perte de sang menstruelle.
Les allocations peuvent être non seulement sanglantes et sanglantes, mais également apparaître sous la forme d'une leucorrhée abondante.

Chez les femmes en âge de procréer, les polypes de l'endomètre peuvent provoquer des saignements acycliques..

Cela est particulièrement vrai pour les femmes ayant des cycles menstruels anovulatoires (avec des ovaires polykystiques, avec une hyperplasie de l'endomètre).

Souvent, les patients s'inquiètent des crampes, qui sont observées avec de gros polypes (plus de 2 cm de longueur).

La douleur est la preuve de la «naissance» d'un polype ou de la mort de parties du polype.

Le grand polype empêche l'implantation d'embryons.

Le tableau clinique dépend non seulement du type de polype endométrial (glandulaire, glandulaire-fibreux ou fibreux) et de sa taille, mais également de l'état de santé général de la femme, de son âge, de la présence d'autres maladies, y compris des affections chroniques

Les symptômes courants d'un polype de l'endomètre peuvent être les suivants:

Écoulement sanglant du tractus génital pendant la ménopause;

Spotting intermenstruel;

Infertilité.
Cependant, dans la grande majorité des cas (82%), les polypes de l'endomètre ne se manifestent d'aucune façon, c'est-à-dire ils sont asymptomatiques (1).

Diagnostique

Parfois, une femme elle-même peut suspecter la présence d'un polype de l'endomètre selon les signes énumérés ci-dessus, mais le plus souvent, un médecin soupçonne un polype de l'endomètre lors d'une échographie.

Souvent, un polype est détecté lors d'une échographie avec une sonde vaginale

Il est impossible de déterminer de manière fiable la présence d'un polype de l'endomètre lors de l'examen échographique - échographie, on ne peut que soupçonner.

Ainsi que lors de l'examen radiographique de l'utérus avec un agent de contraste - hystérographie, surtout si le polype est petit et se déplace librement dans la cavité utérine.
La méthode la plus informative pour détecter un polype de l'endomètre est l'hystéroscopie.
Ce qui permet non seulement de détecter les polypes avec une grande précision, mais aussi de les éliminer précisément, de contrôler le lit de polypes après son élimination.

Le matériel retiré est envoyé pour un examen histologique afin de déterminer la structure du polype.

Sur la base de cette analyse, le traitement est prescrit.

Dans certaines situations, un traitement antibactérien et anti-inflammatoire conventionnel pendant 7 à 10 jours est suffisant. Dans certains cas, un traitement hormonal est nécessaire (chez les femmes en âge de procréer, contraceptifs hormonaux à faible dose pendant 2-3 mois). Le traitement est recommandé par le médecin après avoir reçu les résultats de l'examen histologique..
L'apparition d'un polype endométrial

L'incidence du polype de l'endomètre chez les femmes de 20 à 74 ans - 7,8%

Plus la femme est âgée, plus la probabilité d'un polype endométrial est élevée:

Chez les femmes ménopausées, le polype endométrial survient dans 11,8%

Chez les femmes avant la ménopause, le polype de l'endomètre survient dans 5,8%

Le polype endométrial est moins fréquent chez ceux qui utilisent une contraception hormonale - pas plus de 2,1% des cas

Le polype endométrial survient plus souvent chez les personnes qui utilisent un traitement hormonal substitutif - dans 25% des cas (généralement utilisé par les femmes ménopausées).

Pourquoi le polype de l'endomètre est-il dangereux??

Si le polype de l'endomètre ne se manifeste en rien, comment peut-il être détecté lors de la consultation d'un gynécologue?

Habituellement, les polypes de l'endomètre sont détectés à l'échographie comme un épaississement local du tissu endométrial. Les polypes sont mieux visibles si l'échographie est faite dans les premiers jours après la fin des règles (c'est-à-dire le 5 au 9e jour du cycle, à compter du premier jour de la dernière menstruation).

Pour clarifier la présence / l'absence d'un polype endométrial, le gynécologue effectue une hystérosonographie. Il s'agit de la même échographie, réalisée uniquement dans le contexte de l'introduction de liquide dans la cavité utérine à travers un cathéter fin. Le liquide pousse les parois de l'utérus et les formations pathologiques de l'endomètre, le cas échéant, deviennent mieux visibles.

Si le polype de l'endomètre n'interfère pas avec la vie (puisqu'il ne se manifeste d'aucune manière), alors pourquoi devrait-il être retiré?

Dans la grande majorité des cas, un polype endométrial est une formation bénigne..

Mais, il existe un risque de 1,5% qu'une prolifération locale de l'endomètre ne soit pas un polype, mais un cancer de l'endomètre

Ce n'est qu'en supprimant la croissance locale de l'endomètre et en la soumettant à un examen histologique que le gynécologue peut dire ce que c'est: un polype endométrial bénin ou un cancer de l'endomètre.

Le polype de l'endomètre est retiré lors de l'hystéroscopie (chirurgie hystérorésectoscopique), le polype est coagulé avec un courant électrique à haute fréquence.

Avec la polypose et la formation récurrente de polypes, un curetage diagnostique et thérapeutique de l'utérus est effectué.
Avec une structure fibreuse glandulaire et glandulaire de polypes qui se sont développés dans le contexte de cycles anovulatoires, les femmes en âge de procréer après le retrait du polype se voient prescrire un traitement hormonal.

Pour découvrir la raison de l'apparition de telles formations, les spécialistes envoient leurs patients pour des tests, puis tirent des conclusions et prescrivent un traitement. Formations populaires du corps: polype et kyste. Dans cet article, nous examinerons de plus près ces formations, leur cause et en quoi elles diffèrent les unes des autres..

Un polype est une prolifération tissulaire localisée sur la membrane muqueuse. Les endroits les plus courants de leur apparence: estomac, rectum, utérus féminin et côlon.

Un kyste est une cavité remplie de liquide entourée d'une gaine de tissu conjonctif. Le lieu d'apparition peut être très différent. Par type d'acquisition sont: congénitales et acquises.

"Kyste" est traduit du grec par bulle. Les tailles de la formation sont différentes - de 3 à 17 cm. Selon leur composition et leur structure, les kystes sont divisés en vrai et faux. Ils diffèrent dans leur structure - les vrais ont une couche de cellules à l'intérieur, et les faux n'ont pas de couche de cellules.

Habituellement, les symptômes d'un kyste n'apparaissent que lorsqu'il atteint une taille significative. Par conséquent, tout comme les polypes, il est asymptomatique. L'éducation peut être détectée après les examens.

Symptômes cliniques associés à des maladies qui ont provoqué une telle formation:

  • Augmentation de la formation de gaz.
  • Gonflement des jambes, des bras, du visage et de l'abdomen.
  • La diarrhée.
  • La nausée.
  • Douleur abdominale.
  • Diminution de l'appétit et du poids corporel.
  • Brûlures d'estomac et éructations aigres.

Il n'y a que 2 façons de traiter une telle formation gastrique:

  • Opérationnel. L'intervention chirurgicale implique: drainage du kyste et résection. Le drainage est l'élimination du contenu de la formation avec un instrument médical spécial. La résection partielle est l'ablation d'une partie de l'estomac avec la tumeur. Une résection complète est l'ablation de tout l'estomac en reliant l'œsophage au côlon.
  • Médicament. Le traitement médicamenteux consiste à prendre des médicaments qui ont un effet de résorption et d'immunostimulation.

Au cours des faits clarifiés, il est possible de répondre avec précision en quoi les polypes et les kystes diffèrent les uns des autres:

  • Leur principale différence est leur structure. Nous avons découvert que les polypes sont des néoplasmes intégraux qui n'ont pas de structure creuse. Un kyste est une masse creuse remplie de liquide.
  • Il existe également une différence de diagnostic et de traitement. Les polypes sont soumis à une élimination obligatoire. Le kyste n'est enlevé que lorsque sa croissance rapide est perceptible.

Pour affaiblir le péristaltisme actif et soulager les spasmes répétés, des médicaments à base de colite sont prescrits.

Pour tout type de maladie, afin de connaître le tableau clinique du corps du patient, une collecte est effectuée.

Les flatulences sont appelées ballonnements, qui commencent à apparaître lorsqu'elles s'accumulent dans la cavité intestinale.

CONSULTEZ VOTRE MÉDECIN RESPONSABLE!

Dans la section Maladies, médicaments à la question Quelle est la différence entre un kyste et un polype? la meilleure réponse donnée par l'auteur Silh est Polyp - une masse de petit tissu qui fait saillie dans les lumières d'un organe creux au-dessus de la membrane muqueuse. Le plus souvent, des polypes se forment dans l'estomac, le gros intestin, le rectum, la vessie, l'utérus, le larynx.

Un kyste est une cavité remplie d'eau ou d'une substance semi-liquide et isolée du tissu environnant par une membrane. Un kyste peut se former n'importe où dans le corps, le plus souvent dans la peau et les ovaires. Les kystes surviennent dès la naissance, mais la plupart apparaissent néanmoins tout au long de la vie. Leur contenu se forme de deux manières: soit lorsque le canal excréteur des glandes est bloqué et que les sécrétions s'accumulent, soit lorsque le fluide forme une cavité auparavant inexistante. Les kystes doivent être enlevés pour les raisons suivantes: 1) ils ne disparaîtront jamais d'eux-mêmes, très probablement ils augmenteront en taille; 2) sont souvent infectés; 3) évoluent parfois vers une tumeur maligne.

Un kyste est une cavité et un polype est une excroissance sur un pédicule. Ce sont des choses différentes.

Rien en commun. Un kyste est une cavité avec des parois et un polype est une excroissance à la surface. Parfois, le polype est constitué de kystes.

  • Médecins et hôpitaux
  • Régimes
  • Maladies et traitements
  • Mode de vie sain
  • Médicaments
  • Équipement et diagnostic

Adresse: Saint-Pétersbourg, st. Fucik, 49 B, bureau. 17

De par leur nature, ce sont deux néoplasmes complètement différents, ce qui les unit ainsi est la possibilité de transformation en tumeur maligne. Dans la plupart des cas, leur apparence n'affecte en rien le bien-être du porteur, leur présence est révélée lors des examens médicaux ou des examens tout à fait par accident.

Un polype est une prolifération anormale de tissu conjonctif situé au-dessus de la membrane muqueuse. Pas une masse creuse, mais peut avoir une masse creuse (kyste).

Le kyste est une formation creuse, composée de parois tapissées d'épithélium (vrai), ou de tout autre tissu (faux), le contenu dépend du mécanisme et de l'âge d'apparition. Peut apparaître n'importe où sur le corps.

  • Lorsqu'elles sont luxées dans l'utérus, dans la plupart des cas, elles sont causées par une perturbation hormonale grave. Ils sont également à l'origine de divers processus inflammatoires dans les organes pelviens.
  • En cas de luxation du nez, les principales raisons sont: les maladies infectieuses reportées de l'oto-rhino-laryngologie; Manque prolongé d'air frais ou inhalation fréquente de substances nocives; Avitaminose; Sinusite chronique et allergies.
  • Dans le rectum, ils surviennent en raison d'une inflammation chronique de la muqueuse intestinale, d'un microtraumatisme, d'une stagnation des matières fécales, d'une mauvaise alimentation, d'un abus d'alcool, d'une tendance des gènes à la polypose intestinale.
  • Les polypes gastriques sont dus à des facteurs héréditaires, à une gastrite chronique et à d'autres inflammations de l'estomac.
  • Les polypes de l'endomètre surviennent en raison de troubles hormonaux, d'un traumatisme de la cavité utérine, d'un contact prolongé de la membrane muqueuse avec le dispositif intra-utérin, également de fausses couches et d'avortements fréquents, d'une ablation incomplète du placenta pendant l'accouchement, de troubles endocriniens, de facteurs psychologiques, etc..

Le kyste dépend du mécanisme de formation:

Dans le cas d'un kyste, le plus souvent, il peut être trouvé dans les ovaires et sur le col de l'utérus, les reins et le foie, la moelle épinière, la thyroïde, la mammaire et le pancréas. Les polypes surviennent le plus souvent dans le nez, les organes génitaux féminins et le tractus gastro-intestinal.

Les deux cas peuvent être diagnostiqués par rayons X et ultrasons, ou visuellement et tactilement.

Les polypes doivent être éliminés dans tous les cas, car il existe une forte probabilité de dégénérescence en cancer, les méthodes et les types d'élimination dépendent du lieu de déploiement. L'élimination utilise la chirurgie au laser, l'élimination de l'azote liquide, etc..

En conclusion, on peut noter que ces formations, avec leur innocuité à première vue, peuvent entraîner de graves conséquences. Par conséquent, si ces types de tumeurs sont détectés, vous devez immédiatement consulter un médecin et suivre les instructions prescrites..

Les pathologies internes des organes ne sont pas si rares. Ceux-ci incluent diverses formations, qui apparaissent souvent à la suite de troubles hormonaux ou du statut immunitaire du corps. Afin de déterminer la cause de leur apparition, il est nécessaire de subir un examen, de passer des tests et de consulter votre médecin. Aujourd'hui, nous allons essayer de comprendre par nous-mêmes quelle est la différence entre un polype et un kyste. Ces deux formations se trouvent souvent dans le corps humain..

Un polype est une prolifération de tissu qui s'élève au-dessus de la membrane muqueuse. Le plus souvent, les polypes se forment dans les organes creux: dans l'utérus, dans l'estomac, dans le rectum et dans le côlon.

Un kyste est une sorte de cavité, qui est un contenu liquide, enfermée dans une membrane de tissu conjonctif. Les kystes sont congénitaux et acquis, ils peuvent se former dans n'importe quel organe.

Les polypes sont soumis à une élimination obligatoire, ils sont envoyés pour un examen histologique afin de déterminer la cause d'une telle croissance. La plupart d'entre eux sont causés par des troubles hormonaux ou allergiques dans le corps et ont donc souvent une prédisposition à la rechute..

Les kystes sont congénitaux et acquis. Il est conseillé de les supprimer car ils ont tendance à être infectés et envahis par la végétation. Les kystes fonctionnels doivent être surveillés pendant plusieurs mois. S'ils commencent à pousser, ils doivent être supprimés..

Un kyste est un contenu liquide dans un sac de tissu conjonctif. Un polype est une prolifération de la membrane muqueuse qui fait saillie dans un organe creux, tel que l'utérus, l'estomac, les intestins.

Des kystes peuvent être observés, les polypes doivent quand même être enlevés.

Qu'est-ce qu'un polype dans le col utérin? Un polype cervical (ou polype cervical) est une croissance bénigne et anormale du tissu endocervical (la muqueuse du canal cervical).

Avec plusieurs nodules sur le cou, la pathologie lorsqu'elle est diagnostiquée est désignée comme polypose cervicale.

À quoi ressemble un polype cervical et quelles sont les caractéristiques de son développement?

  1. L'excroissance est une formation dense, ronde, ovale ou allongée, semblable à une verrue rose d'une longueur de 2 à 40 mm. L'épaisseur peut atteindre 4 à 5 mm de diamètre.
  2. Il est formé à la fois sur une jambe ligamentaire fine et sur une base large.
  3. Contrairement à un kyste, à l'intérieur duquel se trouve une cavité avec exsudat, un polype est considéré comme une formation tissulaire avec une structure homogène.
  4. La couche externe est constituée de cellules épithéliales de la membrane muqueuse du col utérin.
  5. L'excroissance dans le col de l'utérus peut être unique, mais le plus souvent les processus sont regroupés.
  6. Lorsque plusieurs polypes du canal cervical du col de l'utérus sont épissés, leur forme ressemble à un bouquet ou à une inflorescence de chou-fleur.
  7. Dans la pratique gynécologique, un polype de l'utérus et du col de l'utérus est plus souvent diagnostiqué chez la femme après 40 ans, généralement pendant la ménopause..
  8. Bien que ces excroissances ne soient pas malignes, elles peuvent être dangereuses, car sans traitement du polype dans le canal cervical du col de l'utérus, 1 à 2 patients sur cent ont une chance de développer un processus cancéreux dans les cellules.

Les formations cervicales de polypose sont classées selon les types suivants:

Ce type de formation est formé à partir des cellules de l'endocol, où se trouvent les glandes nabotovy. La taille ne dépasse généralement pas 10 à 15 mm. Dans la plupart des cas, les polypes muqueux sont observés chez les femmes en âge de procréer dont les glandes du col de l'utérus fonctionnent activement. Après le traitement, ils ne donnent presque jamais de complications, de rechutes, ne se transforment pas en tumeur cancéreuse.

Formé à partir de cellules de tissu fibreux (conjonctif), rarement diagnostiqué chez les femmes de moins de 30 ans. La probabilité de malignité (transformation maligne) de ces formes est élevée.

Ces nœuds sont constitués de cellules du tissu glandulaire et conjonctif, atteignant 20 à 25 mm. Après leur retrait, le patient reçoit généralement des médicaments hormonaux prescrits par le gynécologue et est régulièrement observé par le médecin traitant afin d'éviter les rechutes..

Un type atypique de polypose avec un risque élevé de transformations des cellules cancéreuses dans le col de l'utérus. Elle est caractérisée par des excroissances atteignant 40 mm, nécessitant une exérèse chirurgicale obligatoire. En outre, selon les données de l'examen histologique, le médecin peut prescrire un traitement chimique..

Les raisons de l'apparition de polypes sur le col de l'utérus ne sont pas entièrement comprises. De nombreuses théories expliquent pourquoi de telles excroissances apparaissent..

En gynécologie, certains facteurs et conditions causales sont considérés dans lesquels les polypes du canal cervical se produisent. Parmi eux:

  1. Pathologies infectieuses et inflammatoires à long terme dans les organes urogénitaux, affectant la propagation d'organismes pathogènes, une diminution de l'immunité locale, le fonctionnement des glandes, le taux de récupération épithéliale, y compris:
  • inflammation de la membrane muqueuse du canal cervical (endocervicite), de l'utérus (endométrite), des appendices (annexite);
  • maladies vénériennes, trichomonase, virus du papillome et cytomégalovirus, chlamydia, ureaplasmose.
  1. Trouble de la production d'hormones. Les troubles hormonaux sont en grande partie dus à un fonctionnement insuffisant des ovaires, de l'hypophyse, de l'hypothalamus et des glandes surrénales. Une synthèse excessive de l'hormone féminine œstrogène stimule la prolifération du tissu conjonctif, entraînant une fibrose, un épaississement de la couche muqueuse du col de l'utérus, créant des conditions propices à la formation de polypes.
  1. Obésité. Crée un contexte favorable au développement de croissances pathologiques dans le col de l'utérus, car l'accumulation et la sécrétion d'œstrogènes se produisent également dans le tissu adipeux.
  2. Érosion et dommages à la membrane muqueuse et aux tissus adjacents du col de l'utérus.

Les blessures fréquentes du canal cervical lors de l'accouchement, l'avortement, le curetage diagnostique, les méthodes de cautérisation obsolètes violent l'intégrité de l'épithélium, entraînent une déformation, des cicatrices, une hypertrophie tissulaire. L'attachement ultérieur des infections aggrave les processus anormaux, réduit la capacité des cellules à se réparer et conduit à la formation d'excroissances sous forme de polypes.

De plus, il existe des facteurs qui prédisposent à l'apparition de polypes:

  • la période de grossesse, la ménopause, c'est-à-dire les étapes des fluctuations hormonales;
  • Diabète;
  • hérédité.

Les signes caractéristiques observés précisément avec la croissance des polypes dans le cou ne sont pas mis en évidence comme spécifiques, car les symptômes sont souvent associés à des pathologies concomitantes dans les organes reproducteurs, en particulier avec une érosion muqueuse, une endocervicite, une endométriose ectopique.

Cependant, la gravité des signes dépend directement du type d'excroissances, de la taille et de la surface qu'elles occupent..

À un stade précoce du développement de la polypose, lorsqu'une petite formation ou un groupe de petites excroissances apparaît, les symptômes peuvent être totalement absents..

Parmi les signes extérieurs ou les sensations subjectives sont notés:

  1. Attribution avec présence de sang en cas de dommages mécaniques à l'excroissance (pendant les rapports sexuels). Ceci est particulièrement fréquent si les polypes recouvrent la partie vaginale (externe) du col de l'utérus.
  2. Saignements faibles avant ou après la menstruation avec ulcération de la surface du nœud verruqueux.
  3. Des sensations douloureuses dans le bas de l'abdomen, des douleurs de traction dans la colonne lombaire peuvent apparaître avec de gros nœuds.
  4. Ne pas concevoir si les polypes se développent à l'entrée ou à l'intérieur du canal cervical, retardant le mouvement des spermatozoïdes dans la cavité utérine.
  5. Règles douloureuses, abondantes et prolongées. Ce phénomène est dû à l'obstruction de la libre circulation du sang, qui est créée par des polypes volumineux ou multiples dans le canal cervical, une teneur accrue en œstrogènes, ce qui provoque le développement de l'endométriose dans la cavité utérine..

Important! Un écoulement sanguin peut indiquer une dégénérescence maligne de la formation..

Lorsque ces symptômes apparaissent, une femme de tout âge doit immédiatement consulter un gynécologue.

Pour exclure ou confirmer le diagnostic de polypose cervicale, effectuez:

  1. Examen traditionnel du col de l'utérus vaginal à l'aide de miroirs gynécologiques. La méthode vous permet d'examiner visuellement les excroissances cervicales si elles sont situées à l'extérieur ou près de l'entrée du canal cervical.
  2. Échographie des organes reproducteurs féminins avec Doppler vasculaire et échoscopie échographique des polypes. Détermine la localisation, la taille et la structure des formations, la présence d'inflammation et de polypes sur les parois de l'utérus lui-même;
  3. Colposcopie, qui permet d'examiner les tissus du cou et les excroissances à plusieurs grossissements à l'aide d'un colposcope. Souvent, c'est au cours de cette procédure qu'une biopsie est effectuée - un minuscule fragment est prélevé du corps du polype (biopsie) pour un examen histologique plus approfondi afin d'exclure le processus oncologique.
  4. Hystéroscopie. Cette méthode implique l'introduction dans le canal cervical d'un instrument avec une microcaméra, avec laquelle le médecin peut effectuer un examen complet de la muqueuse cervicale et examiner les formations suspectes dessus.

Les principaux tests de laboratoire comprennent:

  • analyse générale et biochimique du sang, de l'urine;
  • Frottis cervical (frottis prélevé dans le canal cervical pour l'oncocytologie);
  • détermination du niveau d'hormones sexuelles;
  • analyse de la concentration de marqueurs tumoraux (CA-15-30) - substances protéiques spéciales dont la quantité dans le sang augmente souvent pendant les processus cancéreux.

Il est important de comprendre que les marqueurs tumoraux indiquent seulement une probabilité accrue de développer des tumeurs, mais ne sont pas la preuve de la présence de processus cancéreux..

Pourquoi les polypes cervicaux semblent-ils dangereux??

Habituellement, s'il n'y a aucun signe de développement de polypes adénomateux fibro-glandulaires, des conséquences graves ne se produisent pas souvent. Mais il convient de garder à l'esprit que la polypose est considérée comme une maladie de fond, c'est-à-dire indiquant certains dysfonctionnements dans le corps, qui ont provoqué son apparition..

Parmi les conséquences les plus importantes sont:

  1. Malignité (dégénérescence cancéreuse) des excroissances, dans lesquelles il est nécessaire de retirer le polype sur le col de l'utérus avec le corps de l'utérus.
  2. Difficulté à concevoir.
  3. Anémie sévère causée par des saignements mensuels prolongés.
  4. Violation du polype par les parois du canal cervical, nécessitant une intervention chirurgicale immédiate.
  5. Progression des déséquilibres hormonaux.
  6. Risque accru d'interruption de grossesse.

Un polype du col de l'utérus peut-il provoquer le cancer? Cela se produit rarement, mais de grandes formations adénomateuses et fibreuses, laissées sans traitement, peuvent dégénérer.

Dans le même temps, il existe trois étapes dans le processus de transformation d'une excroissance normale en tumeur:

  1. Hyperplasie, caractérisée par une prolifération tissulaire.
  2. Métaplasie, au cours de laquelle un type de cellule est remplacé par un autre, qui s'accompagne d'une violation de leurs fonctions.
  3. Dysplasie. Une condition précancéreuse dans laquelle des changements pathologiques se produisent dans la structure du tissu qui peuvent rapidement se transformer en un processus malin.

Le polype du col de l'utérus pendant la grossesse, qui est formé à partir des cellules du tissu conjonctif décidual de la muqueuse utérine pendant la période de gestation, est appelé polype décidual.

Un tel nœud ressemble à un petit processus rose vif dans la lumière du canal cervical, avec de grandes tailles, il peut faire saillie du canal dans le vagin.

Les causes des polypes chez 20 à 23% des femmes enceintes sont considérées comme une prolifération excessive du tissu décidual, qui se produit dans le contexte d'un changement significatif des niveaux hormonaux.

Quel est le danger d'un polype sur le col de l'utérus pendant la grossesse? Dans la plupart des cas, cela n'affecte pas son déroulement ou le processus de l'accouchement et n'affecte en aucune façon le développement de l'embryon. Par conséquent, ces excroissances déciduales ne nécessitent généralement pas de traitement spécial et disparaissent d'elles-mêmes après la normalisation du statut hormonal..

Mais si, pendant la grossesse, le polype décidual est endommagé pendant les rapports sexuels ou commence à se développer activement, des complications peuvent survenir. Ceux-ci comprennent les éléments suivants:

  • augmentation des saignements;
  • interruption de grossesse due à une irritation cervicale, en particulier aux premiers stades;
  • le développement d'une insuffisance isthmique-cervicale, c'est-à-dire une révélation prématurée du col de l'utérus;
  • formation d'une fixation anormale du placenta.

Pendant la grossesse, essayez d'éviter l'ablation chirurgicale des polypes déciduels, en prescrivant un traitement hormonal ou antibactérien si nécessaire.

Mais le médecin doit recourir à la chirurgie lorsque les symptômes et conditions anormales suivants apparaissent:

  • suspicion de dégénérescence cancéreuse;
  • saignements intermittents ou persistants;
  • la surface d'un grand polype ulcéré (plus de 20 mm);
  • le taux de croissance de l'éducation est supérieur à 2 mm en 4 semaines;
  • le nœud est infecté par la suppuration;
  • un polype sur le col de l'utérus pendant la grossesse irrite l'organe, augmente le tonus de l'utérus, provoque des spasmes;
  • des changements dans la structure tissulaire apparaissent.

Étant donné que les interventions chirurgicales chez la femme enceinte peuvent entraîner un avortement, le médecin pèse soigneusement tous les résultats de la recherche obtenus avant de retirer le polype du col de l'utérus..

Gros kyste muqueux de rétention

Kyste muqueux de rétention

Grand polype du col de l'utérus

Grand polype kystique qui couvre toute la surface du col de l'utérus

Grand polype du canal cervical

Kystes vaginaux congénitaux sur la paroi latérale près de la frontière avec le col de l'utérus

Hymen intact chez une fillette de 8 ans

Grand polype de l'urètre

Condition après marsupialisation du kyste de la glande de Bartholin à gauche

Prurit de la vulve (Raison: pubs Pediculi)

Vulve variqueuse

Dystrophie vulvaire avec leucoplasie (anciennement «kraurose de la vulve»)

Dystrophie vulvaire - lichen sclérosant et trophique

Dystrophie vulvaire sévère - Lichen sclerosus et atrophicus

Angiokératome (télangiectasie bénigne)

Mais parfois, son traitement doit être reporté si une femme porte un enfant..

Un polype du canal cervical est une formation pathologique bénigne qui se trouve à l'intérieur.

Le polype de l'endomètre est également associé à une prolifération excessive du tissu utérin, dans lequel, sous l'influence des œstrogènes (et avec un manque concomitant de progestérone), des polypes se forment.

Dans la plupart des cas, la couleur des polypes diffère de celle de la muqueuse environnante..

Dans divers cas, il y a une branche ou plusieurs processus.

Les polypes du col de l'utérus peuvent ne pas avoir de pédicule, mais une base large.

Les femmes présentant des formations de polypose du col de l'utérus sont soumises à un diagnostic minutieux.

Les polypes fibreux de l'utérus se trouvent chez les femmes âgées et sont composés de tissu conjonctif.

Glandulaire - les polypes fibreux contiennent à la fois du tissu glandulaire et conjonctif.

Les polypes glandulaires sont constitués de tissu glandulaire et sont plus susceptibles d'affecter les jeunes femmes.

La douleur peut s'aggraver pendant vos règles.

Pour améliorer le bien-être et accélérer la récupération, l'utilisation de tampons médicamenteux est prescrite.

Cette action empêche la rechute.

Toutes les méthodes se résument au fait que le polype de l'endomètre est dévissé et que la base de la jambe est cautérisée (polypectomie).

Maladies inflammatoires chroniques de l'appareil reproducteur féminin (endocervicite, salpingo-ovariite, endométrite), blessures résultant d'un avortement médicamenteux, curetage médical et diagnostique, modifications traumatiques de l'endomètre après l'utilisation d'un dispositif intra-utérin. Le tableau clinique dépend de la nature du polype de l'endomètre, de la taille et de l'âge de la femme.

Lorsque la grossesse est arrivée, elle se déroule sans complications et, par conséquent, ne diffère pas de l'habituel.

Grâce à des études diagnostiques (hystéroscopie), le médecin découvre la cause des polypes.

Un polype endométrial est une prolifération focale excessive de la muqueuse utérine (endomètre) qui se développe de la paroi de l'utérus dans la cavité et se développe parfois à travers le canal cervical jusqu'au vagin.

Le médecin peut également les détecter lors d'un examen de routine au premier stade de la grossesse ou d'un saignement aigu. L'hystéroscopie se déroule sous le contrôle d'un hystéroscope, en ambulatoire et nécessite que le patient soit à la clinique pendant deux heures.

Cela conduit au fait que la concentration de l'endomètre se développe excessivement et ne peut pas être complètement rejetée lors de la prochaine menstruation, un polype de l'endomètre se forme au cours de plusieurs cycles menstruels.

La procédure elle-même consiste en l'introduction dans la cavité utérine d'un hystéroscope, qui est un tube mince avec une lentille située à l'extrémité.

L'opinion du médecin sur le fait que vous devez tomber enceinte avec des polypes dans l'utérus et que tout disparaîtra n'est clairement pas professionnelle.

De plus, lors de la colposcopie ou de l'histroscopie, une biopsie est effectuée, le gynécologue effectue un frottis pour la cytologie et la flore.

Il existe de nombreuses recettes populaires sur Internet pour se débarrasser des polypes avec de l'ail, des jaunes d'œufs, des graines de citrouille, ainsi qu'un mélange d'oignons râpés et de savon à lessive..

Le plus souvent, un médecin soupçonne un polype de l'endomètre lors d'une échographie..