Comment faire un test de tolérance au glucose pendant la grossesse

Dernière modification 09.03.2018

La grossesse est un énorme fardeau pour le corps d'une femme, quel que soit son âge. Le système hormonal, le métabolisme de la femme enceinte subissent une charge jusqu'ici inconnue. C'est pourquoi il est si important de surveiller en permanence l'état d'une femme pendant cette période en passant divers tests. Même si une femme suit un régime strict pendant la gestation, elle peut encore être dépassée par le diabète de grossesse..

Caractéristiques du diabète chez les femmes enceintes

Le diabète sucré des femmes enceintes est une violation du traitement du glucose, qui n'était auparavant pas caractéristique de la femme enceinte et n'est apparu pour la première fois que pendant le développement de la grossesse. Le trouble est assez courant - selon le groupe sélectionné pour l'étude, en moyenne, environ sept pour cent des femmes souffrent de diabète pendant la grossesse. L'image d'un tel diabète ne répète pas clairement la forme classique du trouble chez les personnes non enceintes, mais cela ne diminue pas son danger pour la femme enceinte et est une complication redoutable qui pose un risque énorme pour la mère et la petite personne en elle. Les femmes qui souffrent de diabète sucré diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse courent un risque énorme de développer un diabète insulino-dépendant à l'avenir.

Pendant la grossesse, le corps s'adapte aux conditions critiques dans lesquelles il devra se trouver au cours des prochains mois, et une augmentation de la résistance à l'insuline est une caractéristique physiologique de cette période, caractérisée par une augmentation de la sécrétion d'insuline et une augmentation de sa teneur dans le sang. Jusqu'au milieu du deuxième trimestre, la glycémie d'une femme enceinte est légèrement inférieure à celle d'une femme non enceinte si elle est testée à jeun. La pathologie se développe généralement dans la seconde moitié du deuxième trimestre et ne se développe que plus tard. La raison en est que le placenta doit fournir au fœtus intégralement le glucose nécessaire à son bon développement. Ainsi, le placenta commence à produire des hormones à cet effet, ce qui affecte l'état général de la mère. Si une femme souffre de diabète de grossesse, la production de ces hormones est altérée et la résistance à l'insuline et sa production en sont affectées..

Analyse du test de tolérance au lucose

Un test de tolérance au glucose est nécessaire afin de déceler un problème imminent à temps et d'intervenir, évitant ainsi de redoutables complications pour la future mère et le fœtus. Son nom correct est le test oral de tolérance au glucose (OGTT). Ses résultats permettent d'identifier et d'éliminer rapidement les troubles du métabolisme glucidique chez une femme enceinte. La grossesse est un coup dur pour tous les organes et systèmes du corps d'une femme, il est donc si important de ne pas manquer et de remarquer une augmentation de la glycémie avec le temps.

Le diabète sucré gestationnel chez la femme enceinte se manifeste exclusivement chez la femme en attendant le bébé. Si la situation est maîtrisée, alors, comme de nombreuses plaies désagréables survenues pendant la grossesse, le diabète disparaîtra de lui-même après l'accouchement. Cependant, si cette violation n'est pas contrôlée et autorisée à suivre son cours, elle peut persister et vous compliquer la vie après la naissance d'un enfant tant attendu, entraînant de nombreuses restrictions et problèmes pour la santé de la jeune mère, qui l'accompagneront toute sa vie..

Une femme enceinte peut soupçonner elle-même le diabète, étant attentive aux changements de son corps. Avec le développement du diabète chez la femme enceinte, les symptômes ne diffèrent pas du diabète sucré, qui est indépendant de l'insuline: une femme peut ressentir un désir accru de boire, une augmentation de l'appétit ou, au contraire, son absence totale. Un inconfort pendant la miction peut survenir et la fréquence des envies d'aller aux toilettes peut augmenter. Même la vision peut se détériorer, trouble! Que pouvons-nous dire sur la pression artérielle? Avec le développement du diabète, la pression peut augmenter considérablement, ce qui entraînera une gêne non seulement pour la mère, mais également pour le fœtus, et peut entraîner la menace d'une interruption de grossesse ou d'une naissance prématurée. Si vous ressentez au moins l'un de ces signes, assurez-vous d'en informer votre médecin et demandez-lui de vous référer à un test de glycémie pour exclure le diabète..

Indicateurs du diabète sucré gestationnel

Lorsqu'une fille enceinte vient s'inscrire, le médecin a le temps de l'examiner afin de détecter ce trouble avant la 24e semaine de grossesse: il faut l'envoyer pour une analyse du taux de sucre dans le sang et / ou du taux d'hémoglobine glyquée. En cas de diabète aigu manifeste, la glycémie à jeun sera supérieure à 7 mmol / litre (ou supérieure à 11 mmol / litre en cas de don de sang non programmé) et le taux d'hémoglobine sera supérieur à 6,5%. De plus, il est raisonnablement possible de placer la femme enceinte dans un groupe à risque si son taux de glucose du matin avant un repas a plus de 5,1 mmol / litre, mais pas plus de 7 mmol / litre..

Avant 24 semaines, un tel test ne doit être effectué que pour les femmes qui ont une prédisposition à développer un diabète pendant la grossesse, mais dont la glycémie se situe dans les limites normales. Qui est particulièrement à risque de développer cette pathologie? Premièrement, ce sont des femmes obèses - si leur IMC est supérieur à 30 kg par mètre carré. Deuxièmement, ce sont des femmes dont les proches souffraient de diabète. Viennent ensuite les femmes qui ont développé cette pathologie lors de grossesses précédentes, ou la glycémie a augmenté ou la perception du glucose a été altérée. Quatrièmement, les femmes qui ont une augmentation du sucre dans leur urine. Toutes les autres femmes qui n'ont pas constaté ces violations doivent être en sécurité et effectuer cette analyse pendant une période de 24 à 28 semaines. Dans les cas extrêmes, cette analyse peut être effectuée jusqu'à 32 semaines de grossesse. Ce test n'est pas sans danger pour l'enfant à naître plus tard.!

Pourquoi arrive-t-il que dans la période la plus heureuse pour une femme (la période de la naissance de son enfant), une maladie aussi grave se développe comme le diabète sucré pendant la grossesse? Le fait est que le pancréas est responsable de la teneur en insuline dans le sang et qu'il a une charge énorme pendant la grossesse. Si le pancréas ne peut pas faire face à la production d'insuline, une violation se produit. L'insuline est responsable de la normalisation de la teneur en sucre de notre corps. Et lorsqu'une femme porte un enfant, son corps fonctionne pendant deux, il a besoin de plus d'insuline. Et, si cela ne suffit pas pour le maintien normal des niveaux de sucre, alors le niveau de glucose augmente.

Le diabète sucré d'une femme enceinte est-il dangereux pour le fœtus?

Indubitablement! Pour la préservation de la grossesse, il est nécessaire que le placenta produise du cortisol, des œstrogènes et du lactogène. Dans un état calme, la production de ces hormones n'interfère en rien. Cependant, lorsque la production d'insuline est perturbée, ces hormones doivent littéralement défendre leur droit d'exister! Dans la lutte pour maintenir leur propre niveau, ils peuvent affecter le bon fonctionnement du pancréas, dont souffre non seulement la femme enceinte, mais aussi le bébé en elle..

Si le diabète est apparu au deuxième trimestre après la vingtième semaine, il n'est en fait plus dangereux pour le fœtus et n'entraînera pas de troubles du développement de la future personne. Mais il reste la possibilité de développer une fœtopathie du fœtus associée à la présence de diabète - la soi-disant alimentation du fœtus, une augmentation de son poids, qui, en tant que surpoids chez un adulte, peut entraîner une violation du développement des organes et des systèmes de l'enfant. Le bébé devient très gros en poids et en taille en raison du fait que trop de sucre lui arrive. Le pancréas du bébé n'est pas encore complètement développé, ce qui ne peut pas faire face à l'ingestion excessive de sucre et le transforme en tissu adipeux. En conséquence, la croissance de la ceinture scapulaire, des organes internes: cœur, foie se produit. Augmentation de la graisse corporelle.

Quel est le problème avec un gros fruit? Les mères se réjouissent de la croissance de leurs enfants, de la naissance d'un tel butuza. Mais c'est si la naissance a eu lieu sans complications. Un gros fœtus est un risque énorme pour une période d'accouchement prolongée - en raison de la grande ceinture scapulaire, il est difficile pour un enfant de passer par le canal génital de la mère. Un travail à long terme peut entraîner au moins une hypoxie, sans parler du développement d'un traumatisme à la naissance. Un travail compliqué peut endommager les organes internes de la mère. Si le bébé à l'intérieur de l'utérus est trop gros, cela peut entraîner le développement d'une naissance prématurée et le bébé n'aura pas le temps de se développer jusqu'à la fin..

Le travail précoce est un énorme fardeau pour les poumons du bébé. Jusqu'à une certaine période, les poumons ne sont tout simplement pas prêts à inhaler la première bouffée d'air - ils ne produisent pas suffisamment de surfactant (une substance qui aide le bébé à respirer). Dans ce cas, après la naissance, l'enfant sera placé dans un appareil spécial - un incubateur pour la ventilation pulmonaire artificielle..

Lorsque le test de tolérance au glucose n'est pas autorisé

  1. Avec toxicose du premier trimestre, accompagnée de vomissements et de nausées.
  2. Avec une diminution de l'activité motrice d'une femme enceinte avant de retirer l'alitement.
  3. Avec une maladie inflammatoire ou infectieuse.
  4. Si vous avez des antécédents de pancréatite chronique ou de résection gastrique antérieure.

Si avant cela le sang du doigt ne montrait pas d'augmentation de la glycémie, il n'est pas nécessaire de faire un test et d'exclure le diabète gestationnel, le sang est vérifié pour le sucre d'une veine.

Comment le test de tolérance au glucose est-il effectué?

Pendant cinq minutes, une femme boit un verre d'eau plate douce contenant 75 grammes de glucose pur juste au-dessus de la température corporelle. Ce test nécessite du sang veineux trois fois: d'abord à jeun, puis une heure et deux heures après la prise d'un cocktail. Il est également possible d'utiliser le plasma sanguin pour la recherche. Le sang doit être donné strictement à jeun tôt le matin. Avant cela, ne mangez pas de la nuit, de préférence 14 heures avant le don de sang. Sans la présence des instructions d'un autre médecin, le test est effectué au 6ème mois de grossesse strictement selon les instructions du médecin - le désir non autorisé de la patiente de subir une GTT est inacceptable.

La préparation du test

Trois jours avant le test, vous ne devez pas vous pencher sur des bonbons, observer l'apport d'une quantité suffisante de liquide, ne pas trop solliciter dans la salle de sport et exclure les intoxications. De plus, vous ne devez pas utiliser de médicaments susceptibles d'affecter le résultat du test - pilules contraceptives, salicylates, médicaments hormonaux, vitamines. Si vous devez prendre ces médicaments, la femme enceinte peut les reprendre après la fin du test. L'annulation des médicaments au stade de la préparation du test doit avoir lieu sous la stricte surveillance du médecin traitant. L'alcool ne doit pas être pris la veille du test. Le jour du test, vous ne devez pas vous surmener, mais cela ne signifie pas que vous devez vous allonger constamment au lit.

Normes du test de tolérance au glucose

Dans le cas d'un test d'effort de deux heures et d'un double prélèvement sanguin, le diagnostic de diabète gestationnel peut être posé si au moins un des taux de sucre est supérieur à 7 mmol / litre à jeun avant de boire de l'eau douce et à 7,8 mmol / litre après deux heures après avoir bu liquide sucré.

Cela a été pensé auparavant, mais les nouvelles règles doivent être révisées. Actuellement, l'Organisation mondiale de la santé adhère à d'autres normes, qui sont convenues avec les experts de l'Association des obstétriciens et gynécologues de Russie.

Dans une grossesse normale, les indicateurs suivants devraient être:

  1. Avant de manger à jeun, la glycémie ne doit pas dépasser 5,1 mmol / litre.
  2. Une heure après avoir pris de l'eau douce - pas plus de 10,0 mmol / litre.
  3. Deux heures après une boisson sucrée, la glycémie ne doit pas dépasser 8,5 mmol / litre.

Diagnostic différentiel du diabète de grossesse et du diabète aigu

Avec le développement du diabète gestationnel, les indicateurs seront les suivants:

  1. taux de sucre dans le sang pris à jeun entre 5,1 et 6,9 mmol / litre.
  2. une heure après avoir pris de l'eau douce - plus de 10,0 mmol / litre.
  3. deux heures après la prise du médicament - de 8,5 à 11,0 mmol / litre.

En présence de diabète manifeste, nous obtenons les chiffres suivants:

  1. teneur en sucre dans le sang lors de l'accouchement à jeun - plus de 7,0 mmol / litre.
  2. une heure après l'effort, la glycémie n'a pas certaines normes.
  3. deux heures après l'ingestion du liquide sucré, le taux de sucre dans le sang dépassera 11,1 mmol / litre.

Si vous avez réussi le test GTT et que ses résultats ne vous ont pas fait plaisir, consultez immédiatement un médecin! Vous ne devez en aucun cas vous soigner vous-même!

Test de tolérance au glucose pendant la grossesse

Le test de tolérance au glucose, ou, comme il est souvent appelé «charge de sucre», est l'une des méthodes d'examen spécifiques qui consiste à déterminer la tolérance du corps au glucose (lire - sucre). Le test de tolérance au glucose révèle même une tendance au diabète sucré, ainsi qu'un diabète sucré évoluant sous une forme latente. Et, en conséquence, il permet d'intervenir en temps opportun et de prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer la menace associée à la maladie.

Pourquoi et qui peut avoir besoin d'un test de tolérance au glucose pendant la grossesse?

Souvent, une femme reçoit une référence pour un test de tolérance au glucose pendant la gestation, dans ce cas dans le sens où il est répertorié comme GTT. La grossesse est une période très difficile pour une femme, lorsque des charges accrues sur le corps peuvent provoquer une exacerbation de maladies existantes ou le développement de nouvelles, qui ne peuvent se faire sentir que pendant la grossesse. Ces maladies comprennent le diabète gestationnel, ou le diabète de la femme enceinte: selon les statistiques, environ 14% des femmes enceintes sont exposées à cette maladie..

La raison du développement du diabète gestationnel est une violation de la production d'insuline, sa synthèse dans le corps en plus petites quantités que nécessaire. C'est l'insuline produite par le pancréas qui est responsable de la régulation des taux de sucre dans le sang et de leur conservation (si le sucre n'est pas nécessaire pour être converti en énergie). Pendant la grossesse, à mesure que le bébé grandit, le corps devrait normalement produire plus d'insuline que la normale. Si cela ne se produit pas, l'insuline n'est pas suffisante pour la régulation normale du sucre, les niveaux de glucose augmentent, ce qui marque le développement du diabète de grossesse..

Une mesure obligatoire pour un test de tolérance au glucose pendant la grossesse devrait être pour les femmes:

  • qui ont connu cette condition lors de grossesses précédentes;
  • avec un indice de masse de 30 et plus; qui a précédemment donné naissance à de grands enfants pesant plus de 4,5 kg;
  • si l'un des proches de la femme enceinte souffre de diabète.

Si un diabète gestationnel est détecté, une femme enceinte aura besoin d'une surveillance renforcée par les médecins.

Test de tolérance au glucose (analyse GTT) pendant la grossesse - normes

Chez la femme, pendant la période de procréation, des troubles du métabolisme des glucides sont très souvent observés. Le glucose n'est pas absorbé correctement. Dans de telles situations, le diabète gestationnel est diagnostiqué. L'un des principaux moyens de le détecter est considéré comme un test de tolérance au glucose (GGT). Pendant la grossesse, il est obligatoire de le faire à toutes les femmes sans exception..

Dépistage des femmes enceintes

Dans le cadre de l'examen de dépistage (de masse, préventif) des femmes enceintes pour les troubles du métabolisme des glucides à l'aide d'un test de tolérance au glucose, l'une des deux stratégies est utilisée:

  1. Une étape. Une femme enceinte subit un test de tolérance au glucose pendant la grossesse. Elle boit une solution contenant 75 g de glucose. Les médecins utilisent ensuite des tests sanguins pour vérifier à quelle vitesse la glycémie redevient normale..
  2. Deux étapes. Le patient subit d'abord un test avec une charge de 50 g de glucose. Et seulement si des violations sont constatées, un examen supplémentaire est effectué. Le test est répété, seulement cette fois en utilisant une charge de 100 grammes de glucose. Ceci est nécessaire si des résultats de glycémie de 10 mg / dL ou plus ont été obtenus lors de la première étape du dépistage.

Le dépistage du diabète pendant la grossesse se fait également par d'autres moyens. Tous sont désignés par le ministère de la Santé de la Fédération de Russie dans les directives cliniques destinées aux gynécologues.

Première phase de dépistage

La première phase de diagnostic du diabète sucré gestationnel commence jusqu'à 24 semaines. Il est indiqué lors de toute visite d'une femme enceinte chez un médecin, quelle que soit sa spécialisation. Les tests suivants sont effectués sur une femme:

  • glycémie à jeun d'une veine (un indicateur du métabolisme des glucides à un moment donné);
  • détermination du taux d'hémoglobine glyquée (un indicateur du métabolisme des glucides au cours des 3 derniers mois).

L'analyse GGT pendant la grossesse est effectuée le matin à jeun. Si nécessaire (présence d'anomalies pathologiques dans les analyses), un test oral de tolérance au glucose est réalisé. Normes pour les femmes enceintes:

  • glycémie veineuse à jeun - 5,1 mmol / l;
  • une heure après avoir pris 75 g de glucose - pas plus de 10 mmol / l;
  • après 2 heures - pas plus de 8 mmol / l.

Le diabète sucré gestationnel peut être diagnostiqué même sans GGT. Les indicateurs suivants sont à la base du diagnostic:

  • le taux de glucose dans le sang veineux à jeun est supérieur à 7 mmol / l;
  • la concentration de sucre à tout moment de la journée (y compris après les repas) est supérieure à 11 mmol / l;
  • taux d'hémoglobine glyquée 6,5% ou plus.

Dans ce cas, le patient est immédiatement référé à un endocrinologue. Elle doit recevoir une insulinothérapie tout au long de sa grossesse. Après cela, il est soumis à une observation et, si nécessaire, à un traitement. Bien que généralement après l'accouchement, le métabolisme des glucides est normalisé. Mais ces femmes courent un risque accru de développer un diabète tout au long de leur vie..

Il se trouve que lors de la première phase de dépistage des femmes enceintes, les médecins reçoivent un traitement différent de la norme, mais toujours insuffisant pour diagnostiquer un diabète gestationnel manifeste. Par exemple. si le taux de glucose à jeun dans le sang veineux est supérieur à 5,1 mmol / L, mais n'atteint pas 7,0 mmol / L. Dans ce cas, des diagnostics supplémentaires sont nécessaires. Une femme reçoit un test de tolérance au glucose.

Pourquoi est-ce nécessaire? Le test est nécessaire principalement pour le diagnostic différentiel de l'altération du métabolisme des glucides et des caractéristiques de la préparation d'une femme à la recherche. Il est probable qu'elle se soit levée au milieu de la nuit, qu'elle ait mangé, puis quelques heures plus tard elle soit venue pour être testée formellement à jeun, mais en réalité - non. Ensuite, le niveau de sucre peut être légèrement augmenté. Mais le test de tolérance au glucose montrera des valeurs normales et la femme ne se verra pas prescrire le traitement dont elle n'a pas besoin..

Il existe également des situations inverses. La femme mourait de faim depuis trop longtemps. Par conséquent, dans le contexte de la perturbation existante du métabolisme des glucides, la glycémie a légèrement diminué - pas suffisamment pour devenir normale, mais encore suffisamment pour être en dessous du seuil au-delà duquel le diagnostic de diabète sucré serait établi. Dans ce cas, un test de tolérance au glucose montrera que le métabolisme des glucides est en fait altéré et le patient recevra les soins médicaux nécessaires..

Qui a besoin d'une deuxième phase de dépistage?

Une femme peut quitter la première phase du dépistage des femmes enceintes avec l'une des trois conclusions suivantes:

  1. Pas de troubles du métabolisme des glucides, toutes les analyses sont normales.
  2. Il y a des violations, mais elles ne sont pas encore suffisamment importantes pour nécessiter une insulinothérapie.
  3. Diabète sucré gestationnel confirmé.

De toute évidence, dans le troisième cas, aucune deuxième phase n'est nécessaire. La femme a déjà reçu un diagnostic et subit le traitement nécessaire par un endocrinologue. Cela implique généralement la prescription de médicaments à base d'insuline.

Dans le second cas, un examen complémentaire est requis. Mais même avant la deuxième phase, le patient est activement surveillé. Elle reçoit des recommandations qui permettent, sans intervention médicamenteuse, d'obtenir une certaine amélioration du métabolisme des glucides. Le patient se voit prescrire un régime pauvre en glucides. La mesure dynamique des niveaux glycémiques et la surveillance de l'état du fœtus sont également présentées.

La deuxième phase de diagnostic est réalisée pour toutes les femmes sans exception, si elles n'ont pas reçu de diagnostic de diabète sucré. Un examen est nécessaire même si les tests sanguins de la première phase du dépistage étaient parfaits. Le moment optimal pour la deuxième phase du diagnostic est de 24 à 28 semaines. Durée maximale - jusqu'à 32 semaines.

Comment se déroule la deuxième phase de l'examen?

Une femme vient à la clinique et passe un test de tolérance au glucose. Elle boit 75 grammes de glucose.

Elle a un test sanguin trois fois:

  • avec l'estomac vide;
  • une heure après avoir consommé du glucose;
  • Dans 2 heures.

Est-il possible de déterminer la glycémie non pas trois fois, mais seulement une ou deux? Oui, cela arrive parfois. Mais vous ne devriez pas vous réjouir d'une telle situation. Parce que les deuxième ou troisième tests sanguins ne sont annulés que si un ou deux suffisent à établir un diagnostic de diabète. Les femmes en bonne santé ou les patients présentant des troubles mineurs du métabolisme des glucides donnent toujours du sang trois fois.

L'interprétation des résultats n'est pas du tout difficile. Par conséquent, le diagnostic de diabète gestationnel peut être posé par un gynécologue ou un thérapeute. Les services d'un endocrinologue ne sont pas nécessaires pour cela. Mais l'endocrinologue participe en outre à la prise en charge de la femme enceinte. Après tout, c'est lui qui est chargé de normaliser le métabolisme des glucides avant la naissance du bébé..

Préparation au test de tolérance au glucose

Pour que le diagnostic soit réussi et donne des résultats précis, vous devez vous y préparer correctement. Pour cela, tous les facteurs provoquant des fluctuations de la glycémie sont exclus. Règles fondamentales:

  • dans les 3 jours précédant le test, un régime alimentaire régulier est requis, avec une teneur en glucides dans le régime alimentaire d'au moins 150 g par jour;
  • l'analyse est effectuée le matin, à jeun;
  • la période de jeûne doit être d'au moins 8 heures;
  • les tests ne sont pas effectués si la femme enceinte meurt de faim depuis plus de 14 heures, vous ne pouvez donc pas refuser le dîner (cela peut conduire à un test faux négatif - le diabète existant ne sera pas détecté);
  • le dernier repas doit contenir au moins 30 g de glucides (par exemple, vous ne pouvez pas souper avec uniquement des œufs brouillés et de la viande);
  • vous pouvez boire de l'eau en toute quantité.

Le jour du test de tolérance au glucose, la femme ne doit pas fumer. Si possible, vous devez arrêter de prendre des médicaments qui peuvent modifier votre glycémie ou prendre ces médicaments après avoir pris du sang. Ceux-ci inclus:

  • préparations de fer (prescrites pour l'anémie);
  • bêtabloquants (utilisés principalement pour l'insuffisance cardiaque ou l'hypertension artérielle);
  • multivitamines;
  • glucocorticoïdes (utilisés pour les maladies auto-immunes);
  • bêta-adrénomimétiques (utilisés dans le traitement de l'asthme bronchique).

Vous ne devez pas vous rendre à la clinique et effectuer un test de tolérance au glucose dans le contexte d'une toxicose précoce, d'une maladie inflammatoire aiguë, d'une exacerbation de pathologies chroniques (principalement la pancréatite). Vous ne pouvez pas être testé si votre activité physique est temporairement limitée. L'observance du repos au lit pendant une longue période modifie l'état du métabolisme des glucides. Par conséquent, les tests ne peuvent être effectués que 2-3 jours après l'activation d'une femme enceinte..

Analyses supplémentaires

Le diabète sucré n'est pas le même pour tout le monde. Pour certains, les troubles du métabolisme des glucides sont plus prononcés, pour d'autres, plus faibles. Certains développent de graves complications, tandis que d'autres peuvent facilement compenser les troubles.

Avec un test de tolérance au glucose positif, le médecin prescrit toujours des examens supplémentaires. Il est important d'évaluer votre glycémie au cours des derniers mois. C'est l'un des principaux facteurs pronostiques permettant de comprendre le risque de complications fœtales et le traitement nécessaire..

Le test sanguin le plus couramment utilisé pour l'hémoglobine glyquée. Une augmentation de son niveau indique un risque élevé de complications vasculaires, de pathologie de la grossesse et du fœtus. Dans la plupart des cas, cet indicateur suffit amplement pour tirer les conclusions nécessaires. Seulement dans certaines situations, la détermination de l'hémoglobine glyquée peut donner des résultats erronés:

  • anémie ferriprive (fréquente pendant la grossesse);
  • hémoglobinopathie;
  • saignement au cours des 2-3 derniers mois;
  • transfusion sanguine.

Par conséquent, il existe parfois un écart entre le taux d'hémoglobine glyquée, l'état clinique de la femme enceinte et de son enfant à naître. Il se trouve que le test de tolérance au glucose et l'hémoglobine glyquée sont normaux, et la cardiotocographie et l'échographie montrent des violations significatives résultant de la décompensation du métabolisme des glucides..

Dans de tels cas, d'autres analyses de clarification sont utilisées:

  • évaluation du taux sanguin d'albumine glyquée;
  • détermination des fructosamines (une protéine formée par la réaction du glucose avec les protéines plasmatiques) - fournit des informations sur l'état du métabolisme des glucides au cours des 3 dernières semaines.

La seconde analyse est moins préférable. Des études montrent qu'il a moins de corrélation avec les résultats des tests de tolérance au glucose en début de grossesse. Par conséquent, ce n'est pas très précis. De plus, le taux de fructosamine change en fonction du moment de la gestation, indépendamment de la présence ou de l'absence de métabolisme glucidique altéré..

Le diabète gestationnel est une condition dangereuse qui menace principalement l'état du fœtus. Il doit être diagnostiqué à temps pour que la femme enceinte puisse recevoir un traitement. Pour ce faire, assurez-vous de passer tous les tests prescrits par votre médecin et de passer le test de tolérance au glucose en temps opportun..