Causes d'une hypertrophie du pancréas chez l'adulte

Une hypertrophie du pancréas n'est pas un diagnostic, mais juste un signe de l'évolution possible de l'un ou l'autre processus pathologique. Un tel trouble n'a pas de limites par rapport à la catégorie d'âge, c'est pourquoi il est souvent diagnostiqué chez les enfants..

Un grand nombre de facteurs prédisposants peuvent entraîner une modification de la taille de cet organe. Dans la plupart des cas, la source est une maladie, mais d'autres causes sont également distinguées..

Les symptômes d'une hypertrophie du pancréas sont déterminés par la maladie qui a causé cette affection.

Aux stades initiaux du développement de la pathologie, il est assez difficile de la détecter, mais au fur et à mesure qu'elle progresse, à l'aide de méthodes d'examen instrumentales, il est possible de diagnostiquer la maladie.

La tactique de la thérapie dépend entièrement de l'état du patient et des facteurs étiologiques..

Étiologie

Le pancréas est composé de parties telles que la tête, le corps et la queue. Un organe peut être agrandi complètement ou l'un de ses départements. Dans chaque cas, les sources du processus pathologique seront différentes..

Un pancréas totalement élargi chez les adultes et les enfants dans l'écrasante majorité des cas devient avec une évolution aiguë du processus inflammatoire dans cet organe. Cependant, cette condition peut également être causée par:

  • la formation de calculs qui conduisent au blocage du conduit;
  • la fibrose kystique est une maladie héréditaire dont les causes restent inconnues;
  • abus de boissons alcoolisées;
  • un large éventail de blessures et de blessures de la cavité abdominale;
  • l'évolution d'une maladie infectieuse, par exemple, grippe ou hépatite, infections intestinales, oreillons ou septicémie;
  • ingestion incontrôlée de certains groupes de médicaments, en particulier de substances hormonales;
  • activité physique excessive;
  • taux de calcium sanguin élevé;
  • des anomalies dans le développement du pancréas, en particulier la forme annulaire ou en fer à cheval, ainsi que la présence de courbures et de rétrécissements;
  • dyskinésie des voies biliaires;
  • la présence de processus auto-immuns chez une personne, dans lesquels le corps produit des anticorps contre ses propres cellules et tissus sains;
  • inflammation du duodénum, ​​se propageant à la grande papille, dans laquelle s'ouvre le canal pancréatique;
  • intoxication alimentaire grave;
  • lésion ulcéreuse du duodénum ou de l'estomac;
  • violation de l'approvisionnement en sang local - souvent formée dans le contexte de l'athérosclérose des vaisseaux sanguins, de la compression par un néoplasme ou d'un pansement accidentel lors d'une intervention médicale.

Cependant, pas dans tous les cas, l'évolution de la pancréatite entraîne des modifications du volume de l'organe entier. Il n'est pas rare qu'un processus pathologique soit actif dans la tête, le corps ou la queue du pancréas. Mais lors des mesures de diagnostic, d'autres maladies peuvent être détectées, conduisant à un écart par rapport à la norme de la taille de l'une ou l'autre partie structurelle du pancréas..

Ainsi, l'augmentation de la queue du pancréas est due à:

  • la formation de pseudokystes, qui sont une conséquence de la pancréatite;
  • la formation d'abcès remplis de liquide purulent;
  • une tumeur bénigne qui se développe à partir du tissu glandulaire;
  • un processus oncologique, dans lequel les néoplasmes sont volumineux et serrent la queue de cet organe;
  • une pierre dont la localisation est le canal de Wirsung, situé dans la région du corps de la glande.

Une augmentation de la tête du pancréas se produit en raison de:

  • la présence d'un pseudokyste ou d'un abcès dans cette zone structurelle;
  • métastase d'une tumeur cancéreuse d'organes internes voisins ou de sa propre formation maligne;
  • la présence d'adénome kystique;
  • duodénite, entraînant une inflammation de la petite papille du duodénum, ​​dans laquelle s'ouvre un canal supplémentaire, situé dans la tête du pancréas;
  • cicatrisation ou apparition d'une tumeur dans la petite papille du duodénum;
  • l'apparition de calculs.

Tous les facteurs étiologiques ci-dessus conduisent au fait que lors du passage du diagnostic instrumental, une condition sera révélée dans laquelle le pancréas est hypertrophié chez un enfant ou un adulte.

Les principaux groupes de risque sont:

  • les personnes qui boivent des boissons alcoolisées ou qui fument des cigarettes depuis de nombreuses années;
  • les bébés pendant la poussée dentaire;
  • adolescents en âge de transition;
  • les bébés qui passent de l'allaitement maternel à la nutrition artificielle;
  • les personnes dont le menu est dominé par les aliments gras, salés et épicés. C'est pour cette raison que l'alimentation est une partie importante de la thérapie..

Classification

En fonction de la prévalence du processus pathologique, l'augmentation du pancréas est divisée en:

  • diffus - il y a un changement dans le volume de l'organe entier;
  • local - un écart par rapport à la norme d'une seule partie structurelle est diagnostiqué. La tête ou la queue de cet organe peut augmenter.

Symptômes

Une augmentation du pancréas chez un enfant et un adulte se produit individuellement. Dans certains cas, la pathologie peut ne montrer aucun symptôme pendant assez longtemps. Dans de telles situations, le trouble est diagnostiqué tout à fait par accident lors d'examens instrumentaux pour identifier une maladie complètement différente ou à des fins préventives..

Le plus souvent, cet organe est élargi en raison de l'évolution du processus inflammatoire, c'est pourquoi la maladie présente des symptômes prononcés. La toute première manifestation clinique est le syndrome de la douleur, qui peut être aiguë ou douloureuse. Le lieu de localisation de la douleur est le haut de l'abdomen. Souvent, la douleur irradie vers le bas du dos ou vers le bras gauche.

Si la tête du pancréas est hypertrophiée, les principaux symptômes, en plus de la douleur, sont considérés comme des selles dérangées, qui se manifestent sous la forme de diarrhée. La gravité de ces manifestations est due à la proximité de l'organe affecté avec le duodénum..

Le pancréas et le foie sont deux organes interconnectés, c'est pourquoi le second souffre quand on est malade. Avec une telle violation, des signes de lésions hépatiques peuvent être envisagés:

  • des accès de nausée, qui se terminent presque toujours par des vomissements;
  • éructations amères;
  • l'apparition d'un goût amer dans la bouche;
  • diarrhée abondante;
  • diminution de l'appétit;
  • changement de la teinte de la peau et des muqueuses. La jaunisse est souvent légère.

Les signes cliniques que le pancréas de l'enfant est hypertrophié seront quelque peu différents:

  • nausées constantes, mais les vomissements sont rares;
  • augmentation de la transpiration;
  • pâleur de la peau;
  • lourdeur et inconfort dans l'estomac;
  • sensation de douleur derrière les côtes;
  • faiblesse et fatigue;
  • maux de tête intenses et vertiges;
  • augmentation significative de la température;
  • manque complet d'appétit.

Chez les bébés qui ne peuvent toujours pas parler, les principaux symptômes d'une telle pathologie seront:

  • pleurs forts;
  • posture non naturelle de l'enfant - les enfants tirent leurs jambes vers l'estomac;
  • chaleur;
  • vomissements abondants.

Dans les cas où un ou plusieurs des signes ci-dessus apparaissent chez un adulte ou un enfant, vous devez rechercher une aide qualifiée dès que possible, car il existe un risque de lésions non seulement du pancréas, mais également des organes internes tels que la rate et le foie..

Diagnostique

Le diagnostic correct ne peut être établi qu'à l'aide de méthodes de diagnostic instrumentales. Cependant, avant de les prescrire, le gastro-entérologue doit effectuer personnellement plusieurs manipulations, notamment:

  • une enquête détaillée sur le patient ou ses parents - pour obtenir des informations sur la première fois et la gravité des symptômes;
  • familiarisation avec les antécédents médicaux et l'anamnèse du patient - pour identifier une cause possible d'une hypertrophie du pancréas;
  • un examen physique approfondi - consiste à palper toute la surface de l'abdomen, à examiner l'état de la peau et de la sclérotique et à mesurer la température.

L'examen instrumental principal est l'échographie - en utilisant cette méthode, il est possible de diagnostiquer une modification totale du volume du pancréas, pour révéler que la queue du pancréas ou la tête de cet organe est agrandie. De plus, une telle mesure diagnostique permettra de détecter les pseudokystes, calculs et néoplasmes, qui peuvent devenir une source de pathologie. Une alternative à l'échographie est la tomodensitométrie et l'IRM.

Pour clarifier la cause fondamentale de l'élargissement des organes, des tests de laboratoire de sang, d'urine et de matières fécales peuvent être nécessaires.

Traitement

En règle générale, la tactique de thérapie dépend de la circonstance à l'origine du fait que le pancréas a commencé à grossir. Par exemple:

  • en cas d'inflammation aiguë ou de formation d'un abcès, une hospitalisation urgente du patient est nécessaire. Le chirurgien décidera du traitement conservateur ou chirurgical;
  • lorsqu'un pseudokyste et des calculs sont trouvés, une opération est indiquée;
  • au cours du processus oncologique, une chimiothérapie, une radiothérapie ou une excision chirurgicale de la tumeur sont effectuées;
  • si la cause est une pancréatite chronique, la tactique individuelle de traitement sera élaborée par un gastro-entérologue.

Le traitement médicamenteux vise à recevoir:

  • agents enzymatiques;
  • API;
  • substances hormonales;
  • bloqueurs des récepteurs de l'histamine.

Absolument tous les patients, quel que soit leur âge, doivent suivre un régime; le tableau diététique numéro cinq est souvent attribué, ce qui implique un rejet complet de:

  • fruits et légumes crus;
  • aliments gras, épicés et salés;
  • viandes fumées et bonbons;
  • produits laitiers à haute teneur en matières grasses;
  • boissons gazeuses.

Mais en même temps, le régime consiste à enrichir le régime:

  • viandes et poissons diététiques;
  • produits laitiers fermentés sans matières grasses;
  • fruits cuits au four;
  • compote de légumes;
  • pain séché;
  • bouillie.

Il est préférable de manger en petites portions, au moins cinq fois par jour, et de préparer les plats en cuisinant, en cuisant à la vapeur, en mijotant et en faisant cuire au four.

La prévention

Il n'y a pas de mesures préventives spécifiques pour ce trouble. Les gens doivent adhérer aux règles générales:

  • mener une vie saine et active;
  • suivre les recommandations diététiques;
  • prendre des médicaments uniquement selon les directives d'un clinicien;
  • traiter en temps opportun les maladies qui peuvent entraîner une augmentation du pancréas.

De plus, il est recommandé aux adultes et aux enfants de subir des examens par un gastro-entérologue plusieurs fois par an..

Cancer de la tête du pancréas

Le cancer de la tête du pancréas est un cancer sévère avec un pronostic extrêmement mauvais. Aux stades initiaux, la maladie est pratiquement asymptomatique et ne dérange en aucun cas le patient. Des résultats insatisfaisants, même après le traitement complexe, sont précisément associés au diagnostic tardif de la pathologie. Si un carcinome de la tête pancréatique est détecté à un stade précoce, une issue favorable est possible pendant la chirurgie, la radiologie et la chimiothérapie.

Les causes de la maladie

Une tumeur localisée dans la tête du pancréas est l'un des types de cancer les plus agressifs et les plus défavorables au pronostic. Cette pathologie représente environ 5% de toutes les maladies du tractus gastro-intestinal chez les adultes. Malgré les nombreuses études menées et l'étude active de la nature de cette oncopathologie, il n'est pas possible d'établir les raisons exactes de son apparition..

Cependant, certains facteurs augmentent le risque de développer un cancer du pancréas:

  • Fumeur. Les personnes qui fument 20 cigarettes ou plus par jour pendant une longue période sont plus susceptibles de développer des maladies oncologiques que les personnes qui n'ont pas cette mauvaise habitude.
  • L'abus d'alcool.
  • Mauvaise nutrition (excès de glucides et de graisses animales dans l'alimentation, apport insuffisant en fruits et légumes frais).
  • Maladies pancréatiques telles que le diabète et la pancréatite. Ces pathologies entraînent des modifications structurelles des tissus de la glande, ce qui augmente le risque de sa transformation maligne..
  • Maladies du système hépatobiliaire - cholélithiase, cholécystite chronique, cholangite.
  • Cancérigènes. Le cancer de la tête du pancréas est fréquent chez les travailleurs du bois et du caoutchouc.
  • Hérédité. Les risques de cancer augmentent si des cas d'oncopathologie ont été identifiés chez des proches.

La vieillesse est l'un des facteurs qui augmentent la probabilité de cancer du pancréas. Plus des deux tiers des cas de lésions malignes de la tête pancréatique sont diagnostiqués chez des patients après 50 à 55 ans. Les hommes contractent cette maladie plus souvent que les femmes.

Apprenez-en davantage sur les facteurs qui contribuent au cancer du pancréas dans cette vidéo..

Manifestations cliniques de la pathologie

Malheureusement, la symptomatologie évidente de la pathologie, obligeant à consulter un médecin, ne se produit qu'à un stade tardif, lorsque le patient ne peut plus être complètement guéri.

Les manifestations d'une tumeur de la tête du pancréas comprennent:

  • La présence d'un syndrome douloureux. Les sensations douloureuses apparaissent le plus souvent à 2-3 stades du développement de la pathologie. Ils peuvent être des bardeaux ou irradier vers la zone de l'hypochondre droit. La douleur augmente après avoir mangé des aliments gras, frits, de l'alcool et aussi la nuit. Les symptômes désagréables sont causés par la compression des nerfs ou des voies biliaires.
  • Nausées, diminution de l'appétit, apparition d'aversion pour les aliments protéinés, en particulier la viande, associés à une intoxication cancéreuse.
  • Perte de poids, cachexie. Cela est dû à une violation des processus de digestion et d'absorption des nutriments en raison d'un manque d'enzymes pancréatiques, d'une intoxication tumorale et d'un refus de nourriture.
  • Jaunisse. Un symptôme tardif de PCa, qui apparaît lorsque la tumeur est comprimée ou envahie dans le canal biliaire. Dans le même temps, les patients présentent un jaunissement des muqueuses et de la peau, des démangeaisons de la peau, une décoloration des matières fécales et l'urine prend la couleur caractéristique de la «bière brune».
  • Syndrome paranéoplasique - manifestations précoces non spécifiques de la tumeur, appelées par les spécialistes «symptômes de drapeau rouge» - faiblesse, fatigue non motivée, manque d'appétit diminué ou complet, augmentation de la température corporelle à des nombres sous-fébriles pendant une longue période.

Les tumeurs de la tête du pancréas sont sujettes à un développement rapide et à des métastases, de sorte qu'elles peuvent se manifester par des symptômes de lésions d'autres organes. Avec la propagation du processus oncologique, des saignements dans l'estomac ou les intestins, une thrombose veineuse profonde des jambes, un accident vasculaire cérébral, un infarctus pulmonaire et de la rate peuvent survenir.

Important! Lorsque le pancréas est endommagé, dans 70% des cas, la tumeur est localisée dans sa tête. Le code de la maladie selon la CIM-10 C25.0, lorsque le processus tumoral se propage à d'autres parties de l'organe, il changera, cela doit être pris en compte lors du remplissage des antécédents médicaux.

Diagnostic de l'oncopathologie

Afin d'établir le diagnostic correct, il est nécessaire de passer des tests et de subir une série d'études. S'il existe des symptômes suggérant un cancer de la tête du pancréas, le gastro-entérologue effectue un examen approfondi du patient, notamment:

  • Recueil détaillé des plaintes et de l'anamnèse. Une attention particulière est portée à l'identification des facteurs de risque.
  • Examen visuel et palpation de l'abdomen. Une caractéristique du cancer de la tête du pancréas est souvent le symptôme de Courvoisier, dans lequel, dans le contexte de la jaunisse obstructive, une vésicule biliaire élargie et indolore est déterminée.
  • Détermination des indicateurs de tests sanguins généraux et biochimiques. Souvent leucocytose, thrombocytose, augmentation des taux de bilirubine.
  • Coprogramme. Dans ce cas, les matières fécales sont décolorées, la stéatorrhée et la créorrhée sont déterminées.
  • Échographie, IRM ou tomodensitométrie des organes abdominaux. Des recherches supplémentaires vous permettent de détecter des formations volumétriques à partir de 1 cm de diamètre.
  • Biopsie par ponction de la tumeur avec un examen histologique plus approfondi, avec son aide, vous pouvez déterminer le type de cancer.
  • Analyse quantitative des marqueurs tumoraux dans le sang du patient. Des niveaux accrus de CA19-9 et de thrombosponine-2 sont significatifs sur le plan diagnostique dans le PCa..

Pour déterminer le stade, il est nécessaire d'identifier les métastases dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes. Pour cela, le patient reçoit une radiographie des poumons, une échographie du foie et des voies biliaires.

La méthode la plus précise pour détecter la prévalence d'un processus oncologique est la tomographie par émission de positons. Cette procédure est réalisée à la fois lors du diagnostic initial et après le traitement afin d'évaluer son efficacité..

Important! Les difficultés à diagnostiquer la présence d'un cancer dans le pancréas sont associées au fait que cette maladie est déguisée en symptômes d'autres pathologies (inflammation chronique de la glande, diabète, cholécystite, néoplasmes bénins, ulcère duodénal, anévrisme de l'aorte abdominale).

Traitement des tumeurs

Les méthodes de traitement des oncopathologies du pancréas comprennent:

  • intervention chirurgicale spécialisée;
  • chimiothérapie;
  • irradiation;
  • combinaison de ces techniques.

Dans les premiers stades de la maladie, une opération radicale de Whipple est indiquée - résection pancréato-duodénale, dans laquelle ils sont soumis à une excision:

  • la tête du pancréas, affectée par une tumeur;
  • partie du corps de la glande;
  • antrum de l'estomac;
  • le duodénum entier et la partie initiale du jéjunum;
  • voies biliaires et vessie;
  • ganglions lymphatiques les plus proches;
  • organes environnants fibre, vaisseaux sanguins.

Si la tumeur diagnostiquée au stade 1 est petite, les médecins essaient de préserver l'antre de l'estomac pendant la chirurgie.

Si le cancer a été détecté tardivement, une intervention palliative est indiquée, avec drainage des voies biliaires et restauration de la perméabilité intestinale, en imposant des anastomoses.

La chimiothérapie - fait partie intégrante du traitement en présence d'une tumeur maligne dans le pancréas. Grâce à l'utilisation de cette méthode, il est possible d'arrêter ou de ralentir la croissance de la tumeur elle-même, ainsi que les métastases à distance. La chimiothérapie est prescrite avant la chirurgie (afin de réduire le volume de formation de tumeurs) ou après.

Pour le traitement médicamenteux postopératoire de cette pathologie, la gemcitabine, l'okaliplatine, l'irinotécan, le 5-fluorouracile et d'autres médicaments sont utilisés. Le schéma de chimiothérapie est sélectionné individuellement par un spécialiste, en tenant compte du type histologique de cancer, de l'évolution du processus et de l'état du patient.

La radiothérapie est une irradiation dirigée d'un organe affecté par une tumeur. Ce traitement est utilisé avant ou après l'intervention afin de prévenir les rechutes, ainsi que les soins palliatifs des métastases osseuses. Une option moderne et efficace pour la radiothérapie est la technique du cyberknife, caractérisée par un effet ciblé et moins d'effets secondaires..

Important! Actuellement, en plus de la chimiothérapie et du traitement radiologique, des médicaments ciblés et immunitaires sont utilisés pour traiter les maladies oncologiques. Des études ont montré que l'utilisation de l'interféron alpha double le taux de survie sans maladie à 5 ans chez les patients opérés.

Pronostic de la maladie

La durée de vie d'une personne dépend du stade auquel la pathologie est diagnostiquée et de la réaction du corps au traitement. Dans plus de la moitié des cas, le carcinome pancréatique de la tête ne présente aucun symptôme avant le dernier. Après une chirurgie radicale et une radiothérapie spécialisée et une chimiothérapie, seuls 45% vivent pendant 5 ans. Les patients qui ont reçu un diagnostic de cancer de la tête du pancréas à 4 stades de développement de la pathologie vivent en moyenne 6 à 12 mois en soins palliatifs.

Pour éviter le développement de la maladie, il est important d'abandonner les mauvaises habitudes, de bien manger et, si possible, de ne pas travailler dans des industries dangereuses. La réduction de l'influence des facteurs provoquants réduit le risque de cancer du pancréas, ce qui est particulièrement important pour les personnes ayant des antécédents familiaux chargés.

Important! Si vous ressentez des symptômes désagréables ou si votre état de santé général se détériore, vous devez immédiatement consulter un médecin. Le traitement opportun des maladies du pancréas est la prévention du développement de tumeurs malignes.