Kyste pancréatique

Le pancréas est la plus grande de toutes les glandes présentes dans le corps humain. Il remplit des fonctions très importantes - il synthétise les enzymes digestives et régule les processus métaboliques. Dans le même temps, il est le plus exposé au stress, à la suite de quoi il devient souvent enflammé et des processus pathologiques commencent à se développer, ce qui conduit souvent à la formation de formations kystiques sur la glande. Le traitement d'un kyste pancréatique est un processus très complexe et chronophage qui ne se passe presque jamais sans intervention chirurgicale. Et comment le kyste pancréatique se manifeste et comment il est traité exactement, vous allez maintenant le découvrir.

Les raisons

Un kyste pancréatique est une masse creuse qui peut se former sur la tête, la queue ou le corps d'un organe. À l'intérieur, en règle générale, contient des substances enzymatiques et à l'extérieur, une coquille dense. Mais malgré cela, sous l'influence de certains facteurs, la membrane du kyste peut éclater, ce qui entraînera la libération de son contenu dans la cavité abdominale. Et c'est très dangereux, car lorsque des substances enzymatiques sont libérées dans la cavité abdominale, non seulement des dommages à l'intégrité et à la fonctionnalité d'autres organes internes peuvent survenir, mais également le développement d'un abcès.

Et si nous parlons des raisons pouvant provoquer la formation d'un kyste à la surface du pancréas, il convient tout d'abord de distinguer diverses maladies du tractus gastro-intestinal, ce qui entraîne une violation de l'écoulement du suc pancréatique et une inflammation du pancréas..

Souvent, un kyste de la tête du pancréas ou d'une autre partie de celui-ci apparaît dans le contexte d'une prédisposition héréditaire. Cependant, ces formations atteignent très rarement de grandes tailles et entraînent de graves complications..

En outre, l'apparition d'un tel néoplasme peut survenir en raison de:

  • malnutrition (consommation excessive d'aliments gras, frits, salés, épicés et fumés);
  • tabagisme, alcoolisme ou toxicomanie;
  • traumatisme au pancréas, qu'une personne peut subir à la suite d'une chirurgie, d'une bosse ou d'une ecchymose.

Mais malgré le fait que divers facteurs peuvent provoquer la formation d'un kyste, le plus souvent les «coupables» dans cette affaire sont des maladies qui entraînent le blocage des voies biliaires. Parmi eux se trouvent:

  • pancréatite aiguë et chronique;
  • la maladie du cholestérol, qui se caractérise par une augmentation du taux de «mauvais» cholestérol dans le sang et la formation de plaques de cholestérol dans les vaisseaux, conduisant à une circulation sanguine altérée;
  • hémorragie dans le parenchyme pancréatique.

Classification

Comme toute autre maladie, le kyste pancréatique a sa propre classification. Selon la structure, il est divisé en deux types:

  • pseudokyste ou pseudokyste, qui se forme après les maladies transférées du tube digestif;
  • un vrai kyste, qui diffère d'un faux par la présence d'une couche épithéliale interne (considérée comme une maladie congénitale).

De plus, les formations kystiques sur le pancréas sont subdivisées en fonction du lieu de leur apparition:

  • kyste corporel - diagnostiqué le plus souvent et conduit à un déplacement de l'estomac, ainsi que du côlon;
  • kyste de la queue - est considéré comme le plus "inoffensif", car son emplacement sur la queue de la glande ne conduit pas au déplacement des organes internes voisins et ne viole pas leur fonctionnalité;
  • kyste de la tête - est rare parmi la population et provoque non seulement le déplacement du duodénum, ​​mais également sa constriction, ce qui conduit à la stagnation de celui-ci.

En outre, les formations kystiques peuvent avoir un caractère différent, elles sont donc également subdivisées en:

  • bénigne (plus facile que d'autres à traiter et, avec un traitement opportun et adéquat, entraîne rarement des complications);
  • maligne (contient des cellules cancéreuses et peut métastaser vers les organes voisins);
  • précancéreuses (ces formations sont bénignes, mais contiennent également des cellules cancéreuses, par conséquent, la détection tardive de ces kystes et l'absence de leur traitement conduit au cancer).

Et en parlant des autres types de kystes pancréatiques, il convient de noter qu'ils sont également subdivisés par taille. Ils sont petits (dans ce cas, la taille de la formation ne dépasse pas 2 cm de diamètre) et grands (peuvent atteindre 10 cm ou plus de volume).

Symptômes

Lorsqu'un kyste survient sur le pancréas, les manifestations cliniques dépendent directement de sa taille. S'il est petit, les symptômes exprimés du développement de processus pathologiques sont généralement absents. Cela s'explique par le fait que les petits kystes n'exercent pas de pression sur les organes voisins et n'interfèrent pas avec leur fonctionnement normal..

Cependant, si plusieurs kystes se forment à la fois à la surface du pancréas, dans ce cas, les symptômes ont le même caractère que dans les grosses tumeurs, causées par une augmentation de l'organe lui-même. Dans ce cas, une personne développe les symptômes suivants d'un kyste pancréatique:

  • douleur dans l'estomac, l'hypochondre droit ou gauche (la localisation du syndrome douloureux dépend de l'emplacement du kyste);
  • la faiblesse;
  • diminution de l'appétit;
  • diminution du poids corporel;
  • épisodes fréquents de nausées et de vomissements.

De plus, il peut être soit paroxystique, c'est-à-dire qu'il ne peut survenir qu'après exposition à certains facteurs (par exemple, après un effort physique, manger, etc.), soit être permanent.

Diagnostique

Étant donné que les petits kystes ne sont presque jamais accompagnés de symptômes graves et que les gros kystes sont caractérisés par une clinique, ce qui se produit également souvent avec le développement d'autres maladies, afin de poser un diagnostic précis et de déterminer avec d'autres méthodes de traitement, il est nécessaire de subir un examen complet. En règle générale, il comprend:

  • examen endoscopique du pancréas, duodénum 12, de l'estomac;
  • test sanguin biochimique;
  • analyse générale de l'urine et du sang;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • tomodensitométrie (réalisée dans les cas graves, par exemple, lorsqu'une cystofibrose est détectée chez un patient).

Traitement

Pour éviter les complications d'un kyste postnécrotique, il est nécessaire de commencer à le traiter immédiatement après son diagnostic. Cependant, dans ce cas, l'utilisation de médicaments ne donnera aucun résultat, car de telles formations n'ont pas la propriété d'auto-absorption. Par conséquent, dans ce cas, seule la chirurgie vient à la rescousse. L'opération peut être réalisée de plusieurs manières:

  • néoplasmes sclérosants;
  • drainage par ponction du kyste.

Dans le premier cas, le traitement d'un kyste pancréatique implique l'utilisation d'un médicament spécial - un sclérosant, qui est injecté directement dans la cavité du néoplasme, en collant ses parois ensemble.

Dans le deuxième cas, le kyste est retiré, après quoi un drainage est installé. Le drainage est très important, car il assure l'écoulement normal du liquide de la glande et empêche sa congestion. Si la formation kystique a provoqué la déformation de l'organe ou l'apparition de cellules cancéreuses, pendant l'opération, une résection partielle du pancréas peut également être réalisée. Cependant, dans ce cas, ils ont le plus souvent recours à la méthode laparoscopique pour effectuer l'opération..

Cette méthode d'intervention chirurgicale a de très bonnes critiques et est considérée comme la moins traumatisante, car au cours de celle-ci, seules quelques piqûres sont effectuées dans la projection de la glande, à travers lesquelles toutes les mesures nécessaires sont prises, à savoir, le contenu du kyste est aspiré, ses parois et les zones touchées de l'organe sont enlevées.

En règle générale, le traitement postopératoire standard comprend:

  • prendre des analgésiques et des médicaments antispasmodiques qui éliminent les sensations douloureuses dans le pancréas et préviennent les spasmes;
  • prendre des préparations enzymatiques qui contribuent à une digestion normale;
  • les aliments diététiques, qui assurent l'élimination de la charge excessive sur le pancréas;
  • limiter l'activité physique pendant les 3 à 5 premiers mois après la chirurgie.

Important! Si vous ne suivez pas toutes ces règles pendant la période postopératoire, les conséquences négatives ne sont pas exclues. Après l'opération, des processus inflammatoires se développent dans l'organe, ce qui peut entraîner non seulement son dysfonctionnement, mais également la re-formation de formations kystiques, ce qui nécessitera une intervention chirurgicale répétée.

Un régime pour un kyste pancréatique est prescrit immédiatement après la chirurgie. Dans ce cas, les premiers jours, il est généralement interdit au patient de manger quoi que ce soit. Vous ne pouvez boire qu'un peu d'eau. Si l'état du patient s'améliore, après 2-3 jours, il est autorisé à manger. Seule l'introduction de tous les produits alimentaires doit avoir lieu progressivement et en très petites quantités.

Dans ce cas, le régime alimentaire doit être observé pendant 4 à 7 semaines après la grève de la faim. Il peut inclure:

  • viande maigre bouillie;
  • poisson à la vapeur;
  • céréales (des soupes et des céréales en sont préparées);
  • soupes de légumes (vous ne pouvez pas les faire cuire dans un bouillon de viande, de poisson ou de champignons);
  • produits laitiers et laitiers fermentés.

Après l'opération, le patient doit nécessairement exclure du régime:

  • aliments gras et frits;
  • cornichons;
  • viandes fumées;
  • produits à base de farine;
  • confiserie;
  • sauces et condiments chauds;
  • boissons gazeuses et alcoolisées;
  • thé et café forts.

Pour accélérer le processus de restauration de la fonctionnalité du pancréas après l'opération, il est également recommandé d'effectuer un traitement avec des remèdes populaires. Cependant, avant cela, vous devez absolument consulter votre médecin. En règle générale, dans ce cas, diverses décoctions et infusions sont utilisées, à base d'herbes médicinales - chélidoine, achillée millefeuille, groseille, calendula et airelle.

Complications possibles

Toute personne à qui on a diagnostiqué cette maladie doit savoir à quel point un kyste du pancréas est dangereux et à quoi peut conduire le report constant de son traitement. Avec un traitement intempestif, les complications suivantes peuvent survenir:

  • rupture de la membrane kystique et ouverture d'un saignement interne;
  • suppuration avec développement ultérieur d'un abcès;
  • formation de fistule;
  • fibrose kystique;
  • fistules qui créent une sorte de "passages" dans la cavité abdominale, le long desquels les substances enzymatiques commencent à "marcher".

Mais il convient de noter que si une personne a reçu un diagnostic de kyste et qu'elle a immédiatement commencé le traitement, en respectant toutes les règles du régime alimentaire et en prenant régulièrement des médicaments, elle a toutes les chances d'éviter l'apparition de telles complications. Et comme le montrent de nombreuses années de pratique, c'est vraiment le cas.

Prévoir

Un pronostic défavorable est établi dans les cas où les patients viennent chez le médecin trop tard, c'est-à-dire que le kyste est volumineux et conduit à un dysfonctionnement des organes voisins, ou qu'il est malin et a provoqué le développement d'un cancer. Dans ce dernier cas, il devient très difficile de se débarrasser de la maladie et nécessite non seulement une intervention chirurgicale, mais également une radiothérapie..

La prévention

Comme vous le savez, il est toujours plus facile de prévenir le développement d'une maladie que de la traiter. Et le kyste pancréatique ne fait pas exception. Pour éviter son apparition, chaque personne a besoin:

  • mange correctement;
  • faire du sport;
  • suivre la routine quotidienne;
  • exclure la suralimentation la nuit;
  • se débarrasser des mauvaises habitudes;
  • traiter en temps opportun les maladies du tube digestif.

Il faut comprendre qu'un kyste pancréatique est une pathologie très grave pouvant entraîner une invalidité ou une mort inattendue. Par conséquent, en aucun cas, il ne doit être retardé avec son traitement.!

Chirurgie d'ablation des kystes pancréatiques, indications et conséquences possibles

Une intervention chirurgicale opportune pour enlever le kyste pancréatique est non seulement une occasion de se débarrasser des crises douloureuses, mais aussi la prévention du cancer. Après tout, tout kyste peut éventuellement se transformer en une tumeur maligne. Comment identifier les problèmes de pancréas et dans quels cas un traitement conservateur peut être évité?

Le tableau clinique de la pathologie

Le pancréas est activement impliqué dans le processus de digestion, produisant les enzymes nécessaires. La présence d'un kyste dessus affecte négativement la fonction sécrétoire, à cause de laquelle une personne commence à avoir des problèmes avec le tractus gastro-intestinal. Les principaux symptômes sont des crampes après avoir mangé des aliments lourds, gras ou épicés.

Peu à peu, les douleurs apparaissent de plus en plus souvent et deviennent plus fortes. Ce sont des attaques de ceinture, à partir desquelles une personne se plie littéralement en deux. À cela s'ajoutent d'autres symptômes: nausées et vomissements, ballonnements et diarrhée. Mais même si les selles sont de consistance normale, elles sont très grasses et avec une odeur fétide piquante..

Si vous ne voyez pas de médecin à ce stade, la condition commencera à s'aggraver. Une faiblesse générale sera présente en permanence, une lourdeur apparaîtra dans l'hypocondre gauche, la peau et la sclérotique oculaire peuvent jaunir et les mictions deviendront plus fréquentes. Dans les cas d'urgence, lorsque le kyste est très gros ou a percé, un coma peut survenir.

Au fait! La saillie de l'abdomen en avant sous le sternum est un autre signe d'un gros kyste dans le pancréas. En appuyant sur le renflement, le patient ressent de la douleur.

Indications pour l'élimination des kystes

Les kystes pancréatiques n'ont pas toujours besoin d'être enlevés chirurgicalement. Par exemple, un pseudokyste, qui survient comme une complication après une pancréatite aiguë, dérange le patient avec une douleur paroxystique pendant plusieurs jours. Ensuite, ils disparaissent et la formation kystique se résout sans aucun traitement. Si le kyste est une conséquence d'une pancréatite chronique, il ne disparaîtra pas, mais augmentera constamment.

Une indication importante pour l'ablation chirurgicale est la taille du kyste. On considère qu'une intervention chirurgicale est nécessaire si la formation est supérieure à 5 cm, car elle représente 25% de la longueur du pancréas. En outre, le kyste doit être retiré de toute urgence s'il présente un caractère tumoral, préalablement déterminé par échographie ou IRM.

Au fait! Les symptômes sévères ne sont pas une indication absolue pour l'élimination des kystes car ils peuvent être temporaires. Dans ce cas, la douleur est soulagée par des antispasmodiques et le tube digestif est soutenu par un régime..

En fonction de la nature de la formation kystique (simple ou compliquée de fistules, perforation, malignité) et de sa localisation, il existe deux méthodes de traitement chirurgical: la résection et le drainage.

Élimination du kyste de la tête du pancréas

Très rarement (environ 17% des cas), un kyste est localisé dans la tête de l'organe. C'est la zone adjacente au duodénum, ​​de sorte que la formation kystique peut également la comprimer. Et si la pression est trop forte, une opération peut être prescrite pour un kyste de trois centimètres. Il ne suffit pas de supprimer une formation kystique seule, car, d'une part, le risque de récidive restera, et, d'autre part, la tête est déjà affectée et ne pourra plus fonctionner normalement..

S'il s'agit d'une formation kystique calme avec un contenu non enflammé et que la tête elle-même n'est pas affectée, le drainage est effectué selon l'une des trois méthodes..

  1. Cystoejuanastomose. Une connexion artificielle est établie entre le kyste et le jéjunum. Mais du kyste, le contenu est préalablement retiré, en l'excisant le long du bord inférieur. Par la suite, une incision de même longueur est pratiquée dans le jéjunum. Les deux trous obtenus sont cousus ensemble pour qu'ils communiquent entre eux.
  2. Cystogastroanastomose. Connectez le kyste à l'une des parois de l'estomac selon le même principe que pour la cystojéjuanastomose.
  3. Cystoduodénoanastomose. Connectez le kyste à l'une des parois du duodénum.

Les objectifs de ces opérations: créer un message de formation kystique avec l'un des organes excréteurs, afin que le contenu pathologique ne s'accumule pas, mais ressorte immédiatement. L'avantage du drainage interne est la capacité à préserver le pancréas. Mais il y a aussi des inconvénients. Le reflux n'est pas exclu - le jet du contenu de l'intestin dans la cavité du kyste. Ceci est lourd de suppuration et d'inflammation. Et si les points de suture sont mal appliqués, le contenu peut s'écouler librement dans la cavité abdominale..

Un kyste avancé de la tête pancréatique peut être retiré en utilisant la technique de Whipple. Il s'agit de la résection pancréatoduodénale, qui nécessite une excision de la tête et des zones adjacentes du duodénum, ​​de l'estomac et de la vésicule biliaire. Cela se fait de manière ouverte ou par laparoscopie. Après l'opération, un drainage doit être installé.

Élimination du kyste de la queue du pancréas

Les kystes caudaux surviennent dans environ 38% des cas. Et en raison de l'emplacement éloigné de la queue du pancréas des organes importants du tractus gastro-intestinal, la méthode optimale de traitement chirurgical est la résection de la formation kystique avec une partie de la glande. Dans 90% des cas, un kyste de la queue pancréatique affecte la rate, il est donc également éliminé. L'opération s'appelle splénectomie.

Pour une telle intervention, il est préférable d'utiliser la méthode laparoscopique. Si cela n'est pas possible en raison de contre-indications ou en raison du manque d'équipement nécessaire, une résection ouverte est effectuée. Une installation de drainage postopératoire est requise.

Élimination du kyste pancréatique

La localisation la plus courante des kystes sur le pancréas est son corps (45% des cas). Dans ce cas, l'estomac et le côlon souffrent, c'est donc sur eux que de grandes formations kystiques sont pressées. Si la condition fonctionne, vous devez retirer complètement l'organe. Si la formation kystique n'est compliquée par rien, il est possible d'effectuer un drainage.

Conséquences possibles des opérations

Pendant les 10 premiers jours à l'hôpital, tous les patients reçoivent un traitement antibactérien et anti-inflammatoire. En cas de douleur intense, des analgésiques et des antispasmodiques sont également prescrits. Avec une résection complète du pancréas, une insulinothérapie est également nécessaire, ainsi que la nomination d'enzymes qu'une personne prendra à vie.

Au fait! La période postopératoire est la plus facilement tolérée par les patients qui avaient un kyste sur la queue du pancréas. Dans les deux autres cas, la rééducation est longue et difficile.

Les complications après élimination de la formation kystique du pancréas ne sont pas exclues. Ça peut être:

  • saignement;
  • processus inflammatoires dans la cavité abdominale;
  • traumatisme des organes voisins avec développement d'une nécrose partielle des tissus;
  • dommages aux troncs nerveux;
  • développement de maladies: diabète sucré, thromboembolie.

La probabilité de développer de telles complications est accrue chez les personnes en surpoids, présentant des pathologies du cœur et des vaisseaux sanguins, ainsi que chez celles qui abusent de l'alcool. En outre, des conséquences négatives peuvent survenir des mois et des années après l'opération si le patient ne suit pas de régime ou de médicaments. Les symptômes seront les mêmes: crampes, troubles des selles, vomissements. Mais cela peut entraîner des conséquences plus graves qu'en présence d'un kyste..

Récupération après la chirurgie

Quel que soit le type d'intervention, les fonctions du pancréas seront partiellement altérées. Par conséquent, le patient devra maintenir un régime. Le premier jour, le jeûne thérapeutique est montré, puis des boissons aux fruits, des jus de fruits, des céréales, des plats râpés sont progressivement ajoutés. Pour le mois prochain, la nourriture sera soumise à des restrictions strictes: rien d'épicé, de gras, de frit, de fumé, d'épicé. L'alcool est exclu.

La prévention des kystes pancréatiques consiste en une bonne nutrition. La malbouffe (ses caractéristiques sont énumérées ci-dessus) est autorisée, mais dans des limites raisonnables. Vous devez également écouter votre corps et, en particulier, votre estomac. Si vous commencez périodiquement à tourmenter la douleur dans la région épigastrique, vous devez immédiatement consulter un médecin. Il peut être possible d'arrêter la pathologie (y compris le néoplasme kystique) à un stade précoce, en s'en débarrassant de manière conservatrice.

Opérations sur le pancréas: indications, types, pronostic

Le pancréas est un organe unique en ce sens qu'il est à la fois une glande de sécrétion externe et interne. Il produit des enzymes nécessaires à la digestion et à la pénétration intestinale par les canaux excréteurs, ainsi que des hormones qui vont directement dans le sang.

Le pancréas est situé à l'étage supérieur de la cavité abdominale, directement derrière l'estomac, par voie rétropéritonéale, assez profond. Il est classiquement divisé en 3 parties: la tête, le corps et la queue. Il appartient à de nombreux organes importants: le duodénum se plie autour de la tête, sa face postérieure est étroitement adjacente au rein droit, la glande surrénale, l'aorte, la veine cave supérieure et inférieure, de nombreux autres vaisseaux importants, la rate.

structure du pancréas

Le pancréas est un organe unique, non seulement en termes de fonctionnalité, mais également en termes de structure et de localisation. C'est un organe parenchymateux, composé de tissu conjonctif et glandulaire, avec un réseau dense de canaux et de vaisseaux.

De plus, on peut dire que cet organe est mal compris en termes d'étiologie, de pathogenèse et, par conséquent, de traitement des maladies qui l'affectent (cela est particulièrement vrai pour la pancréatite aiguë et chronique). Les médecins se méfient toujours de ces patients, car l'évolution des maladies pancréatiques ne peut jamais être prédite.

Une telle structure de cet organe, ainsi que sa position incommode, le rendent extrêmement gênant pour les chirurgiens. Toute intervention dans ce domaine est lourde de développement de nombreuses complications - saignements, suppuration, rechute, libération d'enzymes agressives à l'extérieur de l'organe et fusion des tissus environnants. Par conséquent, nous pouvons dire que le pancréas n'est opéré que pour des raisons de santé - lorsqu'il est clair qu'aucune autre méthode ne peut soulager l'état du patient ou empêcher sa mort..

Indications d'intervention chirurgicale

  • Inflammation aiguë avec nécrose pancréatique et péritonite.
  • Pancréatite nécrosante suppurée (indication absolue de la chirurgie d'urgence).
  • Abcès.
  • Blessure hémorragique.
  • Les tumeurs.
  • Kystes et pseudokystes, qui sont accompagnés de douleur et d'un écoulement altéré.
  • Pancréatite chronique avec syndrome douloureux sévère.

Types d'opérations sur le pancréas

  1. Nécrectomie (élimination des tissus morts).
  2. Résection (retrait d'une partie d'un organe). S'il est nécessaire de retirer la tête, une résection pancréatoduodénale est réalisée. Pour implication de la queue et du corps, résection distale.
  3. Pancréatectomie totale.
  4. Drainage des abcès et des kystes.

Opérations pour la pancréatite aiguë

Il faut dire qu'il n'y a pas de critères uniformes pour les indications chirurgicales de la pancréatite aiguë. Mais il y a plusieurs complications redoutables, où les chirurgiens sont unanimes: la non-intervention entraînera inévitablement la mort du patient. L'intervention chirurgicale est utilisée pour:

  • Nécrose pancréatique infectée (fusion purulente des tissus glandulaires).
  • Inefficacité du traitement conservateur dans les deux jours.
  • Abcès pancréatiques.
  • Péritonite purulente.

La suppuration de la nécrose pancréatique est la complication la plus redoutable de la pancréatite aiguë. Avec la pancréatite nécrosante, elle survient dans 70% des cas. Sans traitement radical (chirurgie), la mortalité approche les 100%.

La chirurgie de la nécrose pancréatique infectée est la laparotomie ouverte, la nécrectomie (élimination des tissus morts), le drainage du lit postopératoire. En règle générale, très souvent (dans 40% des cas), une laparotomie répétée après un certain temps est nécessaire pour retirer le tissu nécrotique reformé. Parfois pour cela, la cavité abdominale n'est pas suturée (laissée ouverte); à risque de saignement, le site de retrait de la nécrose est temporairement tamponné.

Cependant, récemment, l'opération de choix pour cette complication est la nécrectomie associée à un lavage postopératoire intensif: après le retrait des tissus nécrotiques, des tubes de drainage en silicone sont laissés dans le champ postopératoire, à travers lesquels un lavage intensif avec des antiseptiques et des solutions antibiotiques est effectué, avec aspiration active simultanée (aspiration).

Si la cause de la pancréatite aiguë est une cholélithiase, une cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire) est effectuée en même temps.

à gauche: cholécystectomie laparoscopique, à droite: cholécystectomie ouverte

Les méthodes mini-invasives, telles que la chirurgie laparoscopique, ne sont pas recommandées pour la nécrose pancréatique. Il ne peut être utilisé que comme mesure temporaire chez les patients très sévères pour réduire l'œdème..

Les abcès pancréatiques surviennent dans un contexte de nécrose limitée lorsqu'une infection entre ou dans la période éloignée avec suppuration d'un pseudokyste.

Le but du traitement, comme tout abcès, est d'ouvrir et de drainer. L'opération peut être effectuée de plusieurs manières:

  1. Méthode publique. Une laparotomie est réalisée, l'abcès est ouvert et sa cavité est drainée jusqu'à ce qu'elle soit complètement dégagée..
  2. Drainage laparoscopique: sous le contrôle d'un laparoscope, un abcès est ouvert, des tissus non viables sont prélevés et des canaux de drainage sont mis en place, comme pour une nécrose pancréatique étendue.
  3. Drainage interne: L'abcès est ouvert par l'arrière de l'estomac. Une telle opération peut être réalisée soit par accès laparotomie, soit par voie laparoscopique. Résultat - la libération du contenu de l'abcès se produit à travers la fistule artificielle formée dans l'estomac. Le kyste est progressivement oblitéré, l'ouverture fistuleuse est resserrée.

Opérations pour les pseudokystes du pancréas

Les pseudokystes dans le pancréas se forment après la résolution d'un processus inflammatoire aigu. Un pseudokyste est une cavité sans membrane formée, remplie de suc pancréatique.

Les pseudokystes peuvent être assez gros (plus de 5 cm de diamètre), ils sont dangereux car:

  • Peut presser les tissus environnants, les conduits.
  • Causer des douleurs chroniques.
  • La suppuration et la formation d'abcès sont possibles.
  • Le contenu du kyste contenant des enzymes digestives agressives peut provoquer une érosion vasculaire et des saignements.
  • Enfin, le kyste peut éclater dans la cavité abdominale.

Ces gros kystes, accompagnés de douleur ou de compression des conduits, doivent être rapidement retirés ou drainés. Les principaux types d'opérations pour les pseudokystes:

  1. Drainage de kyste externe percutané.
  2. Excision du kyste.
  3. Drainage interne. Principe - créer une anastomose du kyste avec l'estomac ou l'anse intestinale.

Résection du pancréas

La résection est l'ablation d'une partie d'un organe. La résection du pancréas est réalisée le plus souvent lorsqu'elle est endommagée par une tumeur, avec des blessures, moins souvent avec une pancréatite chronique.

En raison des caractéristiques anatomiques de l'apport sanguin au pancréas, l'une des deux parties peut être retirée:

  • La tête avec le duodénum (car ils ont un apport sanguin commun).
  • Distal (corps et queue).

Résection pancréatoduodénale

Une opération assez courante et bien établie (opération Whipple). Il s'agit de l'ablation de la tête du pancréas avec le duodénum enveloppant, la vésicule biliaire et une partie de l'estomac, ainsi que les ganglions lymphatiques situés à proximité. Il est le plus souvent pratiqué pour les tumeurs situées dans la tête du pancréas, le cancer de la papille de Vater, et également dans certains cas avec une pancréatite chronique.

En plus de retirer l'organe affecté ainsi que les tissus environnants, une étape très importante est la reconstruction et la formation de l'écoulement de la bile et de la sécrétion pancréatique du moignon pancréatique. Cette section du tube digestif est, pour ainsi dire, assemblée à nouveau. Plusieurs anastomoses sont créées:

  1. Sortie de l'estomac avec le jéjunum.
  2. Conduit du moignon pancréatique avec anse intestinale.
  3. Canal biliaire commun avec intestin.

Il existe une technique pour retirer le canal pancréatique non pas dans l'intestin, mais dans l'estomac (pancréatogastroanastomose).

Résection distale du pancréas

Elle est réalisée pour les tumeurs du corps ou de la queue. Il faut dire que les tumeurs malignes de cette localisation sont presque toujours inopérables, car elles se développent rapidement dans les vaisseaux intestinaux. Par conséquent, le plus souvent, une telle opération est effectuée pour les tumeurs bénignes. La résection distale est généralement réalisée en conjonction avec l'ablation de la rate. La résection distale est davantage associée au développement du diabète sucré en période postopératoire..

Résection distale du pancréas (ablation de la queue du pancréas avec la rate)

Parfois, le volume d'une transaction ne peut pas être prédit à l'avance. Si l'examen révèle que la tumeur est très répandue, une ablation complète de l'organe est possible. Cette opération s'appelle pancréatectomie totale.

Opérations pour la pancréatite chronique

La chirurgie de la pancréatite chronique est réalisée uniquement comme une méthode pour soulager l'état du patient.

  • Drainage des canaux (avec une altération sévère de la perméabilité des canaux, une anastomose avec le jéjunum est créée).
  • Résection et drainage des kystes.
  • Résection de la tête pour jaunisse obstructive ou sténose duodénale.
  • Pancréatectomie (avec syndrome douloureux persistant sévère, jaunisse obstructive) avec lésion totale des organes.
  • En présence de calculs dans les canaux pancréatiques qui empêchent l'écoulement des sécrétions ou provoquent une douleur intense, une opération de virsungotomie (dissection du canal et retrait de la pierre) ou un drainage du canal au-dessus du niveau d'obstruction (pancréatojéjunostomie) peut être réalisée.

Périodes préopératoires et postopératoires

La préparation à la chirurgie pancréatique n'est pas très différente de la préparation à d'autres opérations. La particularité est que les opérations sur le pancréas sont effectuées principalement pour des raisons de santé, c'est-à-dire uniquement dans les cas où le risque de non-intervention est beaucoup plus grand que le risque de l'opération elle-même. Par conséquent, seule une condition très grave du patient est une contre-indication à de telles opérations. Les chirurgies du pancréas sont effectuées uniquement sous anesthésie générale.

Après une intervention chirurgicale sur le pancréas, pendant les premiers jours, une nutrition parentérale est effectuée (des solutions nutritives sont introduites par un compte-gouttes dans le sang), ou pendant l'opération, un tube intestinal est installé et des mélanges de nutriments spéciaux sont introduits à travers lui directement dans les intestins.

Après trois jours, il est possible de boire d'abord, puis de la nourriture semi-liquide en purée sans sel ni sucre.

Complications après des opérations sur le pancréas

  1. Complications inflammatoires purulentes - pancréatite, péritonite, abcès, septicémie.
  2. Saignement.
  3. Fuite anastomotique.
  4. Diabète.
  5. Digestion et absorption des aliments - syndrome de malabsorption.

Vie après résection ou ablation du pancréas

Le pancréas, comme déjà mentionné, est un organe très important et unique pour notre corps. Il produit un certain nombre d'enzymes digestives et seul le pancréas produit des hormones qui régulent le métabolisme des glucides - insuline et glucagon.

Cependant, il convient de noter que les deux fonctions de cet organe peuvent être compensées avec succès par une thérapie de substitution. Une personne ne pourra pas survivre, par exemple sans foie, mais sans pancréas avec un mode de vie correct et un traitement adéquatement sélectionné, elle peut bien vivre pendant de nombreuses années.

Quelles sont les règles de vie après des opérations sur le pancréas (surtout lorsqu'il s'agit de résection d'une partie ou de la totalité de l'organe)?

  • Respect strict du régime alimentaire jusqu'à la fin de la vie. Vous devez manger en petites portions 5 à 6 fois par jour. Les aliments doivent être facilement digestibles avec une teneur minimale en matières grasses.
  • Exclusion absolue de l'alcool.
  • Prendre des préparations enzymatiques dans un enrobage entérique, prescrit par un médecin.
  • Auto-surveillance de la glycémie. Le développement d'un diabète sucré lors de la résection d'une partie du pancréas n'est pas du tout une complication obligatoire. Selon diverses sources, il se développe dans 50% des cas..
  • Lors du diagnostic du diabète sucré - insulinothérapie selon les schémas prescrits par l'endocrinologue.

Habituellement, dans les premiers mois suivant la chirurgie, le corps ajuste:

  1. Le patient a tendance à perdre du poids.
  2. Sensation d'inconfort, de lourdeur et de douleur dans l'abdomen après avoir mangé.
  3. Les selles molles sont fréquentes (généralement après chaque repas).
  4. Il y a une faiblesse, un malaise, des symptômes de carence en vitamines dus à une malabsorption et des restrictions alimentaires.
  5. Lors de la prescription d'un traitement par insuline, des états hypoglycémiques fréquents sont d'abord possibles (il est donc recommandé de maintenir le taux de sucre au-dessus des valeurs normales).

Mais progressivement, le corps s'adapte à de nouvelles conditions, le patient apprend aussi l'autorégulation et la vie finit par revenir à la normale..

Ablation du kyste pancréatique: les conséquences de l'opération

Le pancréas est un organe très important, mais en même temps très vulnérable. Il nécessite une attention particulière et un traitement immédiat en cas de pathologies. Le pancréas sécrète du suc pancréatique, des enzymes et des hormones. La sécrétion d'hormones est une fonction purement endocrinienne.

Les jus et les enzymes, c'est-à-dire l'activité exocrine, sont très agressifs. Avec divers processus inflammatoires dans la glande, ils peuvent tourner leur fonction contre les cellules mêmes qui les sécrètent.

Une telle auto-agression se manifeste, par exemple, dans une pancréatite aiguë et conduit à une nécrose tissulaire. Souvent, seule une certaine zone de cellules saines fonctionnelles subit une nécrose, et par la suite, elle est limitée à la capsule nouvellement formée. Sous la capsule, la sécrétion du pancréas s'accumule, particules de tissu nécrotique. Voici comment se forme un kyste.

Classification des kystes en médecine

Par le mécanisme de survenue, les kystes sont divisés en vrai et faux.

Des kystes vrais ou congénitaux se trouvent dans le pancréas dès la naissance. Il s'agit d'un défaut de développement intra-utérin. La paroi d'un vrai kyste est tapissée de tissu épithélial de l'intérieur et eux-mêmes n'augmentent pas en taille. De telles pathologies sont très rares..

Les faux kystes se produisent une deuxième fois, c'est-à-dire après une maladie, une blessure ou une intervention chirurgicale antérieure du pancréas. Dans les couches de leurs parois, l'épithélium ne se trouve pas.

En fonction de la localisation possible de la cavité, les kystes sont classés comme suit:

  • kystes de la tête pancréatique - ils font saillie dans la cavité de la bourse omentale et peuvent presser le duodénum.
  • le corps de la glande est le plus souvent affecté par des kystes, cela conduit à un déplacement de l'estomac et du côlon.
  • les cavités peuvent être situées sur la queue, auquel cas il s'agit d'une localisation rétropéritonéale ou rétropéritonéale, c'est la moins dangereuse en termes de lésions des organes voisins.

Selon l'évolution clinique, les formations sont divisées en aiguë, subaiguë et abcès.

  1. Les pointus se forment très rapidement, clairement non limités. La cavité peut contenir des canaux pancréatiques, du parenchyme ou des fibres.
  2. Les kystes subaiguës ou chroniques apparaissent à partir de kystes aigus en raison du fait que les parois sont formées de tissu fibreux et de granulations qui se forment pendant le processus inflammatoire.
  3. Un abcès est une accumulation limitée de contenu purulent dans une cavité nouvellement formée.

Selon la présence de complications, les kystes peuvent être compliqués - avec des fistules, des hémorragies, des contenus purulents et des perforations et sans complication.

Pourquoi les kystes se produisent?

Comme mentionné ci-dessus, de faux kystes se forment à la suite de diverses maladies du pancréas..

Il existe des processus et des maladies qui conduisent presque toujours à des processus kystiques..

Ceux-ci inclus:

  • processus inflammatoires aigus (pancréatite);
  • traumatisme d'organe;
  • obstruction à court ou à long terme du canal excréteur (par exemple, maladie des calculs biliaires);
  • violation significative du mouvement du secret dans le conduit;
  • invasions helminthiques;
  • protozoaires;
  • processus oncologiques dans le pancréas.

En plus des raisons objectives, il existe un certain nombre de facteurs de risque ou de facteurs prédisposants.

Ces facteurs sont:

  1. Alcoolisme chronique;
  2. Obstruction des voies biliaires;
  3. En surpoids;
  4. Interventions chirurgicales reportées sur tout organe du tractus gastro-intestinal;

De plus, l'un des facteurs prédisposants courants est la présence d'un patient atteint de diabète sucré.

Les principaux symptômes du kyste

Les symptômes du kyste pancréatique se manifestent de différentes manières.

Ils dépendent de son type, de son emplacement, de sa taille.

Si la cavité est une et très petite, jusqu'à environ un demi-centimètre, elle n'a aucun effet négatif sur les organes, les vaisseaux et les troncs nerveux voisins.

Si le kyste est volumineux, les manifestations cliniques suivantes peuvent survenir:

  • une douleur très intense, le plus souvent de type ceinture, très vive, en plus de l'abdomen, est ressentie dans le bas du dos et sur les côtés;
  • vomissements qui n'apportent aucun soulagement;
  • violation des selles sous forme de diarrhée;
  • accumulation excessive de gaz dans l'abdomen (flatulences);
  • en plus de la diarrhée, une stéatorrhée est observée - la présence de gouttelettes graisseuses dans les selles en raison d'un manque d'enzyme lipase pancréatique;
  • une augmentation de la température corporelle à des nombres subfébriles;
  • faiblesse générale sévère;
  • une sensation de lourdeur dans la région épigastrique gauche;
  • la jaunisse peut parfois apparaître;
  • diurèse fréquente abondante;
  • bouche sèche persistante;
  • évanouissement.

Les trois derniers symptômes se produisent avec une altération sévère de la sécrétion d'insuline et sont des manifestations du diabète sucré. Chez environ la moitié des patients présentant un kyste situé sur la tête du pancréas et avec sa taille impressionnante, il est possible de déterminer visuellement la saillie de la paroi abdominale sous le sternum.

Méthodes de diagnostic des kystes

Avec des plaintes rappelant les symptômes considérés, les patients se tournent vers un gastro-entérologue.

Le médecin prescrit un certain nombre d'études de laboratoire et instrumentales.

Les méthodes de laboratoire comprennent un certain nombre d'études:

Analyse sanguine générale. Il révélera une augmentation de la vitesse de sédimentation érythrocytaire (ESR), un grand nombre de leucocytes (leucocytose).

Dans une analyse biochimique, une augmentation de la bilirubine est déterminée, c'est pourquoi la jaunisse se produit, ainsi qu'une augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline.

Analyse d'urine générale. L'urine peut contenir des protéines, qui ne devraient normalement pas être présentes, et des leucocytes, qui indiquent un processus inflammatoire.

Parmi les méthodes de recherche instrumentale sont utilisées:

  1. Procédure d'échographie. Il permet de voir la vraie taille des kystes, leur nombre et les complications éventuelles..
  2. La thérapie par résonance magnétique (IRM du pancréas) permet de visualiser plus clairement la structure de la formation et sa connexion avec les canaux de la glande.
  3. Recherche sur les radio-isotopes (scintigraphie).
  4. Radiographie simple des organes abdominaux.

De plus, une biopsie du tissu glandulaire est réalisée.

Traitement du kyste pancréatique

Un kyste du pancréas fait l'objet d'un traitement médical et chirurgical.

La prise de médicaments pour plusieurs kystes est rarement efficace, de sorte que les patients sont immédiatement référés à la chirurgie.

En outre, les opérations sont indiquées pour les kystes malins, même s'ils sont très petits, car ils peuvent métastaser à n'importe quel organe.

Les types d'interventions chirurgicales suivants sont pratiqués sur le pancréas:

  1. Drainage du kyste - d'abord, la cavité est perforée, tout le liquide accumulé en est pompé, puis un drainage est placé - un tube spécial à travers lequel une sortie constante du contenu se produira.
  2. Sclérothérapie - une solution chimiquement active est injectée dans le kyste, par exemple de l'alcool éthylique, mais seulement après que la cavité a été vidée. Après cette procédure, le tissu conjonctif apparaît sur le site du kyste et ferme le défaut.
  3. Résection, c'est-à-dire élimination complète des zones touchées.
  4. La chirurgie laparoscopique est réalisée par deux petites incisions dans la cavité abdominale à travers lesquelles une caméra est insérée pour visualiser pleinement le processus. Elle est la moins traumatisante.
  5. Opération de Frey - elle consiste à retirer la tête et à créer un pontage entre le pancréas et le duodénum.

Les conséquences de l'ablation d'un kyste pancréatique comprennent des troubles digestifs dus à un manque d'enzymes pancréatiques, une pancréatite postopératoire, des saignements et le diabète..

Étant donné que les aliments doivent être digérés, il est nécessaire de prendre des préparations enzymatiques, telles que Creon, Mezim-Forte, Pangrol. De plus, vous devez suivre un régime alimentaire spécifique. Les patients après les manipulations transférées doivent être exclus du régime alimentaire composé d'aliments gras, frits, fumés, salés, d'épices et d'alcool. Tous les repas doivent être bien cuits ou cuits à la vapeur. Ils sont mieux servis à température ambiante, mais pas trop froid ni trop chaud. Il est recommandé de manger plus de légumes, de fruits, de pain sec, de pâtes, de compotes de fruits et de baies, de produits laitiers, de viande et de poisson maigres, de biscuits sans sucre. Le régime doit comprendre 5 à 6 repas en même temps en petites portions.

Si au moins certains des signes d'un kyste pancréatique apparaissent, consultez immédiatement un médecin afin de traiter la pathologie à temps. Dans la mesure du possible, menez une vie saine et prenez soin de votre corps.

Comment les kystes et les tumeurs malignes du pancréas se manifestent dans la vidéo de cet article.

Kyste pancréatique: symptômes, diagnostic, traitement

Un kyste pancréatique (code ICD10 - K86.2) est une cavité entourée d'une capsule et remplie de liquide. Les kystes postnécrotiques sont la forme morphologique la plus courante de lésions kystiques du pancréas. À l'hôpital Yusupov, les médecins détectent les kystes dans le pancréas grâce à l'utilisation de méthodes de diagnostic instrumentales modernes: échographie (échographie), cholangiopancréatographie rétrograde, imagerie par résonance magnétique (IRM), tomodensitométrie (TDM). Les patients sont examinés à l'aide des derniers équipements de diagnostic des principaux fabricants mondiaux.

Le nombre de patients diagnostiqués avec des lésions kystiques du pancréas a considérablement augmenté ces dernières années. Ceci est facilité par une augmentation indomptable de l'incidence de la pancréatite aiguë et chronique, une augmentation du nombre de formes de maladies destructrices et compliquées. L'augmentation de la fréquence des kystes pancréatiques postnécrotiques est facilitée par le succès significatif dans la mise en œuvre de méthodes efficaces de traitement conservateur de la pancréatite aiguë et chronique.

Dans le contexte d'une thérapie intensive, les thérapeutes de l'hôpital Yusupov sont de plus en plus en mesure d'arrêter le processus de destruction, de réduire la fréquence des complications purulentes-septiques. Les chirurgiens utilisent des techniques innovantes pour traiter les kystes pancréatiques. Les cas graves de la maladie sont discutés lors d'une réunion du Conseil d'experts avec la participation de professeurs et de médecins de la plus haute catégorie. Les principaux chirurgiens décident collectivement des tactiques des patients. La taille des kystes pancréatiques influe sur le choix du traitement de la maladie.

Causes et facteurs de risque

Les kystes se forment dans la glande de sécrétion externe, quel que soit l'âge du patient, ce qui est dû à la structure alvéolaire de l'organe digestif. Le mécanisme de développement d'une capsule bénigne est basé sur l'effet destructeur de facteurs négatifs sur le pancréas, ce qui provoque la formation d'une zone pathologique à partir de cellules mortes et de tissu conjonctif.
Les principaux facteurs contribuant au développement de la formation kystique dans la structure pancréatique comprennent:

  • la pancréatite aiguë est considérée comme la cause la plus fréquente de formation de kystes: dans ce cas, une capsule creuse est le résultat d'une accumulation de lymphocytes et de neutrophiles;
  • dommages mécaniques à l'organe;
  • blocage du conduit de sortie, causé par la compression des vaisseaux locaux ou la formation de calculs;
  • un processus tumoral qui se développe dans le système digestif;
  • l'obésité résultant de troubles chroniques du métabolisme lipidique;
  • Dépendance à l'alcool;
  • lésion parasitaire du tractus gastro-intestinal.

Les plus vulnérables à l'apparition d'un kyste dans le pancréas sont les patients atteints de diabète sucré et de calculs biliaires. De plus, le risque de développer un processus tumoral augmente avec une intervention chirurgicale mal réalisée sur l'organe du système digestif..

Causes de la formation de kystes dans le parenchyme pancréatique

Le plus souvent, les kystes ne surviennent pas comme une maladie indépendante, mais à la suite d'un processus inflammatoire pathologique dans le parenchyme pancréatique - pancréatite. Le corps «cache» les produits de désintégration dans la cavité, formant ainsi des cavités avec du liquide.

Les facteurs de provocation peuvent être:

  • abus d'alcool chronique;
  • blessure mécanique;
  • violation de l'écoulement de la sécrétion pancréatique dans la pathologie des calculs biliaires;
  • parasitisme des helminthes dans le corps;
  • croissance tumorale;
  • l'obésité et le diabète sucré;
  • complication après la chirurgie.

Raisons de développement

Le plus souvent, la pancréatite aiguë et chronique agit comme une raison de l'apparition d'un kyste pancréatique. Les prérequis moins courants incluent:

  • les dommages traumatiques à la glande sont la deuxième cause la plus fréquente après l'inflammation;
  • obstruction des voies biliaires - peut être congénitale ou due à la présence de calculs, de tumeurs, de grandes cicatrices, de rétrécissements ou de sténose (rétrécissement persistant) des parois;
  • invasions parasitaires - opisthorchiase, cysticercose, échinococcose.

Au moins trois de ces groupes de pathologies ont leurs propres facteurs de risque. De plus, les études cliniques nous permettent de déterminer leur rôle dans l'apparition d'un kyste en pourcentage, et d'obtenir l'image suivante:

  • consommation régulière d'alcool fort - un risque accru de néoplasmes est observé chez 62% des personnes qui ont cette mauvaise habitude;
  • obésité, accompagnée de troubles du métabolisme lipidique et de taux de cholestérol élevés - 32%;
  • diabète sucré - 15%;
  • cholélithiase - calculs dans la vésicule biliaire ou les voies biliaires - un kyste se développe chez 14% des patients;
  • interventions chirurgicales dans le système digestif.

La présence de telles conditions dans l'anamnèse en combinaison avec des symptômes est un motif de diagnostic afin d'identifier / d'exclure un kyste.

Le pancréas est un organe du système digestif dont la fonction principale est de produire les enzymes nécessaires à la dégradation des glucides, ainsi que des protéines et des graisses. L'abus d'alcool et une mauvaise alimentation, qui sont à base d'aliments gras et fumés, entraînent souvent une inflammation de cet organe. Des mesures inopportunes ou une négligence prolongée de la maladie se traduisent par l'apparition d'un facteur aggravant ˗ le développement d'un kyste.

La raison de la formation de kystes pancréatiques n'est pas seulement la pancréatite et l'utilisation régulière de boissons alcoolisées, la liste des facteurs provoquant cette pathologie n'est pas petite:

  • Blessure à un organe;
  • Nécrose pancréatique;
  • Obstruction du canal excréteur, qui se produit le plus souvent en raison de la formation de calculs, cependant, une telle déviation peut être congénitale;
  • Concentration excessive de cholestérol dans le sang;
  • Diabète sucré (type II);
  • Dysfonctionnement du moteur des organes;
  • Néoplasmes pancréatiques;
  • Parasites ˗ les vers plats d'opisthorchis empêchent la sortie du suc pancréatique, à la suite de quoi les tissus du pancréas commencent à dégénérer, tout en formant des processus kystiques;
  • En surpoids;
  • Opérations récentes sur l'orgue.

Chacune de ces raisons peut entraîner des changements dans le travail de l'organe, qui ont un effet extrêmement négatif sur la santé générale du patient, c'est pour cette raison qu'une attention médicale immédiate est nécessaire..

Le pancréas a une structure spéciale, il peut être conditionnellement divisé en 3 parties: la queue, le corps et la tête. Le plus souvent, des formations kystiques se forment dans la zone de la queue et du corps de cet organe et moins souvent ˗ sur sa tête.

En raison de l'exposition à des facteurs négatifs, les tissus du pancréas sont endommagés et meurent. Par la suite, dans la couche parenchymateuse de l'organe, ces amas se multiplient avec un nouvel épithélium, car le corps arrête les zones touchées du tissu pancréatique sain. La superposition de l'épithélium normal sur celui qui a été sujet à la nécrose conduit inévitablement à la formation d'une capsule constituée de cellules fibreuses ou conjonctives.

Peu à peu, une telle formation se remplit de sécrétion liquide et la taille de l'appendice augmente également. Le contenu de la cavité résultante peut agir comme du suc pancréatique et un exsudat inflammatoire, des éléments nécrotiques, du sang (en cas de lésion vasculaire). Une telle formation devient la cause du blocage des canaux du suc pancréatique, à la suite de quoi la libre circulation du liquide digestif devient impossible. C'est ainsi que se développe le kyste pancréatique.

Les raisons

Récemment, cette pathologie est de plus en plus courante. De plus, dans de nombreux cas, elle est causée par une pancréatite. La forme aiguë de la maladie, entraînant la mort des cellules parenchymateuses, dans environ 15 à 20% des cas, conduit à la formation d'une telle cavité. Cela se produit 3 à 4 semaines après le début de l'inflammation, lorsqu'un site de nécrose apparaît dans le tissu de la glande. Mais dans la plupart des cas, de telles cavités se forment dans la pancréatite chronique. Plus de la moitié des patients, en particulier ceux qui ne suivent pas les recommandations du médecin, font face à un tel diagnostic.

Une violation de l'écoulement du suc pancréatique, un rétrécissement du sphincter d'Oddi, une maladie des calculs biliaires peut provoquer la formation d'un kyste postnécrotique. Toutes ces pathologies entraînent la mort des cellules pancréatiques et, dans de nombreux cas, une cavité se forme à leur place. Mais d'autres raisons peuvent également provoquer le développement d'un tel processus:

  • traumatisme abdominal;
  • violation de l'apport sanguin à la glande en raison du blocage des vaisseaux sanguins par un thrombus;
  • dissection de l'artère;
  • des perturbations dans le développement intra-utérin du système canalaire de la glande;
  • infections parasitaires.

Complications des kystes

Malgré le fait qu'un kyste est un type de néoplasme bénin, il est indiqué pour être traité. Si le patient ignore le processus pathologique, la capsule commence à se développer rapidement, ce qui précède la compression et le déplacement des tissus adjacents.

En plus de l'impact négatif sur les organes voisins, un kyste négligé contribue au développement des complications suivantes:

  • hémorragie interne;
  • rupture des tissus endommagés;
  • gonflement des membres inférieurs à la suite de lésions de la veine porte;
  • obstruction intestinale;
  • jaunisse mécanique.

Une autre complication courante est la formation d'un abcès purulent à la surface de la capsule..

Ignorer un kyste, accompagné de complications, a des conséquences désastreuses, dont le cancer du pancréas. Une caractéristique distinctive de cette maladie est la croissance rapide des métastases malignes.

Le kyste qui en résulte ne peut pas être laissé sans traitement, car en plus de comprimer les nerfs et les organes environnants, ce néoplasme peut provoquer les complications suivantes:

  • Pause;
  • formation de fistule;
  • saignement dû à la rupture des vaisseaux sanguins;
  • suppuration.

Chacun de ces cas menace d'intoxication du sang et de développement d'une péritonite, mettant en danger la vie humaine, ce qui signifie qu'un patient avec un kyste identifié a besoin d'un traitement adéquat.

Complications possibles

Toute personne à qui on a diagnostiqué cette maladie doit savoir à quel point un kyste du pancréas est dangereux et à quoi peut conduire le report constant de son traitement. Avec un traitement intempestif, les complications suivantes peuvent survenir:

  • rupture de la membrane kystique et ouverture d'un saignement interne;
  • suppuration avec développement ultérieur d'un abcès;
  • formation de fistule;
  • fibrose kystique;
  • fistules qui créent une sorte de "passages" dans la cavité abdominale, le long desquels les substances enzymatiques commencent à "marcher".


Pour vous assurer que l'opération a réussi et que les risques de complications ont été réduits au minimum, après l'opération pendant six mois, une fois par mois, vous devez consulter un médecin

Mais il convient de noter que si une personne a reçu un diagnostic de kyste et qu'elle a immédiatement commencé le traitement, en respectant toutes les règles du régime alimentaire et en prenant régulièrement des médicaments, elle a toutes les chances d'éviter l'apparition de telles complications. Et comme le montrent de nombreuses années de pratique, c'est vraiment le cas.

Méthodes de traitement

Le choix de la direction prioritaire du traitement dépendra de l'image diagnostique reçue. Un traitement conservateur est indiqué dans les cas suivants:

  • le kyste a des limites claires;
  • le néoplasme est unique;
  • la taille de la cavité est petite - s'inscrit dans un cercle d'un diamètre allant jusqu'à 20 mm;
  • il n'y a pas de syndrome douloureux significatif et de manifestations ictériques.

Référence! Dans tous les autres cas, divers types d'intervention chirurgicale sont utilisés..

Les 7 à 10 premiers jours, le patient devra rester alité. Et vous devrez également suivre ces recommandations:

  • régime affamé pendant 2-3 jours;
  • restrictions alimentaires - refus des aliments gras, salés et frits, de l'alcool et des cigarettes;
  • prendre des antibiotiques - tétracyclines ou céphalosporines - afin de prévenir le développement d'une infection bactérienne dans la cavité kystique;
  • thérapie enzymatique - aidera le corps à faire face à la digestion des graisses et des glucides. Sont représentés des médicaments contenant de la lipase et de l'amylase, mais pas des acides biliaires;
  • la nomination d'inhibiteurs de la pompe à protons (oméprazole, rabéprazole), conçus pour réduire la douleur et normaliser la sécrétion des glandes.

Le traitement se poursuit pendant 1 mois. En l'absence de résultats, le choix est fait en faveur de la chirurgie..

Les opérations chirurgicales peuvent être effectuées en utilisant diverses techniques. Le choix optimal doit prendre en compte le niveau de caractère invasif et la nature de la pathologie (raisons du développement, taille, état des tissus et de l'organe dans son ensemble).

Les plus mini-invasives sont les manipulations percutanées, qui sont très efficaces pour résoudre le problème des kystes dans le corps ou la tête. L'essence de l'intervention est l'introduction de l'instrument par une ponction dans la cavité épigastrique.

Les dimensions du kyste dictent les options suivantes pour effectuer l'opération:

  • drainage par ponction percutanée du kyste pancréatique - tout d'abord, tout le liquide est retiré de la cavité, puis un tube de drainage est installé, qui est retiré lorsque l'exsudat est arrêté. La manipulation est indiquée pour les petits kystes (jusqu'à 100 ml de volume) qui ne bloquent pas les canaux organiques;
  • sclérose percutanée - similaire à la précédente, cependant, une solution spéciale est également introduite dans la cavité. En conséquence, il est nettoyé et envahi par le tissu conjonctif..

Attention! Malgré l'insignifiance de l'intervention, de telles opérations peuvent entraîner des complications sous forme d'empoisonnement du sang ou de formation de fistules externes..

Le deuxième plus invasif sont les opérations laparoscopiques. Leur technique consiste en l'introduction d'instruments endoscopiques dans la cavité abdominale à travers deux petites incisions. Ceux-ci inclus:

  • la résection laparoscopique d'une partie de la glande est recommandée en présence d'une seule masse. Par exemple, un kyste de la voix de 50 à 70 mm de taille - dans ce cas, toute la partie affectée de l'organe est enlevée par les incisions;
  • drainage interne - consiste à disséquer et à percer la cavité, suivie de l'imposition d'une anastomose (message) entre la cavité du kyste et l'estomac, petit ou duodénum. C'est une opération complexe mais efficace et physiologique..

En cas d'évolution compliquée de la maladie, d'un état grave du patient ou de l'impossibilité d'effectuer d'autres types de manipulations, une intervention est réalisée avec une dissection de la cavité abdominale. Ces opérations nécessitent une longue récupération, mais elles rendent possibles toutes les actions associées à l'ablation du kyste sur le pancréas. Dans ce groupe, les types suivants sont distingués:

  • excision - le kyste et une partie de l'organe sont enlevés. C'est la seule issue pour les néoplasmes malins;
  • excision avec drainage externe (en présence de complications) - uniquement pour les pathologies bénignes.

Remèdes populaires

Une thérapie alternative peut compléter la thérapie conservatrice en présence de petits kystes non compliqués ou d'une tendance à les développer.

Il ne remplace pas les médicaments et l'alimentation, mais est extrêmement utile pour la prévention et le renforcement général du corps (en l'absence de réactions allergiques). Par conséquent, il est logique d'acheter les herbes suivantes:

  • Millepertuis, bardane (jus), achillée millefeuille, camomille - aideront à prévenir l'inflammation;
  • élécampane, plantain, aloès (jus) - contribuent à la restauration des tissus des organes;
  • acacia, menthe, valériane - ont un effet calmant et antispasmodique.

Les frais sont également efficaces, par exemple:

  • chélidoine, achillée millefeuille et calendula;
  • menthe, camomille, cresson séché, plantain, achillée millefeuille, millepertuis;
  • menthe et pissenlit.

La collection vous permet d'obtenir un résultat complet, mais le risque de développer des allergies aux composants est considérablement augmenté.

Important! Le traitement avec des remèdes populaires est inacceptable en l'absence de diagnostic de la maladie et de consultation avec un médecin.

Un kyste pancréatique implique une intervention chirurgicale. Afin de soulager les symptômes désagréables et d'éviter les rechutes, un traitement médicamenteux est utilisé.

Conservateur

Pendant trois jours avant le début du traitement médicamenteux, le patient suit un régime modéré: exclut les aliments salés et gras de l'alimentation, qui ont un effet destructeur sur les tissus fragilisés. Les médecins recommandent d'abandonner l'alcool et de fumer et de rester au lit.

Une fois la période préparatoire terminée, le patient se voit prescrire des médicaments antibactériens - tétracycline ou céphalosporine. La tâche principale des antibiotiques est de protéger la capsule des effets bactériens, qui peuvent provoquer le développement d'un processus purulent..

En plus des médicaments antibactériens, le patient se voit prescrire l'apport d'enzymes - Créon ou pancréatine - visant à stabiliser la fonction digestive. Si la maladie est accompagnée de douleur, le patient doit prendre des inhibiteurs - Omeprazole ou Omez.

Chirurgical

L'ablation du kyste pancréatique est réalisée de manière mini-invasive, dont l'avantage est de préserver l'intégrité de la peau et une faible probabilité de récidive.

Si la capsule s'est formée sur la tête ou le corps de la glande, le médecin procède à une chirurgie percutanée: anesthésie la zone touchée du péritoine, effectue une ponction avec une aiguille de ponction et pompe le liquide accumulé dans la cavité de la capsule. Afin de contrôler le processus de chirurgie, le médecin utilise la méthode par ultrasons.

Une formation kystique qui a affecté le tissu rétropéritonéal du pancréas est éliminée par laparoscopie. Cette opération est basée sur la formation de plusieurs incisions peu profondes sur la peau, donnant accès à l'organe affecté. Après ouverture de la paroi abdominale, le médecin procède nécessairement à un traitement antiseptique pour éliminer le risque d'infection tissulaire.

Les gens

Le traitement d'un kyste avec des remèdes populaires est considéré comme conseillé avec une petite taille d'une capsule bénigne et l'absence de complications graves. Afin d'éviter le développement de signes secondaires, avant de prendre des décoctions naturelles, vous devez consulter un médecin.

Pour soulager les symptômes de l'inflammation, il est démontré qu'il prend une décoction du millénaire. La recette est la suivante: les fleurs de calendula, le millénaire et la chélidoine sont mélangés dans des proportions égales, écrasés et versés dans 300 ml d'eau bouillante, après quoi le médicament est infusé pendant deux heures dans un endroit frais. Prendre un bouillon prêt à l'emploi est montré trois fois par jour à raison de deux cuillères à soupe.

Une autre boisson naturelle utile est la décoction de feuilles de baies. Pour le préparer, vous devez moudre des feuilles fraîches d'airelle, de fraise et de myrtille, y ajouter des stigmates de maïs et verser 500 ml d'eau bouillante sur la matière première. Ensuite, le médicament doit être insisté pendant au moins 8 heures, puis filtré. Il est recommandé de prendre le bouillon prêt à l'emploi à jeun trois fois par jour. La durée du traitement ne doit pas dépasser 14 jours.

Traitement

Pour éviter les complications d'un kyste postnécrotique, il est nécessaire de commencer à le traiter immédiatement après son diagnostic. Cependant, dans ce cas, l'utilisation de médicaments ne donnera aucun résultat, car de telles formations n'ont pas la propriété d'auto-absorption. Par conséquent, dans ce cas, seule la chirurgie vient à la rescousse. L'opération peut être réalisée de plusieurs manières:

  • néoplasmes sclérosants;
  • drainage par ponction du kyste.

Dans le premier cas, le traitement d'un kyste pancréatique implique l'utilisation d'un médicament spécial - un sclérosant, qui est injecté directement dans la cavité du néoplasme, en collant ses parois ensemble.


Le traitement chirurgical des kystes pancréatiques est une méthode radicale pour se débarrasser de la maladie

Dans le deuxième cas, le kyste est retiré, après quoi un drainage est installé. Le drainage est très important, car il assure l'écoulement normal du liquide de la glande et empêche sa congestion. Si la formation kystique a provoqué la déformation de l'organe ou l'apparition de cellules cancéreuses, pendant l'opération, une résection partielle du pancréas peut également être réalisée. Cependant, dans ce cas, ils ont le plus souvent recours à la méthode laparoscopique pour effectuer l'opération..

Cette méthode d'intervention chirurgicale a de très bonnes critiques et est considérée comme la moins traumatisante, car au cours de celle-ci, seules quelques piqûres sont effectuées dans la projection de la glande, à travers lesquelles toutes les mesures nécessaires sont prises, à savoir, le contenu du kyste est aspiré, ses parois et les zones touchées de l'organe sont enlevées.

Après l'élimination de la formation kystique, tous les patients, sans exception, se voient prescrire un traitement conservateur, qui empêche la survenue de complications postopératoires et accélère le processus de récupération du patient..

En règle générale, le traitement postopératoire standard comprend:

  • prendre des analgésiques et des médicaments antispasmodiques qui éliminent les sensations douloureuses dans le pancréas et préviennent les spasmes;
  • prendre des préparations enzymatiques qui contribuent à une digestion normale;
  • les aliments diététiques, qui assurent l'élimination de la charge excessive sur le pancréas;
  • limiter l'activité physique pendant les 3 à 5 premiers mois après la chirurgie.

Important! Si vous ne suivez pas toutes ces règles pendant la période postopératoire, les conséquences négatives ne sont pas exclues. Après l'opération, des processus inflammatoires se développent dans l'organe, ce qui peut entraîner non seulement son dysfonctionnement, mais également la re-formation de formations kystiques, ce qui nécessitera une intervention chirurgicale répétée.


Le strict respect des recommandations du médecin aidera à éviter de nombreux problèmes de santé en période postopératoire.

Un régime pour un kyste pancréatique est prescrit immédiatement après la chirurgie. Dans ce cas, les premiers jours, il est généralement interdit au patient de manger quoi que ce soit. Vous ne pouvez boire qu'un peu d'eau. Si l'état du patient s'améliore, après 2-3 jours, il est autorisé à manger. Seule l'introduction de tous les produits alimentaires doit avoir lieu progressivement et en très petites quantités.

Dans ce cas, le régime alimentaire doit être observé pendant 4 à 7 semaines après la grève de la faim. Il peut inclure:

  • viande maigre bouillie;
  • poisson à la vapeur;
  • céréales (des soupes et des céréales en sont préparées);
  • soupes de légumes (vous ne pouvez pas les faire cuire dans un bouillon de viande, de poisson ou de champignons);
  • produits laitiers et laitiers fermentés.

Après l'opération, le patient doit nécessairement exclure du régime:

  • aliments gras et frits;
  • cornichons;
  • viandes fumées;
  • produits à base de farine;
  • confiserie;
  • sauces et condiments chauds;
  • boissons gazeuses et alcoolisées;
  • thé et café forts.


Le régime alimentaire en période postopératoire joue un rôle important, car s'il n'est pas suivi, il peut réduire plusieurs fois l'efficacité du traitement et augmenter le risque de complications

Pour accélérer le processus de restauration de la fonctionnalité du pancréas après l'opération, il est également recommandé d'effectuer un traitement avec des remèdes populaires. Cependant, avant cela, vous devez absolument consulter votre médecin. En règle générale, dans ce cas, diverses décoctions et infusions sont utilisées, à base d'herbes médicinales - chélidoine, achillée millefeuille, groseille, calendula et airelle.

Symptômes

Les formations kystiques du pancréas de taille insignifiante (jusqu'à 4-5 cm) ne provoquent pas d'inconfort chez le patient, il est donc extrêmement difficile de les détecter à un stade précoce. En général, la formation de ces processus n'a pas lieu en un jour, ils sont caractérisés par plusieurs étapes de développement:

  • L'aspect primaire de la cavité: si le kyste est une conséquence de la pancréatite, il se forme 1 à 1,5 mois après la maladie précédente;
  • La formation d'une capsule, dont les parois sont encore assez lâches, ce processus se produit généralement après 2-3 mois;
  • Après environ six mois, les parois du néoplasme commencent à se sceller;
  • Séparation de la capsule remplie de liquide des tissus adjacents et début de la «vie indépendante» de l'appendice, qui a la capacité de se déplacer du site initial de localisation.

Il est impossible de caractériser le tableau clinique en présence d'un kyste pancréatique du même type, car les manifestations de la pathologie dépendent directement d'un certain nombre de facteurs: des paramètres de l'appendice, de son type structurel, de sa localisation, ainsi que de la cause qui a provoqué la formation anormale. Les petits kystes n'affectent généralement pas le bien-être du patient pour la simple raison qu'ils ne pressent pas les organes voisins ou les plexus nerveux.

De grandes formations, au contraire, se font sentir et se manifestent tout d'abord par un syndrome douloureux prononcé. Un autre symptôme d'un processus kystique important est les intervalles de repos, qui ne sont caractérisés que par une diminution temporaire de la douleur après une forme aiguë de pancréatite ou une lésion d'organe.

La douleur atteint son apogée lors du développement d'un pseudokyste dans une inflammation aiguë du pancréas ou au cours d'une forme chronique de la maladie. Le syndrome douloureux a tendance à diminuer, la douleur devient progressivement sourde et la symptomatologie dans son ensemble devient rare. Parfois, les crises réapparaissent en raison de l'hypertension intra-canalaire.

Si la douleur survient brusquement et de manière inattendue, il est nécessaire de consulter d'urgence une aide médicale, car un tel phénomène peut être la preuve d'un kyste rompu. De plus, en présence d'une température corporelle élevée avec la préservation d'une douleur intense et même croissante, on peut parler d'une autre circonstance désagréable ˗ de suppuration du processus kystique.

Cependant, les signes d'un kyste pancréatique ne s'arrêtent pas là, les experts identifient un certain nombre des symptômes supplémentaires suivants:

  • La nausée;
  • Vomissements, à la fin desquels le syndrome douloureux diminue généralement;
  • Selles instables;
  • Perte de poids;
  • Ictère obstructif (jaunissement non seulement de la peau, mais aussi de la sclérotique oculaire, démangeaisons) ˗ le plus souvent, cela se produit lorsque la formation kystique est localisée sur la tête du pancréas et serre les organes adjacents;
  • Gonflement des jambes ˗ en cas de compression de la veine porte;
  • Retard de la miction, qui est observé en cas de violation de l'écoulement de l'urine à travers les uretères;
  • Obstruction intestinale ˗ un événement assez rare en présence d'un kyste pancréatique, cependant, il se produit également lorsqu'une formation pathologique comprime la lumière intestinale.

Un tableau clinique quelque peu différent est observé dans les conditions de serrage du kyste du plexus solaire. La douleur dans ce cas est brûlante et persistante, elle peut irradier vers le dos et parfois, afin de réduire la souffrance du patient, des analgésiques narcotiques sont nécessaires. En présence de telles sensations, les experts recommandent de prendre une position genou-coude: généralement dans cette position, le bien-être du patient s'améliore considérablement.

Le mécanisme des kystes dans l'organe

Le pancréas est un organe complexe avec une structure de parenchyme alvéolaire. Toutes ses microcavités sont reliées entre elles par des conduits. Le jus pancréatique se déplace le long d'eux - un secret du pancréas, contenant des enzymes. Si l'écoulement d'une ou plusieurs alvéoles est perturbé, un processus stagnant se produit. En raison de l'action de clivage des enzymes, il se transforme en inflammation. Dans son contexte, la circulation sanguine est perturbée, ce qui contribue à la propagation de changements pathologiques dans toute la structure de l'organe.

Pour arrêter le processus, des mécanismes de défense sont déclenchés et la zone d'inflammation est envahie par du tissu conjonctif ou des fibres fibreuses (encapsulées). Cette pathologie ne s'arrête pas là. Lors d'un encrassement avec une capsule dense, les vaisseaux sanguins peuvent être affectés. Puis le sang pénètre dans la cavité pathologique, exsudat.

La pression dans la capsule augmente, elle grossit, exerce une pression sur les tissus adjacents, conduit à l'apparition de nouvelles inflammations et de cordons fibreux. Un processus purulent-nécrotique peut commencer à l'intérieur..

C'est ainsi que se forment les kystes. En raison de la structure spécifique du pancréas, même les médecins modernes ne peuvent pas donner à ce terme une définition exacte. Par conséquent, le nom unit les néoplasmes de toute forme, type de contenu, taille et nature..

Caractéristiques de puissance

Le régime alimentaire d'un kyste pancréatique a ses propres caractéristiques:

  1. Les protéines et les glucides ne sont pas limités.
  2. La nourriture est prise en petites portions 5 à 7 fois par jour.
  3. Les aliments gras sont interdits.
  4. Des restrictions s'appliquent aux aliments acides et aux aliments contenant des fibres.

Un kyste sur le pancréas a des manifestations similaires à la pancréatite. À cet égard, le régime alimentaire est le même que pour l'inflammation du pancréas, le traitement du kyste, conservateur ou chirurgical, est étroitement lié à la nutrition diététique..

Les recommandations plus détaillées comprennent:

  1. Soupe de bouillon de légumes avec un petit morceau de beurre ou 1 cuillère à soupe. l. Crème fraîche.
  2. Purée de soupe dans un bouillon de viande avec flocons d'avoine, riz, semoule, nouilles, sarrasin, carottes, pommes de terre, chou-fleur, citrouille. Si vous le souhaitez, vous pouvez remplir la soupe avec une cuillerée de crème sure ou une tranche de beurre.
  3. Le taux quotidien de légumes (15 g) et de beurre (25-30 g) est ajouté aux aliments.
  4. Poisson faible en gras bouilli ou en gelée.
  5. Fruits et baies non acides crus en purée ou cuits au four. La compote de fruits secs et les pommes au four sont autorisées.
  6. À partir des boissons, une décoction d'églantier est recommandée, diluée 1: 2 de jus de fruits et de baies, du thé faible au citron ou au lait.
  7. Bouillie de céréales (riz, sarrasin, flocons d'avoine ou orge perlé limitée et semoule) cuite dans l'eau ou en deux avec du lait, passée au mélangeur.
  8. Pâtes bouillies et casseroles.
  9. La viande de régime (bœuf, lapin, dinde, poulet) est bouillie ou cuite à la vapeur, en utilisant des hachés ou de la purée. La peau est retirée du poulet et de la dinde avant la cuisson.
  10. Œufs durs ou omelette.
  11. Produits laitiers faibles en gras et produits laitiers fermentés.
  12. Pain noir et blanc séché, craquelins de pain blanc, biscuits biscuits.
  13. Légumes cuits et bouillis qui ne contiennent pas de fibres grossières.


Un régime avec un kyste pancréatique signifie l'interdiction des aliments gras.
Lorsqu'on diagnostique un kyste sur le pancréas, il est interdit d'utiliser:

  1. Aliments frits, gras et salés.
  2. Lard, porc, canard et oie, tous types d'abats.
  3. Légumes marinés et marinades eux-mêmes, produits fumés et saucisses.
  4. Café et jus de raisin.
  5. Glaces, glaces, boissons froides et sodas.
  6. Conserves et caviar.
  7. Céréales en vrac, gruau de blé et son.
  8. Bortsch, betterave, okroshka, soupe de chou, soupe de lait et champignons, soupe de bouillon de poisson.
  9. Légumineuses, chou, radis, betteraves, radis, poivrons et paprika, aubergines, navets, oignons, ail, tomate, épinards, oseille.
  10. Raisins, framboises, dattes, ananas, figues, avocats, bananes.
  11. Confiture, chocolat, gâteaux, pâtisseries, pâtisseries et autres confiseries.
  12. Pain frais.
  13. Poivre, clou de girofle, vanille, feuilles de laurier et autres épices.
  14. De l'alcool.
  15. Plats préparés et restauration rapide.

Parmi les recommandations générales, l'interdiction de prendre des aliments chauds et froids, car le contraste de température a un effet irritant sur le tube digestif. Les aliments doivent être pris sous forme hachée et écrasée afin que les aliments grossiers ne surchargent pas l'estomac et un pancréas affaibli.

Une composante importante du traitement conservateur est la nutrition fractionnée, caractérisée par des repas fréquents. Le régime alimentaire du kyste de la glande de sécrétion externe est basé sur la consommation accrue d'aliments protéinés d'origine non végétale.

Afin de ne pas soumettre un système digestif affaibli à un stress intense, il est nécessaire de manger des aliments bouillis, cuits au four ou mijotés. Dans le cas où le processus tumoral a précédé le développement de la constipation chronique, le patient mange de la nourriture sous une forme pâteuse.

Les aliments gras et frits composés de viande, de légumineuses ou de champignons ont un effet négatif sur la fonction digestive. Il est également déconseillé d'utiliser des produits à base de farine qui ralentissent le processus de transformation des aliments et provoquent le développement de flatulences..

Régime utilisé pour traiter les kystes

Le régime favorise le traitement et soulage les symptômes du processus pathologique. La nourriture doit être saine, saine et douce. Ils mangent souvent, mais pas en grandes portions. Ils préfèrent les plats liquides et semi-liquides, la purée de pommes de terre, la gelée et les céréales. Ne mangez pas d'aliments frits. Le traitement thermique doit être aussi délicat que possible: cuit à la vapeur, au four; les produits sont bouillis, cuits.

Important à retenir! Alcool, gras, épicé, épicé sous une interdiction stricte; les produits de boulangerie et les sucreries peuvent être consommés en quantités limitées. Les plats ne sont pas salés!

Aliments à ne pas consommer:

  • Viande dure ou grasse - porc, agneau, gibier, oie;
  • produits laitiers à haute teneur en matières grasses;
  • œufs et lait sous forme pure;
  • légumes - chou blanc, oignons, ail;
  • pimenter;
  • café.

Aliments à manger:

  • Poulet, boeuf, produits laitiers faibles en gras;
  • légumes - citrouille, carottes, courgettes, betteraves, pommes de terre;
  • fruits - pommes au four;
  • boissons - gelée, compote de fruits secs, jus de légumes et de fruits non sucrés.

Kyste de la queue du pancréas: comment distinguer du cancer

Tous les processus kystiques n'appartiennent pas à des formations malignes de la queue du pancréas; nous parlons de kystes néoplasiques, qui augmentent rapidement en taille et ont tendance à métastaser. Il s'agit du sarcome, du carcinome, de l'adénocarcinome et aussi du carcinosarcome. Contrairement aux tumeurs bénignes et aux kystes, ces formations sont caractérisées par une structure dense, une forme irrégulière et une surface inégale, elles se développent à partir de tissu épithélial immature, tandis que les processus kystiques ordinaires proviennent exclusivement d'une structure d'organe mature.

Les symptômes d'un cancer de la queue du pancréas sont caractérisés par les caractéristiques suivantes:

  • Douleur sourde et sévère, localisée dans le pancréas et persistante;
  • Palpation disponible du néoplasme;
  • Augmentation de la température corporelle et le plus souvent à des valeurs subfébriles;
  • Intoxication générale du corps;
  • Jaunisse obstructive;
  • Modifications des organes adjacents au pancréas, diagnostiquées par examen aux rayons X: déplacement de l'estomac ou restructuration maligne de sa membrane muqueuse, déploiement du duodénum autour du néoplasme, modification de sa forme, ainsi que déplacement de cette section de l'intestin vers l'arrière;
  • La présence de cellules malignes dans le contenu duodénal.

Il est impossible de comprendre par vous-même l'étiologie du néoplasme, cela nécessite des études spéciales qui aideront à déterminer le diagnostic.

Types de kystes pancréatiques

Les kystes congénitaux (dysontogénétiques) du pancréas se forment à la suite de malformations du tissu de l'organe et de son système canalaire. Les kystes pancréatiques acquis sont les suivants:

  • Rétention - se développent à la suite d'un rétrécissement des canaux excréteurs de la glande, d'un blocage persistant de leur lumière par des néoplasmes, des calculs;
  • Dégénératif - formé à la suite de dommages au tissu de la glande lors de la nécrose pancréatique, du processus tumoral, des hémorragies;
  • Prolifératif - néoplasmes de la cavité, qui comprennent les cystadénomes et les cystadénocarcinomes;
  • Parasites - échinocoques, cysticercous.

En fonction de la cause de la maladie, les kystes du pancréas de nature alcoolique et se développant à la suite d'une cholélithiase sont isolés. Avec une augmentation du nombre d'attaques terroristes, d'accidents de la route, de catastrophes naturelles et causées par l'homme plus fréquents, la formation de faux kystes pancréatiques dans les traumatismes abdominaux graves devient importante..

Selon l'emplacement de la formation kystique, il peut y avoir un kyste de la tête, du corps ou de la queue du pancréas. Les vrais kystes représentent 20% des formations kystiques du pancréas. Les vrais kystes comprennent:

  • Kystes dysontogénétiques congénitaux de la glande;
  • Kystes de rétention acquis;
  • Cystadénomes et cystadénocarcinomes.

Une caractéristique distinctive d'un vrai kyste est la présence d'une doublure épithéliale sur sa surface interne. Les vrais kystes, contrairement aux fausses formations, n'atteignent généralement pas de grandes tailles et sont souvent des découvertes accidentelles pendant la chirurgie.

Un pseudokyste survient dans 80% de tous les kystes pancréatiques. Il se forme après un traumatisme du pancréas ou une pancréatite aiguë destructrice, qui s'est accompagnée d'une nécrose tissulaire focale, d'une destruction des parois des canaux, d'hémorragies et de la libération de suc pancréatique à l'extérieur de la glande. Les parois du pseudokyste sont un péritoine compacté et un tissu fibreux; elles n'ont pas de doublure épithéliale de l'intérieur, mais sont représentées par un tissu de granulation. La cavité du pseudokyste est généralement remplie de tissu et de liquide nécrotiques. Son contenu est un exsudat séreux ou purulent, qui contient un grand mélange de caillots et de sang altéré, versé du jus pancréatique. Un pseudokyste peut être situé dans la tête, le corps et la queue du pancréas et atteindre de grandes tailles. Il révèle 1-2 litres de contenu.

Parmi les formations kystiques du pancréas, les chirurgiens distinguent les principaux types suivants, qui diffèrent par les mécanismes et les causes de formation, les particularités du tableau clinique et la morphologie nécessaires à l'utilisation de tactiques chirurgicales:

  1. Les faux kystes extrapancréatiques surviennent sur la base d'une nécrose pancréatique ou d'une lésion du pancréas. Ils peuvent occuper toute la bourse omentale, les hypocondries gauche et droite, parfois ils sont situés dans d'autres parties de la poitrine et des cavités abdominales, l'espace rétropéritonéal;
  2. Les faux kystes intra-pancréatiques sont généralement une complication de la nécrose pancréatique focale récurrente. Ils sont plus petits, plus souvent situés dans la tête du pancréas et communiquent souvent avec son système de conduits;
  3. L'élargissement kystique des canaux pancréatiques du type d'hydropisie se trouve le plus souvent dans la pancréatite alcoolique calculeuse;
  4. Les kystes de rétention proviennent le plus souvent du pancréas distal, ont des parois minces et ne sont pas fusionnés avec les tissus environnants;
  5. Plusieurs kystes à paroi mince inchangés dans le reste du pancréas.

Les symptômes de la maladie

Le symptôme le plus caractéristique de la maladie est la douleur. Elle peut être:

  • paroxystique;
  • constant;
  • encerclant.

La localisation des sensations varie: il peut s'agir de douleurs dans la région épigastrique, dans l'hypocondre droit ou gauche, dans tout l'abdomen supérieur ou dans le nombril. Une douleur intense est caractéristique d'un kyste appuyant sur le plexus solaire et cœliaque de l'abdomen. Bien qu'il ne soit pas rare pour un patient avec un gros kyste de ressentir une douleur modérée et une sensation de pression dans l'estomac.

La localisation des sensations varie: il peut s'agir de douleurs dans la région épigastrique, dans l'hypochondre droit ou gauche, dans tout l'abdomen supérieur ou dans le nombril.

En plus de la douleur, une personne peut éprouver une faiblesse, des augmentations systématiques de la température corporelle, ainsi que des signes de dyspepsie: nausées, vomissements et troubles des selles. Une personne perd du poids spontanément.

Le kyste de la tête du pancréas est assez souvent accompagné de signes de jaunisse obstructive (démangeaisons, teint verdâtre, fièvre et stéatorrhée). Parallèlement à cela, la couleur de l'urine devient sombre et les excréments deviennent nettement plus clairs. Ces troubles surviennent en raison du fait que le kyste bloque les canaux du pancréas et interfère avec l'écoulement normal des sécrétions..

Les processus destructeurs dans l'organe peuvent être accompagnés d'une infection, en conséquence, la température corporelle du patient augmente, des frissons commencent et une faiblesse générale se développe. Lorsque le kyste pancréatique devient volumineux, toute poussée, tout rebond ou toute bosse peut provoquer sa rupture. Dans ce cas, le liquide qu'il contient est versé dans la cavité abdominale et le saignement commence..

Diagnostic des kystes

Lorsque le kyste est localisé sur la tête de la glande, le médecin peut remarquer une protrusion caractéristique de la partie antérieure du péritoine. Certes, ce symptôme n'apparaît pas chez tout le monde et, par conséquent, les patients avec un kyste pancréatique suspecté sont envoyés pour un diagnostic par échographie. En règle générale, cette méthode de recherche suffit amplement à établir la présence d'un néoplasme et à déterminer sa taille. Si des études supplémentaires sont nécessaires, un scanner ou une IRM est utilisé. Mais la radiographie dans ce cas ne donne aucune information au médecin. Les tests sanguins sont également non informatifs et, la seule chose qui peut alerter un spécialiste est une augmentation prolongée du taux d'amylase dans un test sanguin biochimique..

Régime

Tout processus pathologique survenant dans le pancréas nécessite une nutrition diététique douce, en particulier lorsqu'il s'agit de formation de caries. Vous devez vous préparer au fait que le régime devra être suivi pendant une longue période et lors du diagnostic d'une maladie chronique ˗ pour la vie.

Aliments à exclure en premier lieu:

  • Boissons alcoolisées;
  • Friture;
  • Produits fumés;
  • Plats épicés et condiments;
  • Marinades et conservation;
  • Abats, saindoux;
  • Mayonnaise et sauces;
  • Confiserie à la crème;
  • Boulangerie fraîche.

À quoi devriez-vous donner votre préférence:

  • Bouillie visqueuse: sarrasin, flocons d'avoine, riz, semoule;
  • Poisson maigre;
  • Des œufs;
  • Produits laitiers et laitiers fermentés à faible pourcentage de matières grasses;
  • Soupes de légumes sans bouillon;
  • Viande maigre (volaille, lapin, bœuf).

En plus de revoir votre alimentation et de la suivre strictement, vous devez suivre plusieurs principes concernant l'apport alimentaire:

  • Les repas doivent être fractionnés, mais fréquents (toutes les 3-4 heures);
  • Vous devez cuisiner uniquement en faisant bouillir, cuire au four ou mijoter;
  • Tous les aliments doivent être essuyés et hachés.

Une bonne nutrition aidera à accélérer la récupération après une chirurgie pancréatique et à réduire le risque de développer de nouveau la maladie.

L'approche générale de l'alimentation doit être modifiée sur la base des principes suivants:

  • prise de nourriture en petites portions toutes les 3-4 heures;
  • préférence pour les plats frais faits maison - bouillis, cuits au four, cuits à la vapeur;
  • refus de plats trop chauds;
  • facilitant le processus de digestion des aliments grâce au découpage préalable des aliments.

Le menu ne doit pas inclure:

  • aliments gras, frits et salés;
  • fibre grossière;
  • les légumineuses;
  • plats épicés, épices;
  • viande et poisson gras;
  • champignons;
  • de l'alcool.

Un médecin peut donner des recommandations diététiques précises pour un kyste pancréatique; si les symptômes persistent, il peut devenir moins sévère.

Prévoir

Dans 80% des cas, le pronostic d'un kyste pancréatique est favorable. Après le traitement, une personne peut mener un style de vie habituel, cependant, afin de maintenir sa santé, elle devra constamment surveiller son alimentation et renoncer une fois pour toutes aux mauvaises habitudes..

Un pronostic défavorable est établi dans les cas où les patients viennent chez le médecin trop tard, c'est-à-dire que le kyste est volumineux et conduit à un dysfonctionnement des organes voisins, ou qu'il est malin et a provoqué le développement d'un cancer. Dans ce dernier cas, il devient très difficile de se débarrasser de la maladie et nécessite non seulement une intervention chirurgicale, mais également une radiothérapie..

Mesures diagnostiques

La méthode la plus simple et la plus abordable pour diagnostiquer un kyste pancréatique est une échographie. Lors d'une échographie de la cavité abdominale, le médecin fait attention au pancréas lui-même et aux organes environnants, établit la présence d'une cavité pathologique à l'intérieur ou à l'extérieur de l'organe, détermine son emplacement, sa configuration et sa taille.


La méthode la plus simple et la plus abordable pour diagnostiquer les kystes pancréatiques est une échographie.

Pour distinguer un kyste pancréatique d'une tumeur cancéreuse, d'une pancréatite chronique ou d'un anévrisme, il est nécessaire de faire une étude plus détaillée - l'imagerie par résonance magnétique. Pour identifier l'inflammation, le type d'agent pathogène ou la présence d'une dégénérescence maligne des tissus, une biopsie du pancréas est réalisée. Une aiguille spéciale est insérée à travers la paroi abdominale et un petit échantillon du contenu de la cavité est prélevé.

Classification morphologique

Classification médicale - division pour deux motifs: caractéristiques morphologiques de la structure de la paroi et localisation dans les tissus de la glande.

Selon la morphologie, les données d'éducation sont:

  1. Vrai. Ce sont des formations congénitales dont la cavité est tapissée de cellules épithéliales..
  2. Faux ou pseudokystes. Ce sont des structures pathologiques acquises sans couche de cellules épithéliales..

Par localisation dans le parenchyme du pancréas, on distingue les kystes du corps, de la tête et de la queue.

Prix ​​des traitements

Le coût moyen de traitement des cavités du pancréas dans la capitale et la région est la suivante:

  • Consultation avec un gastro-entérologue ˗ 2000-2100 roubles;
  • Consultation endoscopiste ˗ 1600 -1700 roubles;
  • Échographie du pancréas ˗ 900-1000 roubles;
  • IRM d'un organe ˗ 6000 roubles;
  • Test sanguin pour les enzymes pancréatiques ˗ 1000 roubles;
  • Analyse d'urine pour les mêmes indicateurs ˗ 300 roubles;
  • Résection de l'organe distal ˗ 75 000-76 000 roubles;
  • Résection pancréatoduodénale ˗ à partir de 127 000 roubles;
  • Résection de la tête pancréatique ˗ à partir de 68 000 roubles;
  • Drainage endoscopique des kystes ˗ à partir de 86 000 roubles;
  • Cystoduodénostomie avec formation de cavités du pancréas ˗ à partir de 48000 r.

Diagnostique

Étant donné que les petits kystes ne sont presque jamais accompagnés de symptômes graves et que les gros kystes sont caractérisés par une clinique, ce qui se produit également souvent avec le développement d'autres maladies, afin de poser un diagnostic précis et de déterminer avec d'autres méthodes de traitement, il est nécessaire de subir un examen complet. En règle générale, il comprend:

  • examen endoscopique du pancréas, duodénum 12, de l'estomac;
  • test sanguin biochimique;
  • analyse générale de l'urine et du sang;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • tomodensitométrie (réalisée dans les cas graves, par exemple, lorsqu'une cystofibrose est détectée chez un patient).

Un traitement conservateur

Le traitement médical des kystes pancréatiques est, en principe, futile. Après tout, la cavité ne peut être retirée que chirurgicalement, mais si le kyste est bénin et que le patient n'est pas gêné par une douleur intense, vous pouvez refuser temporairement l'opération..

En fonction des manifestations cliniques, le patient est prescrit:

  1. Antiémétiques (Cerucal, Motilium).
  2. Médicaments carminatifs (Espumisan, Herbion gouttes gastriques, Disflatil, Météospazmil, Pancreoflat, Siméthicone).
  3. Antispasmodiques (No-shpa, Papaverine, Bellastezin, Meteospasmil, Riabal, Duspatalin).
  4. Médicaments contre la douleur (Baralgin, Trigan-D, Acetaminophen, Pentalgin).
  5. Les enzymes digestives permettent de reconstituer l'insuffisance pancréatique sécrétoire (Creon, Festal, Pancreatin, Mezim).


Le traitement médical des kystes pancréatiques est fondamentalement futile.

Traitement des kystes pancréatiques

La détection d'un kyste pancréatique dans la plupart des cas détermine les indications du traitement chirurgical. Le type de chirurgie dépend des facteurs suivants:

  • Causes de la formation kystique;
  • La durée de vie du kyste;
  • Localisation, taille, nature de son contenu;
  • Le degré de relation avec le système des canaux pancréatiques;
  • La survenue de complications;
  • La présence de lésions concomitantes d'organes adjacents au pancréas.

Quel est le pronostic d'un kyste de la queue pancréatique? Dans 8 à 15% des cas, les kystes peuvent régresser spontanément jusqu'à disparaître complètement sous l'influence d'un traitement anti-inflammatoire. Ainsi, l'opinion sur la possibilité d'utiliser des tactiques conservatrices-expectatives au stade de la présence d'un kyste pancréatique formé, en comptant sur «l'auto-guérison» dans la grande majorité des cas est erronée. Le diagnostic d'un kyste pancréatique chez un patient souffrant de pancréatite chronique est considéré par les chirurgiens de l'hôpital Yusupov comme une indication absolue d'un traitement chirurgical. Le choix du moment optimal, du volume et du type de chirurgie est réalisé collectivement.

Les aides chirurgicales pour les kystes pancréatiques sont classiquement divisées en 5 groupes:

  • Drainage externe du kyste;
  • Drainage interne du kyste (imposition d'anastomoses internes entre la paroi du kyste et différentes parties du tractus gastro-intestinal);
  • Drainage interne externe des kystes;
  • Interventions chirurgicales radicales (énucléation des kystes et résections du pancréas avec kystes, de volume différent);
  • Interventions de drainage par ponction-cathétérisme laparoscopique, endoscopique et autres mini-invasives, qui visent le drainage externe ou interne des kystes sous le contrôle de l'imagerie médicale.

Plus la paroi de la formation kystique est formée, plus il y a de possibilités d'effectuer une intervention radicale. Les conditions les plus favorables pour le traitement chirurgical surviennent 5 à 6 mois après le début du développement du kyste, lorsque sa paroi est complètement formée et que l'inflammation passe. À cet égard, au stade aigu de la maladie, les chirurgiens tentent d'effectuer un traitement conservateur à part entière, qui vise à prévenir les complications. Des interventions peu invasives sont effectuées quel que soit le stade de développement du kyste.

Les arguments en faveur d'une intervention chirurgicale urgente sont les données suivantes:

  • La présence de soupçons raisonnables de développement de complications graves de la formation kystique;
  • Augmentation progressive de la taille de l'éducation, malgré le traitement conservateur en cours;
  • La présence de signes convaincants de la nature tumorale du processus kystique.

Pour subir l'examen et le traitement d'un kyste pancréatique, prenez rendez-vous avec le chirurgien de l'hôpital Yusupov en appelant par téléphone n'importe quel jour de la semaine, quelle que soit l'heure de la journée.

Alexey Andreevich Moiseev

Chef du service d'oncologie, oncologue, chimiothérapeute, Ph.D..

Prévisions: combien de personnes vivent avec

C'est la question la plus fréquemment posée par les patients diagnostiqués avec des kystes RV. Cependant, il est impossible d'y répondre sans équivoque, car tout dépend de chaque cas particulier. Le pronostic est influencé par un certain nombre de facteurs: la taille de la cavité, sa nature morphologique, le stade auquel le kyste a été détecté, la présence ou l'absence de complications et de maladies concomitantes, ainsi que l'état général du patient.

En général, un kyste pancréatique est un événement plutôt rare, pour les petits processus, à condition qu'il n'y ait pas de circonstances compliquées, même un traitement médicamenteux est utilisé, cependant, les grandes formations purulentes ne sont soumises qu'à une ablation chirurgicale. La résection est lourde de diverses conséquences indésirables, en outre, il existe un risque élevé de re-formation de la cavité.

La pharmacothérapie postopératoire, l'apport alimentaire et l'évitement total de l'alcool sont trois choses qui assureront un état stable et éviteront les rechutes.

En règle générale, la détection de la pathologie se produit dans un ordre aléatoire. Le kyste du pancréas aux premiers stades de son développement ne dérange en aucun cas le patient.Par conséquent, le plus souvent, il est déterminé à un stade avancé, lorsque son diamètre est déjà suffisamment grand et que des complications y sont associées. Tout cela en dit long sur l'importance de l'examen médical annuel..

La prévention

Comme vous le savez, il est toujours plus facile de prévenir le développement d'une maladie que de la traiter. Et le kyste pancréatique ne fait pas exception. Pour éviter son apparition, chaque personne a besoin:

  • mange correctement;
  • faire du sport;
  • suivre la routine quotidienne;
  • exclure la suralimentation la nuit;
  • se débarrasser des mauvaises habitudes;
  • traiter en temps opportun les maladies du tube digestif.

Il faut comprendre qu'un kyste pancréatique est une pathologie très grave pouvant entraîner une invalidité ou une mort inattendue. Par conséquent, en aucun cas, il ne doit être retardé avec son traitement.!

Commentaires

Chers lecteurs, votre opinion est très importante pour nous - par conséquent, nous serons heureux d'entendre votre opinion sur le kyste pancréatique dans les commentaires, elle sera également utile aux autres utilisateurs du site.

Kristina

On m'a diagnostiqué un kyste de 3 cm après une pancréatite aiguë, que j'ai traitée à l'hôpital. Ils ont enlevé la phase aiguë et renvoyés chez eux, et après un certain temps, ce kyste a été diagnostiqué. Je vais être réexaminé maintenant sur la question de cette éducation, j'espère que tout ira bien.

Je ne pensais pas que le kyste настолько était aussi grave. Ce n'est pas moi qui lui ai fait face, mais mon mari. Les douleurs constantes qui le tourmentaient l'ont forcé à demander l'aide des médecins. Nous avons donc appris qu'il avait un kyste pancréatique. Il a été enlevé et pendant environ un an, il s'est senti bien, puis tout s'est répété: douleurs-examen-kyste.

Étapes de la formation du kyste pancréatique

Le processus de formation d'un kyste pancréatique postcrotique passe par 4 étapes. Au premier stade de l'apparition d'un kyste, une cavité se forme dans la bourse omentale, remplie d'exsudat en raison d'une pancréatite aiguë. Cette étape dure 1,5 à 2 mois. La deuxième étape est le début de la formation de la capsule. Une capsule lâche apparaît dans la circonférence du pseudokyste non formé. Sur la surface interne, les tissus nécrotiques avec infiltration polynucléaire restent. La durée de la deuxième étape est de 2 à 3 mois à compter du moment de l'apparition.

Au troisième stade, la formation de la capsule fibreuse du pseudokyste est terminée, qui est fermement fusionnée avec les tissus environnants. Le processus inflammatoire est intense. C'est productif. En raison de la phagocytose, la libération du kyste des tissus nécrotiques et des produits de décomposition est terminée. La durée de cette étape est de 6 à 12 mois..

La quatrième étape est l'isolement du kyste. Seulement un an plus tard, les processus de destruction des adhérences entre la paroi du pseudokyste et les tissus environnants commencent. Ceci est facilité par le mouvement péristaltique constant des organes qui sont fusionnés avec un kyste immobile, et l'effet prolongé des enzymes protéolytiques sur les adhérences cicatricielles. Le kyste devient mobile, se détache facilement des tissus environnants.

Diagnostic de la pathologie

La première chose à faire si vous ressentez une gêne au niveau du pancréas est de consulter un gastro-entérologue. La collecte de données anamnestiques, ainsi que l'examen du patient avec palpation, au cours duquel une asymétrie est souvent trouvée sur le site de localisation du kyste, permet de tirer les premières conclusions concernant la nature de la maladie.

L'étape suivante concerne les tests de laboratoire, le plus souvent ils ne fournissent pas d'informations spécifiques ou significatives, néanmoins, ce type de recherche est nécessaire. L'augmentation de l'ESR, l'activité de la phosphatase alcaline, ainsi que le niveau de bilirubine, une légère leucocytose sont tous des indicateurs qui indiquent indirectement la présence d'un kyste pancréatique. Cependant, il convient de garder à l'esprit qu'une telle concentration d'enzymes peut être le résultat non seulement de la formation kystique, mais également de lésions de l'organe causées par la pancréatite..

C'est pour cette raison que l'utilisation de méthodes de recherche instrumentale est nécessaire:

  • Échographie de la cavité abdominale, et plus spécifiquement du pancréas: avec son aide, il est possible d'évaluer les paramètres du kyste, ainsi que d'établir la présence ou l'absence de complications, par exemple, avec suppuration de la formation, le signal d'écho devient inégal, en cas de malignité, l'hétérogénéité des contours est visualisée;
  • L'IRM ou la tomodensitométrie ˗ peut donner des informations plus détaillées sur la taille des kystes, leur localisation, la présence de la relation des cavités avec les conduits de l'organe;
  • La scintigraphie est une technique d'imagerie par radionucléides qui permet de clarifier non seulement la présence d'une formation kystique, mais également sa localisation dans le parenchyme pancréatique.

Vous lisez: Qu'est-ce que la sécrétion pancréatique: physiologie et troubles

Il existe une autre façon de diagnostiquer les kystes pancréatiques, qui est peut-être la plus précise, c'est la cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique. La méthode consiste en la réalisation séquentielle d'études endoscopiques et aux rayons X. Lors de sa mise en œuvre, un endoscope est d'abord introduit par la bouche de la papille de Vater, puis une série d'images est prise. Grâce à cette technique, il est possible d'obtenir des informations importantes non seulement sur la structure du kyste, mais également sur sa connexion avec les canaux de l'organe.Cependant, dans le processus de recherche de cette manière, le risque d'infection est très élevé et la méthode n'est donc utilisée que dans des cas très extrêmes..

Une autre étape importante sur la voie de la détermination du diagnostic est la mise en œuvre d'une biopsie des tissus suspects, qui est nécessaire pour confirmer ou réfuter la malignité de la formation détectée. Le plus souvent, cette procédure est effectuée lors de l'exécution de la tomodensitométrie.

Méthodes chirurgicales

Si le traitement conservateur est inefficace dans les 4 semaines, une intervention chirurgicale est indiquée. La médecine moderne consiste à enlever le kyste à l'aide de techniques mini-invasives. Néanmoins, 92% des patients sont contraints de rester à l'hôpital pendant le traitement. Il existe environ sept options pour l'opération.

Si l'intervention est effectuée sous le contrôle d'un échographe, cela réduit considérablement le risque de développer d'éventuelles complications. Ils sont représentés lorsque la formation est située dans la région du corps de l'organe ou dans la région de sa tête, car c'est dans ces cas qu'ils donnent le meilleur effet. Pour effectuer la procédure, le patient est perforé dans la région épigastrique, une aiguille de ponction est insérée à travers celle-ci (en option - un aspirateur), après quoi le kyste est retiré.

Les manipulations du chirurgien dépendent de la taille de la formation:

  1. Drainage par ponction percutanée du kyste - après avoir nettoyé la cavité du kyste du liquide, un drainage (tube en caoutchouc) est installé dans la formation, ce qui assure une sortie constante de liquide pathologique de la formation. Le drainage n'est pas éliminé tant que l'exsudat n'est pas complètement arrêté. Ces manipulations sont nécessaires à la fermeture automatique du défaut (prolifération de tissu conjonctif). Cette opération n'est pas réalisée si le kyste a un volume important (plus de 50-100 ml) ou bloque le conduit de la glande.
  2. La sclérothérapie de l'éducation est basée sur l'introduction d'une solution avec une certaine activité chimique. Il est injecté après que le kyste a été vidé. À l'avenir, un processus naturel de prolifération du tissu conjonctif se produit et le défaut est éliminé.

S'il est impossible d'effectuer des manipulations percutanées, vous devez passer à la variante laparoscopique de l'opération. Il prévoit la réalisation de deux incisions d'une longueur maximale de 2 cm, à travers lesquelles des instruments endoscopiques sont insérés dans la cavité abdominale. De telles opérations se distinguent par un grand nombre de complications possibles, même si elles sont peu invasives. Ceux-ci inclus:

  1. Excision et occlusion de l'éducation. Il est possible d'effectuer cette opération lorsque le kyste est localisé superficiellement. Pendant la procédure, le chirurgien l'ouvre, la désinfecte à l'aide de solutions antiseptiques et la suture étroitement. Il est possible d'utiliser un électrocoagulateur au lieu d'une aiguille, mais dans ce cas, il sera nécessaire d'installer un tube de drainage pendant jusqu'à une semaine.
  2. Résection laparoscopique, qui est réalisée en présence d'un défaut prononcé dans les tissus de l'organe. Par exemple, si le kyste de la tête de la glande a une taille de 50 à 70 mm, le retrait de la tête est nécessaire. Bien que cette opération soit assez traumatisante, le risque de récidive est minime..
  3. L'opération de Frey (ablation de la tête de la glande avec création d'une anastomose pancréato-jéjunale) est l'une des modifications de l'intervention chirurgicale évoquée ci-dessus. Il est nécessaire en présence d'une forte expansion du conduit de la glande. La technique pour effectuer ce type d'opération consiste à coudre le conduit glandulaire directement dans l'intestin grêle. Cela vous permet de normaliser le processus de sécrétion d'enzymes et de réduire au minimum la probabilité de développer une nécrose pancréatique.

La chirurgie laparotomie est l'option la plus récente pour les chirurgiens. Pour l'exécuter, vous devez ouvrir la cavité abdominale. Dans ce cas, le patient devra passer par une longue période de récupération..

La laparotomie peut être réalisée selon le principe:

  1. Résection ouverte;
  2. Selon le principe de l'excision de l'éducation et de son drainage ultérieur;
  3. Marsupilisation d'un kyste - une telle opération a été réalisée pour la première fois dans les années soixante-dix et n'a pas perdu de sa pertinence aujourd'hui. Sa technique est très originale et consiste à ouvrir et à désinfecter le kyste, après quoi les parois sont suturées au bord de l'incision. Ensuite, toute la plaie est suturée en couches. Le principal inconvénient de cette méthode est la formation fréquente de passages fistuleux..

Un kyste pancréatique est une pathologie rare et survient dans pas plus de 0, 006% de la population dans le monde (selon le professeur V. Vinogradov). Néanmoins, cela réduit considérablement la qualité de vie du patient, c'est pourquoi sa détection et son retrait en temps opportun sont si importants..

À notre époque, la médecine moderne est capable de faire face à cette maladie sans trop de difficultés. La seule condition pour garantir un résultat positif du traitement du kyste pancréatique est la recherche rapide d'une aide qualifiée..

Quels sont les symptômes d'un kyste

Jusqu'à une augmentation significative du diamètre, le néoplasme ne se dégage pas. Le patient peut ressentir périodiquement une gêne dans l'hypochondre gauche, l'attribuant à une névralgie ou une douleur musculaire. Des problèmes surviennent lorsque la tumeur s'agrandit - la croissance des kystes déclenche la prochaine (ou première) exacerbation de la pancréatite.

Le patient ressent une douleur intense dans l'hypochondre gauche ou dans la région de l'estomac, le plus souvent après avoir mangé. L'intensité dépend de la taille de la tumeur. Si les nerfs du plexus solaire sont pincés, il y a de vives douleurs brûlantes juste sous le sternum, tirant dans le dos. Si le kyste appuie sur les organes urinaires, le patient ressent des douleurs de traction dans le bas du dos et le bas de l'abdomen.

Une caractéristique est que les crises douloureuses ne sont pas soulagées par les analgésiques ou les antispasmodiques. Les médicaments n'affaiblissent que temporairement l'inconfort, mais ne les éliminent pas complètement. Si le kyste ne provoque pas de nécrose tissulaire, la douleur disparaît en quelques jours. Le soulagement peut durer jusqu'à un mois, après quoi les attaques reprennent.

Dyspepsie

En raison d'un drainage altéré du pancréas, le travail de tout le tube digestif en souffre. Le patient s'inquiète de la lourdeur dans l'abdomen après avoir mangé (même avec des portions rares), il y a des nausées. Avec des dommages irréversibles à la glande, des vomissements indomptables se développent, ce qui n'apporte pas de soulagement (résultat d'une intoxication du corps).

Le travail des intestins change. En raison du manque d'enzymes, le processus de digestion des aliments est perturbé, des flatulences se produisent, le patient développe une diarrhée sévère. Les matières fécales contiennent des impuretés d'aliments non digérés et des inclusions de graisse (stéatorrhée).

D'autres signes

Dans un contexte de nausées et de faiblesse, le patient perd l'appétit et une violation de la dégradation des aliments entraîne des carences nutritionnelles et une perte de poids. En raison de l'inflammation et de l'intoxication, la température augmente. Les indicateurs dépassent rarement les valeurs subfébriles, cependant, avec des complications, de la fièvre et une hyperthermie sévère sont observées.

Les gros kystes provoquent un syndrome de compression. Les symptômes supplémentaires dépendent de la force et de l'emplacement de la pression:

  • si les reins sont comprimés, l'écoulement de l'urine est perturbé;
  • avec une pression sur les intestins, il peut y avoir une rétention des selles et des symptômes d'obstruction (douleur, crampes, asymétrie abdominale);
  • l'effet sur le foie provoque la stagnation de la bile et l'apparition de la jaunisse.

Lors du sondage de la zone de projection du pancréas sur la paroi abdominale antérieure, une tubérosité ou une saillie de certaines sections de la glande peuvent être détectées.

Classification

Par caractéristiques morphologiques, le kyste pancréatique est divisé en deux types:

Les vrais kystes accompagnent une personne dès la naissance.

Les faux ou pseudokystes du pancréas résultent de tumeurs, de pancréatite, de trouble de stress post-traumatique. Les kystes postnécrotiques sur le pancréas sont remplis de liquide, n'ont pas de couche épithéliale.

Lors de la caractérisation d'un organe à problème, vous pouvez utiliser la classification d'Atlanta de 3 degrés de gravité, qui détermine l'évolution de la maladie:

  • Sharp - manque de murs indépendants.
  • Parois de tissu fibreux ou de granulation de forme chronique.
  • Abcès - une cavité remplie de masses purulentes.

Classification des pseudokystes par type de tumeur:

  • bénin (hautement différencié);
  • malin (indifférencié).

C'est intéressant! Innovation de traitement

Lors de la conférence internationale scientifique et pratique "Médecine moderne: questions d'actualité", qui s'est tenue en Russie, à Novossibirsk, le 6 juillet 2019, les résultats d'une méthode chirurgicale améliorée pour traiter les gros kystes pancréatiques ont été publiés. La méthode du double drainage interne avec drainage externe a été appliquée à 11 patients sur 59, avec un diamètre de kyste supérieur à 10 cm.

Avec un accès laparotomique (ouvert) à travers l'estomac ou la zone de l'hypochondre gauche (si la «queue» de la glande était endommagée), une ponction de kyste était réalisée. Le biomatériau prélevé a été immédiatement envoyé pour analyse biochimique et histologique. Si la nature de la formation était bénigne, la paroi du kyste était ouverte, les masses nécrotiques et d'autres formations denses étaient éliminées. Ensuite, une anastomose a été réalisée dans l'estomac et à l'aide de catgut, un petit tube en silicone a été cousu, dont l'autre extrémité a été extraite..

Avec l'aide du drainage, la possibilité de laver la cavité du kyste avec des antiseptiques puissants a été obtenue, la fonctionnalité de l'anastomose a été surveillée à l'aide d'une étude radio-opaque. L'assainissement du kyste en période postopératoire a conduit à l'accélération de son oblitération (surcroissance). Après contrôle de l'anastomose et en l'absence de drainage, le tube a été retiré.

La méthode favorise la formation d'une anastomose cohérente et empêche la formation de cavités résiduelles dans le pancréas. Le succès d'un tel traitement est confirmé par une réduction de la durée d'hospitalisation (jusqu'à 10 jours). Tous les patients opérés de cette manière n'ont eu aucune complication après l'opération et aucune récidive du kyste n'a été enregistrée..

Tumeurs bénignes et malignes du pancréas

Le gonflement du pancréas est de plus en plus fréquent. La cause exacte qui provoque la manifestation de néoplasmes n'a pas été établie. Une tumeur du pancréas de nature bénigne n'est pas aussi dangereuse pour l'homme qu'une tumeur maligne. Avec lui, la qualité de vie des patients et leur taux de survie sont nettement plus élevés que lorsque le cancer est détecté..

Les causes des tumeurs du pancréas

Il a été prouvé que l'influence de certains facteurs augmente la possibilité de collision avec des tumeurs. Il:

  • kystes dans la glande;
  • travail dans lequel le corps est constamment exposé à des composés chimiques nocifs;
  • cholécystite calculeuse;
  • pancréatite chronique avec altération de la sécrétion d'enzyme pancréatique;
  • cirrhose;
  • Diabète;
  • fumeur;
  • consommation constante d'aliments gras.

Tumeurs bénignes

La classification des tumeurs bénignes dépend de la nature histologique de la formation. Les bénins sont divisés en:

  • hémangiomes - formations constituées de cellules de vaisseaux sanguins;
  • fibromes - tumeurs de cellules de tissu fibreux;
  • névromes - formations des tissus nerveux et de leurs nœuds;
  • lipomes - sont d'origine grasse;
  • léiomyomes - formations de tissu qui forment des muscles lisses;
  • adénomes (cystadénomes) - consistent en un tissu glandulaire. Les adénomes sont l'une des formations les plus courantes de la glande, les cystadénomes sont rares.

Types de formations

Les médecins divisent les néoplasmes du pancréas en vrais et faux. Les premiers comprennent les kystes congénitaux, leur principale différence réside dans la structure de la capsule. Il est formé de tissu épithélial. Au cours de la vie, ces néoplasmes n'augmentent pas en taille et causent rarement une gêne, ils peuvent disparaître sans aucun traitement.

Les faux kystes sont constitués du contenu et d'une capsule fibreuse, se forment en réponse à des changements inflammatoires, peuvent augmenter à des rythmes différents, se nécroser, se transformer en abcès, devenir malin (devenir malin).

À l'emplacement, les kystes sont distingués:

  • tête pancréatique - provoque le plus souvent des symptômes vifs, peut provoquer une obstruction intestinale, une stase biliaire;
  • les corps - capables de presser le côlon et l'estomac, sont plus courants que d'autres;
  • queue - causent rarement une gêne, car même avec de grandes tailles, ils ne touchent pas les organes voisins.

Par nature, les kystes se différencient en:

  • néoplasique - sujet à la dégénérescence ou aux tumeurs malignes;
  • traumatique - se produit après une blessure mécanique;
  • parasitaire - provoqué par des helminthes ou des protozoaires;
  • inflammatoire - est apparu dans le contexte de la pancréatite.

Un kyste aigu est appelé au tout début de son apparition. Dans ce cas, les parois de la capsule ne sont pas formées, l'espace est limité par le tissu principal du pancréas. Après l'apparition des murs, la formation est appelée subaiguë ou chronique. Lorsque la cavité est remplie de pus ou de masses nécrotiques, le kyste est appelé abcès..

Les néoplasmes peuvent être uniques (clairement délimités et localisés dans une seule partie de l'organe), multiples (détectés dans 2 parties de la glande) ou diffus (petits kystes dans tout le parenchyme).

Une caractéristique importante est la taille du kyste. Jusqu'à 5 cm de diamètre, il est considéré comme inoffensif. De grandes masses peuvent interférer avec la circulation sanguine, pincer les nerfs et les organes.

Traitement de la maladie

Les tactiques de thérapie dépendent des caractéristiques du kyste. Les néoplasmes bénins de moins de 50 mm de diamètre, qui ne provoquent pas de troubles digestifs, sont suivis par échographie. Toutes les grosses tumeurs doivent être retirées. Les petits kystes aux limites indistinctes font l'objet d'une étude plus approfondie (biopsie, endoscopie) et d'une élimination urgente si une nature maligne est confirmée.

Thérapie conservatrice

Les pseudokystes récemment apparus peuvent être éliminés de manière conservatrice, si le processus inflammatoire est rapidement arrêté et si le travail normal du pancréas est repris. Les néoplasmes jusqu'à 2 cm de diamètre peuvent se dissoudre. Pour ce faire, nommez:

  • 7 à 10 jours de repos au lit;
  • 2-3 jours de jeûne;
  • régime stricte;
  • régulateurs de sécrétion (Omez, Pantoprazole);
  • antispasmodiques (No-Shpa, Buscopan, Spasmomen);
  • antibiotiques (pour empêcher la propagation de l'infection);
  • thérapie enzymatique substitutive (Creon, Mezim, Pangrol, pour réduire la charge fonctionnelle sur l'organe).

Si le kyste ne disparaît pas en un mois, les médicaments sont annulés et le néoplasme est surveillé en cas de croissance intensive. Si nécessaire, planifiez une opération.

Chirurgie

Un traitement radical des kystes est nécessaire dans 92% des cas de diagnostic de néoplasme. Les techniques chirurgicales mini-invasives (sans grandes incisions dans la paroi abdominale) sont considérées comme préférables. Ils fournissent de bons résultats, un faible risque de récidive de la maladie et de complications postopératoires..

Pour éliminer les kystes isolés jusqu'à 100 ml de volume, des techniques chirurgicales percutanées sont recommandées. Un drainage par ponction et une sclérosement des néoplasmes sont effectués. Dans le premier cas, le contenu du kyste est retiré, un drainage est inséré. Après l'arrêt complet de la libération d'exsudat, le tube est retiré. La sclérothérapie implique l'introduction d'une solution chimiquement active dans la cavité du kyste, qui nettoie la capsule et provoque l'effondrement de ses parois. Les deux manipulations conduisent à une prolifération fibreuse du kyste..

Si des méthodes peu traumatiques ne peuvent être utilisées, des interventions laparoscopiques sont prescrites. Avec eux, 2-3 petites incisions sont pratiquées sur la paroi abdominale antérieure, à travers lesquelles du matériel optique et chirurgical est introduit. Les technologies permettent de réaliser:

  • Opération de Frey - utilisée dans le cas d'une forte expansion du canal pancréatique, nettoyer la cavité du kyste et créer une anastomose (suturer les parois du canal) dans le duodénum;
  • résection partielle - prescrite pour les formations de plus de 5 cm de diamètre à l'intérieur du parenchyme, la partie de la glande dans laquelle le kyste est concentré est immédiatement retirée;
  • excision d'un néoplasme - utilisé pour éliminer les kystes uniques superficiels, ils sont ouverts, désinfectés, les tissus des organes sont étroitement suturés.

À l'aide d'opérations laparotomiques (ouvertes), l'excision et le drainage externe des kystes, la résection de grandes zones du pancréas, la marsupialisation des néoplasmes (suture des bords du kyste aux contours de l'incision, suivie d'une fermeture de la plaie couche par couche) sont effectuées. De telles techniques sont associées à un risque élevé de complications infectieuses, de formation de fistules, de saignements et de divergence de suture. Les inconvénients sont également considérés comme la complexité des manipulations ouvertes, leur traumatisme et une longue période de rééducation..

Emplacement et dimensions

Les véritables néoplasmes mesurent de 2-3 à 27 mm.

Quant aux pseudokystes pancréatiques, ils sont beaucoup plus gros (parmi eux il y a des tumeurs géantes de 15 cm). La quantité de liquide avec laquelle ils sont remplis peut aller jusqu'à 2 litres.

Ces formations peuvent être situées n'importe où dans la glande et déplacer d'autres organes du tractus gastro-intestinal (GIT), en appuyant dessus.

Par exemple, si la pathologie est localisée près de la bourse omentale (un espace dans la cavité abdominale derrière l'estomac), elle pousse l'estomac vers le bas et le foie vers le haut. Si la formation du pancréas s'étend dans la partie inférieure de la cavité abdominale, l'intestin grêle est poussé encore plus bas et le côlon transverse s'élève plus haut.

Panneaux

La gravité des symptômes cliniques est déterminée par la taille et l'emplacement des formations, ainsi que par le déroulement du processus avec ou sans complications..

Jusqu'à ce qu'une seule cavité dans la glande atteigne 40-50 mm, les signes évidents peuvent être absents pendant une longue période.

Avec des capsules solitaires plus grandes, de nombreuses cavités kystiques, en cas de violation du fonctionnement de l'organe, de compression des vaisseaux sanguins, des ganglions nerveux, des canaux excréteurs et des organes adjacents, les manifestations pathologiques de la maladie commencent à augmenter.

Habituellement, la croissance de l'éducation est plutôt lente, mais si le soi-disant kyste dormant devient enflammé, alors lorsque le pus s'accumule dans la capsule, il peut commencer à se développer rapidement..


Symptômes courants d'un kyste pancréatique:

  1. Douleur constante ou paroxystique et plus intense dans la région épigastrique et ombilicale, qui peut irradier derrière le sternum, sous l'omoplate. Peut augmenter avec les changements de position corporelle, généralement non associés à la prise alimentaire.
  2. Sensation de lourdeur et de plénitude sous la côte gauche.
  3. Trouble des fonctions digestives, diminution de l'appétit.
  4. L'apparition de petites fractions de graisse dans les selles.
  5. Faiblesse générale, anémie, fatigue, parfois fièvre jusqu'à 37,5 ° C.
  6. Jaunissement des muqueuses et de la peau, sclérotique des yeux, nausées, vomissements, qui se développent lorsque le kyste serre la vésicule biliaire et ses canaux, ce qui réduit l'excrétion de la bile.

Toutes les manifestations douloureuses deviennent intenses si la pathologie se développe accompagnée d'une inflammation aiguë de la glande (pancréatite). Les symptômes suivants se produisent:

  • douleur intense et vive, souvent de type ceinture (couvrant l'abdomen, l'hypochondre et le bas du dos);
  • nausées, épisodes de vomissements;
  • une augmentation de la température à 38,7 - 40 degrés;
  • jaunissement accru de la peau et des muqueuses;
  • diarrhée, perte de poids sur fond de diarrhée, ballonnements, formation de gaz;
  • les matières fécales acquièrent un éclat huileux en raison de la présence d'une grande quantité de graisse.

Une douleur insupportable, qui se manifeste de manière aiguë et irradie vers le dos, peut indiquer une suppuration aiguë du kyste et une rupture de sa capsule. Dans le même temps, il y a une forte augmentation de la température, des frissons, des sueurs froides.

Il faut garder à l'esprit que la présence d'un kyste dans le pancréas entraîne souvent une perturbation de la production d'hormones (insuline, somatostatine, glucagon), et cette condition s'exprime:

  • dans une sensation de soif aiguë et de sécheresse de la muqueuse buccale;
  • en cas de perte de conscience due au développement d'un coma sur fond de forte baisse ou, au contraire, d'une augmentation de la glycémie (coma hypo- ou hyperglycémique);
  • en polyurie - débit urinaire abondant (jusqu'à 10-15 litres par jour).

Régime pour la pathologie

S'il y a une formation kystique dans le pancréas, une bonne nutrition fait partie du traitement. Le tableau de régime numéro 5 selon Pevzner est attribué. Il exclut l'utilisation de gras, épicés, frits, fumés. Les aliments doivent être chauds, hachés et vous devez les manger en petites portions 4 à 6 fois par jour. Cela réduira la charge fonctionnelle sur le pancréas et évitera des lésions tissulaires avec la formation d'un kyste ou sa croissance ultérieure. La durée du régime, la liste des aliments interdits, le menu spécifique sera prescrit par le médecin en tenant compte de la situation clinique.Les restrictions alimentaires sont observées pendant plusieurs mois, parfois elles doivent être respectées tout au long de la vie.

Qu'est-ce qui peut provoquer le développement d'un kyste

Le kyste pancréatique survient chez les jeunes et les personnes âgées. L'âge n'est pas un facteur de risque pour le développement de cette pathologie. Les vrais kystes ne sont que congénitaux, dans certains cas, une maladie polykystique systémique est détectée lorsqu'un enfant naît avec des cavités kystiques dans plusieurs organes.

Un pseudokyste du pancréas se forme pour les raisons suivantes:

  • exacerbation de la pancréatite chronique;
  • lésion d'organe;
  • violation de la perméabilité du conduit de la glande;
  • tumeurs;
  • invasion helminthique;
  • l'abus d'alcool;
  • calculs dans la vésicule biliaire;
  • hémorragie à l'intérieur de la glande;
  • obésité;
  • Diabète;
  • opérations sur le système digestif;
  • taux de cholestérol élevé.

Dans 90% des cas, des kystes se forment avec une pancréatite; les autres causes courantes sont un traumatisme de la glande et la formation de calculs dans les conduits. La formation d'une cavité kystique se produit comme suit:

  1. La maladie primaire provoque une inflammation de la glande. Cellules protectrices - les neutrophiles et les lymphocytes se précipitent vers la zone touchée.
  2. Le site de l'inflammation est séparé du tissu sain. La croissance du tissu conjonctif commence à l'intérieur du néoplasme..
  3. Les cellules protectrices détruisent les tissus à l'intérieur du foyer, un vide se forme dans le pancréas, qui est rempli de suc pancréatique, d'exsudat et de particules de tissu mort.

Parfois, les patients ont plusieurs petits kystes (pas plus de 15 mm) de la glande. Dans ce cas, le patient reçoit un diagnostic de pancréatite kystique. Cette maladie entraîne des complications dans plus de la moitié des cas..

Méthodes de détection

Si vous soupçonnez la formation d'un kyste pancréatique, vous devez consulter un gastro-entérologue. Cela aidera à identifier la maladie par des plaintes caractéristiques et une anamnèse. Si vous examinez l'abdomen du patient, une asymétrie est révélée, en particulier, un renflement se forme dans la zone du kyste. Il est impossible de déterminer avec précision la présence d'un kyste grâce à des tests de laboratoire..

Grâce à eux, seules une légère leucocytose et une augmentation du niveau d'ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes), une augmentation de la bilirubine et de la phosphatase alcaline sont déterminées. La méthode la plus informative pour détecter un kyste est considérée comme une échographie du pancréas. Il vous permet de déterminer non seulement la taille, mais révèle également des signes indirects de développement de complications.

En cas de suppuration du contenu kystique, un écho et une hétérogénéité inégaux des contours de la formation sont observés. En cas de difficultés diagnostiques, une imagerie par résonance calculée ou magnétique est prescrite. Cette méthode vous permet d'étudier plus en détail les tissus de l'organe, de déterminer l'emplacement exact du kyste et de savoir s'il existe un lien avec le canal cholédoque..

Ce dernier est important pour déterminer les tactiques de traitement chirurgical..

Les kystes pancréatiques sont détectés par cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique. Il vous permet également d'identifier la connexion entre le kyste et les conduits de la glande. Dans la pratique diagnostique, cette méthode est utilisée lorsqu'une décision est prise sur le traitement chirurgical d'une maladie..

Un traitement conservateur

Les tactiques thérapeutiques sont déterminées en fonction d'indicateurs tels que:

  • communication avec un conduit commun;
  • stade de développement de la maladie;
  • caractéristiques de flux;
  • la présence et la nature des complications.

Si la taille de la formation ne dépasse pas 2 cm, les limites sont clairement limitées, le nombre de kystes n'est pas supérieur à un, il n'y a pas de syndrome douloureux prononcé et de complications, puis le traitement des kystes pancréatiques est effectué avec des médicaments et soumis à un régime. Des analgésiques sont prescrits.

Le régime consiste à restreindre le régime des graisses et des protéines. Dans les 1,5 mois après la nomination du traitement, une observation dynamique de l'état du kyste est effectuée. Si la taille ne change pas à la hausse, il est recommandé au patient de continuer à suivre le régime alimentaire et une surveillance systématique par échographie. Le traitement conservateur est réalisé en utilisant:

Nutrition pour les maladies du pancréas

  • anti-douleurs;
  • médicaments de substitution;
  • médicaments pour normaliser les niveaux de sucre.

Conséquences et complications des kystes sur le pancréas

En cas d'identification intempestive, une formation de cavité de taille solide est dangereuse en raison de complications qui, selon les statistiques, représentent 10 à 55% de tous les cas sous la forme de:

S'il n'est pas guéri en temps opportun, des conséquences graves peuvent survenir:

  • le kyste peut éclater:
  • l'éducation est maligne.

Même si le kyste est enlevé chirurgicalement, il existe un risque de récidive.

Où mène le kyste

Tous les kystes du pancréas à un degré ou à un autre entraînent un dysfonctionnement des organes. De petites formations peuvent se développer. En même temps, ils commencent à presser les vaisseaux sanguins, les canaux de la glande, provoquent une congestion, tout cela se transforme rapidement en inflammation. La libération de suc digestif est perturbée, des troubles dyspeptiques apparaissent.

De plus en plus de cellules d'organes sont impliquées dans le processus. Les tissus sains sont remplacés par du tissu fibreux et l'organe perd son élasticité. La sortie de jus peut s'arrêter complètement. Le métabolisme (protéines, lipides, glucides) est perturbé, des dysfonctionnements d'autres organes internes apparaissent.


Kyste pancréatique - vue au microscope

Avec la formation de cordons fibreux, les vaisseaux sanguins peuvent être blessés, ce qui entraîne des saignements internes. La réponse immunitaire à une inflammation prolongée et étendue est imprévisible: les cellules impliquées dans la pathologie peuvent devenir atypiques et le kyste se transforme en cancer.

Une augmentation du nombre de cellules mortes, de masses purulentes, d'exsudats et d'inclusions sanglantes à l'intérieur de la capsule peut entraîner sa rupture. Ceci est lourd avec la propagation de l'infection à l'organe entier, une nécrose pancréatique étendue, une péritonite, un empoisonnement du sang et la mort..

Un kyste qui grossit affecte les organes voisins et les terminaisons nerveuses. Il provoque une gêne, des troubles digestifs. Un kyste pancréatique peut réduire considérablement la qualité de vie du patient et aboutir à un échec.

Méthodes traditionnelles de thérapie

Pour éviter la chirurgie, certains guérisseurs et herboristes recommandent un traitement à base de plantes. La méthode peut être utile pour les kystes «frais» de petite taille. Il est préférable d'utiliser des recettes folkloriques après consultation d'un médecin et en parallèle avec un traitement médicamenteux.

L'efficacité des herbes contre les kystes pancréatiques n'est pas scientifiquement prouvée. L'utilisation de la seule thérapie non conventionnelle peut conduire à une augmentation de la taille des kystes, accélérer sa maturation et sa rupture, ce qui est lourd de conséquences fatales..

L'action des plantes repose sur des effets anti-inflammatoires, sécrétoires et analgésiques. Dans le traitement des kystes pancréatiques, il est recommandé d'utiliser des extraits de:

  • camomille;
  • achillée;
  • stonecrop;
  • la tanaisie;
  • herbe sèche;
  • elecampane;
  • aloès;
  • immortelle;
  • Millepertuis;
  • banane plantain;
  • Origan;
  • menthe;
  • fenouil.

Le traitement avec des frais à partir des herbes énumérées est considéré comme plus efficace. Il vaut mieux confier la préparation de la recette à un herboriste expérimenté. Vous trouverez ci-dessous les mélanges d'herbes les plus populaires pour les kystes pancréatiques.

Recette 1

Mélanger des quantités égales de calendula, millefeuille et chélidoine. Une cuillère à café du mélange d'herbes est versée avec un verre d'eau bouillante, laissée infuser sous le couvercle pendant 2 heures. Après cela, la hotte est filtrée, divisée en 3 parties égales. Chacun d'eux est bu 30 minutes avant les repas. Le traitement dure un mois, après une semaine de pause, il est répété ou le médicament est préparé selon la prescription suivante.

Recette 2

Mélanger 2 cuillères à soupe de fleurs de calendula séchées et la même quantité de flèches de plantain écrasées, 1 cuillère à soupe d'herbe de tanaisie. Une cuillère à café de la collection est brassée dans un verre d'eau bouillante pendant une heure et demie. Après avoir filtré, la hotte est divisée en 3 parties, à prendre une demi-heure avant les repas. Le cours du traitement est d'un mois

Certaines sources recommandent d'alterner 2 collections entre elles. Pour vous débarrasser des kystes, vous devez passer par 3 cycles de thérapie.

Recette 3

Prenez des feuilles d'airelles, de fraises, de bleuets, ainsi que des coquilles de haricots et de la soie de maïs hachée. Une cuillère à soupe du mélange est brassée avec un verre d'eau bouillante dans un thermos pendant la nuit. Le matin, filtrez la hotte, buvez un demi-verre à jeun. La durée du traitement est de 2 semaines, vous devez ensuite consulter un médecin et, si nécessaire, poursuivre le traitement.

Recette 4

Le millepertuis, les feuilles de menthe, la camomille, le plantain, l'achillée millefeuille et le cresson séché sont mélangés. Une cuillère à café de la collection est brassée pendant 2 heures dans un verre d'eau bouillante. Après l'effort, prendre 3 fois par jour une demi-heure avant les repas. La perfusion a des propriétés antispasmodiques prononcées et arrête la croissance du kyste.

Prévention et pronostic

Avec un kyste pancréatique, le pronostic du développement de la maladie dépend en grande partie des raisons qui l'ont provoquée, de la rapidité du diagnostic et du succès du traitement chirurgical. La pathologie considérée est caractérisée par un risque élevé de complications. Plus de la moitié des cas sont accompagnés de complications telles que la suppuration du kyste ou sa perforation, la formation de fistules, des saignements intra-abdominaux, le passage de la maladie à une forme maligne.

Même après des interventions chirurgicales, le risque de récidive n'est pas exclu. Mais avec un strict respect des recommandations du médecin et une observation régulière, il est possible de prolonger la vie. Il est conseillé aux personnes qui présentent des signes de maladie pancréatique de suivre un certain nombre de règles préventives pour éviter la formation de kystes. Ils sont les suivants:

  • un mode de vie sain à l'exclusion de l'alcool et du tabagisme;
  • traitement rapide des maladies gastro-intestinales concomitantes;
  • nutrition modérée sans trop manger;
  • contrôle de la glycémie;
  • l'adhésion à un régime;
  • perte de poids avec obésité.

Lorsqu'on diagnostique un kyste pancréatique, il est rarement possible de contourner la chirurgie, car une telle formation a tendance à s'enflammer. Si cela se produit, la maladie menace la vie du patient et seule une opération d'urgence peut le sauver.

Traitement des formations

Les méthodes de diagnostic radicales pour la gastro-entérologie restent une priorité. Pour l'étiologie non néoplasique, des opérations de drainage sont pratiquées. Le drainage interne du kyste consiste en la mise en place d'un stent filamenteux. La méthode d'intervention de drainage externe est utilisée dans des cas exceptionnels..

Méthode de traitement traditionnelle

Une thérapie conservatrice peut être utilisée pour calmer la concentration enflammée. Les agents pharmacologiques antiacides neutralisent et se lient à l'acide chlorhydrique. Ils préviennent les tumeurs et préviennent les irritations.

Dans la pancréatite, l'insuline est prescrite si le corps n'en produit pas suffisamment. Infection bactérienne et suppression supprimée par les antibiotiques.

Médicaments: les analgésiques peuvent être bénéfiques, mais pas toujours. Les personnes souffrant de pancréatite ont exprimé une intolérance à certains médicaments. De plus, avec le traitement médicamenteux, tous les médicaments ne sont pas entièrement absorbés et le système digestif est déséquilibré..

Lorsqu'une opération est nécessaire?

Les lésions kystiques multiples ne peuvent pas être complètement éliminées avec une approche médicamenteuse. Si la localisation du kyste est petite, il est possible de ne pas opérer. Cela ne s'applique pas aux néoplasmes de nature maligne pour enlever une partie du pancréas, quelle que soit leur taille.

La chirurgie est réalisée de deux manières principales pour traiter les problèmes de kystes:

  • résection;
  • interférence avec le drainage interne ou externe.

Méthodes traditionnelles et leur application dans le traitement

La sagesse séculaire sait comment les dons naturels et les manipulations simples peuvent soulager la douleur.

Les recettes de céréales sont utiles: bouillie d'avoine, teinture d'avoine. Le sarrasin moulu dans un moulin à café et rempli d'un verre de kéfir le soir est utilisé le matin au lieu du petit-déjeuner.

Une compresse de yaourt est placée sur un point sensible.

Les infusions aux herbes sont fabriquées à partir de feuilles de myrtille, d'airelle et de fraise. La collection d'immortelle et de camomille est nécessaire pour boire des médicaments. Pour soigner le corps, vous pouvez utiliser les riches réserves de notre flore: menthe, aneth, absinthe, iris, racine d'élécampane, millepertuis, coriandre, topinambour, tremble, graines de chanvre.

Signes d'un kyste

Les symptômes peuvent se manifester par un léger inconfort ou une douleur intense, selon la taille et l'emplacement de la formation. Les petits kystes ne causent pas de problèmes graves, car ils ne compriment pas les organes, à l'exception des formations multiples.

Si la taille de la tumeur est importante, le patient ressent:

  • Crise de pancréatite aiguë. La douleur de la ceinture paroxystique augmente après avoir mangé ou bu de l'alcool, et les antispasmodiques et les AINS ne soulagent pas. Des vomissements, des flatulences, de la diarrhée peuvent rejoindre cette condition. Après un mois, le patient va mieux avant la rechute.
  • Le flash suivant diffère en intensité et en durée.
  • Frissons, la température corporelle peut augmenter.
  • Faiblesse générale, caractérisée par la fatigue, la léthargie.
  • Il y a de la lourdeur, principalement dans l'hypocondre gauche.
  • La peau du visage change, acquérant une teinte jaune.
  • Augmentation de la miction, soif.

Les signes peuvent être visualisés. Dans ce cas, une saillie de la paroi est visible sous le sternum. Le plus souvent, cela indique une grande formation située sur la tête de la glande.

La nature des symptômes peut indiquer la localisation de l'éducation. S'il est situé sur la tête de l'organe et serre les voies biliaires, le patient est tourmenté par l'envie de nausées et de vomissements, le jaunissement du tégument.

Lorsque le canal principal de la glande est impliqué dans le processus, une indigestion, une diarrhée et un syndrome douloureux sévère sont observés. Une faiblesse avec une augmentation de la température indique le développement d'un abcès en raison de l'ajout d'une infection.

Symptômes et causes de la pathologie

La symptomatologie de la maladie se manifeste par une douleur dans les hypocondries gauche et droite. Le syndrome douloureux dépend de la nature de l'inflammation et du degré de dommage aux organes. Il s'agit d'attaques périodiques. Il peut ne pas s'arrêter, se rappelant constamment de lui-même avec des crampes lombaires qui irradient dans le dos.

Manque d'appétit, indigestion, fatigue, frissons, vomissements sont les premiers symptômes de la maladie. S'ils apparaissent pendant une longue période, vous devez réagir et commencer le traitement..

La particularité d'un kyste pancréatique est qu'une petite cavité d'un diamètre allant jusqu'à cinq centimètres ne se manifeste pas en comprimant les organes les plus proches et les plexus nerveux. Le patient n'a aucune raison de s'inquiéter, car rien ne dérange. La souffrance n'est causée que par de gros kystes et la formation de fistules. Parfois, la douleur est atténuée, mais un léger inconfort persiste.

Une rupture ou une suppuration du kyste est mise en évidence par la douleur insupportable sous-costale, la température élevée, les vomissements.

Un kyste sur la tête du pancréas exerce une pression sur les voies biliaires, les intestins ou la veine porte et entraîne les conséquences suivantes:

  • jaunissement externe;
  • gonflement des jambes;
  • retard de la miction;
  • obstruction intestinale.

Le kyste formé est ressenti au-dessus du nombril. Une douleur irradiante insupportable survient lorsque le plexus solaire est comprimé. Seul le fait de vous asseoir sur vos genoux et de poser vos coudes sur le sol peut vous permettre de réduire les crampes internes. Seuls les analgésiques narcotiques les noient.

Des symptômes douloureux se font sentir par le kyste de la queue sur le pancréas dans l'hypochondre gauche. L'inflammation d'une partie du pancréas est due à de mauvaises habitudes: alcool, suralimentation, aliments gras. Un mode de vie inapproprié conduit à une pancréatite, qui provoque la formation d'un kyste. La chimiothérapie, les médicaments puissants, les traumatismes, les infections, les hormones sont le résultat d'une violation de l'organe interne. Il y a des cas d'agents pathogènes non définis de la maladie.

Code CIM-10

Une pathologie telle qu'un kyste pancréatique est incluse dans la "Classification internationale des maladies", où elle se trouve dans la classe "Maladies du système digestif" (code K00-K93) et dans sa section intitulée "Maladies de la vésicule biliaire, des voies biliaires et du pancréas" (K80 -K87). Dans ce groupe, il y a une sous-section «Autres maladies du pancréas» (K86), et le kyste est l'un des éléments de cette liste, sa désignation de code est ˗ K86.2. Un type de pathologie tel qu'un faux kyste est enregistré sous le code K86.3..