La valeur diagnostique du test de tolérance au glucose

De nombreuses personnes savent que le diabète sucré est une maladie chronique associée à une altération du métabolisme des glucides dans le corps et peut entraîner le développement de complications potentiellement mortelles..

Mais peu de gens savent que les troubles du métabolisme des glucides surviennent dans la plupart des cas bien avant le diagnostic..

Et ces troubles peuvent être détectés à un stade précoce et empêcher le développement de cette maladie grave. Une des méthodes pour diagnostiquer un état pré-diabétique est un test de tolérance au glucose..

Qu'est-ce qu'un test de tolérance au glucose?

Le test de tolérance au glucose (GTT, test de charge de glucose) est l'une des méthodes d'analyse sanguine, qui peut être utilisée pour identifier une violation de la tolérance des cellules du corps humain au glucose.

Qu'est-ce que ça veut dire? Le glucose entre dans le corps humain avec de la nourriture, est absorbé dans l'intestin, puis s'infiltre dans le sang, d'où, à l'aide de récepteurs spéciaux, il est délivré aux cellules tissulaires, où, au cours d'une réaction chimique complexe, il se transforme en «carburant énergétique» nécessaire au fonctionnement normal du corps.

L'apport de glucose aux cellules est contrôlé par l'insuline, une hormone pancréatique qui est sécrétée en réponse à une augmentation de la glycémie. Mais parfois, ce glucide vital ne peut pas pénétrer complètement dans les cellules, ce qui se produit soit lorsque la sensibilité des récepteurs de ces cellules est réduite, soit lorsque la production d'insuline dans le pancréas est interrompue. Cette condition est appelée tolérance au glucose altérée, ce qui à l'avenir peut entraîner la manifestation de symptômes de diabète.

Indications de livraison

Un médecin peut ordonner un test de tolérance au glucose dans certains cas spécifiques.

Si un patient a un risque élevé de développer une condition pré-diabétique sur la base de son examen approfondi:

  • données de l'anamnèse de la vie: prédisposition héréditaire à la maladie; la présence d'une pathologie des organes du système cardiovasculaire, des reins, du foie, du pancréas; troubles métaboliques (goutte, athérosclérose);
  • données d'examen et d'enquête auprès des patients: surpoids; plaintes de soif constante, mictions fréquentes, fatigue rapide;
  • données de recherche en laboratoire: augmentation transitoire de la glycémie à jeun (hyperglycémie); détection du glucose dans l'urine (glucosurie).
  • lors de la vérification de l'adéquation du traitement prescrit du diabète sucré et de sa correction en fonction des résultats du test;
  • pendant la grossesse - pour le diagnostic rapide du diabète gestationnel.

Contre-indications pour la conduite

GTT ne doit pas être pratiqué si un patient présente l'une des affections suivantes:

  • conditions après une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une intervention chirurgicale, un accouchement;
  • maladies somatiques et infectieuses aiguës;
  • certaines maladies gastro-intestinales chroniques (maladie de Crohn, ulcère peptique de l'estomac et du duodénum);
  • abdomen aigu (lésions des organes abdominaux);
  • pathologies du système endocrinien, dans lesquelles la concentration de sucre dans le sang augmente (maladie d'Itsenko-Cushing, acromégalie, phéochromacytome, hyperfonction thyroïdienne).

De plus, aucun test de tolérance au glucose n'est effectué sur les enfants de moins de 14 ans..

La préparation du test

Pour obtenir de vrais résultats d'un test de tolérance au glucose, il est nécessaire d'effectuer des mesures préparatoires avant de soumettre un biomatériau pour analyse..

Trois jours avant le test, vous devez continuer à manger comme d'habitude, sans réduire délibérément la quantité de bonbons dans le menu du jour. Sinon, la concentration de sucre dans le sang diminuera, conduisant à une conclusion erronée..

De plus, lorsque vous vous référez à GTT, vous devez informer votre médecin des médicaments que vous prenez. Après la recommandation d'un spécialiste, les médicaments augmentant la glycémie (contraceptifs oraux, bêtabloquants, hydrochlorothiazide, phénytoïne, acétazolamide, préparations de fer) doivent être exclus pendant plusieurs jours.

La veille du test de charge en glucose, il est interdit de consommer des boissons alcoolisées, du café. Il est également interdit de fumer.

L'échantillonnage du biomatériau pour le test est effectué dans le contexte de la santé physique complète d'une personne, le matin, strictement à jeun (au moins 8 heures après le dernier repas, mais pas plus de 16 heures de jeûne). Il est recommandé de s'asseoir tranquillement et de se reposer pendant quelques minutes avant de prélever un échantillon..

Comment l'analyse est-elle effectuée?

La méthode de réalisation d'un test de tolérance au glucose peut présenter certaines variations selon le but de l'étude, l'état de santé du patient et l'équipement du laboratoire dans lequel l'analyse sera effectuée..

Du sang veineux ou capillaire peut être utilisé pour effectuer le test d'effort. L'échantillonnage du biomatériau est réalisé en plusieurs étapes.

Dans un premier temps, le sang est donné à jeun, de préférence entre 8 et 9 heures du matin. Ensuite, une charge de glucides dosée avec une solution de glucose est effectuée.

Il est important de savoir que la charge glucidique n'est effectuée que si, selon les résultats du test sanguin primaire, la glycémie ne dépasse pas 6,7 mmol / L.

Pour l'administration orale, il est proposé au patient de boire une solution de glucose pendant 5 minutes, préparée en dissolvant 75 g de glucose dans 200 ml d'eau tiède, pour les femmes enceintes - 100 g, pour un enfant, une solution est préparée à raison de 1,75 g de glucose pour 1 kg de poids corporel, mais pas plus de 75 gr. Pour une prise plus confortable, un peu de jus de citron naturel peut être ajouté à la solution..

Après cela, pendant plusieurs heures, le patient est ré-échantillonné le biomatériau. Diverses méthodes sont possibles - un prélèvement sanguin peut être effectué toutes les 30 minutes ou une fois par heure. Au total, jusqu'à quatre échantillons répétés peuvent être prélevés. Lors d'un test pendant la grossesse, après avoir bu une solution sucrée, du sang est prélevé deux fois par heure.

En attendant l'échantillonnage répété du biomatériau, après avoir effectué une charge en glucides, vous ne devez pas non plus manger, boire de thé ou de café, ni fumer. Vous ne pouvez prendre que quelques gorgées d'eau claire et plate.

Décodage GTT

La valeur diagnostique dans l'évaluation des résultats du test est le niveau de glucose dans le plasma sanguin, déterminé après le test de charge de glucose, par rapport à l'indicateur à jeun.

Le schéma d'interprétation des résultats est présenté dans le tableau:

Groupe sanguinHeure du prélèvement sanguinNormeLa tolérance est rompueDiabète
Sang désoxygénéjeûne

2 heures après le test

4,0 - 6,1

> 11,1

Sang capillairejeûne

2 heures après le test

3,3 - 5,5

Les résultats de GTT aideront à identifier non seulement le diabète sucré, mais également à diagnostiquer les pathologies d'autres organes.

Ainsi, une forte augmentation et une forte diminution subséquente des taux de glucose après avoir bu une solution sucrée indiquent un hyperfonctionnement de la glande thyroïde. Et avec une augmentation lente de la concentration de sucre plasmatique, on peut suspecter la présence d'une malabsorption des nutriments dans l'intestin.

Raisons des résultats déformés

Plusieurs facteurs peuvent influencer la variation des résultats GTT..

Caractéristiques de l'état corporel du patient au moment de l'échantillonnage des biomatériaux:

  • un résultat faux positif peut être obtenu avec une diminution de la teneur en potassium dans le plasma sanguin, avec des perturbations du fonctionnement du foie, du fonctionnement des glandes endocrines;
  • un résultat faux négatif est possible avec les maladies gastro-intestinales, accompagné d'une violation du processus d'absorption du glucose.
  • mauvaise préparation du patient pour l'analyse (réduction délibérée des glucides dans le menu, activité physique importante, consommation d'alcool, médicaments modifiant la concentration de glucose dans le sang, tabagisme);
  • violation de la technique d'analyse (techniques de prélèvement sanguin, non-respect des conditions et durée du transport du biomatériau au laboratoire).

Test de charge de glucose pendant la grossesse

Pendant la période de gestation, le GTT est prescrit en cas de suspicion de diabète sucré gestationnel (GDM). Le GDM est une forme de diabète qui se développe lors de la restructuration du corps lors du développement de l'embryon.

Une augmentation de la glycémie peut avoir un impact négatif sur le développement de l'embryon, le déroulement de la grossesse et la probabilité d'un accouchement réussi.

Par conséquent, toutes les femmes enceintes, lors de l'inscription, font un don de sang pour déterminer le niveau de glucose qu'il contient et, à une période de 24 à 28 semaines, le médecin chargé de la grossesse envoie un test de dépistage pour déterminer la tolérance du corps au glucose. Si des facteurs de risque sont identifiés (antécédents de diabète sucré gestationnel, diabète chez les proches parents, obésité), cette étude est réalisée encore plus tôt, lors de l'inscription (après 16 semaines).

Avant de passer le biomatériau pour le test de charge en glucose, une femme enceinte a également besoin d'une préparation minutieuse (respect du régime alimentaire habituel, refus de café, alcool, tabagisme, exclusion d'effort physique important, arrêt des médicaments en accord avec le médecin traitant).

L'interprétation des résultats de la GTT réalisée pendant la grossesse est quelque peu différente.

Les normes des indicateurs de concentration de glucose dans le plasma sanguin à jeun et sur une unité de temps après un test de charge en glucose sont présentées dans le tableau:

Test de tolérance au glucose ou test oral de tolérance au glucose (OGTT)

Un test de tolérance au glucose ou test oral de tolérance au glucose (OGTT) est une méthode de recherche qui vous permet de détecter les troubles latents du métabolisme des glucides et de diagnostiquer à la fois l'état pré-diabétique et le diabète sucré aux premiers stades de sa manifestation..

Les indications de ce test sont des résultats douteux lors de la mesure de la glycémie à jeun, d'une glucosurie inattendue détectée accidentellement, y compris pendant la grossesse, ainsi que de signes cliniques de diabète sucré tels que faiblesse générale et musculaire, soif, mictions fréquentes, fatigue accrue, perte de poids dans un contexte d'appétit accru.

Comment bien se préparer à l'étude?

  • Avant l'étude, vous devez adhérer à une alimentation normale contenant au moins 150 g de glucides par jour pendant 3 jours.
  • Maintenir une activité physique normale.
  • Le dernier repas du soir doit contenir 30 à 50 g de glucides.
  • Le test est effectué à jeun avec abstinence de nourriture pendant 8 heures ou plus.

Lorsqu'un test oral de tolérance au glucose ne doit pas être effectué?

  • Dans le contexte de toute maladie aiguë, y compris infectieuse;
  • Lors de la prise de médicaments augmentant la glycémie (glucocorticoïdes, hormones thyroïdiennes, thiazidiques, bêtabloquants, contraceptifs oraux). L'annulation des médicaments est requise 3 jours avant le test (une consultation avec un médecin est requise)
  • Si vous êtes enceinte de plus de 32 semaines.
  • Avec l'âge gestationnel de 28 semaines à 32 semaines, la livraison d'OGTT est strictement conforme aux instructions du médecin!

Comment se déroule un test de tolérance au glucose - indications pour la recherche et l'interprétation des résultats

Tolérance au glucose chez les hommes et les femmes

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que les taux de sucre dans le sang suivants soient considérés comme normaux:

  • à jeun - moins de 6,1 mmol / l (
  • 1 heure après GTT orale - moins de 7,8 mmol / L (
  • 2 heures après GTT orale - moins de 7,8 mmol / L (

Selon l'American Diabetes Association (ADA), ces valeurs sont légèrement différentes:

  • à jeun - moins de 5,6 mmol / l (
  • 2 heures après GTT orale - moins de 7,0 mmol / l (

La tolérance au glucose est considérée comme altérée si la glycémie à jeun est de 6,1 - 6,9 mmol / l, 2 heures après l'effort - 7,8-11,0 mmol / l selon l'OMS. Les valeurs suggérées par l'ADA sont représentées par les valeurs suivantes: à jeun - 5,6-6,9 mmol / L, après 2 heures - 7,0-11,0 mmol / L.

Femmes

Chez les femmes, les taux de glucose correspondent aux normes généralement acceptées. Cependant, ces valeurs sont plus sujettes à des fluctuations au cours de la journée, en raison de l'influence du fond hormonal, d'une perception émotionnelle plus prononcée. Le sucre peut augmenter légèrement pendant les jours critiques, la grossesse, qui est considérée comme un processus absolument physiologique.

Hommes

Les hommes sont également caractérisés par des concentrations qui ne diffèrent pas des normes et des catégories d'âge classiques. Si le sujet présente un risque de diabète et que tous les indicateurs sont normaux, il est conseillé de procéder à l'examen avec une fréquence d'au moins 1 fois par an.

Les valeurs normales chez les enfants de moins de 14 ans correspondent à 3,3-5,6 mmol / l, chez les nouveau-nés - 2,8-4,4 mmol / l.

Pour les enfants, le calcul du volume requis de glucose anhydre sec pour GTT est effectué comme suit - 1,75 g pour 1 kilogramme de poids corporel, mais au total pas plus de 75 grammes. Si l'enfant pèse 43 kilogrammes ou plus, utilisez la posologie habituelle comme pour les adultes.

Le risque de développer une hyperglycémie est augmenté chez les enfants en surpoids et un facteur de risque supplémentaire de diabète sucré (hérédité accablée, faible activité physique, mauvaise alimentation, etc.). Cependant, ces violations sont souvent passagères et doivent être déterminées au fil du temps..

Indicateurs de glucose dans le diabète sucré

Selon les données fournies par l'Organisation mondiale de la santé, le diagnostic de diabète sucré est confirmé par les taux de glucose sérique suivants:

  • à jeun - 7 mmol / l ou plus (≥ 126 mg / dl);
  • 2 heures après GTT - 11,1 mmol / l ou plus (≥ 200 mg / dl).

Les critères de l'American Diabetes Association sont pleinement conformes à ce qui précède.

Le processus de diagnostic implique des mesures répétées de la glycémie les autres jours. Au début d'un état pathologique et lors de sa décompensation, des mesures de tolérance au glucose sont effectuées particulièrement souvent.

Le diagnostic est posé immédiatement en présence de symptômes classiques de la maladie (polydipsie, sécheresse de la bouche, augmentation de la miction, perte de poids, altération de l'acuité visuelle) et en cas de mesure de glucose accidentelle (indépendamment de la prise alimentaire, de l'heure de la journée) de la glycémie supérieure à 11,1 mmol / l, quel que soit de manger.

Il n'est pas conseillé de mesurer la glycémie pour confirmer ou exclure le diabète:

  • en cas d'apparition ou d'exacerbation de toute maladie, blessure ou chirurgie;
  • avec l'utilisation à court terme de médicaments augmentant la glycémie (glucocorticostéroïdes, hormones thyroïdiennes, statines, diurétiques thiazidiques, bêtabloquants, contraceptifs oraux, médicaments pour le traitement de l'infection par le VIH, acide nicotinique, alpha et bêta adrénomimétiques);
  • chez les patients atteints d'une maladie hépatique cirrhotique.

En l'absence d'hyperglycémie sans ambiguïté, le résultat est confirmé par des tests supplémentaires..

Test pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est une condition semblable au diabète qui survient pendant la grossesse. Cependant, il est possible que la condition persiste après la naissance du bébé. C'est loin d'être la norme et un tel diabète pendant la grossesse peut nuire à la santé du bébé et de la femme elle-même..

Le diabète gestationnel est associé aux hormones sécrétées par le placenta, de sorte que même une augmentation de la concentration de glucose ne doit pas être considérée comme anormale.

Un test de tolérance au glucose pendant la grossesse est effectué au plus tôt 24 semaines. Cependant, il existe des facteurs dans lesquels des tests précoces sont possibles:

  • obésité;
  • la présence de parents atteints de diabète de type 2;
  • détection du glucose dans l'urine;
  • troubles précoces ou réels du métabolisme des glucides.

Le test de tolérance au glucose n'est pas effectué lorsque:

  • toxicose précoce;
  • incapacité à sortir du lit;
  • maladies de nature infectieuse;
  • exacerbation de la pancréatite.

Le test de tolérance au glucose est la méthode de recherche la plus fiable, selon les résultats dont on peut dire avec certitude la présence de diabète sucré, une prédisposition à celui-ci ou son absence. Pendant la grossesse, 7 à 11% de toutes les femmes développent un diabète gestationnel, ce qui nécessite également une telle étude. Il vaut la peine de faire un test de tolérance au glucose après 40 ans une fois tous les trois ans, et plus souvent en cas de prédisposition.

Régime alimentaire pour le pré-diabète

Le régime alimentaire se compose de repas sains qui aident à stabiliser la glycémie. Pour le prédiabète, il est recommandé:

  • assurez-vous de prendre le petit déjeuner;
  • mangez rationnellement pendant la journée;
  • n'utilisez pas de bonbons et de collations interdites pour une collation;
  • avant de vous coucher, buvez un verre de boisson lactée fermentée dont la teneur en matière grasse ne dépasse pas 2,5%.

Exemple de menu pouvant servir de base

Bouillons et soupesPlats principauxPlats d'accompagnementSalades
soupe aux pois ou aux haricots (sans viande fumée)compote de chou avec lapin ou volaillesarrasin"Vitamine" (chou aux carottes et herbes fraîches).
oreille (la préférence devrait être donnée au poisson maigre)boulettes de dinde cuites à la vapeurpommes de terre en vestealgues aux concombres
soupe de chou ou bortsch dans un bouillon de dinde (veau)galettes de poisson cuites à la vapeurbrocoli cuit à la vapeur (chou-fleur)Salade grecque (le fromage feta est recommandé comme composant du fromage)
soupe de fruits de merrouleaux de chou à la volailleescalopes de chou blanc ou de choux de Bruxelleslégumes (concombres, poivrons verts, tomates, oignons, herbes)
bouillon de poulet aux boulettes de pouletpoivron vert farcicompote de légumes ou purée de légumesSalade "fouet" de crudités (chou, betteraves, carottes)
soupe aux champignonsviande ou poisson bouillipâtes (catégorie A)haricots (bâtonnets de crabe, haricots en conserve, ail, tomates)
soupe de légumes au bouillon de poulet (la peau doit être retirée du poulet)compote de poulet à la crème sure 10% de matières grassescompote de haricots ou de lentilles avec tomates et oignonschoucroute aux canneberges

Les salades doivent être assaisonnées avec du yogourt naturel, de l'huile de lin, des olives et de la crème sure faible en gras. Pour un repas du matin, des gâteaux au fromage ou une casserole de fromage cottage (il est recommandé d'ajouter des baies fraîches), une omelette aux épinards ou aux œufs durs, un sandwich (pain de grains entiers + fromage feta), du gruau d'avoine, de blé ou d'orge aux fruits (baies) conviennent. Pour une collation ou un déjeuner l'après-midi: purée de fruits ou fruits frais, lait caillé, lait ou yogourt cuit fermenté, biscuits, pain d'épices diabétique, pain plat sans levain au fromage cottage.

Les boissons autorisées représentent: thé (oolong, noir, vert, rouge, hibiscus), jus fraîchement pressé dilué avec de l'eau (1: 1), eau minérale, décoctions et infusions de rose sauvage, racines: pissenlit ou bardane, feuilles de myrtille, groseilles, airelles, faible café au lait (sans sucre ajouté). Il y a suffisamment de produits dans le menu, à partir desquels il est facile de préparer des plats sains, copieux et savoureux. Le prédiabète est un problème de santé dangereux à négliger. Le sucre ne peut être normalisé que par une nutrition adéquate. Sinon, une pathologie incurable se développe - diabète sucré.

Manifestations de la tolérance tissulaire au glucose

Le prédiabète, ou comme cette condition était également appelée plus tôt - le diabète sucré latent, est caractérisé par une concentration normale de glucose dans le sang à jeun, et la glucosurie n'est pas non plus observée (après le développement du diabète sucré, la concentration de glucose dans le sang augmente et, en conséquence, elle apparaît dans l'urine). Mais en même temps, il y a déjà une violation du métabolisme des glucides, qui consiste en une violation de l'absorption du glucose par les tissus du corps.

Souvent, avec le développement de troubles prédiabétiques chez les patients, des symptômes paradiabétiques sont notés.

  1. Furonculose - multiples foyers d'inflammation purulente des follicules pileux.
  2. Problèmes de dents et de gencives - maladie parodontale, perte de dents, saignement des gencives.
  3. Problèmes de peau qui se manifestent par sa sécheresse, ses démangeaisons, diverses blessures et maladies qui ne guérissent pas pendant longtemps.
  4. Il y a une violation de la fonction sexuelle, chez les femmes - un trouble du cycle menstruel.
  5. Diverses angioneuropathies - athérosclérose, inflammation vasculaire, rétinopathie (lésions non inflammatoires de la rétine).

Si l'un de ces symptômes ou plusieurs d'entre eux sont notés, il s'agit d'une indication pour un test de tolérance au glucose..

À ce stade des violations, les signes classiques qui caractérisent le diabète sucré, tels que la soif, les mictions fréquentes, la perte de poids, sont toujours absents. Ne sous-estimez pas cette condition - il est impératif de surveiller la dynamique et de faire tout son possible pour empêcher la croissance de troubles et de symptômes. Au stade de la tolérance au glucose, l'alimentation, l'exercice et la perte de poids (en cas d'excès de poids corporel) ont une chance de prévenir ou de retarder le développement des symptômes de la maladie.

Plats soumis à restriction

Pour maintenir le bon équilibre des nutriments, vous ne devez pas éliminer complètement les repas préparés avec des aliments avec un indice glycémique moyen. Dans le menu élaboré pour la semaine, 2-3 fois par semaine, il est permis d'inclure des pommes de terre «dans leurs uniformes» (bouillies ou cuites au four), des produits à base de pâte sans levain (gâteaux plats, lavash), des accompagnements de sarrasin orge perlé, du maïs en conserve, des pois, des haricots, des plats de poissons gras, œufs durs et œufs brouillés, cuits au micro-ondes, vinaigrette (les cornichons doivent être remplacés par de la choucroute). Le composant fruit est représenté par: ananas, banane, kaki, kiwi, kaki.

Raisons de la violation

Le diabète a peur de ce remède comme le feu!

Il vous suffit de postuler.

Les causes des violations sont à la fois la prédisposition héréditaire et le mode de vie.

Les facteurs contribuant au développement de la maladie sont:

Chez les femmes enceintes, la probabilité d'une telle violation se produit:

  • avec un poids corporel accru;
  • prédisposition héréditaire;
  • atteindre l'âge de 30 ans;
  • diagnostiquer le prédiabète lors de grossesses précédentes;
  • ovaire polykystique.

La glycémie, même chez les personnes en bonne santé, augmente avec l'âge de 1 mg /% tous les 10 ans.

Lors de la réalisation d'un test de tolérance au glucose - de 5 mg /%. Ainsi, près de 10% des personnes âgées ont un prédiabète. On pense que les changements de chimie avec l'âge, l'activité physique, l'alimentation et les changements dans l'action de l'insuline en sont les principales raisons..

Le processus de vieillissement entraîne une diminution de la masse maigre et la quantité de graisse augmente. Il s'avère que le glucose, l'insuline, le glucagon et le pourcentage de graisse sont directement dépendants les uns des autres..

Si une personne ne souffre pas d'obésité à un âge avancé, il n'y a pas de relation entre les hormones. Dans la vieillesse, le processus de lutte contre l'hypoglycémie est perturbé, cela se produit en raison d'un affaiblissement de la réaction du glucagon.

Il n'y a aucun signe d'une telle violation au stade initial..

Le patient est généralement en surpoids ou obèse, et l'examen révèle:

En état de prédiabète, les éléments suivants sont observés:

Avec l'aggravation de la situation, les éléments suivants sont également observés:

Comment connaître l'apparition du diabète

Il est impossible de savoir à la maison que vous avez un prédiabète. La seule option possible est de consulter un endocrinologue après avoir effectué un test de tolérance en laboratoire.

L'analyse est effectuée après la méthode express, qui est un test standard pour la glycémie. Prenez du sang à jeun, de préférence le matin. Aussi, avant de faire une analyse qui montre une tolérance au glucose altérée, il vaut mieux éviter les situations stressantes et trop d'efforts physiques. Le test est réalisé en trois étapes:

  • d'abord - prendre du sang avant de prendre du glucose dissous;
  • le deuxième - une personne doit boire du glucose dissous dans de l'eau (75 ml) et après 50 minutes (après le premier prélèvement sanguin), la procédure est répétée;
  • le troisième - le dernier prélèvement sanguin, se produit encore cinquante minutes après l'analyse précédente.

Si une personne est en bonne santé, ses indicateurs seront les suivants:

  • 1er prélèvement sanguin - 5,49 mmol / litre;
  • 2ème prélèvement sanguin - 11,09 mmol / litre;
  • 3e prélèvement sanguin - 7,79 mmol / litre.

Les indicateurs indiquant une tolérance au glucose altérée sont les suivants:

  • 1er prélèvement sanguin - 5,49–6,69 mmol / litre;
  • 2ème prélèvement sanguin - moins de 11,09 mmol / litre;
  • 3e prélèvement sanguin - monte au niveau de 11,09 mmol / litre.

Chez les enfants, comme chez les hommes et les femmes adultes, les indicateurs ne diffèrent pas. Si le premier test a montré une violation de la tolérance au glucose, ne vous inquiétez pas à l'avance, car l'endocrinologue prescrit plus d'une analyse de ce type. Il s'agit d'exclure les facteurs susceptibles d'affecter la glycémie. Ceux-ci inclus:

  • passion pour la nourriture sucrée à la veille de l'analyse;
  • la personne était stressée;
  • manque d'activité sportive;
  • consommation excessive d'alcool la veille du test;
  • grossesse ou tests pendant la menstruation;
  • obésité.

Par conséquent, la panique est inappropriée. Tout test peut également donner une erreur statistique. Celui-ci ne fait pas exception.

Conditions générales de restauration

Le régime alimentaire du prédiabète est basé sur une alimentation saine et saine. Les principales conditions de restauration sont:

  • élimination des aliments contenant des glucides rapides du menu;
  • remplacement des graisses animales par des huiles végétales (tournesol, olive, maïs, lin, etc.);
  • respect de l'intervalle de temps entre les repas (pas plus de 3-4 heures);
  • contrôle strict de la teneur en calories des plats et du volume des portions (un seul repas ne doit pas dépasser 350 à 400 grammes);
  • exclusion du menu des plats cuisinés à la friture (y compris le charbon de bois);
  • respect du régime de consommation d'alcool (1,5 à 2 litres par jour);
  • consommation limitée de sel de table;
  • introduire des aliments qui stabilisent les niveaux de glucose dans l'alimentation.

Dans un état pré-diabétique, la consommation d'alcool peut provoquer le développement de la maladie. Les boissons alcoolisées doivent être jetées.

Traitements de la tolérance au glucose altérée

Deux tactiques thérapeutiques sont utilisées: la médication et l'alternative. Avec un diagnostic rapide, un traitement avec des méthodes alternatives est souvent suffisant, sans prise de médicaments.

Le traitement non médicamenteux de l'intolérance au glucose repose sur les principes de base suivants:

  1. Nourriture fractionnée en petites portions. Vous devez prendre de la nourriture 4 à 6 fois par jour, tandis que les repas du soir doivent être faibles en calories.
  2. Minimiser l'utilisation de produits à base de farine, de produits de boulangerie et de bonbons.
  3. Contrôle strict du poids, évitant les dépôts de graisse.
  4. Faire des légumes et des fruits les principaux produits alimentaires, à l'exclusion de ceux qui contiennent une grande quantité d'amidon et de glucides - pommes de terre, riz, bananes, raisins.
  5. Assurez-vous de boire au moins 1,5 litre d'eau minérale par jour.
  6. Si possible, exclure l'utilisation de graisses animales, en privilégiant l'huile végétale.

Habituellement, suivre ces règles nutritionnelles donne un bon résultat. S'il n'est pas atteint, des médicaments spéciaux sont prescrits pour aider à normaliser les échanges de glucose et le métabolisme. La prise de médicaments contenant des hormones n'est pas nécessaire dans ce cas.

Les médicaments les plus populaires et les plus efficaces prescrits pour améliorer le métabolisme du glucose dans le corps:

Tous les rendez-vous doivent être pris strictement par un médecin. Si, pour une raison quelconque, la prise de médicaments est indésirable ou impossible, par exemple pendant la grossesse, une altération de la tolérance au glucose est traitée avec des recettes traditionnelles, en particulier une variété d'infusions et de décoctions à base de plantes..

Les plantes médicinales suivantes sont utilisées: feuilles de cassis, prêle des champs, racine et inflorescences de bardane, myrtilles. Le sarrasin cuit à la vapeur est très populaire dans le traitement.

Il existe un certain nombre de méthodes pour faire face à une glycémie instable.

Mais en même temps, il est important de maintenir un mode de vie sain, en particulier pendant la grossesse et l'allaitement

Arrêter de fumer et de boire de l'alcool, marcher au grand air, faire du sport, adhérer à un régime - tout cela affecte considérablement la tolérance du corps au glucose et peut aider à éviter la transformation d'une petite perturbation en pathologie, en particulier pendant la grossesse.

Un point tout aussi important est l'état du système nerveux. Le stress et l'anxiété constants peuvent être un facteur décisif. Par conséquent, s'il y a un besoin, il vaut la peine de contacter un psychologue. Il vous aidera à vous ressaisir, à cesser de vous inquiéter et, si nécessaire, à vous prescrire des médicaments qui aident à renforcer le système nerveux..

Et le dernier conseil: ne soyez pas dédaigneux de votre santé et ignorez les bilans annuels prévus, même si pour le moment vous vous sentez assez satisfaisant.

Il est plus facile de prévenir ou de guérir une maladie au stade initial que de la combattre pendant plusieurs mois, voire des années plus tard..

Les symptômes de la maladie

Les symptômes de la maladie en tant que tels sont absents, il est presque impossible d'identifier par vous-même que la tolérance au glucose est altérée. Cela signifie que les signes se développent au stade du diabète.Par conséquent, les manifestations sont parfois appelées une soif accrue, respectivement, augmentation de la miction, sécheresse de la cavité buccale. Cependant, les symptômes sont vagues et en été peuvent être considérés comme une conséquence de la chaleur.

Avec la détérioration du HHT, les barrières de protection du corps diminuent, ce qui entraîne une perturbation des processus métaboliques, ce qui entraîne une détérioration de la qualité des cheveux, de la peau et de la plaque à ongles. Une personne a une faible activité, de l'apathie, le corps succombe aux attaques virales, un épuisement psychoémotionnel se manifeste, la fonctionnalité endocrinienne est souvent perturbée.

Diagnostique

Dans la plupart des cas, une tolérance au glucose altérée est détectée par hasard, car les patients ne présentent aucune plainte. La base du diagnostic est généralement le résultat d'un test de glycémie, qui montre une augmentation de la glycémie à jeun jusqu'à 6,0 mmol / L.

  • analyse de l'anamnèse (les données sur les maladies concomitantes et les parents diabétiques sont précisées);
  • examen général, qui dans de nombreux cas révèle la présence de surpoids ou d'obésité.

La base du diagnostic du prédiabète est le test de tolérance au glucose, qui mesure la capacité du corps à absorber le glucose. En présence de maladies infectieuses, d'activité physique augmentée ou diminuée pendant la veille du test (ne correspond pas à celle habituelle) et en prenant des médicaments affectant le taux de sucre, le test n'est pas effectué.

Avant de prendre l'analyse, il est recommandé de ne pas se limiter à l'alimentation pendant 3 jours, afin que la consommation de glucides soit d'au moins 150 g par jour. L'activité physique ne doit pas dépasser les charges standard. Le soir avant de prendre l'analyse, la quantité de glucides consommée doit être comprise entre 30 et 50 g, après quoi la nourriture n'est pas consommée pendant 8 à 14 heures (l'eau de boisson est autorisée).

  • prélèvement sanguin à jeun pour l'analyse du sucre;
  • prendre une solution de glucose (pour 75 g de glucose, vous avez besoin de 250 à 300 ml d'eau);
  • prélèvement sanguin répété pour l'analyse du sucre 2 heures après la prise de solution de glucose.

Dans certains cas, des échantillons de sang supplémentaires sont prélevés toutes les 30 minutes.

Ne pas fumer pendant le test pour éviter de déformer les résultats du test.

La violation de la tolérance au glucose chez les enfants est également déterminée à l'aide de ce test, mais la «charge» de glucose sur l'enfant est calculée en fonction de son poids - 1,75 g de glucose est pris pour chaque kilogramme, mais au total pas plus de 75 g.

L'altération de la tolérance au glucose pendant la grossesse est vérifiée par un test oral entre 24 et 28 semaines de gestation. Le test est réalisé selon la même technique, mais il comprend une mesure supplémentaire de la glycémie une heure après la prise de la solution de glucose.

Normalement, le taux de glucose lors de prélèvements sanguins répétés ne doit pas dépasser 7,8 mmol / L. Un taux de glucose de 7,8 à 11,1 mmol / L indique la présence d'une tolérance au glucose altérée et un taux supérieur à 11,1 mmol / L est un signe de diabète.

Avec un taux de glucose à jeun re-détecté supérieur à 7,0 mmol / L, le test n'est pas pratique.

Le test est contre-indiqué chez les personnes dont la concentration de glucose à jeun dépasse 11,1 mmol / L et les personnes qui ont récemment subi un infarctus du myocarde, une intervention chirurgicale ou un accouchement.

S'il est nécessaire de déterminer la réserve sécrétoire d'insuline, le médecin peut, en parallèle avec le test de tolérance au glucose, déterminer le taux de C-peptide.

Causes et symptômes d'une tolérance au glucose altérée

Les raisons de l'augmentation du taux de glucose dans le corps sont les mêmes pour tous les types de diabète. Les principaux facteurs qui provoquent l'apparition d'une altération de la tolérance au glucose sont:

  1. Prédisposition génétique. Si un membre de la famille a ou a déjà eu du diabète, la progéniture est également à risque.
  2. Altération de la sensibilité des cellules du corps à l'insuline (résistance à l'insuline).
  3. Maladie pancréatique.
  4. Perturbation endocrinienne (maladie de Cushing).
  5. Obésité.
  6. Manque d'activité sportive.
  7. Prendre des médicaments qui augmentent les niveaux de sucre.

Malheureusement, les symptômes de la phase précoce, qui indiquent des changements négatifs associés au glucose dans le sang, sont absents. La seule recommandation qui aidera à identifier une tolérance au glucose altérée est de faire un test sanguin dans un hôpital tous les six mois pour prévenir et prévenir les conséquences graves. La symptomatologie d'un tel problème n'apparaît qu'avec la progression de la maladie et réside dans les paramètres caractéristiques du diabète sucré. Symptômes de niveaux élevés de sucre dans le corps:

  • sensation de soif constante;
  • sensation de sécheresse dans la bouche;
  • fréquence anormale des mictions;
  • augmentation ou diminution de l'appétit;
  • prédisposition aux maladies virales.

Coma hyperosmolaire sans cétose

Le coma hyperosmolaire sans cétose survient presque exclusivement chez les patients âgés. Les facteurs prédisposant à son développement comprennent une diminution insuffisante de la sécrétion d'insuline en cas d'hyperglycémie et un affaiblissement de son action en périphérie, ce qui contribue à une augmentation de la glycémie. En raison de l'augmentation du seuil rénal de glucose liée à l'âge, la diurèse osmotique ne se développe qu'en cas d'hyperglycémie très élevée; La déshydratation contribue également à l'affaiblissement de la sensation de soif. La concentration de glucose sanguin dépasse souvent 1000 mg% (55,5 mmol / L), ce qui s'accompagne d'une forte augmentation de l'osmolalité plasmatique en l'absence de cétose.

Ce syndrome est souvent observé chez les personnes atteintes de diabète de type 2 dans les maisons de soins infirmiers qui ne consomment pas toujours la quantité requise de liquides. Cependant, dans près d'un tiers des cas, le coma hyperosmolaire se développe en l'absence de diabète sucré dans l'anémnèse. Le plus souvent (dans 32 à 60% des cas), il est provoqué par des maladies infectieuses, et parmi elles - par une pneumonie. Les médicaments (par exemple, les thiazides, le furosémide, la phénytoïne, les glucocorticoïdes) et toute affection aiguë peuvent également être une cause immédiate de coma hyperosmolaire. Les patients perdent leur orientation dans le temps et dans l'espace, ils développent de la somnolence, de la faiblesse et, enfin, un coma. Des crises généralisées ou focales sont possibles, ainsi que des signes d'accident vasculaire cérébral aigu. Caractérisé par une forte diminution du volume intravasculaire, une hypotension orthostatique et une azotémie prérénale.

La carence en liquide extracellulaire est en moyenne de 9 litres. Il est d'abord reconstitué avec une solution saline (surtout en cas d'hypotension orthostatique). Après l'introduction de 1 à 3 litres de solution isotonique, il est remplacé par une solution saline à 0,45%. La moitié du déficit hydrique et ionique doit être reconstituée dans les 24 premières heures et le reste dans les 48 heures suivantes.

L'insulinothérapie commence par l'administration intraveineuse de petites doses (10 à 15 unités), puis l'hormone est injectée goutte à goutte à un taux de 1 à 5 unités par heure. L'introduction de l'insuline ne doit pas remplacer la thérapie par perfusion, car sous son influence, le glucose pénètre dans les cellules et le déficit en liquide extracellulaire augmente, ce qui entraîne une détérioration supplémentaire de la fonction rénale. Dès que le patient commence à excréter de l'urine, il est nécessaire de commencer à compenser la carence en potassium. Des mesures doivent être prises pour éliminer ou traiter les facteurs provoquants et les maladies (infarctus aigu du myocarde, pneumonie ou prise de certains médicaments). Bien que les changements métaboliques puissent être corrigés en 1 à 2 jours, les troubles mentaux persistent parfois pendant des semaines. Plus d'un tiers des patients à l'avenir n'auront peut-être pas besoin d'une insulinothérapie, mais le risque élevé de rechute nécessite une surveillance attentive.

Valeur de tolérance au glucose (test de tolérance au glucose oral)

Le test de tolérance au glucose oral (OGTT), également appelé test de tolérance au glucose oral, est utilisé dans le diagnostic du diabète.

Il consiste en l'introduction d'une dose élevée de glucose chez le patient et l'étude ultérieure de la réponse du corps - à quelle vitesse le taux de sucre dans le sang est rétabli et à quelle vitesse l'insuline est libérée.

Un test oral de tolérance au glucose peut diagnostiquer des maladies métaboliques telles que le diabète sucré ainsi que le diabète de grossesse.

La relation entre le glucose et l'insuline

Le glucose joue une fonction très importante dans le corps - c'est la principale source d'énergie. Tous les types de glucides que nous consommons sont convertis en glucose. Ce n'est que sous cette forme qu'ils peuvent être utilisés par les cellules du corps..

Par conséquent, au cours de l'évolution, de nombreux mécanismes se sont formés pour réguler sa concentration. De nombreuses hormones affectent la quantité de sucre disponible, l'une des plus importantes est insuline.

L'insuline est produite dans les cellules bêta du pancréas. Ses fonctions sont principalement de transporter les molécules de glucose du sang vers les cellules, où elles sont converties en énergie. De plus, l'hormone insuline stimule le stockage du sucre dans les cellules et, d'autre part, inhibe le processus de gluconéogenèse (synthèse du glucose à partir d'autres composés, par exemple, les acides aminés).

Tout cela conduit au fait que la quantité de sucre dans le sérum sanguin diminue et dans les cellules, elle augmente. S'il n'y a pas assez d'insuline dans le sang ou si les tissus résistent à son action, la quantité de sucre dans le sang augmente et les cellules reçoivent trop peu de glucose.

Dans un corps sain, après l'introduction du glucose, la libération d'insuline par les cellules du pancréas se produit en deux étapes. La première phase rapide dure jusqu'à 10 minutes. Ensuite, l'insuline accumulée plus tôt dans le pancréas entre dans la circulation sanguine..

Dans la phase suivante, l'insuline est produite à partir de zéro. Par conséquent, le processus de sa sécrétion prend jusqu'à 2 heures après l'administration de glucose. Cependant, dans ce cas, plus d'insuline est produite que dans la première phase. C'est le développement de ce processus qui est étudié dans le test de tolérance au glucose..

Réalisation d'un test de tolérance au glucose

La recherche peut être effectuée dans presque tous les laboratoires. Tout d'abord, le sang est prélevé dans la veine cubitale pour étudier le niveau de glucose de base.

Ensuite, dans les 5 minutes, vous devez boire 75 grammes de glucose dissous dans 250 à 300 ml d'eau (sirop de sucre ordinaire). Ensuite, le patient attend dans la salle d'attente pour les prochains échantillons de sang à analyser.

Le test de tolérance au glucose est principalement utilisé pour diagnostiquer le diabète sucré et aide également au diagnostic de l'acromégalie. Dans ce dernier cas, l'effet du glucose sur la diminution du taux d'hormone de croissance est évalué.

Une alternative à l'administration orale de glucose est le glucose intraveineux. Au cours de ce test, du glucose est injecté dans une veine pendant trois minutes. Cependant, ce type de recherche est rarement effectué..

Le test de tolérance au glucose en lui-même n'est pas une source d'inconfort pour le patient. Lors du prélèvement sanguin, une légère douleur est ressentie et après avoir pris la solution de glucose, vous pouvez ressentir des nausées et des étourdissements, une transpiration accrue ou même des évanouissements. Ces symptômes sont cependant très rares..

Il existe différents types de tests de tolérance au glucose, mais ils impliquent tous les étapes suivantes:

  • test sanguin à jeun;
  • l'introduction de glucose dans le corps (le patient boit une solution de glucose);
  • une autre mesure de la glycémie après consommation;
  • selon le test - un autre test sanguin après 2 heures.

Le plus souvent, des tests en 2 et 3 points sont utilisés, parfois des tests en 4 et 6 points. Un test de tolérance au glucose en 2 points signifie que la glycémie est testée deux fois - avant de consommer la solution de glucose et une heure après.

Le test de tolérance au glucose en 3 points suppose une autre prise de sang 2 heures après avoir bu la solution de glucose. Certains tests mesurent la concentration de glucose toutes les 30 minutes.

Pendant l'étude, le patient doit être en position assise, ne pas fumer ni boire de liquides, et également informer avant de commencer l'étude des médicaments ou des infections existantes.

Quelques jours avant le test, le sujet ne doit pas changer de régime alimentaire, de mode de vie, augmenter ou diminuer l'activité physique.

Comment se préparer à un test de tolérance au glucose

La première exigence très importante est que le test de tolérance au glucose doit être fait à jeun. Cela signifie que vous ne devez rien manger pendant au moins 8 heures avant de prélever du sang. Vous ne pouvez boire que de l'eau propre.

De plus, au moins 3 jours avant le test, un régime complet doit être suivi (par exemple, pas de restriction glucidique).

Il est également nécessaire de déterminer avec le médecin qui a ordonné l'étude lequel des médicaments pris de façon continue peut augmenter les taux de glucose (en particulier, glucocorticoïdes, diurétiques, bêtabloquants). Ils devront probablement être mis en pause avant d'effectuer l'étude OGTT..

Test de tolérance au glucose par voie orale chez la femme enceinte

Ce test de glycémie est effectué entre 24 et 28 semaines de gestation. La grossesse, en elle-même, prédispose au développement du diabète. La raison en est une augmentation significative de la concentration d'hormones (œstrogènes, progestérone), surtout après 20 semaines.

Cela conduit à une augmentation de la résistance des tissus aux effets de l'insuline. En conséquence, la concentration de glucose dans le sérum sanguin dépasse la norme admissible, ce qui peut être la cause de l'apparition de complications redoutables du diabète sucré, à la fois chez la mère et le fœtus..

Le test de tolérance au glucose pendant la grossesse se fait un peu différemment. Premièrement, une femme ne doit pas être à jeun. Lorsqu'elle vient au laboratoire, elle fait également un don de sang pour vérifier le taux de sucre de base. Ensuite, la femme enceinte dans les 5 minutes devrait boire 50 g de glucose (c'est-à-dire moins).

Deuxièmement, la dernière mesure du glucose dans le test de tolérance au glucose de grossesse est effectuée 60 minutes après l'administration du glucose..

Lorsque le résultat du test donne une valeur supérieure à 140,4 mg / dl, il est recommandé de répéter le test avec une charge de 75 g de glucose et de mesurer la glycémie 1 et 2 heures après la prise de la solution de glucose.

Normes de test de tolérance au glucose

Le résultat d'un test de tolérance au glucose est présenté sous forme de courbe - un graphique montrant les fluctuations de la glycémie.

Tarifs des tests: Dans le cas d'un test en 2 points, 105 mg% à jeun et 139 mg% après 1 heure. Un résultat compris entre 140 et 180 mg% peut indiquer un pré-diabète. Un résultat supérieur à 200 mg% signifie un diabète. Dans de tels cas, il est recommandé de répéter le test..

Si, après 120 minutes, le résultat est compris entre 140 et 199 mg / dL (7,8-11 mmol / L), une faible tolérance au glucose est diagnostiquée. Ceci est une condition pré-diabète. Vous pouvez parler de diabète lorsque, deux heures après le test, la concentration de glucose est supérieure à 200 mg / dL (11,1 mmol / L).

Pour un test avec 50 grammes de glucose (pendant la grossesse), le taux de sucre après une heure doit être inférieur à 140 mg / dL. S'il est supérieur, il est nécessaire de répéter le test avec 75 g de glucose en utilisant toutes les règles de sa conduite. Si, deux heures après le chargement de 75 grammes de glucose, sa concentration est supérieure à 140 mg / dL, un diabète sucré est diagnostiqué.

Il convient de rappeler que les normes de laboratoire peuvent varier légèrement d'un laboratoire à l'autre, le résultat de votre recherche doit donc être discuté avec votre fournisseur de soins de santé..

Quand faire un test de tolérance au glucose

Un test de tolérance au glucose est effectué lorsque:

  • il y a des signes que la personne souffre de diabète sucré ou d'une intolérance au glucose;
  • après avoir reçu un résultat de test de glycémie à jeun incorrect;
  • s'il y a des signes de syndrome métabolique (obésité abdominale, taux élevés de triglycérides, hypertension artérielle, cholestérol HDL insuffisant);
  • chez les femmes enceintes avec un résultat de test de glycémie à jeun incorrect;
  • il y a une suspicion d'hypoglycémie réactive;
  • chez toute femme entre 24 et 28 semaines de grossesse.

Un test oral de tolérance au glucose est important car il peut diagnostiquer une maladie grave comme le diabète. Utilisé lorsque, dans d'autres études, le diagnostic du diabète n'est pas concluant ou lorsque la glycémie est à la limite.

Ce test est également recommandé en présence d'autres facteurs indiquant un syndrome métabolique, alors que les valeurs glycémiques sont correctes..

Test de tolérance au glucose, courbe de sucre: analyse et norme, comment prendre, résultats

© Auteur: Z. Nelli Vladimirovna, docteur en diagnostic de laboratoire, Institut de recherche en transfusiologie et biotechnologie médicale, en particulier pour SosudInfo.ru (à propos des auteurs)

Parmi les études de laboratoire destinées à détecter les troubles du métabolisme des glucides, une place très importante a acquis un test de tolérance au glucose, test de tolérance au glucose (charge en glucose) - GTT, ou comme il n'est souvent pas très correctement appelé - «courbe de sucre».

Cette étude est basée sur la réponse de l'appareil insulaire à l'apport de glucose dans le corps. Nous avons certainement besoin de glucides, cependant, pour qu'ils remplissent leur fonction, donnent force et énergie, nous avons besoin d'insuline, qui régule leur niveau, limitant la teneur en sucre, si une personne appartient à la catégorie des gourmands..

Échantillon simple et fiable

Dans d'autres cas assez courants (insuffisance de l'appareil insulaire, augmentation de l'activité des hormones contre-insulaires, etc.), le taux de glucose dans le sang peut augmenter de manière significative et conduire à une affection appelée hyperhycémie. Le degré et la dynamique du développement des états hyperglycémiques peuvent être influencés par de nombreux agents, cependant, le fait que la principale raison d'une augmentation inacceptable de la glycémie soit une carence en insuline est depuis longtemps hors de doute - c'est pourquoi le test de tolérance au glucose, la "courbe de sucre", le GTT ou le test de tolérance au glucose a une large application dans le diagnostic de laboratoire du diabète sucré. Bien que GTT soit utilisé et aide également au diagnostic d'autres maladies.

Le test de tolérance au glucose le plus pratique et le plus courant est considéré comme une charge unique de glucides par voie orale. Le calcul est effectué comme suit:

  • 75 g de glucose dilués avec un verre d'eau tiède sont donnés à une personne qui n'est pas surchargée de kilos en trop;
  • Pour les personnes de poids corporel important et pour les femmes en état de grossesse, la dose est augmentée à 100 g (mais pas plus!);
  • Ils essaient de ne pas surcharger les enfants, donc le montant est calculé strictement en fonction de leur poids (1,75 g / kg).

2 heures après la consommation du glucose, le taux de sucre est surveillé, en prenant comme paramètre initial le résultat du test obtenu avant la charge (à jeun). La norme de sucre dans le sang après l'ingestion d'un tel «sirop» sucré ne doit pas dépasser le niveau de 6,7 mmol / l, bien que certaines sources puissent indiquer un indicateur inférieur, par exemple 6,1 mmol / l, par conséquent, lors du décodage des analyses, vous devez vous concentrer sur laboratoire spécifique effectuant des tests.

Si après 2 à 2,5 heures, la teneur en sucre monte à 7,8 mmoles / l, cette valeur donne déjà une raison d'enregistrer une violation de la tolérance au glucose. Les indicateurs supérieurs à 11,0 mmol / l sont décevants: le glucose n'est pas pressé de revenir à sa norme, continuant à rester dans des valeurs élevées, ce qui fait penser à un mauvais diagnostic (DM), qui offre au patient une vie loin d'être douce - avec un glucosimètre, un régime, des pilules et des visiter un endocrinologue.

Et voici à quoi ressemble le changement de ces critères de diagnostic dans le tableau, en fonction de l'état du métabolisme glucidique de certains groupes de personnes:

Résultats d'analyseGlycémie (du doigt) à jeun, mmol / lSucre dans le sang capillaire 2 heures après la prise de glucose, mmol / l
Chez les personnes en bonne santéjusqu'à 5,5 (jusqu'à 6,1 selon la méthode)moins de 6,7 (certaines méthodes - moins de 7,8)
Si vous soupçonnez une tolérance au glucose altéréesupérieur à 6,1 mais inférieur à 6,7plus de 6,7 (ou dans d'autres laboratoires - plus de 7,8), mais moins de 11,0
Diagnostic: DMau-dessus de 6,7plus de 11,1

Pendant ce temps, en utilisant une détermination unique des résultats en cas d'altération du métabolisme des glucides, vous pouvez sauter le pic de la «courbe de sucre» ou ne pas attendre qu'il diminue au niveau initial. À cet égard, les méthodes les plus fiables sont considérées pour mesurer la concentration en sucre 5 fois en 3 heures (1, 1,5, 2, 2,5, 3 heures après la prise de glucose) ou 4 fois toutes les 30 minutes (la dernière mesure après 2 heures).

Nous reviendrons sur la question de savoir comment l'analyse est passée, cependant, les gens modernes ne se contentent plus de simplement présenter l'essence de l'étude. Ils veulent savoir ce qui se passe, quels facteurs peuvent influer sur le résultat final et ce qu'il faut faire pour ne pas être inscrit auprès d'un endocrinologue, comme les patients qui rédigent régulièrement des ordonnances gratuites pour les médicaments utilisés pour le diabète.

La vitesse et les écarts du test de tolérance au glucose

La norme du test de charge en glucose a une limite supérieure de 6,7 mmol / l, la limite inférieure est considérée comme la valeur initiale de l'indicateur pour lequel le glucose est présent dans le sang - chez les personnes en bonne santé, il revient rapidement au résultat initial et chez les diabétiques, il "reste bloqué" à des nombres élevés. À cet égard, la limite inférieure de la norme, en général, n'existe pas.

Une diminution des indicateurs du test de charge de glucose (c'est-à-dire le manque de capacité du glucose à revenir à sa position numérique d'origine) peut indiquer diverses conditions pathologiques du corps, entraînant une violation du métabolisme des glucides et une diminution de la tolérance au glucose:

  1. Diabète sucré latent de type II, qui ne manifeste pas de symptômes de la maladie dans un cadre normal, mais rappelle des problèmes corporels dans des circonstances défavorables (stress, traumatisme, intoxication et intoxication);
  2. Le développement d'un syndrome métabolique (syndrome de résistance à l'insuline), qui, à son tour, entraîne une pathologie assez grave du système cardiovasculaire (hypertension artérielle, insuffisance coronarienne, infarctus du myocarde), conduisant souvent au décès prématuré d'une personne;
  3. Travail trop actif de la glande thyroïde et de l'hypophyse antérieure;
  4. Souffrance du système nerveux central;
  5. Trouble de l'activité régulatrice (prédominance de l'activité de l'un des départements) du système nerveux autonome;
  6. Diabète gestationnel (pendant la grossesse);
  7. Processus inflammatoires (aigus et chroniques) localisés dans le pancréas.

Qui risque de tomber sous contrôle spécial

Le test de tolérance au glucose est tout d'abord obligatoire pour les personnes à risque (développement d'un diabète sucré de type II). Certaines conditions pathologiques périodiques ou permanentes, mais conduisant dans la plupart des cas à une violation du métabolisme des glucides et au développement du diabète, font l'objet d'une attention particulière:

  • Antécédents familiaux de diabète (diabète chez les parents par le sang);
  • Surpoids (IMC - indice de masse corporelle supérieur à 27 kg / m 2);
  • Antécédents obstétricaux compliqués (avortement spontané, mortinaissance, gros fœtus) ou diabète gestationnel pendant la grossesse;
  • Hypertension artérielle (pression artérielle supérieure à 140/90 mm Hg);
  • Violation du métabolisme des graisses (paramètres de laboratoire du spectre lipidique);
  • Lésion vasculaire par processus athérosclérotique;
  • Hyperuricémie (augmentation de l'acide urique sanguin) et goutte;
  • Une augmentation épisodique de la glycémie et de l'urine (avec stress psychoémotionnel, interventions chirurgicales, autres pathologies) ou une diminution périodique déraisonnable de son niveau;
  • Évolution chronique à long terme des maladies des reins, du foie, du cœur et des vaisseaux sanguins;
  • Manifestations du syndrome métabolique (diverses options - obésité, hypertension, troubles du métabolisme lipidique, caillots sanguins);
  • Infections chroniques;
  • Neuropathie d'origine inconnue;
  • L'utilisation de médicaments diabétogènes (diurétiques, hormones, etc.);
  • Âge après 45 ans.

Il est conseillé de réaliser un test de tolérance au glucose dans ces cas, même si la concentration de sucre dans le sang prélevé à jeun ne dépasse pas les valeurs normales..

Ce qui affecte les résultats de GTT

Une personne soupçonnée d'altération de la tolérance au glucose doit savoir que de nombreux facteurs peuvent affecter les résultats de la «courbe de sucre», même si en fait le diabète n'est pas encore menacé:

  1. Si vous vous chouchoutez tous les jours avec de la farine, des gâteaux, des bonbons, des glaces et d'autres délices sucrés, le glucose entrant dans le corps n'aura pas le temps d'être éliminé sans regarder le travail intensif de l'appareil insulaire, c'est-à-dire qu'un amour particulier pour les aliments sucrés peut se traduire par une diminution de la tolérance au glucose;
  2. Une charge musculaire intense (entraînement pour les athlètes ou travail physique intense), qui n'est pas annulée la veille et le jour de l'analyse, peut entraîner une altération de la tolérance au glucose et une distorsion des résultats;
  3. Les amateurs de fumée de tabac courent le risque de devenir nerveux en raison du fait que la «perspective» d'un trouble du métabolisme des glucides émergera si la veille il n'y a pas assez d'exposition pour abandonner la mauvaise habitude. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui fument quelques cigarettes avant l'examen, puis se précipitent tête baissée au laboratoire, causant ainsi un double préjudice (avant de prendre du sang, vous devez vous asseoir pendant une demi-heure, reprendre votre souffle et vous calmer, car un stress psycho-émotionnel prononcé entraîne également une distorsion des résultats);
  4. Pendant la grossesse, un mécanisme de protection développé en cours d'évolution contre l'hypoglycémie est activé, ce qui, selon les experts, fait plus de mal au fœtus qu'un état hyperglycémique. À cet égard, la tolérance au glucose peut naturellement être légèrement réduite. Pour les «mauvais» résultats (abaissement de la glycémie), vous pouvez également prendre un changement physiologique des indicateurs du métabolisme des glucides, qui est dû au fait que les hormones du pancréas de l'enfant qui ont commencé à fonctionner sont incluses dans le travail;
  5. L'excès de poids n'est en aucun cas un signe de santé, les personnes obèses sont exposées à un certain nombre de maladies, où le diabète sucré, s'il n'ouvre pas la liste, n'est pas en dernier lieu. Pendant ce temps, le changement des indicateurs de test n'est pas pour le mieux peut être obtenu chez les personnes accablées de kilos en trop, mais ne souffrant pas encore de diabète. À propos, les patients qui se sont rattrapés à temps et ont suivi un régime strict sont non seulement devenus minces et beaux, mais ont également abandonné le nombre de patients potentiels d'un endocrinologue (l'essentiel est de ne pas se déchaîner et de suivre le bon régime);
  6. Les résultats des tests de tolérance au glucose peuvent être significativement affectés par des problèmes gastro-intestinaux (troubles de la motilité et / ou de l'absorption).

Les facteurs énumérés, qui, bien qu'ils soient attribués (à des degrés divers) à des manifestations physiologiques, peuvent vous inquiéter (et, très probablement, pas en vain). Les changements de résultats ne peuvent pas toujours être ignorés, car le désir d'un mode de vie sain est incompatible soit avec de mauvaises habitudes, soit avec un surpoids, soit avec un manque de contrôle sur vos émotions..

Le corps peut supporter une exposition prolongée à un facteur négatif pendant une longue période, mais à un moment donné, abandonner. Et puis la violation du métabolisme des glucides peut devenir non pas imaginaire, mais réelle, et un test de tolérance au glucose peut en témoigner. Après tout, même un état complètement physiologique comme la grossesse, mais avec une tolérance au glucose altérée, peut éventuellement se terminer par un certain diagnostic (diabète sucré).

Comment faire un test de tolérance au glucose pour obtenir des résultats corrects

Pour obtenir des résultats fiables d'un test de charge de glucose, une personne à la veille d'aller au laboratoire doit suivre quelques conseils simples:

  • 3 jours avant l'étude, il n'est pas souhaitable de modifier significativement quelque chose dans votre style de vie (travail normal et repos, activité physique habituelle sans zèle excessif), cependant, la nutrition doit être quelque peu contrôlée et respecter la quantité de glucides recommandée par le médecin par jour (≈125-150 g) ;
  • Le dernier repas avant l'étude doit être terminé au plus tard 10 heures;
  • Sans cigarettes, café et boissons alcoolisées, vous devez tenir au moins une demi-journée (12 heures);
  • Ne vous surchargez pas avec une activité physique excessive (les sports et autres activités récréatives doivent être reportés d'un jour ou deux);
  • Il faut éviter de prendre certains médicaments la veille (diurétiques, hormones, neuroleptiques, adrénaline, caféine);
  • Si le jour de l'analyse coïncide avec la menstruation chez la femme, l'étude doit être reportée à une autre heure;
  • Le test peut donner des résultats incorrects si le sang a été donné lors d'expériences émotionnelles fortes, après une intervention chirurgicale, au milieu d'un processus inflammatoire, avec une cirrhose du foie (alcoolique), des lésions inflammatoires du parenchyme hépatique et des maladies du tractus gastro-intestinal, entraînant une altération de l'absorption du glucose.
  • Des valeurs numériques incorrectes de GTT peuvent survenir avec une diminution du potassium dans le sang, une altération de la fonction hépatique et une certaine pathologie endocrinienne;
  • 30 minutes avant la prise de sang (prise du doigt), la personne qui est arrivée pour l'examen doit s'asseoir calmement dans une position confortable et penser à quelque chose de bien.

Dans certains cas (douteux), la charge de glucose est réalisée en l'introduisant par voie intraveineuse, lorsqu'il est nécessaire de le faire, le médecin décide.

Comment l'analyse est-elle effectuée

La première analyse est effectuée à jeun (ses résultats sont pris comme position de départ), puis du glucose est administré à boire, dont la quantité sera prescrite en fonction de l'état du patient (enfance, obèse, grossesse).

Pour certaines personnes, le sirop sucré-sucré, pris à jeun, peut vous donner la nausée. Pour éviter cela, il est conseillé d'ajouter une petite quantité d'acide citrique, ce qui évitera l'inconfort. Aux mêmes fins, les cliniques modernes peuvent proposer une version aromatisée d'un cocktail de glucose..

Après le «verre» reçu, la personne examinée fait une «promenade» non loin du laboratoire. Quand arriver à la prochaine analyse - diront les agents de santé, cela dépendra des intervalles et de la fréquence à laquelle l'étude aura lieu (dans une demi-heure, une heure ou deux? 5 fois, 4, 2 ou même une fois?). Il est clair que la «courbe de sucre» se fait dans le service pour les patients alités (le laborantin vient lui-même).

Pendant ce temps, certains patients sont tellement curieux qu'ils essaient de mener eux-mêmes la recherche, sans quitter leur domicile. Eh bien, dans une certaine mesure, l'analyse du sucre à domicile peut être considérée comme une imitation du THG (mesure à jeun avec un glucomètre, petit-déjeuner correspondant à 100 grammes de glucides, surveillance de la montée et de la baisse du glucose). Bien entendu, il vaut mieux ne pas calculer les coefficients adoptés pour l'interprétation des courbes glycémiques. Il connaît simplement les valeurs du résultat attendu, le compare à la valeur obtenue, écrit pour ne pas les oublier, puis en informe le médecin afin de présenter plus en détail le tableau clinique de l'évolution de la maladie.

En laboratoire, les coefficients hyperglycémiques et autres sont calculés à partir de la courbe glycémique obtenue après un test sanguin pendant un certain temps et reflétant une représentation graphique du comportement du glucose (montée et descente).

Le coefficient de Baudouin (K = B / A) est calculé sur la base de la valeur numérique du niveau de glucose le plus élevé (pic) pendant la durée de l'étude (B - max, numérateur) à la concentration initiale de sucre dans le sang (Aisch, jeûne - dénominateur). Normalement, cet indicateur est compris entre 1,3 et 1,5.

Le coefficient de Rafalsky, appelé postglycémique, est le rapport de la valeur de concentration de glucose 2 heures après qu'une personne a bu un liquide chargé de glucides (numérateur) à une expression numérique du taux de sucre à jeun (dénominateur). Pour les personnes qui ne connaissent pas de problèmes de métabolisme des glucides altéré, cet indicateur ne va pas au-delà de la norme établie (0,9 - 1,04).

Bien sûr, le patient lui-même, s'il le veut vraiment, peut aussi pratiquer, dessiner quelque chose, compter et supposer, mais en même temps il doit garder à l'esprit qu'en laboratoire, d'autres méthodes (biochimiques) sont utilisées pour mesurer la concentration en glucides au fil du temps et pour dessiner un graphique... Le lecteur de glycémie utilisé par les diabétiques est conçu pour une analyse rapide, de sorte que les calculs basés sur ses lectures peuvent être erronés et déroutants..